FreshRSS

🔒
❌ About FreshRSS
There are new articles available, click to refresh the page.
Today — April 14th 2021Your RSS feeds

Bridge returned error 429! (18731)

April 14th 2021 at 19:05

lucile_deadmunchst - Instagram Bridge was unable to receive or process the remote website's content!
Error message: `The requested resource cannot be found!
Please make sure your input parameters are correct!
cUrl error: (0)
PHP error: `
Query string: `action=display&bridge=Instagram&u=lucile_deadmunchst&media_type=all&direct_links=on&format=Mrss`
Version: `dev.2020-11-10`

  • Press Return to check your input parameters
  • Press F5 to retry
  • Check if this issue was already reported on GitHub (give it a thumbs-up)
  • Open a GitHub Issue if this error persists

pauder

Bridge returned error 429! (18731)

April 14th 2021 at 19:05

mazaurette - Instagram Bridge was unable to receive or process the remote website's content!
Error message: `The requested resource cannot be found!
Please make sure your input parameters are correct!
cUrl error: (0)
PHP error: `
Query string: `action=display&bridge=Instagram&u=mazaurette&media_type=all&direct_links=on&format=Mrss`
Version: `dev.2020-11-10`

  • Press Return to check your input parameters
  • Press F5 to retry
  • Check if this issue was already reported on GitHub (give it a thumbs-up)
  • Open a GitHub Issue if this error persists

pauder

Jugement contre le renseignement : indices d’une demi-victoire ?

April 14th 2021 at 16:34
By: arthur

Deux jours avant l’audience du 16 avril au Conseil d’État, le rapporteur public vient de nous informer du sens des conclusions qu’il soutiendra dans notre grande affaire contre la surveillance de masse des télécommunications.

Si le Conseil d’État ne sera pas obligé de suivre les conclusions du rapporteur public, elles offrent de premiers indices sur ce que nous pouvons espérer gagner et perdre au terme de ces 6 ans de procédure.

Demi-victoire

Du côté de la victoire, le rapporteur public s’oppose au souhait du gouvernement de placer la France en dehors du champ d’application du droit de l’Union européenne. Ainsi, pour l’essentiel, le rapporteur public demande à ce que soient abrogés les décrets qui imposent aux opérateurs de télécommunications de conserver pendant un an les données de connexion de l’ensemble de la population (liste des correspondants téléphoniques, des antennes relais croisées, etc.). Telle qu’exigée par la Cour de justice de l’Union européenne, cette conservation généralisée doit être limitée aux seules périodes d’état d’urgence sécuritaire — ce qui n’est pas le cas en France.

Autre bonne nouvelle : le rapporteur public exige que les services de renseignement ne puissent plus exploiter nos données de connexion ou de localisation qu’en situation d’urgence sécuritaire et après s’être soumis au contrôle d’une autorité indépendante disposant de pouvoirs de contrainte. Actuellement, c’est la CNCTR (commission nationale de contrôle des techniques de renseignement) qui est chargée de surveiller les services de renseignement, mais son rôle se limite à donner des avis dépourvus de tout effet contraignant. Ici encore, la Cour de justice de l’UE a demandé à la France de corriger ce manquement, le rapporteur public demande au Conseil d’État de s’exécuter.

Demi-défaite

Hélas, à côté de ces deux espoirs importants, les conclusions du rapporteur public sont négatives sur trois points.

Premièrement, et contrairement à ce que demande la Cour de justice de l’UE, le rapporteur public n’appelle pas à la suppression des décrets qui obligent aux hébergeurs Internet de conserver pendant un an l’adresse IP de l’ensemble des personnes qui publient des informations sur leur service. Si le Conseil d’État suivait cette position, il placerait la France en manquement vis-à-vis des exigences européennes en matière de protection de l’anonymat sur Internet.

Deuxièmement, le rapporteur public ne demande pas à ce que les services de renseignement mettent fin aux algorithmes qu’ils déploient sur les réseaux de télécommunications afin de détecter automatiquement de nouvelles cibles. Pourtant, ici encore, la Cour de justice a exigé que cette technique de surveillance de masse soit limitée aux périodes d’état d’urgence sécuritaire — limite que la loi française refuse de prévoir.

Troisièmement, le rapporteur public suggère de laisser au gouvernement un délai de six mois afin de mettre le droit français en conformité avec le droit de l’UE. Pourtant, la Cour de justice de l’UE s’était expressément opposée à l’hypothèse d’un tel délai : le gouvernement français sait depuis plusieurs années que la France viole le droit européen et il n’y a donc aucune raison pragmatique de retarder le respect de nos libertés fondamentales.

Futur incertain

Si les conclusions du rapporteur public semblent dessiner une demi-victoire (rappelant pour beaucoup la défaite victorieuse que nous avions obtenue devant la Cour de justice de l’UE en octobre 2020), le futur reste en vérité largement incertain. Notre affaire est d’un poids politique rare, qu’il s’agisse de l’avenir des services de renseignement ou du sort de la France au sein de l’Union européenne. Ce poids est tel que le Conseil d’État a choisi de rendre sa décision dans sa formation exceptionnelle la plus solennelle, l’Assemblée du contentieux.

Ainsi, nous restons préparées à n’importe quel coup de théâtre et, notamment, à celui que le respect de nos libertés fondamentales impose : que le Conseil d’État ne s’arrête pas au demi-compromis proposé par le rapporteur public mais applique entièrement la décision de la Cour de justice en garantissant l’anonymat sur Internet et en s’opposant sans délai à toute mesure de surveillance de masse.

Le Passage Sainte-Croix, à Nantes, transforme son jardin en jungle pour une exposition !

April 14th 2021 at 13:26

Ce n’est autre que l’artiste nantais Pedro qui a décidé d’investir le jardin du Passage Sainte-Croix. Au cœur du quartier du Bouffay, à Nantes, l’artiste a laissé libre cours à son imagination en transformant cet espace vert en jungle luxuriante. Bal & Mask est une exposition originale et visible jusqu’au samedi 12 juin 2021. Il ne faut pas rater ça ! 😉

Bal & Mask, par Pedro, au Passage Sainte-Croix, à Nantes : plus de 700 plantes et un masque monumental

passage sainte-croix exposition pedro nantes 1

Le Passage Sainte-Croix transforme son jardin, écrin de verdure au milieu du quartier du Bouffay, en une jungle luxuriante grâce à l’imagination de l’artiste nantais Pedro. Plus de 700 plantes sont installées dans ce jardin atypique, avec au cœur de l’espace un masque monumental.

Inspirée des arts premiers, cette œuvre est un symbole de métamorphose, de fête et de célébration. Ce masque nous interroge également sur notre identité “derrière le masque”. “Quand le masque tombe, on apprend beaucoup de nous-mêmes et des autres”, affirme Pedro. C’est aussi une allusion directe à la situation actuelle, qui est détournée avec humour dans le titre de l’exposition Bal & Mask

L’artiste Pedro collabore avec l’atelier Tour de la terre, et notamment l’artiste céramiste Yulie, pour réaliser des totems inspirés par les formes végétales du printemps enfin retrouvé. 

On vous conseille fortement d’aller découvrir cette exposition atypique, puisque déjà très peu sont visibles en ce moment, mais surtout parce qu’elle vous transporte dans un autre monde bien plus poétique que le nôtre en ce moment. Ça fait du bien ! 😉 

Plus d’infos !

 

L’article Le Passage Sainte-Croix, à Nantes, transforme son jardin en jungle pour une exposition ! est apparu en premier sur BigCityLife.

Agora : clap de fin pour la plus grande maison de la presse de Nantes

April 14th 2021 at 12:38

C’est une page qui se tourne… Après quarante ans d’activité, Agora va bientôt fermer ses portes. Spécialisée dans la vente de journaux, magazines, livres et papeterie, cette maison de la presse était devenue une institution pour les Nantais

Cessation d’activité pour la maison de la presse Agora, à Nantes

agora maison de la presse cessation activite nantes 2021

L’établissement Agora va cesser son activité dans les prochains jours. Après quarante ans de bons et loyaux services, les gérants n’ont pas eu d’autres solutions que de fermer définitivement leurs portes. Entre le coût du loyer et la baisse des ventes de la presse, ils n’ont pas trouvé de successeur. Cette institution va donc fermer définitivement ses portes. 

Pour ceux qui souhaitent encore en profiter, il n’est pas encore trop tard, mais ne trainez pas, car les stocks partent vite… 

L’article Agora : clap de fin pour la plus grande maison de la presse de Nantes est apparu en premier sur BigCityLife.

Returnal ‘Hostiles’ trailer

April 14th 2021 at 16:00
PS5

Returnal ‘Hostiles’ trailer

Meet the Mycomorph, Titanops, Automaton, and more.

1 min ago0 Comment0

Returnal

Publisher Sony Interactive Entertainment and developer Housemarque have released a new trailer for third-person roguelike shooter Returnal introducing some of the game’s enemies.

Enemies introduced in the trailer include:

  • Mycomorph – A large fungus-like entity that can launch its own spores which slows down target’s movement.
  • Titanops – Moves fast by lunging and jumping to get into range, where it can maim its target with its bladed limb.
  • Automaton – In addition to the rapidly firing guns, can use its claws to lash at the target or grab them.
  • Gorgolith – An ambush predator that lies under the sand. Can use its tail or tongue to lash at its target.
  • Ixion – Information not found.
  • Infected Scout – Information not found.

Returnal is due out for PlayStation 5 on April 30 worldwide.

Watch the trailer below. (Download 4K version here.)

Use the coupon code "GEMATSU" for 5% off.

comment policy

Comment Policy

Comments are welcome and encouraged on Gematsu. However, we ask that you follow a simple set of guidelines:

  • Read the full article before commenting.
  • Stay on topic.
  • No drive-by comments, including trolling, baiting, or shit-posting.
  • Know when not to comment. If you do not care about a topic, you do not need to comment.
  • No offensive comments. This includes abusive, threatening, pornographic, misleading, or libelous content / language, as well as general harassment and individual attacks.
  • No port-begging.
  • No console wars.
  • Use spoiler tags when posting spoiler or NSFW (non-nude-only) content. For example: <spoiler>Woe is Leomon.</spoiler> State the subject of the content outside of the spoiler tags.
  • Be respectful towards other commenters. You do not have to agree with each other, but debate politely. If you find that a commenter is not following this simple etiquette, do not carry on the conversation—simply report it.

Gematsu reserves the right to edit or delete any comments without notice. This comment policy is subject to change at any time.

Open Forum #341one minute agoOpen Forum #3413 minutes agoOpen Forum #3414 minutes agoThe Forgotten City launches this summer for PS5, Xbox Series, PS4, Xbox One, Switch, and PC5 minutes agoFamitsu Review Scores: Issue 16899 minutes ago

Hotspot, à la recherche du point chaud…

April 14th 2021 at 15:49
By: Pinaraf ·  Nils Ratusznik ·  palm123 ·  Julien Jorge ·  Ysabeau

Depuis maintenant quelques semaines, j’ai repris les contributions au projet Calligra, et plus particulièrement au traitement de texte (cf ce journal pour plus d’informations). Du coup, quand sur la liste de courriel des développeurs un comparatif a été envoyé, comparant LibreOffice et Calligra sur le temps de chargement d’un document volumineux (800+ pages, table des matières de 60+ pages), et révélant un sévère désavantage pour Calligra, mon sang ne fit qu’un tour : un facteur 4 dans le temps de chargement n’est pas acceptable, même s’il s’explique par l’absence de travail d’optimisation sur ce point…
Partons donc à la recherche de ces lenteurs, et profitons-en pour parler des méthodes d’analyse des performances d’un programme sous Linux !

Sommaire

1) dans des temps anciens, callgrind…

Valgrind est un outil bien connu des développeurs C/C++ notamment. Il est connu comme étant un excellent outil pour détecter et analyser les problèmes mémoire, qu’il s’agisse de fuites ou d’utilisation de pointeurs libérés… Mais c’est une vraie collection d’outils, avec également celui qui fut un grand allié dans la recherche des problèmes de performance, callgrind.
Callgrind fonctionne en remplaçant le programme de chargement du binaire par le sien, et en faisant une analyse dynamique du code au fur et à mesure de son exécution. Cette analyse est complète (il ne s’agit pas d’instantanés à une fréquence donnée) mais a un coût colossal : un programme dans callgrind peut facilement être dix fois plus lent qu’en dehors de callgrind. Sur un programme complexe, on procède souvent à une analyse réduite avec un déclenchement retardé de callgrind, puis en l’interrompant quand l’événement que l’on souhaite analyser est passé. L’illustration en est donnée sur cet article d’analyse de plasma avec callgrind.

Heureusement, ce temps est désormais révolu et d’autres outils sont disponibles maintenant, bien plus flexibles. Celui que je vais utiliser est désormais un indispensable dans ma boite à outil, qu’il s’agisse d’administration système, de travail de DBA ou de développement : perf.

2) Performance Counters for Linux, perf, la révolution…

Bon la révolution ne date pas d’hier (2009 dans le noyau, 2010 dans RHEL, 2011 dans Debian Squeeze…), mais finalement on en a peu parlé sur DLFP, et ce n’est donc pas si connu que ça… Ou l’inverse, je ne sais plus…
perf utilise les compteurs matériel, des points de traçage dans le noyau ou dans les applications afin de collecter des événements. Qu’est-ce qu’un événement, me direz-vous ? Je suis heureux que vous me posiez cette question : la commande perf list en liste plus de 300 chez moi… Ils se répartissent en deux catégories selon l’origine, logicielle ou matérielle. Par exemple chaque changement de tâche par l’ordonnanceur du noyau va être un événement logiciel. Les événements matériels correspondent quant à eux aux données de la PMU (Performance Monitoring Unit), une partie du processeur qui va surveiller des événements au niveau micro-architectural comme le nombre de cycles écoulés, les succès/échecs sur le cache…
Bien évidemment, on ne peut pas enregistrer chaque occurrence de ces événements : à chaque seconde, des milliards de cycles s’écoulent, et traiter ces événements déclencherait à nouveau un nombre conséquent d’événements… Le processeur maintient donc des compteurs d’événements, que le noyau va consulter.
perf est donc la face visible de tout ce travail, et permet donc pendant une période et à une fréquence donnée d’enregistrer et visualiser le nombre d’occurrences de ces événements.

2.a) Petit exemple

Prenons un cas simple, echo 'bonjour monde' :

% perf stat /bin/echo 'bonjour monde'
bonjour monde

 Performance counter stats for '/bin/echo bonjour monde':

              0.42 msec task-clock:u              #    0.556 CPUs utilized          
                 0      context-switches:u        #    0.000 K/sec                  
                 0      cpu-migrations:u          #    0.000 K/sec                  
                62      page-faults:u             #    0.146 M/sec                  
           205,471      cycles:u                  #    0.485 GHz                    
            14,061      stalled-cycles-frontend:u #    6.84% frontend cycles idle   
            45,629      stalled-cycles-backend:u  #   22.21% backend cycles idle    
           219,967      instructions:u            #    1.07  insn per cycle         
                                                  #    0.21  stalled cycles per insn
            49,000      branches:u                #  115.556 M/sec                  
     <not counted>      branch-misses:u                                               (0.00%)

       0.000763131 seconds time elapsed

       0.000819000 seconds user
       0.000000000 seconds sys

L’exécution de cette commande simple a duré 0,76ms, 205 000 cycles processeurs, 220 000 instructions, avec une consommation de 0,42ms de CPU.

Pour comparaison, avec sleep 1 :

% perf stat sleep 1                  

 Performance counter stats for 'sleep 1':

              0.45 msec task-clock:u              #    0.000 CPUs utilized          
                 0      context-switches:u        #    0.000 K/sec                  
                 0      cpu-migrations:u          #    0.000 K/sec                  
                62      page-faults:u             #    0.137 M/sec                  
           249,795      cycles:u                  #    0.554 GHz                    
            21,583      stalled-cycles-frontend:u #    8.64% frontend cycles idle   
            60,183      stalled-cycles-backend:u  #   24.09% backend cycles idle    
           221,601      instructions:u            #    0.89  insn per cycle         
                                                  #    0.27  stalled cycles per insn
            49,186      branches:u                #  109.046 M/sec                  
     <not counted>      branch-misses:u                                               (0.00%)

       1.001224745 seconds time elapsed

       0.000899000 seconds user
       0.000000000 seconds sys

On note que le task-clock reste très faible puisqu’il s’agit du temps processeur consommé, et sleep ne fait pas une attente active où il consommerait inutilement du processeur.

2.b) perf top pour voir ce que fait notre système

perf top permet d’avoir une vue instantanée de tout le système, noyau inclus. Lors de cette capture, un btrfs scrub est en cours sur deux disques en LUKS.

Perf top avec un btrfs scrub en arrière-plan

Vous notez en haut de l’interface que l’événement capturé est 'cycles' (le nombre de cycles processeur consommés), à une fréquence de 4 kHz (4 000 captures par seconde, pour les moins scientifiques d’entre nous). Cela montre le fonctionnement de perf qui réalise un échantillonnage du système.

Dans cette interface, on peut également aller dans chaque fonction et annoter les fonctions pour voir exactement où le CPU est consommé. Quand on ne dispose pas des symboles de debug (mon principal reproche contre Archlinux), le code assembleur sera affiché.

Détail du temps passé sur une fonction dans perf top

Cette commande est utilisable également sur un serveur en production, et peut donc aider dans des cas sensibles d’analyse de performances : elle n’a pas d’impact sur le système quand il tourne, et permet de creuser très facilement sur les fonctions les plus gourmandes en CPU, qu’il s’agisse de fonctions dans l’espace utilisateur ou dans l’espace noyau. Grâce à cet outil, un collègue et moi-même avons su identifier (puis corriger avec les outils présentés ensuite) un problème de performance sur PostgreSQL où la réplication logique provoquait une forte consommation de CPU en système.

2.c) perf record pour analyser un programme

La commande perf record est, dans le cas qui nous intéresse ici, la plus utile. Elle permet, pour un ensemble de processus donnés (ou l’ensemble du système) d’enregistrer un fichier perf.data qui va contenir un ensemble d’événements. Nous pourrons ensuite utiliser des outils comme perf report pour disposer de la même interface que perf top, mais sur un état figé. Quand on dispose d’un élément reproductible (ici, ouvrir et afficher le fichier OpenDocument-v1.2-part1.odt), on peut facilement modifier l’application pour comparer l’évolution.

Un paramètre assez important à perf record est --call-graph qui permet d’enregistrer les piles d’appel à chaque événement. Ainsi, au lieu de voir que l’on a passé 50 % du temps dans une fonction foo(), on peut découvrir qu’en fait on a passé 45 % du temps dans un appel de foo() par bar(), et 5% du temps dans des appels divers à foo(). Plusieurs valeurs peuvent être passées à --call-graph, pour spécifier la méthode de capture des piles d’appel, avec un choix entre fp (utilisation du 'frame pointer' qui doit être mis par le compilateur), dwarf (utilisation des données de debug du programme) et lbr (utilisation des registres LBR, disponibles uniquement sur les processeurs Intel récents). Dans mon cas, j’utilise dwarf qui m’a donné les meilleurs résultats. Un autre paramètre optionnel est -F pour spécifier la fréquence d’échantillonnage. Sur des périodes de captures courtes, ce paramètre peut être utile pour obtenir des traces plus utilisables.

Lançons ça sur Calligra Words :

% perf record --call-graph dwarf ./words/app/calligrawords ../OpenDocument-v1.2-part1.odt

[… sortie diverse de debug de différents composants de calligra …]

[ perf record: Woken up 2749 times to write data ]
Warning:
Processed 93565 events and lost 21 chunks!

Check IO/CPU overload!

[ perf record: Captured and wrote 691.125 MB perf.data (85798 samples) ]

691 MB, c’est costaud. D’ailleurs, un certain nombre d’événements n’ont pas pu être capturés. Ajouter les paramètres --aio -z règlent ce souci en compressant la sortie et en faisant des IOs asynchrones.

Avec perf report, on peut explorer l’enregistrement, ce qui donne une interface (et des fonctionnalités) proches de perf top :

Aperçu de l'enregistrement de Calligra dans perf report

Néanmoins, sur un programme aussi complexe qu’un traitement de texte, cet affichage n’est pas le plus adapté… Heureusement…

3) hotspot, rendons ça plus visuel…

KDAB est une société de service en logiciels, spécialisée sur Qt, qui contribue au libre : plusieurs de ses salariés sont d’éminents développeurs KDE, elle a envoyé de nombreux patchs sur Qt, ouvert différents outils autour de Qt…
Et l’un de ses derniers nés est hotspot, je cite, « L’interface à Linux perf pour l’analyse de performance », disponible en licence GPL ou commerciale.
L’outil est extrêmement simple à prendre en main : on ouvre dans l’interface le fichier perf.data, et après quelques secondes, l’interface (très complète) apparaît.

Aperçu de l'enregistrement de Calligra dans hotspot

La visualisation la plus intéressante est le 'Flame Graph'. Grâce à lui, on peut en quelques instants voir où le temps s’est écoulé, et donc en déduire les endroits à optimiser.

Flame-graph de l'enregistrement de Calligra dans hotspot

On trouve donc facilement le point chaud, il n'y a « plus qu’à » le corriger… Bon, « le plus qu’à » a pris plusieurs jours, plusieurs patchs, des versions incorrectes, différents atermoiements… Les plus curieux peuvent aller regarder sur cette 'merge-request' pour les correctifs de cette fonction, sachant que d’autres correctifs ont été intégrés entre-temps pour d’autres points 'tièdes' repérés avec hotspot également.
Une fois ce point chaud corrigé, un second point chaud était assez apparent : l’ajout de texte dans un QTextDocument. L’analyse a permis de révéler un algorithme en O(n) lors de l’ajout de textes sur QTextDocument en fonction du nombre de curseurs qu’on maintient sur le document. Or, dans Calligra, chaque annotation et chaque marque-page dans le document est représenté avec un curseur, et il y en a plusieurs milliers. Là aussi, les plus curieux peuvent aller voir le bug Qt correspondant que j’espère corriger dans les prochains mois… Hé oui, contribuer à un logiciel peut parfois amener à en corriger beaucoup plus…

Pour information, une fois les problèmes corrigés, je suis arrivé à ce niveau de performances :

Flame-graph de l'enregistrement de Calligra dans hotspot après optimisation

On voit que le temps requis pour ouvrir le fichier est passé de 20 secondes à 8 secondes, et hotspot va continuer de m’aider à trouver les endroits restant à optimiser.
Attention tout de même : le principal inconvénient d’un tel outil est sa simplicité d’utilisation. C’est assez « enivrant » et l’on se prend vite au jeu de gratter des cycles CPU à droite et à gauche, quitte à délaisser le développement de fonctionnalités ou la correction de bugs…
J’espère en tout cas que cet article vous permettra de trouver d’autres optimisations à faire sur les programmes que vous développez ou utilisez.

Commentaires : voir le flux Atom ouvrir dans le navigateur

The Forgotten City launches this summer for PS5, Xbox Series, PS4, Xbox One, Switch, and PC

April 14th 2021 at 15:16
PCPS4PS5SwitchXbox OneXbox Series

The Forgotten City launches this summer for PS5, Xbox Series, PS4, Xbox One, Switch, and PC

23 lost souls cling to life, trapped in a secret underground city.

29 mins ago0 Comment0

The Forgotten City

Time loop murder mystery game The Forgotten City will launch this summer for PlayStation 5, Xbox Series, PlayStation 4, Xbox One, Switch, and PC via Steam, publisher Dear Villagers and developer Modern Storyteller announced. It will support English, French, German, Spanish, and Simplified Chinese language options.

The Forgotten City is based on the Elder Scrolls V: Skyrim mod of the same name, which has been downloaded over two million times.

Here is an overview of the game, via its Steam page:

About

The Forgotten City is a mature narrative-driven game, and a re-imagining of the critically acclaimed mod that won a national Writers’ Guild award and racked up over three million downloads.

Trapped in a secret underground city during the Roman Empire, twenty-three lost souls cling to life. In this precarious utopia, if one person breaks the mysterious Golden Rule, everyone dies. As a time-traveller drawn two thousand years into the past, you’ll relive their final moments in an endless loop, exploring and interrogating, and changing the course of the day with each secret you uncover.

Only by cleverly exploiting the time loop and making difficult moral choices can you hope to solve this epic mystery. Here, your decisions matter. The fate of the city is in your hands.

Key Features

  • Explore an authentic, open-world ancient Roman city brought to life with Unreal Engine.
  • Become entwined in the lives of richly detailed, deeply interactive characters.
  • Grapple with moral dilemmas which have life-and-death consequences.
  • Investigate a gripping, non-linear mystery with multiple endings.
  • Role-play as whoever you want, by choosing your own sex, race and backstory.
  • Solve problems your own way, with reason, charm, bribery, stealth, intimidation, or by cleverly exploiting the time-loop.

Watch a new trailer below, via IGN.

Use the coupon code "GEMATSU" for 5% off.

comment policy

Comment Policy

Comments are welcome and encouraged on Gematsu. However, we ask that you follow a simple set of guidelines:

  • Read the full article before commenting.
  • Stay on topic.
  • No drive-by comments, including trolling, baiting, or shit-posting.
  • Know when not to comment. If you do not care about a topic, you do not need to comment.
  • No offensive comments. This includes abusive, threatening, pornographic, misleading, or libelous content / language, as well as general harassment and individual attacks.
  • No port-begging.
  • No console wars.
  • Use spoiler tags when posting spoiler or NSFW (non-nude-only) content. For example: <spoiler>Woe is Leomon.</spoiler> State the subject of the content outside of the spoiler tags.
  • Be respectful towards other commenters. You do not have to agree with each other, but debate politely. If you find that a commenter is not following this simple etiquette, do not carry on the conversation—simply report it.

Gematsu reserves the right to edit or delete any comments without notice. This comment policy is subject to change at any time.

Open Forum #341one minute agoNi no Kuni: Cross Worlds pre-registration now available in Japan, South Korea, and Taiwan4 minutes agoSony Group Corporation invests another $200 million in Epic Games6 minutes agoNinja Gaiden: Master Collection ‘Character Showcase’ trailer11 minutes agoSony Group Corporation invests another $200 million in Epic Games12 minutes ago

RiMS Racing announced for PS5, Xbox Series, PS4, Xbox One, Switch, and PC

April 14th 2021 at 15:15
PCPS4PS5SwitchXbox OneXbox Series

RiMS Racing announced for PS5, Xbox Series, PS4, Xbox One, Switch, and PC

Due out on August 19.

4 seconds ago0 Comment0

RiMS Racing

Publisher Nacon and developer Raceward Studio have officially announced motorbike simulation game RiMS Racing for PlayStation 5, Xbox Series, PlayStation 4, Xbox One, Switch, and PC (Steam). It will launch on August 19.

Here is an overview of the game, via its Steam page:

A race is not won purely on the track, so you need to become more than a rider by understanding motorbike behavior like a real engineer. Traction, angle, braking, torque, trajectory, speed… every factor must be considered before heading to the workshop to change certain components and configuring the optimal set-up.

A Dream Garage

Your adventure starts by choosing your dream motorbike. In RiMS Racing, you can ride the world’s 8 most powerful European and Japanese motorbikes: Ducati Panigale V4 R, MV Agusta F4 RC, Aprilia RSV4, BMW M 1000 RR, Suzuki GSX-R1000R, Honda CBR1000RR, Kawasaki Ninja ZX-10RR, Yamaha YZF-R1. Recreated with an unmatched level of detail thanks to close collaboration with each manufacturer, these motorbikes also provide a highly accurate and realistic riding experience. They are true rough diamonds that only need a few cuts to shine their brightest!

Optimize Your Motorbike

With a mechanics management system never before seen in a motorbike simulation, you can dismantle all your bike’s parts to maintain them after each race or to upgrade them and boost your performance. You will become familiar with every last screw in your motorbike. Browse a catalogue of over 500 official spare parts from the biggest names in the industry along with over 200 official equipment items to personalize your rider!

Analyze Your Performance

RiMS Racing thrusts you straight into the heart of the action with the Motorbike Status Check (MSC), which helps you analyze your bike’s behavior in real time and understand how to optimize your performance. Brake disc temperature, tyre compound and pressure pressure, suspension behavior affecting stability, electronic settings… Just like for a real rider, your motorbike’s configuration can be adapted to your riding style!

Accurate and Realistic Physics

The level of accuracy and details provided by the mechanics management and MSC is matched by realistic motorbike physics that will thrill the most demanding of track racers. But thanks to the various ride assist technologies, less experienced players can still learn the techniques that will take them to the top.

The Most Iconic Circuits

Silverstone, Laguna Seca, Suzuka, Nürburgring, Paul Ricard… Travel the world and enjoy thrilling races on 10 faithfully recreated official circuits. For those who prefer roads, five routes in the stunning landscapes of the United States, Norway, Australia, Spain and Italy have been recreated for a different racing experience on two wheels!

Manage Your Career and Team

Career mode in RiMS Racing gives you control of a team. Build your rider by managing their race calendar, choose which R&D areas to invest in, and upgrade the team’s skills. If you make the right decisions and improve your racing performances, opportunities with other manufacturers will become available to you!

Watch the announcement trailer below.

Use the coupon code "GEMATSU" for 5% off.

comment policy

Comment Policy

Comments are welcome and encouraged on Gematsu. However, we ask that you follow a simple set of guidelines:

  • Read the full article before commenting.
  • Stay on topic.
  • No drive-by comments, including trolling, baiting, or shit-posting.
  • Know when not to comment. If you do not care about a topic, you do not need to comment.
  • No offensive comments. This includes abusive, threatening, pornographic, misleading, or libelous content / language, as well as general harassment and individual attacks.
  • No port-begging.
  • No console wars.
  • Use spoiler tags when posting spoiler or NSFW (non-nude-only) content. For example: <spoiler>Woe is Leomon.</spoiler> State the subject of the content outside of the spoiler tags.
  • Be respectful towards other commenters. You do not have to agree with each other, but debate politely. If you find that a commenter is not following this simple etiquette, do not carry on the conversation—simply report it.

Gematsu reserves the right to edit or delete any comments without notice. This comment policy is subject to change at any time.

Open Forum #341one minute agoOpen Forum #3413 minutes agoFamitsu Review Scores: Issue 168914 minutes agoOpen Forum #34116 minutes agoOpen Forum #34116 minutes ago

How to fit KOMPLEMENT drawer around PAX hinge

April 14th 2021 at 15:00

After my previous wardrobe submission, I had some questions about how the KOMPLEMENT drawer was fitted around the PAX hinge.

I thought I would do an extended explanation.  I had some more drawers to fit so took some more photos.

Page 9 of the KOMPLEMENT drawer manual (pictured below) shows the location to fit a drawer for hinged doors. In IKEA’s assembly instruction, the area by the hinge is excluded. The drawer will slide in above the hinge area, which was not the look I wanted. 

IKEA instructions

You can work around this problem IF you use the non-soft close hinges.  The soft-close hinges are too chunky so you will need to position these further up the wardrobe.

Measure twice, cut once

After some experimentation, I settled on the best dimensions for the section to cut out from the side panel. It should range between 58 and 80mm up from the bottom of the drawer. 

mark the cut area

You need to cut this section out to a depth of 6mm. All of the way from the front to the back of the drawer.  Take too much out and you may weaken the drawer. So, you can always start smaller than required and then make extra cuts if required.

My method has been to make the cut with the drawer ASSEMBLED but this does need the drawer to be held securely with clamps or a vice.  If you don’t feel comfortable with this setup do it in pieces instead so that you can keep it flat on a workbench. 

Cutting the groove

I used a saw track to keep to straight lines. But you could use a piece of timber as a guide for your circular saw if you don’t have a saw track.

track saw

Make sure you set your circular saw up for the correct cutting depth before you begin.  Always cut from front to back so that you keep the best finish on the drawer front.  A messy edge at the back will never be seen anyway.

cutting

Start by cutting one line down each side, at the 58mm and 80mm lines marked out. 

Then progressively make further cuts in between. Assuming you have 2mm kerf for your saw blade you should need about 11 cuts to clean the 22mm section out smoothly. 

fitting KOMPLEMENT drawer around PAX hinge
fitting KOMPLEMENT drawer around PAX hinge

Once you have removed most of the material with the saw then switch over to hand tools and sand paper to take off any rough edges.  The edges of the laminate are VERY soft so be careful that you don’t tear them off the surface.

Insert KOMPLEMENT drawer in place

The drawer can now be fitted in place and you should have clearance for the drawer to run backwards and forwards smoothly. 

fitting KOMPLEMENT drawer around PAX hinge

The channel may seem a little high but bear in mind that when the drawer is loaded that the runners will give a little, causing the whole drawer to be about 2mm lower when loaded. Hence, the clearance being what it is.

In this instance I have actually fitted the drawer to a KOMPLEMENT divider frame but the effect is the same as in a full wardrobe.

fitting KOMPLEMENT drawer around PAX hinge


Hope people enjoy the detailed instructions and make sure you all keep all of your fingers away from spinning blades.

~ by Edward

The post How to fit KOMPLEMENT drawer around PAX hinge appeared first on IKEA Hackers.

King of Seas launches May 25

April 14th 2021 at 15:00
PCPS4SwitchXbox One

King of Seas launches May 25

New demo available today for PC.

2 seconds ago0 Comment0

King of Seas

Pirate-themed action RPG King of Seas will launch for PlayStation 4, Xbox One, Switch, and PC via Steam for $24.99 / £24.99 / €24.99 on May 25, publisher Team17 and developer 3DClouds announced. A new demo will be available today for PC via Steam.

Here is an overview of the game, via 3DClouds:

About

What sets King of Seas apart from other games in the genre is that each time you start a new campaign, the game engine will generate a whole new game world for you to explore. Each playthrough is a new and exciting adventure when you set off from shore. The dynamic world will also react to your every action, constantly adapting and throwing new challenges your way. Naval routes will change with each conquered settlement, the difficulty will adapt as you progress through your quests, and changes in weather will play a big part in your navigation and combat strategy.

Your Pirate ship is more than just a vehicle, it’s a home. You will be able to acquire and own five different classes of ship: the sloop, brig, flute, frigate and galleon, each offering plenty of customization options to ‘deck’ out your vessel. With over 900 items available to collect and use, you can truly create a battle-ready vessel to be proud.

Naval battles are at the core of the King of Seas gameplay and learning how to navigate your way through the combat will be key to your success. The movement and handling of your ships will change according to wind direction, the ship class and the talent points acquired through levelling the gear equipped. In addition to the core battle mechanics, there are exciting unique abilities you can discover on your adventure that really mix up the action, such as flamethrowers, ethereal navigation or voodoo rituals!

Each battle won will raise the bounty on your head and you can even face off against some of the most feared pirates in history. The difficulty level adds a multiplier to the bounty you achieve in the game—so see how far you can take it in hardcore mode!

Key Features

  • Story – A series of quests guide you on your journey and uncover the intriguing characters of the King of Seas world who will lead you to the next path of your epic adventure.
  • Procedural Generation – Dive into a lush, procedurally generated world that constantly refreshes the exploration mechanics within each new game.
  • Dynamic World – The world reacts to your every action, naval routes change and with each conquered settlement the difficulty adapts to constantly give you a more challenging time.
  • Map – A thick fog will ensure travelling towards objectives is not plain sailing, after all wouldn’t you want to lose the joy of exploration !?
  • Navigation System – Atmospheric effects influence gameplay. Sail during a storm at your own risk, escape the enemies and always remember to carefully watch the wind direction to stay in control during battles. The strategy starts here.
  • Ship Customization – Five types of highly customizable ships through an equipment and skill system, just as in any true role-playing game!
  • Combat System – Not only cannon shots and nautical strategy but also speed and spectacle, thanks to a set of more than 20 skills to choose from and three branches of talents to suit any playstyle.

Watch a new trailer below.

Use the coupon code "GEMATSU" for 5% off.

comment policy

Comment Policy

Comments are welcome and encouraged on Gematsu. However, we ask that you follow a simple set of guidelines:

  • Read the full article before commenting.
  • Stay on topic.
  • No drive-by comments, including trolling, baiting, or shit-posting.
  • Know when not to comment. If you do not care about a topic, you do not need to comment.
  • No offensive comments. This includes abusive, threatening, pornographic, misleading, or libelous content / language, as well as general harassment and individual attacks.
  • No port-begging.
  • No console wars.
  • Use spoiler tags when posting spoiler or NSFW (non-nude-only) content. For example: <spoiler>Woe is Leomon.</spoiler> State the subject of the content outside of the spoiler tags.
  • Be respectful towards other commenters. You do not have to agree with each other, but debate politely. If you find that a commenter is not following this simple etiquette, do not carry on the conversation—simply report it.

Gematsu reserves the right to edit or delete any comments without notice. This comment policy is subject to change at any time.

Open Forum #341one minute agoOpen Forum #341one minute agoNieR Replicant ver.1.22474487139… free costumes and weapons DLC ‘4 YoRHa’ revealed8 minutes agoOpen Forum #34111 minutes agoSony Group Corporation invests another $200 million in Epic Games14 minutes ago

Swords of Legends Online ‘Spellsword’ trailer

April 14th 2021 at 14:55
PC

Swords of Legends Online ‘Spellsword’ trailer

"A righteous monk who employs arcane techniques to subdue and eliminate evil spirits."

6 seconds ago0 Comment0

Swords of Legends Online

Publisher Gameforge and developers Wangyuan Shengtang and Aurogon have released a new trailer for massively multiplayer online action RPG Swords of Legends Online introducing the Spellsword class.

Here is an overview of the Spellsword, via Gameforge:

A righteous monk who employs arcane techniques to subdue and eliminate evil spirits.

Spellswords blend deadly swordplay and powerful magic, making them a threatening prospect at any range. They can rapidly switch between blades and destructive spells in the blink of an eye. Spellswords are trained for one purpose, and one purpose only – to inflict damage on their foes, wherever they might be.

Specializations include The Sword Artist and The Bladestorm .

Swords of Legends Online is due out for PC via the Gameforge client, Steam, and the Epic Games Store this summer in North America, Latin America, and Europe. Read more about the game here.

Watch the trailer below.

Use the coupon code "GEMATSU" for 5% off.

comment policy

Comment Policy

Comments are welcome and encouraged on Gematsu. However, we ask that you follow a simple set of guidelines:

  • Read the full article before commenting.
  • Stay on topic.
  • No drive-by comments, including trolling, baiting, or shit-posting.
  • Know when not to comment. If you do not care about a topic, you do not need to comment.
  • No offensive comments. This includes abusive, threatening, pornographic, misleading, or libelous content / language, as well as general harassment and individual attacks.
  • No port-begging.
  • No console wars.
  • Use spoiler tags when posting spoiler or NSFW (non-nude-only) content. For example: <spoiler>Woe is Leomon.</spoiler> State the subject of the content outside of the spoiler tags.
  • Be respectful towards other commenters. You do not have to agree with each other, but debate politely. If you find that a commenter is not following this simple etiquette, do not carry on the conversation—simply report it.

Gematsu reserves the right to edit or delete any comments without notice. This comment policy is subject to change at any time.

NieR Replicant ver.1.22474487139… free costumes and weapons DLC ‘4 YoRHa’ revealed5 minutes agoOpen Forum #3418 minutes agoSony Group Corporation invests another $200 million in Epic Games11 minutes agoFamitsu Review Scores: Issue 168917 minutes agoOpen Forum #34118 minutes ago

Un dirigeant russe a inventé un faux yéti pour attirer les touristes en Sibérie

April 14th 2021 at 14:27

Aman Touleïev avoue avoir alimenté l'intérêt pour la créature pendant des années.

Temps de lecture: 2 min — Repéré sur New York Post

Un abominable (faux) homme des neiges. Aman Touleïev, l'un des plus anciens dirigeants régionaux du président Vladimir Poutine, avoue avoir organisé de fausses observations du yéti pour attirer les touristes en Sibérie. Le gouverneur de l'oblast de Kemerovo de 1997 à 2018 aurait même ordonné à un bureaucrate de porter un costume d'abominable homme des neiges afin qu'il puisse être aperçu dans les buissons, rapporte un article du New York Post.

«Je dois admettre, je l'avoue, oui, c'est moi qui ai alimenté l'intérêt pour le yéti», concède le politicien de 76 ans. À partir de 2010, il a d'abord organisé une journée annuelle du yéti, programmée pour coïncider avec l'ouverture de la saison de ski dans les montagnes de Shoria, reconnaît Aman Touleïev sur Instagram. Une récompense d'un million de roubles en espèces, soit environ 11.000 euros, était également promise à quiconque prouverait l'existence de la créature, précise l'édition russe du magazine masculin Esquire.

«Les gens ont commencé à venir, se sont précipités pour fouiller les forêts, affirme l'ancien candidat à la présidentielle russe. Bien sûr, personne n'a trouvé le yéti, mais Shoria a attiré une attention accrue.»

Touleïev persiste et signe

L'intérêt pour la chasse à l'abominable homme des neiges a fini par s'estomper. C'est à ce moment-là qu'Aman Touleïev aurait ordonné à Vladimir Makuta, chef de district, de «trouver quelqu'un de grand» qui troquerait son costume de bureau contre un manteau en fourrure et courrait partout «en criant pour que les touristes le remarquent, sans l'attraper». Afin qu'il ne dévoile pas la mascarade, le fonctionnaire qui se faisait passer pour le yéti aurait même reçu une récompense, relate un article du quotidien britannique The Sun.

Ce scénario monté de toutes pièces s'est encore une fois avéré concluant, puisque les visiteurs du monde entier se sont de nouveau rendus dans la région de Shoria, indique le New York Post –et notamment dans la grotte Azasskaïa, considérée comme le repère du yéti. Une conférence autour de la créature a aussi été créée.

Aujourd'hui encore, Aman Touleïev continue de propager la légende urbaine: «Personne au monde n'a trouvé le yéti, mais il ne faut pas désespérer. Peut-être qu'il erre vraiment quelque part, déclare-t-il. Et si vous parveniez à rencontrer le yéti et à écrire votre nom dans l'histoire du monde?» Pour l'heure, des tests ADN ont révélé que les poils retrouvés dans la région et attribués à la bête provenaient en réalité d'un cheval, d'un raton laveur et d'un ours.

Fin de la dictature?

April 14th 2021 at 14:08

Nos anticorps sont-ils responsables des thromboses liées à la vaccination?

April 14th 2021 at 12:00

Plusieurs personnes vaccinées à l'AstraZeneca ont été victimes d'accidents vasculaires parfois mortels, causés par la formation de caillots sanguins survenus peu de temps après son administration.

Temps de lecture: 7 min

Commercialisé sous le nom de Vaxzevria, le vaccin anti-SARS-CoV-2 développé par le laboratoire pharmaceutique AstraZeneca en partenariat avec l'Université d'Oxford est actuellement particulièrement surveillé par les agences sanitaires de différents pays. Plusieurs personnes vaccinées ont en effet été victimes d'accidents vasculaires parfois mortels, causés par la formation de caillots sanguins survenus peu de temps après l'administration de ce vaccin.

Pour l'instant, l'OMS considère comme «plausible, mais non confirmée» l'apparition d'une forme rare de thrombose résultant de la vaccination par le vaccin d'Oxford-AstraZeneca, tandis que l'Agence européenne du médicament considérait «possible» l'existence d'un tel lien. En France, au 1er avril 2021, plus de 2.454.000 injections avaient été réalisées, et douze cas de ces thromboses atypiques ont été documentés, entraînant quatre décès.

Parmi les pistes qui pourraient expliquer ces très rares effets secondaires figure celle d'une réaction auto-immune impliquant un messager chimique produit par les plaquettes sanguines, le facteur plaquettaire 4 (PF4).

Auto-anticorps et thrombose après vaccination anti-Covid

Le vaccin d'Oxford-AstraZeneca est basé sur un vecteur viral (ChAdOx1) dérivé d'un virus responsable d'infections respiratoires chez le singe (adénovirus de chimpanzé). Son ADN à été modifié afin que le virus ne puisse plus se reproduire dans les cellules qu'il infecte. On y a également inséré les instructions génétiques permettant de fabriquer la protéine Spike du coronavirus SARS-CoV-2.

Une fois injecté, ce vecteur viral pénètre dans certaines cellules de la personne vaccinée, lesquelles vont alors produire des protéines Spike du SARS-CoV-2. Détectées par le système immunitaire, ces dernières induisent une réaction immunitaire dont l'organisme gardera la mémoire, et qu'il réactivera le jour où il sera infecté par ce coronavirus SARS-CoV-2.

Les investigations ont montré que le sérum des victimes de ces effets secondaires contenait des autoanticorps dirigés contre leurs propres plaquettes.

Peu de temps après l'administration de ce vaccin, quelques personnes ont développé des thromboses atypiques. Elles sont en effet localisées dans des sites inhabituels –au niveau de certaines veines cérébrales notamment– et sont accompagnées d'une thrombopénie, c'est-à-dire une chute du nombre des plaquettes sanguines, ces cellules qui jouent un rôle majeur dans la coagulation. Il s'agit de pathologies très rares (de l'ordre de 1 cas pour 100.000 vaccinations), mais sévères avec plusieurs décès déjà déplorés.

Les investigations ont montré que le sérum des victimes de ces effets secondaires contenait des autoanticorps dirigés contre leurs propres plaquettes, et plus précisément contre le «facteur plaquettaire 4» (Platelet Factor 4 – PF4), également dénommé CXCL4, un messager chimique qu'elles fabriquent.

Or, on sait que ce type d'anticorps est impliqué dans les thromboses survenant dans un autre contexte, celui des thrombopénies induites par l'héparine (substance produite par certains globules blancs de mammifères –l'héparine est isolée à partir de la muqueuse intestinale du porc– et utilisée comme traitement anticoagulant). Des anticorps anti-PF4 ont aussi été retrouvés occasionnellement dans d'autres situations cliniques, dont le Covid-19 sévère.

Qu'est-ce que le facteur plaquettaire 4?

Le rôle principal des plaquettes est d'assurer l'intégrité des vaisseaux sanguins et d'arrêter le saignement lorsque ceux-ci sont endommagés. Ces petites cellules en forme de disque circulent dans le sang. Lorsqu'elles rencontrent une paroi vasculaire abîmée, elles s'activent: elles changent de forme et adhèrent à la surface du vaisseau tout en sécrétant le contenu des granules qu'elles contiennent.

Parmi ces granules figurent les alpha-granules plaquettaires, qui renferment d'importantes quantités de facteur plaquettaire 4. Cette protéine a pour caractéristique d'être porteuse de charges électriques positives. Lorsque les plaquettes sont activées, le PF4 qu'elles libèrent se lie rapidement à des molécules chargées négativement (molécules «anioniques»). L'héparine, utilisée fréquemment comme traitement anticoagulant, fait partie de ces molécules qui forment des complexes avec le PF4.

D'autres molécules anioniques exprimées normalement à la surface des cellules endothéliales qui bordent les vaisseaux sanguins fixent également le PF4 libéré par les plaquettes. Ces molécules appelées glycosaminoglycanes dotent les cellules endothéliales de propriétés anticoagulantes qui sont importantes pour éviter l'activation de la coagulation. Lorsque la formation d'un caillot est nécessaire, le PF4 contribue à la neutralisation de ces substances antithrombotiques endogènes et représente un des mécanismes par lesquels les plaquettes conduisent à une activation de la coagulation et la formation de thromboses. Le PF4 est donc un acteur important de l'hémostase, cet ensemble des phénomènes physiologiques affectant le sang et les vaisseaux sanguins prévenant ou permettant l'arrêt de l'écoulement du sang.

Quand un médicament anticoagulant provoque des caillots

Le PF4 joue un rôle central et délétère dans la thrombopénie induite par l'héparine. Cette affection sévère se traduit par la formation de caillots sanguins associée à une chute du taux des plaquettes suite à une injection d'héparine. Elle survient chez 1 à 5% des patients recevant cet anticoagulant, généralement entre quatre et dix jours après le début du traitement.

Ces thromboses paradoxales induites par l'héparine révèlent que le PF4 joue un rôle majeur dans la survenue de cette affection. La séquence des événements peut être résumée de la façon suivante:

  • Dans un contexte d'activation des plaquettes (suite à une infection, une intervention chirurgicale…), du PF4 est libéré en grande quantité. L'administration d'héparine conduit à la liaison des molécules d'anticoagulant avec les molécules de PF4;
  • Ainsi associé à l'héparine, le PF4 devient immunogénique, c'est-à-dire qu'il déclenche une réaction immunitaire qui se manifeste par la production d'anticorps dirigés contre les complexes PF4/héparine. Ce phénomène correspond à une rupture de la tolérance naturelle vis-à-vis des protéines que nous synthétisons à l'état normal. En effet, notre système immunitaire ne réagit normalement pas vis-à-vis des produits de nos propres cellules et de leurs produits. Or certains anticorps s'attaquent aussi aux molécules de PF4 qui ne sont pas liées à l'héparine;

  • Les anticorps anti-PF4 s'attaquent aux molécules de PF4 présentes à la surface ou au voisinage des plaquettes et des cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins;

  • Les anticorps anti-PF4 se lient aussi à des récepteurs pour les anticorps situés sur les plaquettes appelés FcgammaRIIA, ce qui les active;

  • Des caillots se forment sous l'influence de l'activation des plaquettes et au contact des cellules endothéliales sur lesquelles sont également fixés les anticorps anti-PF4;

  • Les plaquettes recouvertes d'anticorps anti-PF4 sont éliminées de la circulation et meurent, ce qui contribue à la diminution du nombre de plaquettes.

In fine, il s'agit d'une situation paradoxale, puisque l'administration d'un anticoagulant, l'héparine, entraîne la formation de caillots sanguins. Le diagnostic de cette complication du traitement par l'héparine est établi par la mise en évidence dans le sang d'une chute des plaquettes sanguines, de thromboses et la détection d'anticorps dirigés contre les complexes PF4/héparine.

Des phénomènes thrombotiques analogues associés à des taux bas de plaquettes et des auto-anticorps anti-PF4 ont été rapportés en l'absence d'exposition à l'héparine. Ces thromboses thrombopéniques auto-immunes non causées par l'héparine seraient déclenchées par des molécules anioniques d'origine bactérienne ou libérées par des cellules endommagées. Ces substances ont en commun d'interagir avec le PF4, de modifier sa conformation et de susciter une réaction auto-immune menant à la formation de caillots.

La survenue exceptionnelle de caillots associée à une chute du taux de plaquettes sanguines parfois observée quatre à seize jours après l'injection du vaccin Vaxzevria évoque un phénomène de ce type.

Que se passe-t-il après injection du vaccin d'AstraZeneca?

Se pourrait-il qu'une réaction auto-immune anti-PF4 soit à l'origine des effets secondaires thrombotiques parfois observés après administration du Vaxzevria? Cette hypothèse vient d'être confortée par la mise en évidence d'anticorps anti-PF4 activateurs de plaquettes dans le sérum de patients atteints.

Les mécanismes de cette réaction auto-immune post-vaccinale restent toutefois à élucider. L'implication possible du vecteur adénoviral a été évoquée, en lien avec la capacité des adénovirus à activer les plaquettes. Elle conduit à des interrogations sur l'autre vaccin à vecteur adénoviral anti-Covid-19 disponible sur le marché européen, celui développé par Johnson & Johnson. L'activation des plaquettes pourrait aussi être liée à l'engagement de leur récepteur ACE2 par la protéine Spike codée par le vaccin.

Mais comment une injection intramusculaire pourrait-elle déclencher cette activation des plaquettes qui circulent dans le sang? L'on sait que les cellules endothéliales du muscle sont une des cibles du vecteur adénoviral, lequel va donc induire leur production de la protéine Spike. Celle-ci pourrait donc se retrouver dans les vaisseaux sanguins bordés par des cellules endothéliales «transduites», c'est-à-dire infectées par le vecteur viral contenu dans le vaccin. Les plaquettes pourraient s'activer au contact de la protéine Spike et libérer du PF4. Ce PF4 pourrait se complexer avec des glycosaminoglycanes anioniques libérées suite à l'inflammation locale induite par le vaccin.

C'est ainsi que les actions combinées de l'adénovirus et de la protéine Spike agiraient de concert sur les plaquettes et les cellules endothéliales, pour aboutir à la formation de complexes stimulant les lymphocytes B producteurs d'anticorps anti-PF4.

Identifier les facteurs de risque pour adapter la stratégie vaccinale

Compte tenu de l'extrême rareté de ces thromboses thrombopéniques, les recherches doivent porter sur l'identification des facteurs de risque individuels qui pourraient prédisposer certains sujets à développer ce type de réactions. Il s'agit notamment de facteurs de susceptibilité génétique.

Des pistes existent, entre autres, au niveau des récepteurs de surface qui diffèrent en effet d'une personne à l'autre, en raison de variations génétiques. S'ajoute probablement à ce facteur la présence de cellules immunitaires dites «mémoires», dont on sait qu'elles ont gardé l'information d'un contact antérieur avec le PF4. Elles sont de ce fait capables de générer une réponse immunitaire rapide et forte lors d'une nouvelle exposition.

Les semaines écoulées ont démontré l'efficacité de la pharmacovigilance internationale et la très grande capacité de mettre en évidence, parmi des millions de sujets vaccinés, l'existence d'une nouvelle entité clinique très rare. Même si l'ensemble des mécanismes impliqués n'est pas encore identifié, la découverte du rôle du PF4 et de l'auto-immunité dans la survenue de ces effets secondaires constituent des avancées majeures pour leur compréhension.

Ces thromboses sont exceptionnelles, leur diagnostic et prise en charge sont désormais standardisés. Ces nouvelles connaissances permettront de gérer la campagne de vaccination de façon efficace et sûre, afin de maintenir ou restaurer le climat de confiance indispensable à son succès.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

Vous recevez du phishing sur Signal ? C’est normal

April 14th 2021 at 13:55

Vous recevez des messages de spams irritants sur Signal ? C'est normal, et ça n'en fait pas une app moins sécurisée qu'annoncé.

Fin 2020, le changement prévu des conditions d’utilisation de WhatsApp a engendré un large départ d’utilisateurs vers son concurrent Signal. De nombreuses personnes ont ainsi découvert l’application de messagerie, vantée pour son modèle de confidentialité.

Mais quelques mois plus tard, ces nouveaux utilisateurs s’énervent déjà. Ils reçoivent sur l’app soi-disant « sécurisée » des messages de phishing et des spams : un faux Amazon leur promet un iPhone 12, on leur annonce un gain de bitcoin, ou encore, ils reçoivent des spams à caractère sexuel.

Voilà un exemple de lien de phishing envoyé actuellement aux utilisateurs de Signal. // Source : @Sebweb33 sur Twitter

Signal mentirait-il à ses utilisateurs ? Et bien, non, pas du tout. C’est simplement que la « sécurité » qu’elle offre est mal comprise. Pourrait-elle faire plus pour lutter contre ces spams ? Peut-être, mais le problème des messages frauduleux va bien au-delà de l’app elle-même.

Le principe même de Signal rend la détection du spam difficile

Signal protège la confidentialité de vos échanges, avec un algorithme de chiffrement open source — c’est-à-dire vérifiable par n’importe qui. C’est cette seule propriété qui fait qu’on lui attribue l’adjectif « sécurisée ».

Concrètement, Signal va appliquer une couche de chiffrement aux messages que vous envoyez. Plus exactement, c’est votre app qui va les chiffrer, à l’aide d’une clé quasiment unique. Seul le destinataire du message aura un double de cette clé, et seul son smartphone pourra déchiffrer le message que vous lui avez envoyé et en lire le contenu. Si une personne — un cybercriminel, un policier, ou un employé de Signal par exemple — intercepte le message entre les deux appareils, il ne pourra pas en lire le contenu. C’est pourquoi Signal compte parmi ses utilisateurs historiques des activistes qui craignent la répression de différents gouvernements ; des journalistes qui doivent garantir l’anonymat de leurs sources ; ou encore par des criminels qui veulent échapper à la surveillance policière.

Problème : cette garantie de confidentialité des messages entrave le déploiement de filtres contre les spams. Puisque Signal ne peut pas lire le contenu des messages que vous recevez, elle ne peut pas par exemple, bloquer tous ceux qui contiendraient un lien identifié comme dangereux.

Autrement dit, Signal garantit que personne d’autre que  vous ne peut lire le message que vous venez de recevoir. En revanche elle ne garantit par l’intégrité de son contenu : le message peut relayer une fake news, il peut contenir lien vers un malware ou même des menaces. Signal ne vous en protègera pas, et ne prétend à aucun moment le faire.

Pourquoi est-ce que je reçois des messages de phishing sur Signal ?

Un autre préjugé circule : ce n’est pas parce que vous recevez un message de phishing de la part d’un numéro inconnu sur Signal que l’organisation a connu un quelconque problème de sécurité.

Pour vous envoyer un message sur Signal, il suffit d’avoir votre numéro de téléphone. Et l’obtenir est une tâche plutôt simple : une entreprise peu scrupuleuse à qui vous l’auriez confié pourrait l’avoir vendu ; il pourrait être inclus dans une des nombreuses fuites de données détectées chaque semaine ; ou encore, vous pourriez vous-même l’afficher publiquement sur un de vos réseaux sociaux. Par exemple, la base de données volées sur Facebook contient pas moins de 500 millions de numéros de téléphone que les malfrats peuvent facilement arroser de messages frauduleux.

Reste une question : pourquoi est-ce que les malfaiteurs vous envoient ces messages sur Signal plutôt que par SMS ? Plusieurs pistes :

  • Signal permet d’afficher un nom d’utilisateur et une photo de profil de son choix. De quoi créer un profil d’expéditeur plus crédible, et d’augmenter les chances de réussite du phishing.
  • Puisque la « sécurité » de Signal est mal comprise, certains utilisateurs penseront que le contenu du message est inoffensif, car sinon Signal l’aurait bloqué.
  • Les campagnes de spam par SMS ont un certain coût par message, même s’il est faible. L’envoi d’une campagne de messages sur Signal se ferait à moindres frais.
  • L’engouement autour de l’application depuis quelques mois a rendu l’app plus attractive pour les cybercriminels.

Que fait Signal contre les messages de spam et que pourrait-elle faire de mieux ?

Vous ne l’avez peut-être pas remarqué, mais les messages de spam que vous recevez ne s’affichent pas comme les messages des personnes enregistrées sur votre répertoire. Et pour cause, Signal les considère comme des demandes de contact, et vous propose trois options : accepter le message, le supprimer ou bloquer l’expéditeur. Tant que vous n’avez pas choisi une de ces options, les liens contenus dans le message sont désactivés, c’est-à-dire que vous ne pourrez pas cliquer dessus. C’est une bonne protection : l’écrasante majorité des messages malveillants nécessitent un clic de la part de l’utilisateur pour refermer leur piège. Certes, cette fonctionnalité n’empêche pas de recevoir une notification inutile, mais elle pousse les utilisateurs à réfléchir à la prise du risque qu’ils prennent en consultant le message d’un expéditeur inconnu.

Votre numéro est compromis, pas Signal

Il ne faut pas hésiter à bloquer les messages suspects : les entreprises imitées par les malfrats ne communiquent pas par des apps de messageries tierces comme Signal. Et si une personne doit vraiment vous contacter, elle peut vous passer un appel ou vous envoyer un SMS, puisqu’elle a votre numéro de téléphone.

Comme le relève How to geek, certains utilisateurs demandent à Signal de créer une fonctionnalité pour bloquer automatiquement les messages envoyés par des inconnus, dont le numéro n’est pas enregistré sur le smartphone. D’autres demandent une fonctionnalité de signalement de numéros malveillants, comme il existe sur WhatsApp par exemple. Mais pour l’instant, Signal n’a pas commenté ces demandes.

Si vraiment le phishing reçu sur Signal vous exaspère, il reste possible de supprimer l’application. Mais puisque la réception de spam est avant tout le signe que votre numéro de téléphone est compromis, cette action ne résoudra pas tous vos problèmes.

Crédit photo de la une : CCO/WIkimedia

À propos de CyberGhost

CyberGhost, annonceur exclusif de Cyberguerre, est un fournisseur de VPN premium aux tarifs accessibles. Il dispose de milliers de serveurs sécurisés répartis à travers le monde, permettant de délocaliser son adresse IP et de contourner les géoblocages. CyberGhost ne conserve aucune trace de l'activité des utilisateurs. Son application VPN est disponible sur tous les systèmes d’exploitation et appareils connectés et se révèle la plus facile d'accès du marché.

En savoir plus sur la solution VPN de CyberGhost

Toujours indisponible en France, la Polestar 2 sacrifie un moteur pour être plus abordable

April 14th 2021 at 13:25

Marque appartenant à Volvo, Polestar a mis à jour sa gamme. Sa berline compacte, concurrente de la Tesla Model 3, devient plus abordable. Pour le moment, elle reste indisponible en France.

Fin 2019, Volvo lançait la Polestar 2, une berline compacte taillée pour rivaliser — sérieusement — avec la Tesla Model 3. Dans un article publié par Electrek le 13 avril, on découvre que la gamme va prendre un peu d’épaisseur, ce qui permettra à Polestar de baisser le prix de sa voiture 100 % électrique. Une manière de s’adapter à la baisse de tarif conséquente de la Model 3 (que l’on peut obtenir pour un peu plus de 36 000 euros une fois le bonus écologique déduit).

Concrètement, les nouvelles versions de la Polestar 2 vont sacrifier un moteur pour se positionner au pied de la gamme. L’une d’elles conservera la batterie de 78 kWh, tandis que la deuxième ira un peu moins loin avec une capacité de 64 kWh. Avec une puissance réduite, la Polestar 2 offrira une autonomie plus conséquente : jusqu’à 540 kilomètres en une seule charge (cycle WLTP). La Tesla Model 3 Grande Autonomie, dotée de deux moteurs, grimpe jusqu’à 580 kilomètres.

Polestar 2 // Source : Polestar

Hélas, la Polestar 2 n’est pas disponible en France

En option, Polestar va proposer une pompe à chaleur — de série sur les nouvelles Model 3. Son but ? Améliorer l’efficience en réduisant la consommation quand il faut chauffer l’intérieur. « Elle emmagasine la chaleur ambiante et l’énergie résiduelle du groupe propulseur  », explique le constructeur, qui estime un gain en autonomie de 10 % dans des conditions extérieures froides (entre 4 et 15 degrés). La pompe à chaleur fait partie du Plus Pack, qui s’appuie sur un habitacle plus premium et un toit panoramique, entre autres équipements de confort (système audio Harman Kardon, sièges et volant chauffants…).

On rappelle que l’infodivertissement de la Polestar 2 est basé sur Android Automotive, système qui nous a convaincus avec le Volvo XC40 Recharge.

Le point sur les différentes versions de la Polestar 2 :

Polestar 2 Standard Polestar 2 Grande Autonomie Polestar 2 (deux moteurs)
Puissance 165 kW 170 kW 300 kW
Batterie 64 kWh 78 kWh 78 kWh
Autonomie  420-440 km 515-540 km 450-480 km
Prix (Belgique) 44 990 euros 48 990 euros 52 990 euros

En France, la Polestar 2 n’est toujours pas disponible en raison d’un litige opposant la marque à Citroën. En cause : le logo qui ressemblerait un peu trop à celui de l’entreprise française (l’utilisation de chevrons, certes disposés différemment). Selon un article de L’Automobile Magazine publié en octobre dernier, le tribunal judiciaire de Paris a interdit à Polestar d’utiliser son logo pendant plusieurs mois après application du jugement (qui date de juin). La situation devrait donc désormais se décanter.

La suite en vidéo

L’évolution de la pub ciblée selon Google fait face à de plus en plus d’hostilité

April 14th 2021 at 13:22

Google peine à convaincre avec son idée de publicité ciblée nouvelle génération, FLoC. En tout cas, les initiatives pour s'y opposer se multiplient.

Il y a ce que Google déclare. Et il y a ce qui est entendu. Et de toute évidence, Google n’a pas l’air de convaincre grand monde avec sa nouvelle idée pour faire évoluer la publicité ciblée. En effet, depuis la présentation de son concept, FLoC, pour Federated Learning of Cohorts, la firme de Mountain View suscite manifestement davantage de doute et de méfiance que d’enthousiasme.

Rappel des faits. Avec FLoC, Google assure avoir trouvé une solution pour continuer de servir de la publicité ciblée aux internautes, selon leurs habitudes de navigation, sans avoir à les suivre individuellement. Comment ? En regroupant les internautes dans des « cohortes » homogènes. En clair, des groupes de quelques milliers d’internautes ayant un profil semblable.

Des tests ont démarré il y a plusieurs jours, mais pas dans l’Union européenne — il semble que le Règlement général sur la protection des données (RGPD) retarde l’arrivée de FLoC dans cette région du monde. En effet, les tests se déroulent partout ailleurs, ou presque :  en Australie, au Brésil, au Canada, en Inde, au Japon, en Indonésie, au Mexique, aux USA, en Nouvelle-Zélande et aux Philippines.

FLoC est un projet qui concerne avant tout Google Chrome. // Source : Google

Le rejet de FLoC prend de l’ampleur

Ces expérimentations sont toutefois de plus en plus contestées, tout comme le principe même de FLoC. L’Electronic Frontier Foundation, une organisation majeure aux USA pour la défense des libertés numériques, a déjà pris la parole début mars pour dénoncer une idée catastrophique. Pour l’EFF, Google ne casse pas la roue du ciblage : il est en train de la réinventer.

L’EFF a lancé en avril un site appelé « Am I FloCed ? » pour dire aux internautes s’ils sont concernés par les tests actuels — aujourd’hui, selon Google, il n’y a pas plus de 0,5 % des internautes sur Chrome qui sont concernés, pour chaque région mentionnée ci-dessus. Cette statistique devrait toutefois croître avec le temps, à mesure que Google bougera le périmètre de ses tests, jusqu’à la généralisation de FLoC.

Cette levée de boucliers s’observe aussi du côté des navigateurs web qui se reposent sur les mêmes fondations technologiques que Google Chrome, via le projet Chromium. En effet, Brave et Vivaldi ont annoncé, respectivement les 12 et 13 avril, qu’ils ne permettront pas à FLoC de fonctionner chez eux, parce qu’il s’agit d’une illusion qui ne fait que déplacer le problème du pistage, au lieu de régler.

Am I FLoCedAm I FLoCed
Pour l’instant, l’Europe n’apparait pas concernée par FLoC. // Source : EFF

Le fait est que la part de marché cumulée de ces deux navigateurs est modeste face à Chrome. En fait, c’est surtout l’attitude d’acteurs plus gros qui est attendue. Si Firefox n’est pas concerné, car il ne s’appuie pas sur Chromium, la décision de Microsoft, avec Edge, est la grande inconnue. Cependant, des indices laissent à penser que le géant des logiciels ne va pas permettre à FLoC d’exister sur Edge.

Un rejet semblable s’observe aussi du côté des moteurs de recherche. DuckDuckGo a fait savoir le 9 avril que lui aussi agit techniquement pour refuser FLoC. Concrètement, cela veut dire qu’il a actualisé son extension pour Google Chrome, de façon à neutraliser cette répartition des internautes en cohorte. On devine que, là aussi, des moteurs de recherche concurrents de Google, feront de même prochainement.

Par ailleurs, il apparait que les responsables de sites web peuvent aussi s’opposer à FLoC, en envoyant via l’en-tête suivant : « Permissions-Policy : interest-cohort=() ». D’après le moteur de recherche alternatif, des sites web ont d’ores et déjà intégré cette instruction. Outre DuckDuckGo, c’est le cas de deux grands médias anglophones : The Markup et The Guardian.

If you're a website owner, protect all your visitors from FLoC by sending the following HTTP response header :

Permissions-Policy : interest-cohort=()

Sites are starting to do this already, such as @themarkup, @guardian and, yes, us too (at https://t.co/EaMhFN4ZdF).

— DuckDuckGo (@DuckDuckGo) April 9, 2021

La suite en vidéo

❌