FreshRSS

🔒
❌ About FreshRSS
There are new articles available, click to refresh the page.
Today — July 27th 2021Your RSS feeds

Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce

July 27th 2021 at 08:00
By: Yumiko

Today’s dish, Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce, is served in a thick glossy sauce that covers the cute drumettes. The sauce is made with just 5 ingredients, and it is so tasty. The addition of eggs makes it a perfect dish.

Hero shot of Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce served in a bowl.

As the recipe name suggests, the sauce contains vinegar. But you don’t taste the sourness in the sauce very much, unlike the flavour of Sweet and Sour Pork Meatballs. If you taste the sauce immediately after you cook this dish, you will notice the faint flavour and the fumes from the vinegar in the sauce. But after leaving the dish overnight, you hardly recognise the vinegar in the sauce.

About Drumettes

A chicken wing consists of three sections – drumette, wingette, and wing tip. The drumette is the largest section of a chicken wing.

Supermarkets and chicken shops often sell only the drumette portion of the chicken. But even if you have whole chicken wings or V-cut chicken wings (wings without the tip), you can easily get drumettes from these.

Each section is connected by joints, and it is quite easy to cut through the joint to separate each section of the chicken wing.

Showing chicken wings sections and cutting the joint to detach the drumette from the wingette.

Of these three sections, the drumette is the meatiest, and it contains least fat. The meat is tender, and you can enjoy its light flavour. The drumette is best suited for deep-frying, simmering, and soup.

In Japanese cooking, you often make a vertical incision on the thickest part of a drumette before cooking. This allows the meat to come off the bone easier when you eat it, particularly with chopsticks. It also lets the flavour of the simmering sauce or soup penetrates the flesh. The umami from the bone can also be extracted easily.

Picking the half-eaten drumette with chopsticks.

But if you are deep frying a drumette, you don’t make an incision. This is  so that you can contain the flavour of the chicken within itself.

I must confess – today’s recipe was only created because I collected so many drumettes in my fridge. I am currently working on a new recipe project using chicken wings. This recipe does not require the drumette portion of the wings. I have so far attempted several trials with 8 wings each time, and every time I tried this project recipe, I’ve ended up with 8 drumettes in the fridge!

Zoomed-in photo of Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce.

What’s in my Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce

The main ingredients are chicken drumettes and boiled eggs. Chicken & egg is a perfect combo as you can see in my recipe Oyako-don (Chicken and Egg on Rice).

  • Drumettes
  • Boiled eggs
  • Oil

Ingredients for Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce.

Your boiled eggs can be hard boiled or soft-boiled. I served 1 boiled egg with 3 drumettes per person in my recipe but you can adjust the balance between the two.

Simmering Sauce

  • Rice vinegar
  • Soy sauce
  • Cooking sake
  • Sugar
  • Water
  • Sliced ginger

I don’t use cornflour or flour to thicken the sauce. With the amount of sugar in the sauce, it becomes like a syrup when the sauce is condensed.

How to make Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce

The process of making Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce is quite simple. Once you have sautéed the drumettes, you can basically leave them alone while simmering.

Step-by-step photo of simmering chicken drumettes in sweet and sour sauce.

  1. Make an incision into the thickest part of each drumette.
  2. Sauté the drumettes in the frying pan until the surface of the chicken pieces is slightly charred.
  3. Add the Simmering Sauce ingredients to the pan and cook for about 15 minutes with a lid on.
  4. Add boiled eggs to the pan and cook further without the lid until the sauce becomes syrupy.

By sautéing the drumettes before simmering, you can seal the surface of the flesh so that the flavour of the chicken is enclosed within the meat.

Simmering time can vary slightly depending on the size of your pan and the strength of the heat.

To-down photo of Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce in a bowl.

Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce is a perfect make ahead dish. You can keep it in the fridge for 4-5 days. You can also freeze it (without the boiled eggs). When chilled, the sauce becomes gelatinous. You need to reheat the dish including the sauce, so that you can enjoy the syrupy tasty sauce around the drumettes.

In the Meal Ideas section, I listed Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce for the main dish. But it can be a side dish with a smaller number of drumettes and half an egg per person. It can also be a good snack to go with drinks.

YumikoYM_Signature

Print

Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce

Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce is served in a thick glossy sauce all around the cute drumettes. The sauce is made with just 5 ingredients, and it is so tasty. The addition of eggs makes it a perfect dish.
The dish keeps well in the fridge and is a great make ahead dish.
Total time does not include time to make boiled eggs.
Don't forget to see the section 'MEAL IDEAS' below the recipe card! It gives you a list of dishes that I have already posted and this recipe that can make up a complete meal. I hope it is of help to you.
Course Japanese snacks, Main, Side
Cuisine Japanese
Prep Time 5 minutes
Cook Time 20 minutes
Total Time 25 minutes
Servings 4
Author Yumiko

Ingredients

  • 12 Drumettes (about 700g / 1.5lb in total, note 1)
  • 4 boiled eggs (hard boiled or soft boiled)
  • 1 tbsp oil

Simmering Sauce

  • 6-7 tbsp rice vinegar (note 2)
  • 4 tbsp soy sauce
  • 4 tbsp cooking sake
  • 4 tbsp sugar
  • 100ml / 3.4 fl oz water
  • 5g /0.2 oz ginger thinly sliced

Serving (optional, note 3)

  • Blanched Chinese mustard green , cut into 5cm / 2" long pieces

Instructions

  • On each drumette, make a small incision along the bone where the meat is the thickest.
  • Add oil to a frying pan and heat over medium high heat. Sauté the chicken to brown the surface of the chicken pieces.
  • Wipe off the excess oil in the pan with kitchen paper.
  • Add all the Simmering Sauce ingredients to the pan, place a drop lid over and bring it to a boil.
  • Reduce the heat to simmer and cook for about 15 minutes with a lid on.
  • Remove the lid and the drop lid, add the eggs to the pan and turn the heat up (note 4). Cook for further 5 minutes or so. Rotate the eggs to evenly stain them with the sauce while cooking.
  • The sauce thickens and becomes bubbly (see the step-by-step photo in post), which indicates that the sauce became syrupy. When the bubbles become larger and the small amount of sauce is left, turn the heat off and remove the pan from the cooktop (note 5).
  • Rotate the drumettes in the sauce to coat them with sauce.
  • Transfer 3 drumettes onto each serving plate. Have each boiled egg (note 6) and place them next to the chicken, cut side up. Place a bunch of green leaves on the side.

Notes

1. The drumette is the meatiest portion of a chicken wing. Please refer to the section About Drumette in the post.
If your drumettes are extremely large or small and the total weight is far heavier/lighter than mine, you will need to adjust the number of drumettes required.
2. If you don’t have rice vinegar, you can substitute it with apple cider vinegar.
3. The yellow from the boiled egg brightens up the otherwise very brown dish. But I think adding a bit of green makes the dish even more appetising.
4. At this stage, you should still have enough sauce in the pan to cook the chicken and the eggs. But if you only have a very small amount of sauce left, add some water.
5. When the sauce starts becoming syrupy, it does not take long to overcook it. So, you need to remove the pan from the hot cooktop to prevent further cooking.
6. I use a thread to cut a boiled egg into half. Wrap the thread around the middle of the egg, then pull each end of the thread apart.
7. You can keep Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce for 4-5 days in the fridge. When chilled, the sauce becomes gelatinous. You need to reheat the dish including the sauce so that you can enjoy the syrupy tasty sauce around the drumettes. You can also freeze the chicken (without boiled eggs) for a month.
8. Nutrition per serving.
serving: 320g calories: 565kcal fat: 37g (57%) saturated fat: 9.5g (48%) trans fat: 0.1g polyunsaturated fat: 7.2g monounsaturated fat: 16g cholesterol: 349mg (116%) sodium: 1090mg (45%) potassium: 497mg (14%) carbohydrates: 15g (5%) dietary fibre: 0.1g (1%) sugar: 13g protein: 36g vitamin a: 8% vitamin c: 0.7% calcium: 3.8% iron: 11%

 

Meal Ideas

A typical Japanese meal consists of a main dish, a couple of side dishes, a soup and rice. I try to come up with a combination of dishes with a variety of flavours, colours, textures and make-ahead dishes.

Today’s main dish has a pronounced flavour of sweetness. The volume of the main dish is not large either. So, I decided to serve pumpkin croquettes as a side. These have quite a different flavour from the main dish and are very filling.

A refreshing salad goes well with the strongly flavoured main dish and deep-fried side dish. The Dried Tofu Skin Soup can be either clear soup or miso soup, although I will probably pick miso soup.

MEal idea with Hero shot of Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce served in a bowl.

The post Simmered Chicken Drumette in Sweet and Sour Sauce appeared first on RecipeTin Japan.

[Bastamag] Nouvelle loi renseignement : le gouvernement place la population sous surveillance algorithmique

July 27th 2021 at 10:00

Conservation généralisée des données de connexion, surveillance de masse… Adopté par les députés, avant le Sénat fin juin, le projet de loi renseignement passe en procédure accélérée. Mais son contenu inquiétant mériterait un débat public d’ampleur. […]

« Un monstre qui grandit dans l’ombre » : voilà ce que constitue, pour Arthur Messaud, cette nouveauté. « Un État qui conserve pendant cinq ans les données captées de la population… Il y a deux ans, ça aurait fait la Une de la presse pendant des semaines » se désespère le juriste. Pour lui, il s’agit d’un copié-collé du modèle de recherche exploratoire de la NSA, révélé par Edward Snowden […].

https://www.bastamag.net/anti-terrorisme-loi-renseignement-surveillance-…

Beyrouth, la débâcle après le chaos

July 27th 2021 at 09:04

Impasse politique, pénuries, chute de la livre libanaise, départ de la population… Un an après la terrible explosion du port de la capitale du Liban, le pays étouffe et s'enfonce toujours plus profondément dans une crise dont on peine à voir le bout.

Tout est lourd à Beyrouth. Lourd, le soleil qui colle à la peau; lourds, les gravats des immeubles détruits; lourdes, les confidences des habitants à bout de nerfs; lourde, l'attente d'une nouvelle catastrophe. Cela va faire un an que le port a explosé, emportant la ville avec lui, et pourtant, peu de choses ont changé. On retrouve régulièrement la trace des bris de verre qui avaient recouvert la capitale libanaise le 4 août 2020: sur les trottoirs, dans les maisons, dans les corps. En fait, les débris de l'explosion sont à l'image de la classe politique qui a plongé le pays dans le chaos. Ils sont persistants et mortifiants.

Il y avait bien eu un simulacre de renouvellement au sein du gouvernement dans les semaines suivant le désastre: le Premier ministre démissionnaire Hassane Diab avait cédé sa place à l'éphémère Mustapha Adib, sans que cela ne suscite un véritable espoir de changement. De fait, dès le mois d'octobre, c'est Saad Hariri qui reprenait le poste tout sourire, un an après avoir été chassé par les révolutionnaires du 17 octobre 2019. Le camouflet devait entériner une fois de plus le mal libanais: ici, ce n'est pas la population qui est résiliente, c'est la classe politique. Neuf mois plus tard, le jeudi 15 juillet, Saad Hariri jette l'éponge faute d'avoir réussi à former un gouvernement, et c'est un milliardaire accusé de malversations financières qui lui succède. Depuis la fin de la guerre civile en 1990, le même clan politique a su se maintenir au pouvoir, recyclant les anciens chefs de guerre et les carnets de famille.

Les 4 août 2020, 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium ont explosé dans le port de Beyrouth, dévastant la ville. Un an après, le port comme la capitale restent en chantier. Beyrouth, Al Marfa'a, le 16 juillet 2021. | Robin Tutenges

La cité radiée

Si la raillerie le disputait au fatalisme ces dernières années, la plupart des Libanais s'accommodant –à défaut d'avoir le choix– d'un pays qui fonctionnait à l'embrouille et aux arrangements petits et gros, la situation est aujourd'hui insupportable. «Les choses du quotidien sont devenues toxiques. Rien que s'assurer un accès aux besoins primaires prend 50% de ton temps. Je perds deux heures pour faire le plein d'essence. Je dois planifier ma journée en fonction des coupures de courant. Il y a des coupures d'eau. On n'a plus de médicaments. La livre libanaise ne fait qu'augmenter… C'est en train de nous tuer petit à petit», raconte Mélanie Dagher.

Éventré par l'explosion, son ancien appartement donne sur une petite cour intérieure de la rue d'Arménie, à Mar Mikhael. Il faut monter quelques étages en s'assurant de ne pas déraper sur des marches encore chargées de gravats pour avoir une vue sur le quartier, qui permet de se rendre compte de l'ampleur des dégâts, au-delà des ravalements de façades. «Tu sens que la ville est en train de mourir doucement. Il n'y a pas une lumière dans la rue le soir. On a l'impression que c'est un décor de film de zombies, que là, on a fini de filmer, qu'on range tout et qu'il y a encore quelques gens qui errent», lâche la trentenaire, qui évite désormais de revenir sur ces lieux où elle a senti son voisin mourir dans ses bras, il y a un an.

De fait, les rues sont désertes à Beyrouth. Avant le Covid-19 et le 4 août, on reconnaissait les étrangers à ce qu'ils étaient déjà bien les seuls à marcher dans la ville. Les Beyrouthins, eux, se pressent dans des taxis services, des minibus bringuebalants ou des 4x4 beaucoup trop larges. Mais certains quartiers ne désemplissaient pas. Dorénavant, même la rue d'Arménie, autrefois bordée de bars et de rires, fait triste mine le vendredi soir.

Dans le quartier de Mar Mikhael, les destructions font partie du quotidien des habitants. Beyrouth, Mar Mikhael, 21 juillet 2021. | Robin Tutenges

Nuits noires et frigos vides

Dans les bistrots et restaurants, certains produits deviennent inaccessibles: ici, on ne sert plus de café faute d'électricité pour activer la machine, là, c'est le poisson qui a pourri dans les réfrigérateurs, incapables de maintenir la chaîne du froid. L'Électricité du Liban (EDL), établissement public censé assurer la couverture électrique du pays, ne fournit plus que quelques heures de courant par jour –quand il les fournit–, après quoi les générateurs privés prennent le relais. Mais, ces derniers mois, même ce palliatif périclite, à cause de l'aggravation de la pénurie de fuel, nécessaire pour alimenter les groupes électrogènes. Lorsqu'on est chanceux, on peut miser sur un peu plus de quinze heures d'électricité par jour, pour un prix qui rivalise parfois avec certains salaires mensuels (le salaire minimum, qui était autour de 450 dollars en 2019, est tombé à 30 dollars [25,40 euros] en juillet 2021).

Abu Ahmad, qui vivait dans le quartier pauvre de la Karantina avec son épouse Kamela et ses cinq enfants, a vu son immeuble s'effondrer quelques minutes après la déflagration. L'hiver, ils l'ont passé au milieu des ruines, avant qu'une ONG ne vienne réparer le bâtiment, six mois plus tard. Aujourd'hui, ce Syrien qui avait quitté Raqqa il y a treize ans pour s'installer au Liban, travaille comme valet de parking, et parvient à gagner 500.000 livres libanaises par mois, soit environ 22 dollars. La livre, qui était indexée sur le dollar américain depuis 1997 au taux fixe de 1.500 livres pour 1 dollar, caracole désormais à 22.000 dans les bureaux de change, frappée d'un double mouvement de dépréciation et d'hyperinflation.

Entre les séquelles de l'explosion et la crise économique, le pays a plongé dans une spirale infernale. Les pénuries touchent désormais tous les secteurs: électricité, fuel, médicaments, biens de consommation… On mange mal, on vit mal, on dort mal, et on redoute de tomber malade, car on sait maintenant qu'on aura aussi du mal à être soigné. Rien que dans les pharmacies, il est devenu fréquent d'acheter des médicaments non pas en boîtes, mais en plaquettes, ou en simples comprimés, faute de stocks suffisants.

La nuit, Beyrouth est plongée dans le noir faute d'électricité pour alimenter lampadaires, enseignes lumineuses et habitations. À la recherche de fraîcheur, les Beyrouthins s'installent sur les balcons. Beyrouth, Achrafieh, le 12 juillet 2021. | Robin Tutenges

«Évidemment, l'explosion est une horreur qui va marquer les Libanais à jamais, mais l'agonie de la ville a commencé avant, et l'explosion était l'incarnation du mal absolu qui frappe le Liban depuis des années», souligne le chercheur et politiste Ziad Majed, qui enseigne à l'université américaine de Paris. «Pour le moment, il y a ce sentiment d'impuissance face à un pays qui coule, et économiquement parlant, il est extrêmement difficile de le voir debout de nouveau avant quelques décennies. Le redresser un peu, améliorer la situation, c'est possible, mais ça va prendre quand même des années», estime-t-il.

Deuils suspendus

Alors que les heures passent et se ressemblent, souvent conditionnées par l'interminable attente du «bip» qui annoncera le retour –pour combien de temps?– de l'électricité, le temps est précisément ce qui a manqué aux Beyrouthins pour panser leurs blessures. «On s'est retrouvés pris dans un engrenage incroyable de problèmes et de deuils», se désole Jennifer el Hage, qui habite dans le quartier de Badaro. Après l'explosion, elle avait passé quatorze heures à chercher jusque dans les morgues sa tante Rita, dont personne n'avait de nouvelles. Victime d'une hémorragie cérébrale, cette dernière est sortie du coma au bout de vingt-huit jours, mais ses cicatrices menacent toujours de se rouvrir et de s'infecter.

Au lendemain du 4 août, c'est la population beyrouthine, toutes classes et origines confondues, qui était descendue dans les rues pour balayer les débris et sauver ce qu'il restait à sauver, face à l'inaction du gouvernement. Les ONG sur place se sont mobilisées, certaines se sont même constituées pour l'occasion, et puis tout s'est enchaîné très vite: il a fallu soigner, enterrer, réparer, reconstruire, tout en travaillant, dans une urgence qui s'étirait à mesure que la crise économique s'aggravait.

À ce jour, même le nombre de victimes reste incertain. Le ministère de la Santé libanais ne mentionne sur son site officiel qu'une liste de 191 noms, qui n'a pas été actualisée depuis septembre dernier; la plupart des institutions gouvernementales font état de «plus de 200 morts»; et les associations de victimes parlent plutôt de 217.

Quelques minutes à peine avant l'explosion du 4 août, dix pompiers se sont rendus au port après un appel d'urgence pour un début d'incendie. Ils y laisseront leur vie. Dans leur caserne du quartier de la Karantina, cette mort brutale reste traumatisante pour leurs camarades. Beyrouth, Karantina, le 13 juillet 2021. | Robin Tutenges

«Le problème du Liban, c'est qu'on est toujours confrontés à l'inconnu, souffle Jennifer. Il n'y a jamais de réponses, on n'a même pas de livres d'histoire [les manuels scolaires libanais s'arrêtent en 1946, avec le départ des troupes mandataires françaises, ndlr], personne ne connaît la vérité, on vit dans un tourbillon de mensonges et d'ignorance, et ça nous ronge. On a tout fait pour étudier, pour rester éveillés par rapport à ce qui se passe, on voyage, on ramène tout ce qu'on peut à notre pays, et à la fin c'est tes propres parents qui te mentent toute la journée.»

Parmi les jeunes générations, la rancœur est tenace, et se mêle déjà à une lassitude. Beaucoup de celles et ceux qui avaient cru en la révolution en sont sortis désabusés. «L'idée qu'on est tous ensemble pour avancer, moi je n'y crois plus. Notre génération, la génération avant la nôtre, et celle d'avant encore, tout le monde a vécu un truc similaire, et je ne vois pas pourquoi notre génération va pouvoir changer quelque chose», lâche Anthony Seeman dans un haussement d'épaules. Il n'y a pas si longtemps pourtant, ce trentenaire était de toutes les manifs, avec la rage d'en finir avec le gouvernement.

Une révolution et puis s'en va

Il faut remonter au 17 octobre 2019, pour trouver la flamme révolutionnaire qui avait animé le Liban. L'annonce d'une taxe WhatsApp avait mis les rues en feu: rapidement des routes avaient été bloquées, des pneus cramés, et tandis que les révolutionnaires de la première heure sillonnaient le Ring montés sur leurs bécanes, les rangs des manifestants grossissaient à vue d'œil. «La révolution était une réappropriation de l'espace public. Énormément de sujets ont été abordés pour la première fois. On n'a pas distingué entre les réclamations politiques, au niveau des élections et des réformes, et les réclamations d'ordre social, pour les droits des femmes, la justice sociale, la solidarité avec les peuples de la région, contre le racisme, contre le confessionnalisme… Il y a eu des slogans, des manifestations et des débats sur toutes les questions de la société libanaise», détaille Ziad Majed.

«Tout le monde n'était pas d'accord sur les mêmes priorités et les mêmes principes, mais tout le monde était d'accord sur la nécessité de changer et de tourner la page de cette classe politique corrompue et médiocre, poursuit le chercheur. Il y avait au moins un sentiment que tout est possible, que la lutte face aux dirigeants peut se poursuivre, et qu'un rapport de force peut être établi dans le pays, permettant des réformes, des chantiers différents, où chaque tendance politique, chaque mouvance, chaque groupe peut militer pour ses valeurs et ses aspirations.»

À l'approche du 4 août, les manifestants se remobilisent. Ils brûlent régulièrement des pneus pour bloquer les routes et manifestent devant le domicile de ministres pour réclamer le départ de la classe dirigeante corrompue, et que justice soit rendue pour les victimes de l'explosion. Beyrouth, Gemmayzeh, le 22 juillet 2021. | Robin Tutenges

Au départ, le vocabulaire était hésitant: était-ce une intifada (insurrection)? Un hirak (mouvement)? Finalement, c'est la thawra qui s'est imposée: une révolution. La rue s'était ressaisie d'un slogan qui avait émergé quatre ans plus tôt lors de la crise des déchets: «kellon yané kellon», «tous, ça veut dire tous». Même le Hezbollah, même Hariri, même Aoun, tous. Mais l'euphorie des premières semaines s'est vite estompée.

«Il y a eu une première phase de désenchantement qui a commencé avec le coronavirus, qui a été un virus contre-révolutionnaire. En obligeant les gens à rester chez eux, il les a empêchés de manifester. C'est la première bouée de sauvetage dont a bénéficié la classe politique libanaise, pointe Karim Émile Bitar, doyen de l'Institut de Sciences politiques de l'université Saint-Joseph de Beyrouth. Et comme après chaque révolution, une contre-révolution s'est enclenchée. Les partis de l'establishment ont été déstabilisés, les politiciens ne pouvaient plus sortir dans les restaurants sans être invectivés, mais progressivement, ils se sont reconstruit une assise sociale au fur et à mesure que la crise économique grandissait, et que la paupérisation de la population allait croissante.»

L'explosion du port a été le coup de massue. En terrassant la capitale, elle a émietté les espoirs de lendemains plus libres. Naturellement, la pauvreté est un terrain propice pour le clientélisme, et les partis traditionnels le savent, qui ont su ramener dans leur giron une partie de leurs anciens soutiens à coups d'allocations opportunistes.

Le retour au bercail confessionnel

Tandis que la monnaie locale continuait sa chute vertigineuse et que les produits subventionnés par le gouvernement peinaient à couvrir les besoins de première nécessité des familles libanaises –le prix des denrées alimentaires a augmenté en moyenne de 700% au cours des deux dernières années–, le Hezbollah a été l'un des premiers partis à organiser son repêchage électoral: dès le mois d'avril, il proposait aux sympathisants chiites deux cartes de paiement, la carte Al-Nour et la carte Sajjad, permettant d'acheter des produits de consommation ou de financer des consultations médicales.

Dans les rues de Bourj Hammoud, quartier arménien qui regroupe de nombreuses populations immigrées, les câbles électriques emmêlés lacèrent le ciel. Beyrouth, Bourj Hammoud, le 19 juillet 2021. | Robin Tutenges

«Même si beaucoup de gens rejettent le système à l'échelle nationale, il y a encore énormément d'"esprits captifs", des gens qui continuent de suivre les milices traditionnelles et les leaders de l'establishment politique», commente Karim Bitar. Peu à peu, les crispations communautaires dont les révolutionnaires avaient cru pouvoir se débarrasser reviennent. Alors que des cordes à destination des politiciens avaient été dessinées sur les murs et suspendues aux ponts dans la foulée du 4 août, le dénuement oblige la fidélité partisane. Tel maronite excuse le président Aoun par les incompétents qui l'entourent, tel sunnite l'ex-Premier ministre Hariri par les pressions dont il fait l'objet, tel chiite sauve encore Nasrallah comme le dernier rempart protecteur de la communauté…

«Tout le monde dit que c'est des voleurs, mais qu'ils sont en plus criminels, et en plus médiocres, et c'est ça qui est un peu plus humiliant encore.»
Ziad Majed, chercheur et politiste

Ayah Takidine, une Syrienne habitant le quartier chiite de Ras el Nabaa', connu pour son soutien historique au mouvement Amal, a vu son voisinage évoluer au cours des derniers mois: «Tout le monde est tellement désespéré que même s'ils restent loyaux envers Amal, ils se fichent de tout désormais, car ils sont tous fatigués: ils se démènent pour avoir de l'électricité, mettre les enfants à l'école, vivre simplement au jour le jour. La chose qu'ils soutenaient le plus n'a fait que détruire leurs vies.»

Une pauvreté chronique

Du Nord au Sud, on remarque que de nombreuses plaques d'égouts ont été enlevées sur les routes: des ferrailleurs à la sauvette les arrachent pour les revendre, afin qu'elles soient fondues et trouvent un second usage. Les emplois informels, déjà nombreux avant la crise, deviennent de plus en plus visibles, et trahissent la précarité croissante de la population. Des cireurs de chaussures qui arpentent la rue Gouraud aux chiffonniers qui plongent dans les rares bennes à ordures, en passant par ceux qui ont perdu leur emploi et guettent le coucher du soleil depuis une chaise en plastique plantée sur le trottoir, tous semblent attendre la fin d'un trop long film catastrophe en mal d'action.

Parmi les chiffoniers, on trouve de nombreux enfants des rues, qui parcourent dès l'aube la ville et ses poubelles. Beyrouth, Syoufi, le 23 juillet 2021. | Robin Tutenges

«C'est tout un système qui s'effondre, et laisse place au sentiment que le pays agonise et qu'on est incapables de le sauver. Ce sentiment d'impuissance est déprimant, et terrible. Tout le monde dit que la classe politique est composée de voleurs, mais qu'ils sont en plus criminels, et en plus médiocres, et c'est ça qui est un peu plus humiliant encore. Malgré leur médiocrité, et malgré leur niveau, que la plupart des Libanais méprisent, ils gouvernent quand même, ils restent au pouvoir quand même, ils pillent quand même, ils nous humilient quand même», scande Ziad Majed.

«T'es dans une relation toxique, mais t'arrives pas à partir. Pour moi Beyrouth, c'est ça.»
Mélanie Dagher, qui habitait à Mar Mikhael au moment de l'explosion

Alors que 55% des Libanais vivent sous le seuil de pauvreté, 23% ont sombré dans l'extrême pauvreté, selon les derniers chiffres du Lebanon Crisis Response Plan, datant de mai 2020. C'est sans compter l'ensemble des populations immigrées, qui représentent près d'un tiers de la démographie totale du pays, et sont confrontées à des discriminations croissantes. Accusés de tous les maux, Syriens et Palestiniens sont, aux côtés des travailleuses domestiques venues d'Asie et d'Afrique, parmi les premiers récipiendaires de la violence sociale et économique qui pressurise le pays.

«S'il y a un problème d'électricité, c'est à cause des Syriens. S'il n'y a plus d'emplois, c'est à cause des Syriens. Si un criminel s'avère être syrien, sa nationalité est la première chose que tu apprendras aux infos. Tu peux travailler pour les Libanais comme un esclave, au moindre problème, on trouvera n'importe quel prétexte pour se débarrasser de toi», raconte Mustafa, qui a quitté Manbij pour Beyrouth quelques années après le début de la guerre en Syrie. Cet homme de 27 ans qui travaillait sous contrat illégal pour une ONG locale a été renvoyé par trois fois: manque de financements des projets, révolution, pandémie de Covid-19. L'instabilité chronique du pays interdit de se projeter sur le long terme, tant le quotidien est soumis à de multiples aléas. Aujourd'hui, Mustafa essaye de quitter le pays pour s'installer en France et poursuivre ses études.

Si la grande majorité des réfugiés du Liban souhaite rentrer dans son pays d'origine (déjà 80% en 2019), les conditions de possibilité de ce retour sont rarement réunies. Alors que le gouvernement libanais fait campagne depuis des années pour un retour des immigrés syriens au motif que la guerre serait achevée, la Syrie de Bachar el-Assad demeure un terrain miné pour celles et ceux qui ont dû fuir le pays, et ne sont attendus que par les moukhabarats (services de renseignements) ou la misère.

Hala, qui habite dans la rue d'Arménie, à quelques mètres du port, a vu sa maison être ravagée par l'explosion. Aujourd'hui, les travaux de reconstruction ne sont toujours pas terminés, et lorsqu'elle se rend à Beyrouth, elle loge à l'étage en dessous, chez sa voisine qui est aussi sa cousine. Beyrouth, Mar Mikhael, le 8 juillet 2021. | Robin Tutenges

Prendre un nouveau départ

Quitter le Liban n'est cependant une chose facile pour personne. Malgré la fuite des cerveaux et de tout type de travailleur qui parvient à trouver un emploi au-delà des forêts de cèdres, beaucoup sont encore réticents à laisser le pays et leurs parents derrière eux. «Je compare souvent ça au syndrome de Stockholm. T'es dans une relation toxique, mais t'arrives pas à partir. Pour moi, Beyrouth, c'est ça. J'avais d'une part la peur de me retrouver dans un pays où personne ne comprendrait ce qui s'est passé, et d'autre part, celle de me sentir encore sans identité, d'aller quelque part où je vais devoir prouver que je ne suis pas une terroriste même si je suis arabe, que je viens travailler légalement… Je n'avais pas la force de passer par tout ça. J'avais juste besoin d'être quelque part qui m'était familier, même si ça me faisait du mal», regrette Mélanie Dagher. Aujourd'hui, alors que tout son entourage a plié bagages, elle s'est elle-même résolue à quitter le pays prochainement.

De son côté, Anthony Semaan a réussi à décrocher une résidence de cinq ans à Londres, après avoir candidaté au Global Talent Visa. Début juin, il a embarqué son chien dans l'avion, et a quitté le Liban, avec un soulagement mêlé d'amertume: «Moi, j'ai 35 ans, j'ai envie de vivre sans explosion, sans maladie, sans accident. J'ai encore probablement quarante-cinq ans de vie devant moi, et je n'ai pas envie de les passer dans des conditions pareilles. Le Liban nous a offert plein de jolies choses, mais il ne nous donne plus d'opportunité de vivre ou de voir un progrès.» Hébergé chez des cousins et en recherche d'emploi, il lâche dans un sourire: «Je suis tellement heureux maintenant, j'avais oublié que je pouvais être heureux, juste en train de vivre une vie normale. Je marche dans le parc, je suis heureux, j'ai pas de boulot je suis heureux: tout ça c'est pas grave, tant que je me suis cassé du pays, ça va.»

Au Liban, tout le monde rêve de quitter un pays qui semble n'avoir plus rien à offrir à ses habitants. Beyrouth, sur la corniche, le 17 juillet 2021. | Robin Tutenges

Comme tant de jeunes qui semblaient résolus à rester après le désastre du 4 août pour rebâtir un nouveau pays enfin débarrassé de sa classe politique véreuse, ses derniers espoirs n'ont pas survécu à un an de violence sourde. Sur toutes les lèvres, c'est le parallèle avec la guerre civile qui revient: si les armes se sont tues pour l'heure, la guerre est d'usure, économique et psychologique. Une fois de plus, c'est le spectre de l'impunité qui revient hanter les Libanais: alors que les familles des victimes réclament justice et que Tarek Bitar, le dernier juge en charge de l'enquête sur l'explosion, s'escrime à vouloir faire lever l'immunité parlementaire de trois anciens ministres, aucune réponse n'a encore été donnée, aucun coupable désigné.

À l'approche du 4 août, la ville est partagée entre fébrilité et torpeur. Les traumas se réveillent, mais la haine est devenue atone. C'est le regard inquiet que les gens murmurent: «Ça va péter.»

Nouveaux investisseurs, nouveaux courtiers, nouvelles entreprises cotées: la bourse prend un sacré coup de jeune

July 27th 2021 at 07:20

Une génération d'investisseurs arrive, abordant le marché d'une autre façon, avec des outils inédits, à un moment où se multiplient les introductions en bourse de jeunes entreprises de haute technologie.

Temps de lecture: 7 min

En mars 2020, alors que les mesures de confinement se généralisaient dans le monde, les marchés boursiers ont chuté de façon vertigineuse. Mais ils se sont redressés très vite et, dès le mois d'août, de nouveaux records étaient battus à New York. Surprise: ce n'étaient pas les investisseurs professionnels qui menaient la danse, mais des particuliers. Plus surprenant encore, on comptait parmi eux de nombreux jeunes, que l'on n'avait jamais vus sur les marchés auparavant. D'abord visible aux États-Unis, ce mouvement est apparu très vite en Europe aussi.

En France, l'AMF (Autorité des marchés financiers) fait état, dans son rapport annuel 2020, d'un afflux de nouveaux investisseurs plus jeunes et plus actifs: «Nous avons ainsi enregistré environ 60 millions de transactions boursières de particuliers en 2020 contre 25 millions les années précédentes.» Sur l'ensemble de l'année, 410.000 nouveaux investisseurs ont été dénombrés. Ce phénomène a paru suffisamment important pour justifier la création d'un tableau de bord trimestriel des investisseurs particuliers actifs en bourse.

Les moins de 25 ans arrivent

Les chiffres recueillis au début de 2021 confirment cette évolution. En 2020, l'âge médian des nouveaux investisseurs avait été de 46 ans contre 58 ans en 2018 et 2019. Ce rajeunissement se poursuit: de mars 2019 à mars 2021, la part des moins de 35 ans est passée de 11% à 18,1% chez les détenteurs d'actions en direct.

Ces chiffres sont certes à relativiser: les gros bataillons de boursicoteurs se situent encore entre 35 ans et 64 ans (49% du total) et à partir de 65 ans (32,9%). Mais il n'en demeure pas moins que le taux de détention d'actions en direct (sans passer donc par une assurance-vie ou des placements collectifs) chez les moins de 35 ans a presque doublé en deux ans, passant de 2,3% en 2019 à 4,4% en 2021. Et on constate que ce taux de détention est supérieur chez les moins de 25 ans (4,7% en 2021) que chez les 25-34 ans (4,0%). C'est bien chez les plus jeunes des adultes que le mouvement est le plus fort.

Les longues heures passées chez soi ont laissé du temps libre pour explorer les sites d'informations boursières et ceux des courtiers en ligne.

Comment ce brusque intérêt peut-il s'expliquer dans une classe d'âge où, jusqu'à présent, les vocations de boursicoteur étaient relativement peu nombreuses, si l'on excepte les élèves des écoles de commerce, parce qu'elles supposent de pouvoir mobiliser un minimum d'épargne? Comme toujours en économie (et dans bien d'autres domaines), il n'y a pas d'explication unique à ce phénomène, mais un faisceau d'éléments convergents.

Les marchés boursiers étaient très chers au début de 2020 et pouvaient décourager d'éventuels nouveaux arrivants; après des baisses de l'ordre de 30% ou 40%, voire plus, ils sont devenus beaucoup plus abordables. Le confinement a eu aussi un effet favorable: même pour ceux qui étaient en télétravail, les longues heures passées chez soi ont laissé du temps libre pour explorer les sites d'informations boursières et ceux des courtiers en ligne. Et dans certains pays comme les États-Unis, les aides versées aux ménages ont été assez généreuses pour compenser très largement les éventuelles pertes de revenus; elles se sont retrouvées pour une part non négligeable investies en bourse.

Culture des jeux vidéo et des réseaux sociaux

Elles arrivaient en effet juste au moment où une nouvelle génération d'entrepreneurs passionnés à la fois par les nouvelles technologies et la finance lançait des applications pour smartphone permettant d'arriver sur des sites de courtiers en ligne d'un genre nouveau, imprégnés de la double culture des jeux vidéo et des réseaux sociaux.

Au menu: pas de fastidieuses études financières employant un langage réservé aux spécialistes, des graphiques et des courbes permettant de visualiser rapidement les tendances qui se dessinent, des procédures simples et rapides (quelques minutes) pour ouvrir un compte. Mais aussi la possibilité de passer des ordres «zéro commission», sans oublier des cours tombés si bas que les chances de les voir repartir à la hausse étaient très grandes. La tentation de passer à l'action était très forte, et elle était vivement encouragée par les discussions sur des forums, où il était possible d'échanger très rapidement et librement avec des personnes parlant le même langage.

L'environnement a changé en 2021: les marchés ont encore monté en Europe, Wall Street est au plus haut alors que la rapide propagation du variant Delta laisse planer une menace sur la poursuite de la croissance mondiale. Mais les outils développés pour séduire les jeunes investisseurs sont là, toujours plus nombreux et encore plus perfectionnés, les uns permettant de passer facilement de la bourse aux matières premières ou aux cryptomonnaies comme eToro ou Capital.com, les autres plus spécialisés sur les actions avec une gamme plus large comme Bux ou Trade Republic.

Des introductions en bourse sauvées par les particuliers

Cette arrivée de nouveaux investisseurs et de nouveaux courtiers répondant parfaitement aux attentes des jeunes générations est la bienvenue pour des sociétés désireuses de s'introduire en bourse, mais exerçant des activités liées aux nouvelles technologies mal comprises par des investisseurs plus traditionnels ou plus âgés. On l'a bien vu au début de cette année: parmi la vingtaine d'introductions qui ont été enregistrées à la bourse de Paris depuis le mois de janvier, plusieurs n'auraient pu se faire sans ces nouveaux investisseurs.

L'avenir dira si les particuliers ont eu raison de permettre ces introductions en bourse qui n'enchantaient pas les professionnels.

Les investisseurs institutionnels ne se sont pas toujours montrés très enthousiastes, parce qu'ils ne croyaient pas à la réussite des entreprises qui se présentaient et qu'ils avaient des doutes sur la pertinence de leur modèle économique; ce sont les particuliers qui ont permis à ces opérations de se réaliser. On peut ainsi citer les exemples d'Affluent Medical (implants innovants en cardiologie et urologie), Boa Concept (fabricant de machines dites intelligentes pour un stockage automatisé) ou Obiz (solutions de collecte et d'analyse de données pour améliorer la connaissance et le ciblage des clients).

Est-ce une bonne chose? L'avenir dira si les particuliers ont eu raison de permettre ces introductions en bourse qui n'enchantaient pas les professionnels. En théorie, le rajeunissement de la population des investisseurs boursiers est un élément positif: des jeunes peuvent mieux que leurs aînés porter un jugement sur les produits ou les services ayant le plus de chances de plaire aux consommateurs d'aujourd'hui.

Mais le côté ludique des nouvelles applications boursières ne doit pas faire oublier que la finance n'est pas un jeu et les prétendues informations qui circulent sur les forums ne sont pas forcément plus sérieuses que les rumeurs qui circulaient autrefois de bouche à oreille ou dans des publications imprimées d'une honnêteté parfois douteuse.

De GameStop à EMC Entertainment

On a eu aux États-Unis en janvier la folie GameStop, dont le cours est monté en flèche jusqu'à 347 dollars avant de s'effondrer à moins de 41 dollars, pour finalement revenir autour de 180 dollars au terme d'un parcours heurté. Plus récemment, on a assisté à la surprise AMC Entertainment, l'une des grandes chaînes de cinéma américaines, dont l'action valait moins de 2 dollars au début de l'année. La crise sanitaire n'a pas amélioré sa situation déjà peu brillante. Pour faire face à ses dettes et relancer son activité, l'entreprise a procédé à une augmentation de capital qui a été un incroyable succès.

Les pages boursières (WSB, pour Wallstreetbets) du site web Reddit en ont fait leur valeur favorite: les actions mises sur le marché se sont arrachées à un prix moyen supérieur à 50 dollars alors que même dans les meilleures années le cours n'avait jamais dépassé 35,86 dollars, et 587 millions de dollars ont pu être levés en une seule journée. Le 2 juin, le cours est monté de 95%, jusqu'à 72,62 dollars, avant de terminer la séance à 62,55 dollars. Plus récemment, il est revenu à moins de 40 dollars. Que ceux qui ont participé à l'augmentation de capital à un cours nettement supérieur se consolent: ils ont droit à des pop-corn gratuits quand ils vont dans l'un des cinémas de la chaîne!

L'illusion du «zéro commission»

L'AMF se réjouit évidemment de l'arrivée de nouveaux investisseurs, «qui permet de créer un lien plus direct entre les Français et le développement de nos entreprises», mais laisse entrevoir une certaine inquiétude face à la possible survenue de tels errements à la bourse de Paris: «Encore faut-il que cette évolution s'inscrive bien dans une perspective de long terme, ne se traduise pas par des prises de risques excessives et qu'elle contribue au bon fonctionnement du marché.» Un point préoccupe particulièrement le régulateur français et ses homologues européens: le phénomène du «zéro commission». La gratuité n'existe pas, elle est illusoire: la transmission et l'exécution d'ordres de bourse ont forcément un coût. Qui paie et comment?

La première possibilité est celle du PFOF, pour «payment for order flow». Le courtier en ligne redirige les ordres d'achat et de vente de ses clients vers un teneur de marché qui les exécute. Pour remercier le courtier de lui apporter ce flux d'ordres, le teneur de marché lui verse une rémunération. Cette situation est dangereuse, estime l'ESMA, l'autorité européenne des marchés financiers, car on est là en plein conflit d'intérêt: le courtier peut être tenté de choisir l'entreprise de marché qui lui verse la meilleure commission sans se préoccuper de savoir si cette entreprise exécutera les ordres reçus de la façon la plus favorable au client. Or les directives européennes imposent aux courtiers de rechercher toujours la meilleure exécution.

Spéculation ou investissement responsable?

Mais la meilleure façon de se rémunérer pour le courtier qui pratique le «zéro commission», c'est de jouer sur l'écart entre les prix de vente et les prix d'achat des actions. L'ordre n'est pas transmis au marché, il est exécuté en interne à un prix qui apparaît sur l'écran. Et comme le «zéro commission» incite à multiplier les opérations, plus le client joue, plus le courtier gagne sa vie. D'où l'utilité des forums, qui créent une agitation souvent artificielle autour de certaines valeurs et font tourner le compteur des transactions. On est loin de l'époque où l'on achetait des titres pour les garder en portefeuille plusieurs années...

Que la bourse évolue et que son fonctionnement suive l'évolution des techniques est évidemment souhaitable. Que cela se fasse à la fois dans l'intérêt des épargnants et de l'économie en orientant les capitaux vers les secteurs où ils pourraient être vraiment utiles, cela reste à démontrer. L'engouement spéculatif autour de sociétés ne présentant pas un grand intérêt laisse un peu sceptique, alors que par ailleurs on ne parle que d'investissement responsable et de développement durable… Mais peut-être aurons-nous de bonnes surprises.

Pourquoi la mer est-elle salée?

July 27th 2021 at 07:00

[L'Explication #18] Un article pour mieux comprendre ce petit goût désagréable quand on boit la tasse.

Temps de lecture: 3 min

Pourquoi envions-nous l'orgasme des cochons? Les gauchers sont-ils davantage intelligents? Quand il pleut, est-ce que les insectes meurent ou résistent? Vous vous êtes sans doute déjà posé ce genre de questions sans queue ni tête au détour d'une balade, sous la douche ou au cours d'une nuit sans sommeil. Chaque semaine, L'Explication répond à vos interrogations, des plus existentielles aux plus farfelues. Une question? Écrivez à [email protected]

Quand on se prélasse paisiblement dans la mer, en faisant la planche visage face au soleil, on en viendrait presque à oublier la teneur de l'eau sur laquelle on flotte. Du moins, jusqu'à ce qu'une vague imprévisible nous caresse un peu trop le flanc, faisant rentrer de l'eau dans nos narines, nos yeux et notre gorge. La bouche asséchée et les yeux rouge tomate, on se rappelle finalement à quel point la mer est salée.

Comment expliquer la présence de sel dans l'océan? Y en a-t-il toujours eu? Pourquoi y a-t-il alors de l'eau douce? Voilà quelques réponses à vos questions, de quoi mettre du sel dans vos conversations cet été.

4 milliards d'années

La présence de sel dans l'océan ne s'est pas faite en un jour, et pour comprendre ce phénomène, un petit retour en arrière s'impose. Enfin, pas si petit que ça: il faut tout de même rembobiner 4 milliards d'années, pour arriver à l'époque où la Terre n'était qu'une immense étendue où de multiples volcans s'adonnaient sans relâche à cracher des gaz dans l'atmosphère toute la journée.

Passé un certain moment, ces gaz volcaniques, riches en vapeur d'eau, auraient subi un refroidissement intense, provocant la formation des premiers nuages. Et qui dit nuage, dit aussi risque de pluie. Pourtant, ce n'est pas à une simple petite bruine qu'a eu à faire notre tout jeune globe terrestre, mais à un véritable déluge. À tel point que nos océans ont ainsi vu progressivement le jour, là où ces eaux pouvaient s'accumuler (au passage, vous venez donc aussi d'apprendre comme se sont formés les océans. De rien.).

Mais ces gaz libérés par les volcans n'étaient pas seulement composés de vapeur d'eau: ils contenaient entre autres du chlore et du soufre, qui se sont dissous dans les océans, notamment sous forme de sulfate, explique Science & Vie. Leur présence est l'une des raisons pour laquelle, encore aujourd'hui, les mers sont aussi salées. Mais c'est loin d'être la seule.

D'un autre côté, les pluies qui frappent les sols depuis des millénaires sont légèrement acides (pas assez du moins pour nous faire mal, rassurez-vous), en raison de la présence de gaz carboniques. Cette acidité érode physiquement les roches et arrache des sels et des minéraux sous forme d'ions, ce qui a pour conséquence de rendre l'eau salée. Par la suite, ces éléments chimiques ruissellent tout bonnement dans les rivières et les mers, avant de terminer leur course dans les océans.

L'eau douce, pas si douce

Pour celles et ceux qui vivent loin des mers, l'eau douce est sûrement plus familière. Elle n'en reste pas moins largement minoritaire par rapport à l'eau salée, qui représente environ 97% de l'eau qui recouvre la planète bleue. Et encore: seul 1% de l'eau douce se trouve sous forme liquide, dans les rivières et les lacs –les 2% restants sont présents sous forme gelée dans la calotte glaciaire, précise The Conversation.

Minute! On l'a vu, les sels dissous ruissellent dans les rivières et les fleuves avant d'atteindre les mers. L'eau douce n'est donc pas vraiment si douce? Dans un certain sens, non, étant donné qu'elle contient bel et bien un peu de sels dissous. Mais ce n'est rien comparé à l'eau de mer. Cette dernière en contient en effet près de 350 fois plus que l'eau de rivière moyenne. Ainsi, tandis que les grands fleuves ont une salinité de 0,1 gramme par litre, l'eau de mer, quant à elle, contient environ 35 grammes de sel dissous par litre. Comparaison faite, l'eau douce n'a donc pas volé son nom.

Comment toutefois expliquer cet écart de salinité entre mer et fleuve, par exemple? La réponse est simple. D'un côté, l'eau des fleuves ruisselle sur des roches lisses, dont les éléments ont déjà été arrachés; de l'autre, les sels dans les océans se sont accumulés sur des milliards d'années, en comparaison avec fleuves et rivières, où cette accumulation est nettement plus réduite dans le temps.

Et encore, tout ceci n'est rien par rapport à une mer en particulier, qui, niveau salinité, les supplante toutes. C'est la célèbre mer Morte, qui est en fait un lac, située entre Israël, la Cisjordanie et la Jordanie. Alors que le taux de salinité moyen des mers et océans de notre planète varie entre 2 et 4%, celui de la mer Morte grimpe jusqu'à 27,5%!

Le responsable? Le Jourdain, fleuve du Moyen-Orient, qui lui déverse près de 850.000 tonnes de sel par an, tandis que, dans le même temps, le niveau de la mer Morte baisse d'un mètre chaque année, ralenti par l'important détournement des eaux l'approvisionnant à des fins d'irrigation. C'est ce phénomène qui accentue toujours un peu plus la concentration de sel de cette étendue d'eau. Mieux vaut donc éviter d'y boire la tasse!

Comment créer un raccourci vers son pass sanitaire sur iPhone

July 27th 2021 at 07:30

Si vous souhaitez un moyen rapide et pratique d'accéder à votre pass sanitaire sur iPhone, l'application Raccourcis est votre amie. Vous pouvez créer des icônes dédiées et même l'invoquer en tapant le dos de votre iPhone.

Avec la récente loi validée par le Sénat, le pass sanitaire va être requis pour un nombre encore plus large d’activités. Que ce soit une preuve de rétablissement, un certificat de vaccination ou un test négatif, il va devenir indispensable de présenter son QR Code fréquemment.

Pour avoir un accès rapide à son certificat ou son QR Code, il est possible de l’importer dans TousAntiCovid. Mais si vous êtes sur iPhone, l’application Raccourcis offre un moyen encore plus rapide d’accéder à son pass sanitaire (sur tous les iPhone à partir d’iOS 12).

En format PDF

Si vous avez votre pass sanitaire en format PDF enregistré sur votre téléphone, il est possible de l’épingler directement à votre écran d’accueil pour un accès plus facile.

Pour y parvenir :

  • Ouvrez l’application Raccourcis
  • Allez dans l’onglet Mes Raccourcis
  • Créez un nouveau raccourci avec le bouton +
  • Dans le champ en bas de l’écran, saisissez « Ouvrir le fichier » et sélectionnez l’entrée qui correspond
La marche à suivre pour créer un raccourci du pass sanitaire (1/3). // Source : Capture d’écran Numerama
  • Tapez sur l’élément Fichier puis Choisir
  • Explorez la mémoire de votre téléphone pour trouver votre fichier PDF
  • Faites un appui long sur le fichier puis appuyez de nouveau sur la miniature qui s’affiche
  • Cliquez ensuite sur l’élément App par défaut puis sélectionnez l’application Fichier dans la liste
La marche à suivre pour créer un raccourci du pass sanitaire (2/3). // Source : Capture d’écran Numerama
  • Donnez un nom à votre Raccourci puis cliquez sur la croix en haut à gauche
  • Faites enfin un appui long sur votre raccourci nouvellement créé et cliquez sur Partager
  • Dans le menu qui s’affiche, cliquez sur l’entrée Sur l’écran d’accueil puis Ajouter
La marche à suivre pour créer un raccourci du pass sanitaire (3/3). // Source : Capture d’écran Numerama

Voilà, vous avez désormais un raccourci directement sur votre écran d’accueil qui ouvrira votre PDF. Si vous le souhaitez, il est possible de personnaliser l’icône de votre pass sanitaire. Au moment de la création du raccourci, cliquez sur l’icône en haut de l’écran puis choisissez la couleur et le glyphe qui vous conviennent.

Dans Apple Wallet

Si vous avez suivi notre tutoriel pour importer votre pass sanitaire dans Apple Wallet, il est également possible de créer un raccourci qui pointe vers ce dernier.

  • Ouvrez l’application Raccourcis
  • Allez dans l’onglet Mes Raccourcis
  • Créez un nouveau raccourci avec le bouton +
  • Dans le champ en bas de l’écran, saisissez « Cartes » et choisissez Ouvrir carte CovidPass
La marche à suivre si votre pass est dans Apple Wallet (1/2). // Source : Capture d’écran Numerama
  • Donnez un nom à votre Raccourci puis cliquez sur la croix en haut à gauche
  • Faites un appui long sur votre raccourci et cliquez sur Partager
  • Dans le menu qui s’affiche, cliquez sur l’entrée Sur l’écran d’accueil puis Ajouter.
La marche à suivre si votre pass est dans Apple Wallet (2/2). // Source : Capture d’écran Numerama

Comme pour le certificat en format PDF, il est également possible de personnaliser l’icône de votre raccourci. Au moment de sa création, cliquez sur l’icône en haut à gauche et choisissez la couleur et le glyphe qui vous conviennent.

Le pass sanitaire accessible d’un tapotement

Si vous souhaitez aller plus loin avec vos raccourcis, il est même possible de les invoquer en tapotant sur le dos de votre iPhone.

  • Allez dans l’application Réglages
  • Rendez-vous dans la section Accessibilité
  • Cliquer sur Toucher
  • En bas du sous-menu choisissez l’option Toucher le dos de l’appareil
  • Cliquez sur Toucher 2 fois
  • Faites descendre la liste jusqu’à la section Raccourcis
  • Choisissez le raccourci que vous venez de créer
  • Cliquez sur Retour
La marche à suivre pour invoquer votre pass sanitaire avec un tapotement au dos de l’iPhone // Source : Capture d’écran Numerama

Si vous tapez deux fois sur le dos de votre téléphone vous pourrez afficher votre QR Code. La fonctionnalité marche où que vous soyez dans votre téléphone.

Il est aussi possible de demander à Siri d’afficher votre pass sanitaire. Lancez juste l’assistant virtuel et prononcez le nom de votre raccourci. Si Siri vous a compris, il vous affichera votre document tout seul. Si l’assistant d’Apple à du mal à vous comprendre, il faut peut-être renommer votre raccourci pour avec un nom moins ambigu. Le raccourci « Pass sanitaire » ne fonctionnait pas sur notre téléphone de test, alors que « Passe sanitaire » oui par exemple.

La suite en vidéo

Comment l'alliance entre l'industrie nucléaire française et russe veut faire capoter la transition allemande

July 27th 2021 at 06:00

L’Allemagne doit sortir du nucléaire en 2022. Mais l’entreprise française Framatome souhaite continuer à exploiter son usine allemande de combustible nucléaire. Pour le faire, elle compte s’associer à une filiale de l’entreprise d’État russe Rosatom.

Les entreprises nucléaires françaises et russes vont-elles ralentir la sortie du nucléaire allemande ? C’est ce que craignent des élus et des activistes environnementaux en Allemagne. Framatome, entreprise française détenue à 75 % par EDF, fabrique des combustibles pour les centrales nucléaires en France et à l’étranger. Elle détient une filiale en Allemagne, Advanced Nuclear Fuels (ANF). Son usine de Lingen, dans le nord-ouest du pays, produit des combustibles destinés principalement aux centrales d’Europe de l’Ouest. L’usine doit continuer à fonctionner après 2022, date à laquelle l’Allemagne a pourtant décidé de stopper définitivement tous ses réacteurs et de « sortir » de l’énergie atomique. Au vu de son carnet de commandes, le site de Lingen devrait rester en fonction au moins jusqu’en 2032 [1].

En avril, les Allemands ont eu la surprise de découvrir que, pour continuer à faire tourner cette usine, Framatome comptait s’associer à une filiale de l’entreprise nucléaire d’État russe Rosatom, (du nom de TVEL). « Framatome SAS (France) et JSC TVEL (Fédération de Russie) sont en train de négocier une coentreprise pour coordonner la fourniture d’éléments combustibles spécifiques pour les centrales nucléaires, dans laquelle JSC TVEL détiendra une participation minoritaire de 25 % », nous confirme le service de presse de la filiale de Framatome. Pour que la coentreprise franco-russe voie le jour, il faut encore qu’elle soit approuvée par le ministère de l’Économie allemand, en train d’examiner la question. Et les critiques émergent face à ce projet de coopération franco-russe sur le sol allemand.

« C’est absurde de fermer toutes les centrales nucléaires allemandes tout en continuant à livrer des combustibles à des centrales étrangères, dont les centrales belges de Doel et Tihange, qui sont très peu sûres », estime la députée verte au Parlement allemand Sylvia Kotting-Uhl. Les réacteurs de ces deux centrales belges sont en fonction pour certains depuis plus de quarante ans. Au vu de leur état critique, des voix s’élèvent pour qu’elles soient arrêtées (voir notre article).

« La sortie du nucléaire allemande n’est pas crédible si on laisse ces usines en fonction »

En mars dernier, le ministère de l’Environnement allemand, dirigé par une sociale-démocrate, a réaffirmé que « la sortie du nucléaire en Allemagne n’est pas compatible avec la production d’éléments combustibles pour les centrales nucléaires à l’étranger ». Le ministère préconisait donc « la fermeture des usines de Lingen et de Gronau » – une usine d’enrichissement d’uranium détenue par les États britanniques et néerlandais, ainsi que les entreprises énergétiques allemandes Eon et RWE. Cette fermeture « devrait être mise en œuvre au cours de la prochaine législature », préconise le ministère. Problème : le ministère de l’Économie s’y refuse pour le moment.

Cette question est placée « tout en haut de l’agenda de politique nucléaire » par les écologistes qui pourraient entrer au gouvernement après les élections législatives du 26 septembre. « Des expertises disent qu’on peut légalement fermer ces usines, contre des indemnisations aux exploitants. La sortie du nucléaire allemande n’est pas complètement crédible si on laisse ces deux usines en fonction », estime la députée verte Sylvia Kotting-Uhl.

Je lis, j’aime, je vous soutiens

Pour rester en accès libre, Basta ! a besoin de vous, lecteurs !

Soutenez l’indépendance de Basta! en faisant un don.

« L’industrie nucléaire russe se sert de ce type de coopération pour faire du lobbying en Europe »

L’alliance de Framatome avec Rosatom risque de rendre encore plus difficile une fermeture du site nucléaire de Lingen. Depuis 2015, l’usine fonctionne à moins de 50 % de sa capacité [2]. « Avec Rosatom, le site pourrait avoir plus de commandes, car l’entreprise russe possède la technologie pour produire du combustible pour les réacteurs russes et vendus par la Russie dans les pays d’Europe de l’Est, explique Sylvia Kotting-Uhl. Rosatom donnera à l’usine de Lingen un accès à ce marché. Et Rosatom pourrait acquérir ainsi de nouveaux marchés à l’Ouest avec l’argument du “Made in Germany”. » Une augmentation de la production de l’usine ferait aussi monter le niveau des indemnisations à payer par l’État aux exploitants pour fermer le site.

Une manifestation anti-nucléaire à Lingen en 2018. © DR.

« L’industrie nucléaire russe se sert de ce type de coopération pour faire du lobbying en Europe, accuse Vladimir Sliviak, coprésident d’Ecodefense, une ONG environnementale russe. C’est aussi un moyen pour Rosatom d’avoir accès à des fonds européens et de renforcer l’influence politique russe en Europe. » L’ONG russe s’est associée à des organisations allemandes et à Sortir du nucléaire en France pour demander la fermeture du site de Lingen et s’opposer à la coopération franco-russe.

« Les gens ne savent pas ici que l’usine de combustible va continuer à fonctionner après la sortie du nucléaire ; qu’ici, on va continuer à produire du combustible nucléaire sans limitation de temps ; et que ces combustibles sont ensuite utilisés dans des vielles centrales nucléaires comme à Doel ou en Suisse », témoigne Alexander Vent, activiste à l’alliance contre l’énergie atomique du Emsland, la région où se trouve Lingen. L’usine emploie 300 à 350 personnes, indique Alexander Vent. « Et l’industrie nucléaire a mis beaucoup d’argent dans la ville, depuis des décennies, en finançant les clubs de sports, des manifestations culturelles… »

Une délocalisation des déchets radioactifs français vers la Sibérie ?

L’industrie nucléaire française coopère à divers niveaux avec l’entreprise d’État russe et ses filiales. De 1994 à 2013, de l’uranium de retraitement – dit URT, de l’uranium « usagé » et réenrichi pour servir à nouveau de combustible – a été utilisé comme combustible dans les quatre réacteurs de la centrale de Cruas, en Ardèche. « Le réenrichissement de l’URT français était effectué en Russie », indique un rapport de la Cour des comptes de 2019. EDF a cessé cette coopération en 2013, après « avoir jugé insatisfaisant le procédé mis en œuvre dans les usines russes ».

Cet uranium était entreposé sur place dans « de mauvaises conditions » sur place en Russie, pointait Barbara Pompili, alors députée LREM devenue depuis ministre de la Transition écologique, dans un rapport parlementaire publié en juin 2018. EDF a pourtant décidé de reprendre cette coopération à partir de 2023, avec une filiale de Rosatom, Tenex. Un contrat estimé à 600 millions d’euros, pour de l’uranium qui sera réenrichi à Tomsk, en Sibérie occidentale. 88% de l’uranium « recyclé » demeurera cependant inutilisable, et « considéré comme des déchets ultimes ».

Je lis, j’aime, je m’abonne

Pour avoir accès à une information qui a du sens, restez connectés avec Basta !

Abonnez-vous à notre newsletter

En Russie, « l’industrie nucléaire est très proche de Poutine, ils peuvent faire ce qu’ils veulent »

Ce nouveau contrat signé par EDF avec Rosatom est « industriellement absurde, car il n’y a aucune incitation économique pour le faire. Apparemment, c’est une décision pour redonner un semblant de crédibilité au business du retraitement », juge Mycle Schneider, consultant indépendant sur l’énergie nucléaire, qui publie tous les ans le Rapport sur l’état des lieux de l’industrie nucléaire. Une manière, selon lui, pour le secteur nucléaire français, de se débarrasser d’une grande partie des déchets ultimes : « Ce qu’on appelle l’uranium appauvri reste en général avec l’entreprise qui fait l’enrichissement, donc en Russie dans ce cas. »

Un moyen, aussi, de délocaliser le risque de mobilisation antinucléaire là où elle sera plus facilement étouffée : « C’est beaucoup plus facile de stocker des déchets radioactifs en Russie qu’en Europe », déplore le militant russe Vladimir Sliviak. « Chez nous, les associations environnementales travaillent sous la pression du pouvoir. L’industrie nucléaire est très proche du président Poutine. Ils peuvent donc faire ce qu’ils veulent »

En 2019, le groupe français Orano (le nouveau nom d’Areva) signait un contrat avec une filiale de Rosatom pour construire une usine d’uranium appauvri, localisée sur le site de Zelenogorsk, au nord de Saint-Pétersbourg, sur le golfe de Finlande. La même année, Rosatom annonce la signature d’un contrat avec Framatome et l’entreprise allemande Siemens pour fournir des systèmes de contrôle à une centrale en Hongrie. EDF a aussi remporté en avril 2020 un contrat de fourniture du système de protection du réacteur de la centrale nucléaire de Koursk II en Russie… Il n’y a pas que sur le gaz que la Russie gagne en influence dans l’énergie en Europe.

Rachel Knaebel

Photo de une : La centrale de Cruas, en Ardèche, où a été utilisé, de 1994 à 2013, de l’uranium réenrichi en Russie. CC BY-SA 3.0 Maarten Sepp via Wikimédia commons.

Bridge returned error 429! (18835)

July 27th 2021 at 06:05

ink.salem - Instagram Bridge was unable to receive or process the remote website's content!
Error message: `The requested resource cannot be found!
Please make sure your input parameters are correct!
cUrl error: (0)
PHP error: `
Query string: `action=display&bridge=Instagram&context=Username&u=ink.salem&media_type=all&direct_links=on&format=Mrss`
Version: `dev.2020-11-10`

  • Press Return to check your input parameters
  • Press F5 to retry
  • Check if this issue was already reported on GitHub (give it a thumbs-up)
  • Open a GitHub Issue if this error persists

pauder

Bridge returned error 404! (18835)

Facebook Bridge | Main Site was unable to receive or process the remote website's content!
Error message: `The requested resource cannot be found!
Please make sure your input parameters are correct!
cUrl error: (0)
PHP error: `
Query string: `action=display&bridge=Facebook&u=MOTOCULTOR.FESTIVAL.OpenAir&media_type=all&limit=3&format=Atom`
Version: `dev.2020-11-10`

  • Press Return to check your input parameters
  • Press F5 to retry
  • Check if this issue was already reported on GitHub (give it a thumbs-up)
  • Open a GitHub Issue if this error persists

teromene, logmanoriginal

Clockwork Aquario interview with Ryuichi Nishizawa

July 26th 2021 at 22:30
InterviewsPS4Switch

Clockwork Aquario interview with Ryuichi Nishizawa

Wonder Boy creator discusses upcoming arcade game revival.

7 seconds ago0 Comment0

Clockwork Aquario

Gematsu recently spoke to Ryuichi Nishizawa, creator of the Wonder Boy series and co-founder of Westone Bit Entertainment, to discuss his upcoming arcade game revival Clockwork Aquario, which was originally planned for release in 1994 before the fighting game-dominated arcade game market caused its cancellation. Now, with ININ Games and Strictly Limited Games, the side-scrolling action game is being completed and released for modern consoles.

In the email interview, Nishizawa discussed how the revival came to be, how it feels to revisit and complete the project, how it differs from the 1994 version, the game concept, its staff, and even shares what game he hopes to bring back next—albeit not one that was cancelled.

Get the full interview below.

Gematsu: Before its cancellation, Clockwork Aquario was originally planned to be released as Westone’s final arcade game. What was the ultimate nail in the coffin?

Ryuichi Nishizawa, Game Creator: “After we decided to cancel the release of Aquario, we discussed the plan for the next arcade game. At that time, we had not yet decided to withdraw from arcade games. We spent several months considering our plans, but the arcade game market at that time was split between fighting games and casual games such as puzzles and mahjong, neither of which were games we wanted to make. Arcade games were the star of the game industry, but we decided to withdraw from arcade games and concentrate on console games.”

So what led to its revival?

Nishizawa: “With the spread of social networking sites, the existence of Aquario became widely known to overseas enthusiasts, and the number of requests from fans who wanted to see it increased. And fortunately, we were able to restore the source code of Aquario because it was still in our company.”

Now that you’re back at it, how does it feel to revisit the project?

Nishizawa: “It’s a strange feeling. Experiences like this are hard to come by, so I am grateful for the twist of fate. During the development process, as the restoration of the game progressed, I was reminded of many things from the development days 27 years ago. I wanted to reward myself for not giving up and completing the game until the end.”

Clockwork Aquario

Clockwork Aquario was mostly complete back in 1993. How much of that has been salvaged for its revival, and how much of it is all-new?

Nishizawa: “When we started restoring the game, we thought we had all the programs and data needed to do so, but while the development proceeded, we found out that there were several pieces of missing image data. The title screen and part of the ending background were missing. We had no choice but to make new ones for those parts. It was a very difficult task to make them fit the pixel design of the time. It was similar to the work of a craftsman restoring a work of art.”

Clockwork Aquario wasn’t very well received during its initial location tests. What were the main issues and how are they being addressed this time around?

Nishizawa: “At that time, fighting games were booming at the video game arcades. This was a time when games in genres other than fighting games were all struggling. The management of video game arcades focuses on sales per unit area. The sales of fighting games were very high because they had a short playing time. They earned three to five times more than other games. Aquario was a traditional type of game where the better you play, the longer you can play, so it was not comparable to fighting games.”

Have any quality-of-life or accessibility features been implemented, such as a rewind option? Or is the game being kept as close to the original vision as possible?

Nishizawa: “Since this is a game that no one has ever seen before, we are focusing on recreating the original. However, since the platforms on which the game is running are different, we have optimized the controller and screen display for today’s consoles.”

Clockwork Aquario

Who are the main characters of Clockwork Aquario, and what are they setting out to do?

Nishizawa: “The player can choose one of the three main characters to play as. They are Huck, a boy; Elle, a girl; and Gush, a robot. They fight to destroy the ambitions of Dr. Hangyo, who plans to take over the world. And they only use their bare hands.”

Each character has their own moveset. Can you tell us a little bit about their actions?

Nishizawa: “Each character has slightly different controls and animations. I’d like to properly explain the differences, but since there are no remaining written specifications, I don’t know exactly how it works either. (Laughs.)”

OK, so what would you say are the defining gameplay traits of Clockwork Aquario? What separates it from other side-scrolling action games?

Nishizawa: “The concept of the game is simultaneous dual-player action. It is characterized by the feature of holding and throwing enemies. You can also throw allied characters. On the other hand, it also means that you can also be thrown.”

Clockwork Aquario

Which Westone Bit Entertainment game would you say Clockwork Aquario most resembles?

Nishizawa: “I think Monster Lair is the closest in terms of side-scrolling two-player simultaneous play. It’s also similar in that the boss battles are flashy.”

How much of the original staff is working on the revival?

Nishizawa: “There were four original members who participated in this work. Mr. Kurihara, who was the main programmer for Aquario, took the lead in supporting the project. United Games Entertainment was in charge of the actual development of the restoration, but whenever we encountered something we didn’t understand during the development, we contacted the development staff and solved the problem through consultations.”

Are there any plans to release the game on additional platforms, such as Xbox One or PC?

Dennis Mendel, Co-Founder of ININ Games and Strictly Limited Games: “As we have more projects to be announced later this year, we need to be careful with our resources—this is why we decided to focus on Switch and PlayStation 4. If we see demand from the Xbox and PC community, then we will definitely look into porting the game to other platforms as well.”

Clockwork Aquario

Do you expect we’ll see more of Clockwork Aquario‘s world and characters in the future—be it in additional games or media?

Nishizawa: “The main game is 27 years old, so it is indeed old-fashioned, but I have the impression that the enemy characters and the world are still suitable for today. The boss characters in particular have great designs, and I would love to see them modeled and animated in 3D. I’m waiting for fan art. (Laughs.)”

Are there any other Westone Bit Entertainment games you hope to bring back in the future?

Nishizawa: “I would love to remake the arcade version of the robot shoot ’em up AURAIL. It’s a personal favorite of mine, as I took hard work to create this title. The world was created with a lot of effort, but it’s not fully expressed on the game screen, so I’d like to use modern technology to express it to the fullest.

“Also, the other day I was watching a gameplay video and I thought it would be interesting to remake it. The first game that was released only in Japan was Milano no Arbeit Collection. It’s a game for the original PlayStation that was only released in Japan. It is the ultimate 2D game for pixel-art lovers, and the quality of the animation is outstanding. I’d like to remake this game with the original pixel art, but I’d have to find about five professional pixel artists to do it. It’s quite difficult.”

Clockwork Aquario

Clockwork Aquario is still without a concrete release date. Is there a narrower release window you can share other than simply “2021”?

Mendel: “As development on the game itself is basically finished, I think it is safe to say that the game will see a release in the fall. All missing graphics and sounds have already been implemented and some extra features have been added, so if we don’t encounter unforeseen problems during testing, the game should reach gold status soon.”

Is there anything else you would like readers to know about Clockwork Aquario?

Nishizawa: “This game is truly a ‘discovered’ visionary game. It is something close to a miracle that a game that was cancelled is now being released after 27 years. I would like to thank Dennis and everyone involved for their hard work in making this project happen. Thank you so much. I look forward to sharing this miracle with you, all readers.”

Thank you for your time, Nishizawa-san and Dennis!

Clockwork Aquario is due out for PlayStation 4 and Switch this fall. Limited print physical editions are currently available for pre-order.

View a new set of screenshots at the gallery.

Use the coupon code "GEMATSU" for 5% off.

comment policy

Comment Policy

Comments are welcome and encouraged on Gematsu. However, we ask that you follow a simple set of guidelines:

  • Read the full article before commenting.
  • Stay on topic.
  • No drive-by comments, including trolling, baiting, or shit-posting.
  • Know when not to comment. If you do not care about a topic, you do not need to comment.
  • No offensive comments. This includes abusive, threatening, pornographic, misleading, or libelous content / language, as well as general harassment and individual attacks.
  • No port-begging.
  • No console wars.
  • Use spoiler tags when posting spoiler or NSFW (non-nude-only) content. For example: <spoiler>Woe is Leomon.</spoiler> State the subject of the content outside of the spoiler tags.
  • Be respectful towards other commenters. You do not have to agree with each other, but debate politely. If you find that a commenter is not following this simple etiquette, do not carry on the conversation—simply report it.

Gematsu reserves the right to edit or delete any comments without notice. This comment policy is subject to change at any time.

This Week’s Japanese Game Releases: NEO: The World Ends with You, The Great Ace Attorney Chronicles, more3 minutes agoOpen Forum #3427 minutes agoOpen Forum #3429 minutes agoOpen Forum #34210 minutes agoOpen Forum #34210 minutes ago

Une appli météo vous alerte lorsque les températures peuvent vous faire mourir de chaud

July 26th 2021 at 21:26

Cette fonctionnalité est loin d'être stupide et peut donner des avertissements précieux.

Temps de lecture: 2 min — Repéré sur Futurism, Gizmodo

L'application Carrot Weather, célèbre aux États-Unis pour pimenter ses bulletins météo avec des blagues sardoniques, vient de mettre en place une nouvelle mise à jour: l'appli vous prévient désormais quand il fait tellement chaud qu'aller dehors pourrait tout simplement vous faire tomber raide mort.

Dorénavant, Carrot inclut donc un nouvel indice de température, celui du thermomètre mouillé, ou température humide, une mesure basée principalement sur la chaleur et l'humidité. Quand les indicateurs atteignent un certain niveau, le corps humain perd sa capacité à se refroidir lui-même et risque de ne plus fonctionner, pour dire les choses simplement.

Cette mesure climatique essentielle, prise par un thermomètre recouvert d'un tissu humide, détermine donc les conditions auxquelles notre corps peut résister. Alors même si Carrot s'amuse à faire des blagues irrévérencieuses sur la disparition des ours polaires en cas de chaleur extrême, sa nouvelle alerte «température humide» pourrait très bien sauver des vies, indique Futurism.

De plus en plus de décès liés à des températures humides élevées

Ces dernières décennies, on a recensé des milliers de cas où la température humide a été mortelle, mais la fréquence de ces décès n'a cessé d'augmenter au cours des dernières années, dans plusieurs régions du globe. Il s'agit très certainement d'un symptôme des ravages du changement climatique provoqué par nos activités.

Quand la chaleur et l'humidité sont trop élevées, notre transpiration ne peut plus s'évaporer, ce qui signifie que le corps n'est plus capable de se refroidir naturellement. Lorsque la température humide atteint 80 degrés Fahrenheit, soit 26,7°C, travailler au soleil pendant une demi-heure peut mettre le corps humain en grand danger, précise Gizmodo. À partir de 35°C en température humide, vos organes commenceront à lâcher et les gens risquent de mourir en quelques heures, ont averti les scientifiques.

«Même s'ils sont en parfaite santé, même s'ils sont assis à l'ombre, même s'ils portent des vêtements qui en principe facilitent la transpiration, et même s'ils ont une réserve d'eau inépuisable, précise Radley Horton, spécialiste de l'environnement à l'université de Columbia. S'il y a suffisamment d'humidité dans l'air, il est thermodynamiquement impossible d'empêcher le corps de surchauffer.»

«C'est terrible ce qui arrive à la planète, mais j'espère que Carrot peut faire la différence en aidant les gens à mieux suivre ce qui se passe exactement», a déclaré Brian Mueller, le développeur de Carrot Weather. Il estime que son application peut maintenant avertir les utilisateurs en leur indiquant s'ils peuvent sortir en toute sécurité, et en montrant comment la crise climatique modifie déjà la météo de manière dangereuse, voire mortelle.

Haiku R1 beta 3 - Haiku a 20 ans !

July 26th 2021 at 21:18

Ça y est, la troisième version bêta de Haiku est disponible, juste à temps pour fêter les vingt ans du projet le mois prochain !

Logo de Haiku

Sommaire

Haiku est un système d’exploitation inspiré par BeOS. L’objectif est de construire un système léger, facile à utiliser tout en permettant des usages plus avancés.

Une particularité est le choix de réutiliser assez peu de composants existants. L’idée étant d’avoir une seule équipe de développement en charge de tout le code source, ce qui permet de réaliser les modifications nécessaires aux bons endroits, et pas d’ajouter des couches d’abstraction et d’adaptation entre de multiples composants pas prévus pour fonctionner ensemble.

Le projet est actuellement en version bêta, ce qui signifie que toutes les fonctionnalités prévues ont été implémentées, mais qu’il reste encore de nombreux bugs à corriger.

Cette dépêche comporte des informations générales sur le projet, ainsi qu’une section présentant les principales nouveautés de la version bêta 3 qui vient d’être publiée.

Un peu d’histoire

Le projet Haiku (au départ nommé OpenBeOS) a démarré officiellement le 18 août 2001 avec le premier message sur la liste de diffusion: Ok, let's start (OK, allons-y).

L’idée était de donner une suite à BeOS, un système d’exploitation non libre développé par Be Inc. Au début de l’année précédente, Be avait annoncé la mise en téléchargement gratuit de son système BeOS et un focus shift pour se concentrer sur les « internet appliances », ce qu’on appellerait aujourd’hui l’internet des objets. Un certain nombre d’utilisateurs et de développeurs de BeOS ne souhaitaient pas voir ce système disparaître, et se sont rassemblés pour essayer d’y donner suite.

En 2004, le projet était renommé pour éviter de potentiels problèmes de marques déposées avec BeOS.

En 2005, pour la première fois il était possible de lancer « Tracker » (le navigateur de fichiers de BeOS) sous Haiku.

En 2008, pour la première fois, il était possible de compiler Haiku depuis Haiku (self-hosting), ce qui était l’objectif de l’entrée en phase « alpha » et de la publication d’une première version. Trois autres versions alpha suivront jusqu’en 2012.

En 2010, un sondage auprès des développeurs et utilisateurs définit les objectifs de la version R1 de Haiku, donnant la direction à suivre pour les 10 années suivantes.

En 2013, Haiku fonctionne sur les architectures x86 64 bits.

En 2018, c’est l’entrée en phase « bêta » de la version R1. On considère que toutes les fonctionnalités prévues dans la version 1 de Haiku sont présentes, mais il reste de nombreux bugs à corriger avant d’avoir une version finale. L’objectif est de publier de nouvelles versions assez souvent pour permettre aux utilisateurs de tester le système, et aux développeurs de commencer à porter ou écrire leurs applications.

Statistiques de contribution

Statistiques détaillées pour Haiku

Au total, 305 personnes ont participé à Haiku avec au moins un commit dans le dépôt Git. Ce nombre est sous-estimé, en effet avant 2011, Haiku utilisait Subversion, et les correctifs envoyés par des personnes n’ayant pas accès en écriture au dépôt Git n’étaient pas correctement attribués. De plus, il n’y a pas d’historique pour la première année d’existence du projet pendant laquelle il n’y avait pas du tout d’outil de gestion de code.

Après un pic d’activité entre 2008 et 2010 avec plus de 5 000 commits par an, les choses ont ralenti et depuis 2016, c’est seulement environ 1 400 changements qui sont intégrés chaque année. Haiku utilise Gerrit pour recevoir les correctifs des contributeurs et la plupart des changements sont relus attentivement avant d’être intégrés, afin de s’assurer de la cohésion dans le style de formatage du code, et d’éviter de rajouter trop de bugs.

Le contributeur le plus actif est Axel Dörfler, présent depuis le tout début et encore actif aujourd’hui, qui est l’auteur de 16,63 % des commits intégrés dans Haiku.

Chaque année, environ une soixantaine de personnes contribuent à au moins un changement. Chaque mois, ce sont quinze à vingt personnes.

Aujourd’hui le projet comporte environ 8 000 fichiers sources C et C++ (et autant d’en-têtes .h) qui représentent quatre millions de lignes de code.

Haikuports, les dépôts de paquets

Statistiques détaillées pour Haikuports

Bien sûr, un système d’exploitation ne serait pas très utile sans logiciels à faire fonctionner dessus.

Haikuports est le principal dépôt de logiciels pour Haiku. Le projet a démarré en 2008, d’abord brièvement sous le nom de BePorts, avant d’abandonner BeOS pour se concentrer sur Haiku. Il s’agit d’un projet indépendant de Haiku, même si un grand nombre de contributeurs sont en fait impliqués dans les deux projets (le monde est petit).

Le projet est devenu très actif en 2013, lorsque Haiku s’est doté d’un gestionnaire de paquets. Auparavant, HaikuPorts pouvait être utilisé soit pour installer directement des logiciels compilés à partir des sources sur le système local, soit pour générer des archives .zip permettant de redistribuer ces logiciels. Il n’y avait pas vraiment de gestion des dépendances, ce qui limitait fortement son utilité.

Les années 2017 et 2018 ont été les plus actives, avec 2 500 puis 2 900 commits respectivement. Les choses semblent se stabiliser avec autour de 1 600 commits par an.

Au total, 250 personnes ont participé à Haikuports, soit entre 60 et 70 personnes chaque année depuis 2017.

Actuellement le dépôt contient 2 971 recettes donnant chacune les instructions pour compiler un paquet, ainsi que 1 257 correctifs nécessaires pour compiler certains projets. Le nombre de recettes augmente assez régulièrement depuis le début du projet.

La taille moyenne des recettes est de 88 lignes (incluant une description du logiciel, la liste des dépendances et de ce qui est fourni par le paquet, et les instructions de compilation et d’installation).

Un système d’intégration continue est en place, qui permet de compiler automatiquement les paquets à partir des recettes dès qu’elles sont ajoutées dans le dépôt git. Les utilisateurs de Haiku peuvent ainsi télécharger et installer directement les paquets pré-compilés.

Nouveautés de la version beta3

Processus d’installation

L’un des objectifs de Haiku est d’être un système peu gourmand en ressources et facile à utiliser. Cela commence dès le premier démarrage depuis un DVD (ou une clé USB) d’installation, en essayant de guider l’utilisateur et de faciliter ses premiers pas.

Suite à la publication de la version bêta 2, une étude d’expérience utilisateur empirique (en visionnant de nombreuses vidéos de personnes testant Haiku sur Youtube) a permis de constater plusieurs problèmes d’utilisabilité et quelques bugs dans le processus d’installation. Cela a donc été un des aspects qui ont été améliorés dans cette nouvelle version :

  • il est possible d’utiliser l’application Installeur pour réinitialiser proprement un disque contenant déjà une installation de Haiku, en conservant les fichiers de l’utilisateur (mais pas les applications et la configuration) ;
  • il est possible de quitter l’Installeur et de revenir à l’écran d’accueil permettant de choisir entre l’installation et le mode « live DVD » pour essayer Haiku ;
  • l’outil de partitionnement et de formatage des disques DriveSetup a reçu de nombreuses corrections de bugs et de petits changements d’interface pour éviter les confusions les plus fréquentes.

Le gestionnaire de disques DriveSetup

Gestionnaire de paquets

Haiku est fourni avec un gestionnaire de paquets disposant de fonctionnalités peu souvent rencontrées sur d’autres systèmes, telles que l’installation et la désinstallation de paquets par simple déplacement dans un dossier dédié, et la possibilité de démarrer le système dans un état antérieur, si une mise à jour se passe mal, ou à des fins de tests :

  • les mises à jour de paquets sont capables de reprendre un téléchargement là où il s’était arrêté si le processus est interrompu ;
  • la désinstallation de paquets peut exécuter des scripts de nettoyage inclus dans le paquet ;
  • amélioration des performances de HaikuDepot, l’interface graphique du gestionnaire de paquets. En particulier, optimisation de la façon de stocker les icônes des applications, en les regroupant dans un seul fichier pour limiter le gaspillage d’espace disque ;
  • nombreuses améliorations de la stabilité et de l’expérience utilisateur de HaikuDepot ;
  • remplacement de Python 2 par Python 3.7 comme version par défaut fournie avec Haiku (des versions plus récentes et plus anciennes sont également disponibles dans le gestionnaire de paquets et peuvent être installées si nécessaire).

Le gestionnaire de paquets HaikuDepot

Interface utiilisateur

  • La classe BTextView affiche correctement le texte centré ou aligné à droite. De nombreuses corrections ont été faites dans la classe BTextControl pour corriger son comportement lors de déplacements du curseur et de l’édition de texte.
  • Amélioration de l’apparence de Haiku lors de l’utilisation de thèmes de couleurs à dominante sombre (texte plus clair que la couleur de fond).
  • Intégration de l’outil PadBlocker dans la configuration des périphériques d’entrée. Il permet de désactiver le touchpad lorsque le clavier est utilisé, évitant ainsi de déclencher involontairement des clics ou déplacements du pointeur de souris.
  • Mise à l’échelle des barres de défilement en fonction de la taille de police choisie pour le système (permettant de s’adapter aux écrans à très haute résolution simplement en augmentant le réglage de taille du texte).
  • Multiples changements dans la gestion des chaînes de caractères pour améliorer l’internationalisation et faciliter la traduction de Haiku dans d’autres langues.
  • Possibilité d’afficher la charge CPU dans ProcessController pour les processeurs avec plus de huit cœurs.
  • L’application Pulse affiche le vrai logo du fabricant du CPU (auparavant seul le logo d’Intel était utilisé).
  • Améliorations de la stabilité et de la compatibilité de MediaPlayer avec divers formats audio et vidéo.
  • La fenêtre d’attente lors de l’arrêt du système affiche une icône animée lorsqu’une application est occupée et ne répond pas à la demande de fermeture.

Pulse affichant le logo Intel

Serveur graphique app_server

  • Plusieurs corrections de problèmes de clipping et de clignotements dans l’affichage des fenêtres.
  • Possibilité de dessiner une image bitmap avec une répétition horizontale et/ou verticale (« tuiles »).
  • Ajout de nouvelles opérations de composition graphique, utilisées entre autres dans le navigateur web pour implémenter les canvas JavaScript.
  • Correction du système de substitution de polices de caractères, ajout dans la liste des polices de remplacement de Noto Sans Symbols 2 et Noto Emoji pour couvrir la plupart des caractères fréquemment utilisés.
  • Refonte de la gestion de la mémoire et correction de plusieurs problèmes de dépassement de mémoire qui pouvaient conduire à un plantage du serveur graphique.

Navigateur web

  • L’en-tête « Accept-Language » n’était pas envoyé dans les requêtes HTTP(S), ce qui empêchait certains sites web de s’afficher.
  • Le menu contextuel « Rechercher sur le web » fonctionne à nouveau.
  • Il est possible de sélectionner facilement un moteur de recherche parmi une liste prédéfinie.
  • Le moteur de recherche par défaut est DuckDuckGo, en remplacement de Google (pour des raisons de protection des données des utilisateurs, mais surtout de problèmes de compatibilité avec le navigateur des pages de Google et de l’affichage de messages d’avertissement désagréables).
  • Raccourcis de recherche dans la barre d’adresse, par exemple taper « w Haiku » recherchera Haiku sur Wikipedia.
  • Mise à jour de HaikuWebKit à la version 612.1.21 de WebKit (version datant de juin 2021).
  • Affichage des pages en utilisant leur mode sombre (spécifié via des feuilles de styles CSS) si le système est configuré pour utiliser un thème sombre.

APIs

  • Nouvelle version de l’API « net services » (clients HTTP et Gopher). Cette API est maintenant fournie sous forme d’une bibliothèque statique, ce qui permettra d’effectuer des changements sans casser les applications existantes. Les applications compilées avec la version bêta 2 de la bibliothèque restent utilisables pour l’instant, mais il est recommandé de les recompiler avec la nouvelle version dès que possible.
  • La nouvelle version augmente les performances des téléchargements, et corrige de nombreux problèmes (par exemple il est possible de charger des fichiers de plus de 2 Go).

Systèmes de fichiers

La cohabitation et l’interopérabilité avec d’autres systèmes sont importants pour Haiku. Aussi, de nombreux systèmes de fichiers conçus initialement pour d’autres systèmes peuvent être lus et parfois écrits depuis Haiku :

  • améliorations de la lecture du système de fichiers XFS ;
  • correction d’un plantage du noyau dans le pilote NFS ;
  • lecture des tables de partitions Sun VTOC (format utilisé sur les machines SPARC) ;
  • correction de bugs dans la lecture des systèmes de fichiers ext4.

Les systèmes de fichiers disponibles

En lecture et écriture :

  • BFS (le système de fichiers de BeOS), en versions gros-boutiste et petit-boutiste ;
  • ext2, 3, et 4 ;
  • FAT ;
  • netfs (système de fichiers en réseau spécifique à Haiku) ;
  • NFS versions 2 et 4 ;
  • NTFS ;
  • Reiserfs.

En lecture seule :

  • btrfs ;
  • cdda (permet d’accéder aux pistes d’un CD audio sous forme de fichiers WAV) ;
  • exfat ;
  • ISO 9660 ;
  • UDF.

D’autres systèmes de fichiers peuvent être utilisés via FUSE et userlandfs : SMB et sshfs par exemple. Ils sont disponibles dans le gestionnaire de paquets.

Compatibilité avec BeOS

La possibilité d’exécuter des applications compilées pour BeOS reste un des objectifs du projet. Bien que cela n’ait aujourd’hui plus un grand intérêt au quotidien (la plupart des applications ont été remplacées ou bien leurs sources ont été publiées et elles peuvent être mises à jour), tester ces applications permet de découvrir de nombreux cas particuliers dans le comportement du système et de corriger les bugs les plus tordus :

  • correction d’un problème d’inter-blocage entre le Locale Kit (localisation dans différentes langues) et le Translation Kit (conversion de formats de fichiers) qui avaient indirectement une dépendance circulaire entre eux. Cela empêchait certaines applications de démarrer (par exemple BeLive, et Tracker) ;
  • implémentation du drapeau B_OUTLINE_RESIZE qui permet à certaines fenêtres de ne dessiner que leur contour lorsqu’elles sont en cours de redimensionnement (utile si le tracé du contenu de la fenêtre est particulièrement long) ;
  • ajout d’un « Control Look » qui ressemble autant que possible à BeOS R5 (l’apparence par défaut de Haiku reste inchangée). Cela permet d’assurer une compatibilité avec les applications dont l’interface graphique est codée en dur avec des positions en pixels, sans tenir compte de la taille réelle de la police de caractères et des contrôles.

Compatibilité avec POSIX

En plus des applications écrites pour BeOS, Haiku permet d’utiliser des applications venues du monde UNIX (ou plutôt GNU/Linux et BSD de nos jours). Par exemple, un grand nombre d’applications utilisant la bibliothèque Qt sont disponibles. Haiku essaie autant que possible de suivre strictement le standard POSIX, mais implémente également des fonctions supplémentaires sur lesquelles il y a un consensus parmi les autres systèmes :

  • ajout des fonctions mlock et munlock, permettant d’empêcher une zone de mémoire d’être évacuée dans le fichier swap (pour des raisons de performance ou surtout de sécurité) ;
  • retrait d’une limitation sur le nombre de threads « joinable » par application ;
  • correction du comportement de pselect() lors de l’utilisation de signaux ;
  • correction du code de retour de fsync() lorsqu’il est appelé sur un pipe FIFO 0 ;
  • déplacement de la fonction asprintf dans la libbsd, car ce n’est pas une fonction standard POSIX ;
  • ajout des fonctions exp10, exp10f et exp10l dans math.h (seulement en mode _GNU_SOURCE) ;
  • correction du comportement de write() en mode O_APPEND 
  • ajout de la fonction posix_fallocate() ;
  • ajout de ut_host dans utmpx.h ;
  • ajout de ppoll() (qui ne fait pas encore partie du standard POSIX, mais arrive dans la prochaine version) ;
  • traitement d’une séquence d’échappement permettant d’insérer plusieurs répétitions d’un même caractère dans le Terminal (par exemple pour tracer une bordure dans une application ncurses)

Amélioration des performances

  • Optimisation de la fonction create_area pour éviter un algorithme de complexité O(n2).
  • Optimisation de la fonction BMenuItem::RemoveItem pour être en complexité O(1) au lieu de O(n).
  • Amélioration du pilote cpufreq permettant de mesurer la charge CPU bas niveau et d’ajuster la fréquence de fonctionnement du CPU.
  • Amélioration de la mémoire tampon de MediaPlayer permettant la lecture de vidéos 4K.
  • Implémentation des acquittements sélectifs (SACK) dans le protocole TCP, pour limiter les retransmissions de paquets sur les liens réseaux avec des pertes de paquets (par exemple en Wifi).

Internationalisation

  • Ajout d’une traduction en tchèque, ce qui fait que Haiku est maintenant utilisable dans vingt-huit langues différentes.

Matériel et pilotes

Son

Amélioration des pilotes pour les cartes son à base de chipsets es1370 et intel HDA.

Stockage

  • Nouveaux pilotes pour les lecteurs de cartes SD connectés sur le bus PCI (SDHCI).
  • Amélioration de la stabilité du système de fichier en mémoire ramfs.
  • Amélioration des performances du pilote NVMe.

Réseau

  • Amélioration des performances du pilote réseau virtio (utilisé lorsque Haiku est exécuté dans certaines machines virtuelles).
  • Mise à jour des pilotes de cartes réseau à partir de ceux de FreeBSD 13.
  • Suppression du pilote réseau Wavelan, qui ne concerne que des cartes Wifi depuis longtemps obsolètes (principalement des cartes PCMCIA, sans possibilité d’utiliser des réseaux chiffrés en WPA).

USB

  • Correction de problèmes dans les pilotes USB3

Cartes Graphiques

  • Mise à jour du pilote Intel_Extreme pour les générations de cartes 4 à 7 (chipset Sandy Bridge et suivants). Début de travail sur l’affichage multi-écrans, en mode « clone » pour l’instant.
  • Amélioration du pilote NVIDIA GeForce 6200-6400.

Plans pour la suite

Après vingt ans passés à développer le système, on peut se poser des questions sur l’absence de version R1 stable pour l’instant. Cependant, il faut se souvenir que le développement de Haiku est effectué en grande majorité par des volontaires sur leur temps libre, en jonglant souvent avec un emploi à plein temps et d’autres activités informatiques ou non.

En parallèle du travail des développeurs sur les versions bêta 2 et 3, du tri a été fait dans les rapports de bugs pour essayer de dégager une feuille de route pour les prochaines versions. Beaucoup de tickets ont été déplacés dans les jalons « Unscheduled » (qui signifie que ce n’est pas nécessaire pour la version R1) et R1.1 (pour les bugs les moins importants, pour lesquels on considère qu’ils ne justifient pas de bloquer la version R1).

Durant l’année de travail sur la bêta 3, ce sont environ 250 bugs qui ont été corrigés. Actuellement, le jalon R1 contient plus de 600 bugs, et cela va probablement augmenter après la publication de la nouvelle version bêta, car de nombreuses personnes vont essayer Haiku et découvrir de nouveaux problèmes.

Il reste donc encore au moins trois ans de travail sur la version R1 au rythme actuel. C’est beaucoup. En fait, c’est trop. La solution pour aller plus vite consiste à embaucher une ou plusieurs personnes pour travailler à plein temps sur le projet. Cela a déjà été fait plusieurs fois depuis 2010, d’abord avec des contrats ponctuels de quelques semaines ou quelques mois, puis un contrat plus long en 2014 avec un développeur qui a pu travailler à plein temps sur Haiku pendant environ un an.

Ces emplois sont financés entièrement par les dons reçus par l’association Haiku inc. Ces dons proviennent en partie de particuliers, et en partie de sponsoring de Google pour la participation au Google Summer of Code et au Google Code In. De plus, Haiku inc a reçu certains dons en bitcoins qui ont été oubliés sur un portefeuille électronique quelque temps et leur cours a pas mal augmenté.

Le budget est donc suffisant à présent pour embaucher un développeur pendant un ou deux ans avec un salaire raisonnable. Le problème restait de trouver une personne compétente et volontaire pour se lancer dans l’aventure. En effet, la plupart des développeurs actifs de Haiku ne souhaitaient pas quitter leurs emplois actuels. La situation va peut-être changer puisque Waddlesplash, un des développeurs les plus actifs, vient de quitter son emploi et est en discussion avec Haiku inc pour établir un contrat.

Après les versions R1 et R1.1, il est logiquement prévu une version R2. Dans celle-ci, des changements d’API et d’ABI seront faits (en plus, probablement, d’autres changements). Il n’est pas encore décidé si cette version assurera toujours la compatibilité avec les applications BeOS, et de quelle façon elle pourra le faire. Concrètement, on verra si l’un des développeurs qui souhaitent conserver cette compatibilité se propose pour effectivement implémenter quelque chose.

Le retour de la « promotion team »

Durant les cinq dernières années et suite au départ de Matt Madia, il n’y avait plus vraiment d’équipe chargée de la publicité et du marketing. Une nouvelle équipe a été formée cette année et travaille sur plusieurs sujets : réorganisation du site web et de la documentation, amélioration de « l’onboarding » (accueil, embarquement) pour les nouveaux contributeurs, interviews des développeurs, remise en place d’une boutique de produits dérivés pour financer le projet, etc.

Portage de Haiku sur RISC-V

Une autre grosse nouveauté cette année est le portage de Haiku sur une nouvelle architecture de CPU. Jusqu’à présent, seule la version x86 (32 ou 64bits) était fonctionnelle.

Ceci a été possible principalement grâce au travail de Kallisti5 et X512. Ces deux développeurs ont chacun reçu une station de travail RISC-V offerte par Haiku inc pour les aider à poursuivre leurs efforts (après avoir réussi à faire fonctionner le système dans qemu).

Les corrections faites dans le cadre de ce portage ont également permis de débloquer la situation pour la version ARM de Haiku, qui pourrait elle aussi devenir bientôt utilisable. À moins que la version SPARC soit prête avant.

Tous les changements pour la version RISC-V n’ont pas encore été intégrés dans le dépôt Git. Certains ont besoin d’être mis au propre afin de ne pas casser les autres architectures, d’autres sont en cours de revue et de relecture.

Le Google Summer of Code

Haiku participe régulièrement au Google Summer of Code depuis 2006. Ce programme financé par Google permet d’accueillir des étudiants en tant que contributeurs à des projets open source, sous la forme d’un stage avec un développeur du projet servant de tuteur.

Cette année, quatre étudiants contribuent à Haiku dans ce cadre :

  • Saloni Goyal et Hrithik Kumar travaillent sur l’intégration de clang-format dans l’infrastructure d’intégration continue, afin de signaler automatiquement les erreurs de formatage de code sur les patchs soumis. Ceci nécessite également d’adapter clang-format pour implémenter les conventions de formatage utilisées par Haiku ;
  • Xiaojie Yi améliore la prise en charge du système de fichiers XFS ;
  • Jaidyn Levesque développe un client de messagerie instantanée multi-protocoles.

Tous les quatre ont passé avec succès la première évaluation après un mois de développement.

Migration des canaux de discussion IRC de Freenode vers OFTC

Dans la dépêche de l’année dernière, on parlait de la fermeture du service d’archivage de conversations IRC Echelog. Malheureusement, moins d’un an après, c’est tout le réseau IRC Freenode qui a été fermé. L’ensemble des canaux de discussion de Haiku (à l’exception de certains canaux dans différentes langues qui ont choisi d’utiliser d’autres protocoles de communication) ont donc migré sur le réseau OFTC, un autre réseau IRC accueillant les projets de logiciels libres. L’enregistrement des conversations est maintenent fait par le service irclog de whitequark

Commentaires : voir le flux Atom ouvrir dans le navigateur

Yesterday — July 26th 2021Your RSS feeds

Bridge returned error 429! (18834)

July 26th 2021 at 22:05

lucile_deadmunchst - Instagram Bridge was unable to receive or process the remote website's content!
Error message: `The requested resource cannot be found!
Please make sure your input parameters are correct!
cUrl error: (0)
PHP error: `
Query string: `action=display&bridge=Instagram&u=lucile_deadmunchst&media_type=all&direct_links=on&format=Mrss`
Version: `dev.2020-11-10`

  • Press Return to check your input parameters
  • Press F5 to retry
  • Check if this issue was already reported on GitHub (give it a thumbs-up)
  • Open a GitHub Issue if this error persists

pauder

Bridge returned error 429! (18834)

July 26th 2021 at 22:05

mazaurette - Instagram Bridge was unable to receive or process the remote website's content!
Error message: `The requested resource cannot be found!
Please make sure your input parameters are correct!
cUrl error: (0)
PHP error: `
Query string: `action=display&bridge=Instagram&u=mazaurette&media_type=all&direct_links=on&format=Mrss`
Version: `dev.2020-11-10`

  • Press Return to check your input parameters
  • Press F5 to retry
  • Check if this issue was already reported on GitHub (give it a thumbs-up)
  • Open a GitHub Issue if this error persists

pauder

[Reporterre] Le passe sanitaire, un pas de plus dans « l’autoritarisme » et la « société du contrôle »

July 26th 2021 at 19:00

« Overdose d’autoritarisme », « adoption hâtive de lois », « politique absurde »… Penseurs telle Barbara Stiegler, associatifs, défenseurs des libertés, syndicats, politiques s’inquiètent des mesures liberticides de l’exécutif. Car avec le passe sanitaire, un cran de plus a été atteint dans le contrôle des corps et des esprits. […]

Bastien Le Querrec, membre de la Quadrature du net, regrette que « la fin justifie désormais les moyens. Les effets de bord en matière de liberté ne sont pas pris en considération, dit-il à Reporterre. On habitue la population à ce genre de contrôle, on lui refuse l’anonymat. Il y a une continuité entre cet outil et les autres dispositifs de surveillance qui se sont développés avec la crise sanitaire : la vidéosurveillance automatisée, la reconnaissance faciale, etc. ». […]

https://reporterre.net/Le-passe-sanitaire-un-pas-de-plus-dans-l-autorita…

Héritier des anciens Zelda, Death’s Door est la pépite de l’été 2021

July 26th 2021 at 18:28

Avec sa patte graphique inspirée et ses mécaniques similaires aux anciens Zelda, Death's Door est un jeu vidéo incontournable pour qui cherche à s'évader une petite dizaine d'heures cet été.

Les vacances sont parfois l’occasion de découvrir de vraies pépites. Je n’avais que très peu entendu parler de Death’s Door, avant de le recevoir en test pour cet article. Mais sitôt le jeu installé, je ne l’ai plus quitté. Le générique de fin s’est affiché le lendemain sans que j’aie vu la dizaine d’heures de jeu s’écouler, comme si la réalité s’était stoppée net. Cela a été une parenthèse enchantée, un jour de pluie, malgré une histoire ouvertement centrée sur la mort.

Développé par Acid Nerve et édité par Devolver Digital, Death’s Door place la joueuse ou le joueur dans le costume d’un corbeau dont la mission n’est pas une mince affaire : collecter les âmes des morts tel un fonctionnaire assidu qui fait tout pour être élu employé du mois. Sa tâche va devenir plus ardue le jour où sa cible principale est chapardée. Voilà le volatile dans l’obligation de prêter main forte à un vieux corbeaux bloqué devant une étrange porte qui restera fermée tant que trois âmes majeures n’auront pas été récupérées.

Death’s Door // Source : Capture Xbox

Un disciple de Zelda

Death’s Door commence dans les bureaux tout gris des collecteurs d’âmes. Il y a bien quelques éclairages pour conduire notre corbeau jusqu’à la première porte, voie d’accès vers un monde plus coloré — mais pas plus accueillant. Car pour avancer sereinement, il va falloir se frayer un chemin parmi les ennemis. Pour se défendre, notre héros dispose d’une épée — et d’autres armes un peu plus tard. Les combats sont satisfaisants : ni punitifs ni trop faciles, ils réclament juste de faire attention aux esquives, à placer au bon moment. Les ennemis sont suffisamment variés, tant dans le design que dans le niveau de menace.

Oui, le ramage se rapporte au plumage

D’une manière générale, Death’s Door est un jeu très intelligent. On pourrait le comparer aux anciens Zelda, avec un enchaînement d’environnements au service d’une aventure teintée d’action. Chaque nouvelle zone permet d’obtenir un pouvoir inédit, lequel permettra de combattre le boss suivant puis d’emprunter des chemins auparavant inaccessibles. La formule n’a rien de foncièrement original, mais Death’s Door l’exécute avec une efficacité irréprochable. Une fois que le corbeau a toutes les compétences à son actif, libre à vous d’explorer pour dénicher les nombreux secrets (y compris des améliorations ou des armes totalement optionnelles).

Death’s Door cite Zelda jusque dans l’arsenal, qui réunit par exemple un arc et des bombes — chaque pièce ayant bien entendu son utilité face aux différentes mécaniques. On comprend pourquoi Acid Nerve s’est inspiré de la saga culte de Nintendo pour faire son nid, sachant qu’il le fait avec assez de respect et de retenue pour ne jamais tomber dans la copie sans âme. Death’s Door sait voler de ses propres ailes, avec la confiance du disciple qui n’a pas peur d’être comparé au maître — corbeau — tranquillement installé sur son arbre perché. Il parle le même language.

De l’humour pour adoucir la mort

Evoquant parfois, dans la forme, certaines oeuvres de Tim Burton, Death’s Door sait jouer sur plusieurs tableaux. Il traite le sujet de la mort — et de l’après — avec une légèreté bienvenue. Le ton choisi par les développeurs va jusqu’à s’autoriser un peu d’humour, fruit d’une écriture très fine. «  Il nous faudrait une bonne petite peste, sinon je vais finir sur la paille », clame un collègue du héros.  «  N’y laisse pas trop de plumes, les Âmes Géantes sont du genre coriaces… », entend-on également, dans les bureaux.

Autre petit détail génial : si vous coupez un panneau de direction en deux, vous n’aurez plus qu’une moitié de l’information en le lisant (voir notre capture ci-dessous). Logique, mais encore fallait-il y penser.

Oups // Source : Capture Xbox

Death’s Door bénéficie d’ailleurs d’une finition à la hauteur de ses ambitions. Artistiquement fouillé, souvent bizarroïde, presque effrayant, le jeu invite à l’extase (le noir et blanc exquis du hub d’abord, les jolies textures ensuite). Et comme il n’y a aucune carte pour s’orienter, on est naturellement invité à se balader avec, pour compagnons, les multiples effets visuels qui animent l’écran et, pour seule attache, sa mémoire. L’architecture des niveaux est astucieuse, avec son lot de raccourcis qui renvoie à la notion de cohérence. Il y a même des effets en trompe-l’œil, lesquels misent sur la perspective pour cacher certains éléments. Là encore, on peut souligner l’ingéniosité du studio : quand un secret se dévoile, l’angle de caméra pivote pour valider la découverte.

Le décor qui pivote :

On en voudrait toujours plus avec ce Death’s Door, à l’arrivée assez dirigiste dans la manière dont est construite la quête. Cette dernière, quand elle ne plonge pas le corbeau dans des affrontements, demande un peu de réflexion dans certains puzzles à résoudre. Mais il n’y a jamais rien d’insurmontable, ni de rédhibitoire. Cette maîtrise perpétuelle permet à Death’s Door de vite décoller sans jamais donner l’impression de se crasher ou de battre de l’aile. Si sombre soit-il, le titre disponible depuis le 20 juillet sur PC, Xbox One et Xbox Series S/X semble pouvoir voler à l’infini dans un ciel bleu dépourvu de nuage et de tempête. On en a bien besoin, quand l’été s’annonce pluvieux.

En bref

Death's Door

Note indicative : 5/5

Il paraît que l’été n’est pas toujours propice aux grosses sorties, les acteurs du marché vidéoludique préférant garder leurs cartouches pour la fin d’année. Death’s Door, édité par Devolver, vient faire mentir l’adage. Héritière des anciens Zelda, cette aventure est d’une intelligence et d’une maîtrise rares.

Death’s Door se savoure presque d’une traite, puisqu’aucun défaut ne freine l’envie d’en découvrir toujours plus. De surcroît, on n’a pas souvent l’occasion d’incarner un corbeau dont le métier est de récupérer des armes. À défaut de rendre l’oiseau plus mignon, Death’s Door en fait un véritable héros.

Top

  • Quelle beauté artistique
  • Gameplay maîtrisé à la perfection
  • De l'intelligence partout

Bof

  • L'absence de carte pourrait être pénalisante
  • Forcément trop court
  • Ok, la recette n'a rien de très originale

La suite en vidéo

Prix des hôtels et des vols, fiabilité des avis : l’Europe reproche à Google de manquer de transparence

July 26th 2021 at 17:55

La Commission européenne prend contact avec Google pour lui adresser une série de demandes afin de mieux se conformer au droit. En cas de refus, l'entreprise américaine pourrait s'exposer à des sanctions.

C’est un nouveau sujet de discorde entre la Commission européenne et Google. Dans un communiqué paru le 26 juillet, le bras exécutif de l’Union européenne fait savoir qu’il n’est pas satisfait de la manière dont l’entreprise américaine applique le droit européen. Aussi Bruxelles a envoyé un courrier à la société pour lui demander des changements et plus de transparence.

Transparence insuffisante dans le fonctionnement de Google

Les évolutions que réclame la Commission européenne portent sur les résultats quand les internautes se renseignent sur le prix des billets d’avion et des hébergements. «  Le moteur de recherche renvoie de plus en plus d’offres commerciales directes en réponse aux requêtes », fait-elle observer. Or, des doutes existent sur la neutralité de Google dans la façon dont sont affichés les résultats de recherche.

En particulier, la Commission plaide pour une information à destination des internautes qui leur permettra de connaître les critères de classement des résultats et si, parmi ces facteurs, se trouvent des paiements financiers. Quant au prix affiché, il doit correspondre au montant final qui sera exigé lors du paiement, en incluant autant que possible toutes les taxes et tous les frais qui pourraient être ajoutés au fur et à mesure.

Public HotelPublic Hotel
La Commission Européenne veut que Google explique le fonctionnement de ses services Flights et Hôtel. // Source : Public Hotels

La même transparence est demandée sur le modèle économique de Google Flights et Google Hotels. Cela passerait par une mention limpide et visible indiquant les cas où Google « agit en tant que vendeur direct ou intermédiaire ». Quant aux avis, Google doit s’assurer de leur fiabilité de façon à éviter les tentatives de tromperie.

Plus généralement, la missive envoyée par la Commission a été l’occasion de relever ce qui ne va pas également dans la façon dont Google articule ses activités avec la législation. Sont cités le géo-blocage sur sa boutique d’applications pour mobile, la neutralisation de contenus identifiés comme illicites par les autorités de protection des consommateurs ou encore les conditions générales de Google Play.

La lettre, qui est soutenue par les autorités chargées de la coopération en matière de protection des consommateurs, a été écrite sous l’impulsion de deux d’entre elles, en Belgique (la direction générale de l’inspection économique) et aux Pays-Bas (autorité pour les consommateurs et les marchés). Google a deux mois pour répondre à ces requêtes, sous peine d’éventuelles sanctions.

La suite en vidéo

Hot Wheels Unleashed ‘Diecast’ trailer

July 26th 2021 at 17:09
PCPS4PS5SwitchXbox OneXbox Series

Hot Wheels Unleashed ‘Diecast’ trailer

Hot Wheels racer to feature 66 vehicles at launch.

2 seconds ago0 Comment0

Hot Wheels Unleashed

Milestone has released a new trailer and screenshots for Hot Wheels Unleashed unveiling the roster of vehicles that will be available to players at launch.

Here are the details, via Milestone:

Featuring 66 vehicles at launch, including Hot Wheels’ most celebrated original designs over the brand’s 53-year history, the lineup also includes cars that have become icons of automotive pop culture, such as “Party Wagon” from Teenage Mutant Ninja Turtles, “Snoopy” from Peanuts, “K.I.T.T.” from NBC’s Knight Rider, and the “Time Machine” from Universal Pictures and Amblin Entertainment’s Back to the Future.

For those players looking to get behind the wheel of their favorite vehicles found on today’s city streets and racetracks, diecast favorites will be featured from original manufacturers representing the past, present, and future of car culture. From classic rides such as the 1932 Ford ‘Deuce’ and the 1969 Dodge Charger, to modern favorites including the Audi R8 Spyder and Honda S2000, plus hypercars packed with future technology such as the 2020 Koenigsegg Jesko—there is truly a ride for everyone.

Additional vehicles will be made available by playing Hot Wheels Unleashed across all its different game modes.

In addition to Hot Wheels originals like “Boneshaker” and “Twin Mill,” below are some of the cars fans can drive to their heart’s content at launch:

  • Entertainment IP Cars
    • TMNT Party Wagon
    • Snoopy
    • K.I.T.T.
    • Back to the Future Time Machine
    • Batmobile
  • Original Manufacture Cars
    • Audi R8 Spyder
    • Audi Sport Quattro
    • ’55 Chevy
    • Copo Camaro
    • ’71 El Camino
    • ’69 Dodge Charger Daytona
    • RAM 1500 Rebel
    • FIAT 500
    • ’32 Ford
    • 1956 Ford Truck
    • 2018 Ford Mustang GT
    • Humvee
    • Honda S2000
    • 2020 Koenigsegg Jesko
    • Mini Cooper S Challenge

Hot Wheels Unleashed players will be able to upgrade vehicles using the in-game Rarity System. With the Rarity System, players will be able to collect and dismantle in-game vehicles in order to improve how their vehicles perform. Some upgrades can only be discovered in unique and secret ways.

Hot Wheels Unleashed is due out for PlayStation 5, Xbox Series, PlayStation 4, Xbox One, Switch, and PC via Steam on September 30.

Watch the trailer below.

Use the coupon code "GEMATSU" for 5% off.

comment policy

Comment Policy

Comments are welcome and encouraged on Gematsu. However, we ask that you follow a simple set of guidelines:

  • Read the full article before commenting.
  • Stay on topic.
  • No drive-by comments, including trolling, baiting, or shit-posting.
  • Know when not to comment. If you do not care about a topic, you do not need to comment.
  • No offensive comments. This includes abusive, threatening, pornographic, misleading, or libelous content / language, as well as general harassment and individual attacks.
  • No port-begging.
  • No console wars.
  • Use spoiler tags when posting spoiler or NSFW (non-nude-only) content. For example: <spoiler>Woe is Leomon.</spoiler> State the subject of the content outside of the spoiler tags.
  • Be respectful towards other commenters. You do not have to agree with each other, but debate politely. If you find that a commenter is not following this simple etiquette, do not carry on the conversation—simply report it.

Gematsu reserves the right to edit or delete any comments without notice. This comment policy is subject to change at any time.

Mobile Suit Gundam: Battle Operation 2 new opening movieone minute agoMortal Kombat 11 sales top 12 million5 minutes agoOpen Forum #3426 minutes agoOpen Forum #3427 minutes agoFinal Fantasy XVI is “quite action-oriented,” but includes story-focused mode7 minutes ago

Les enjeux éthiques du pass sanitaire

July 26th 2021 at 16:40

Si la vaccination massive de la population est nécessaire à la sortie de crise, la contraindre par l'extension du passeport vaccinal pose un certain nombre de questions fondamentales.

Temps de lecture: 5 min

L'annonce faite par Emmanuel Macron lundi 12 juillet concernant la généralisation du pass sanitaire constitue un réel revirement dans la politique de santé publique menée jusqu'ici contre le Covid-19 en France. Alors qu'une telle mesure permettrait d'alléger les restrictions sanitaires en préservant l'accès à la vie publique, elle pose néanmoins de sérieux problèmes sur le plan moral et n'a d'ailleurs pas manqué de susciter de nombreuses manifestations en France.

Lors du début de la campagne de vaccination en janvier 2021, s'appliquait le principe du consentement libre et éclairé du patient. Or, les annonces de l'obligation vaccinale pour les personnels des établissements de santé, et surtout la généralisation du pass sanitaire, changent la donne. Sans rendre la vaccination obligatoire pour toute la population (ce qui reviendrait à renoncer au principe de consentement), le pass la rendra effectivement nécessaire à terme, sauf immunité attestée ou test PCR aux frais de la personne, pour accéder à l'espace public (transports de longue distance, hôpitaux, restaurants, lieux de loisir et de culture, centres commerciaux…). Cette mesure contraint la population non seulement sur ses choix vaccinaux, mais également en lui demandant de justifier de son identité et de son état de santé.

Dans son allocution du lundi 12 juillet, Emmanuel Macron a annoncé l'extension rapide du pass vaccinal à la plupart des lieux publics, ainsi que la vaccination obligatoire pour les soignants.

Dans un précédent article, j'avais argumenté que l'obligation du port du masque ne constituait pas une atteinte aux libertés fondamentales. Au contraire, combinée avec d'autres mesures de prophylaxie, et bien que fortement critiquée par certains comme une mesure liberticide, elle permettait de garantir nos libertés en maintenant l'espace public accessible avec des précautions peu coûteuses sur le plan individuel.

Le pass sanitaire, cependant, pose des problèmes d'un tout autre ordre. La difficulté n'est pas l'obligation vaccinale en tant que telle, puisqu'onze vaccins sont actuellement obligatoires en France, comme les vaccins contre le tétanos ou la diphtérie par exemple.

Beaucoup plus problématique est le caractère non-obligatoire mais néanmoins exigé du vaccin contre le Covid-19, qui risque de provoquer des exclusions et d'accroître les inégalités, surtout parmi les populations déjà fragilisées.

Un problème moral, surtout pour les plus jeunes

L'aspect le plus problématique de cette mesure concerne son application aux mineurs à partir de l'âge de 12 ans. La difficulté ne relève pas uniquement de leur capacité cognitive à prendre une décision autonome et informée sur la vaccination. Plus problématique est le fait que leur accès même aux services de santé, et donc à la vaccination, passe par leurs parents, et demeure soumis à la volonté et aux convictions de ceux-ci; en effet l'accord des deux parents reste obligatoire pour se faire vacciner avant 18 ans.

Cela veut dire concrètement que les jeunes dont les parents refusent la vaccination pourraient se voir exclus de fait de la vie culturelle et publique. S'il n'est pas pour l'heure prévu d'étendre la vaccination obligatoire ou le pass sanitaire à l'école, certains élèves pourraient se trouver dans l'impossibilité de participer aux activités extrascolaires et aux sorties qui font pleinement partie de l'éducation. Sans pouvoir accéder aux musées, aux cinémas, aux bibliothèques, aux activités sportives ou aux lieux de rencontre, c'est leur possibilité de se construire en se confrontant à d'autres perspectives et à d'autres milieux culturels qui risque d'être compromise.

La situation est d'autant plus préoccupante que ces restrictions risquent de fragiliser encore plus les individus les plus marginalisés et les plus défavorisés au sein de notre société, et d'accroître les inégalités d'opportunité déjà bien présentes.

Il convient de se demander si cette mesure ne représente pas un coût trop élevé pour la jeunesse, d'autant plus qu'elle fait porter une grande part de la responsabilité de la protection de la vie des plus vulnérables aux jeunes qui, pour l'instant du moins, tirent un faible bénéfice de la vaccination. Et cela alors même que les adultes les plus à risque de contracter et de mourir du SARS-CoV-2 (les populations âgées ou souffrant de comorbidités) bénéficient du droit de refuser la vaccination.

Et pour les adultes?

Pour les adultes également, l'introduction du pass sanitaire risque d'accroître les inégalités et les fractures au sein de la société. Les plus vulnérables et marginalisés, notamment les sans domicile fixe et les personnes en situation irrégulière, ont effectivement plus facilement accès à la vaccination en France que dans certains autres pays européens. Leur accès à l'information et leur situation sociale peuvent néanmoins constituer un frein.

Concernant la liberté de circuler au sein de l'Union européenne, les mesures risquent de porter atteinte aux droits des non-résidents de circuler en France, compte tenu du fait que l'UE ne dispose d'assez de doses que pour vacciner 70% de sa population adulte et que les stratégies vaccinales varient d'un pays à l'autre. Le pass vaccinal est ainsi susceptible de remettre en question la réalité de l'espace Schengen.

Au-delà des inégalités d'accès à la sphère publique, l'introduction du pass sanitaire pose un problème relatif aux données personnelles.

Au-delà des inégalités d'accès à la sphère publique, cependant, l'introduction du pass sanitaire pour des activités de la vie quotidienne pose un sérieux problème concernant la divulgation et la protection des données personnelles. Avec la mise en place du pass, il reviendra à chacun d'entre nous de choisir entre accepter de divulguer des informations sur notre identité et notre état de santé pour accéder aux lieux publics, ou renoncer à fréquenter ces lieux. Pour beaucoup de personnes qui devront continuer de se rendre au travail par des transports ou dans des lieux exigeant le pass, il s'agira d'un choix contraint.

Le 3 mai, le conseil scientifique avait d'ailleurs estimé que puisque le pass utilise des données personnelles, l'on devait limiter son usage aux seuls événements rassemblant un grand nombre de personnes et l'exclure pour des actes de la vie quotidienne.

Protéger les vulnérables sans créer de nouvelles vulnérabilités

Il va de soi que les situations d'urgence requièrent des mesures fortes et parfois des restrictions imposées à nos libertés individuelles. Encore faut-il que les politiques mises en place veillent à enfreindre le moins possible ces libertés, en évitant de créer de nouvelles vulnérabilités.

Or, la mise en place du pass sanitaire pourrait s'avérer un prix trop fort à payer pour retrouver la vie d'avant et «tomber les masques», comme promis par Olivier Véran le 13 juillet. Dans tous les cas, il semble peu légitime de l'étendre aux mineurs et de leur en faire supporter les conséquences sans qu'ils ne bénéficient du droit de décider par eux-mêmes de leur vaccination.

Il faut bien entendu tout mettre en œuvre pour sauver des vies, et cela exige des sacrifices de la part de chacun d'entre nous. Mais il n'est pas acceptable de sacrifier certaines parties de la population pour en sauver d'autres. Si le pass sanitaire augmente les inégalités d'accès à l'espace public et à la culture, il nuira gravement aux conditions d'existence de segments entiers de la population déjà fragilisés, qu'il est également du devoir de l'État de protéger.

Dans ce contexte, une obligation vaccinale pour l'ensemble de la population adulte pourrait être une moins mauvaise solution, en tout cas sur le plan moral, bien qu'il eût été dans tous les cas nettement préférable de miser sur la persuasion plutôt que la coercition.

Les principes d'autonomie et de consentement libre et éclairé restent parmi les plus fondamentaux pour garantir le respect de nos libertés individuelles. Y renoncer (dans ce cas bien précis) se justifie peut-être compte tenu des millions de morts du Covid-19 dans le monde, et des conséquences très lourdes des mesures de confinement. Cela doit rester un choix de dernier recours.

Cependant, nous renoncerions à quelque chose de bien plus essentiel en actant l'exclusion de fait d'une partie de la population de l'espace public.

The Conversation

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

❌