FreshRSS

🔒
❌ About FreshRSS
There are new available articles, click to refresh the page.
Before yesterdayYour RSS feeds

Famitsu Sales: 8/5/19 – 8/11/19

Famitsu has published its estimated physical game software sales data for Japan for the week of August 5, 2019 to August 11, 2019. Hardware sales have yet to be published. The highest selling new release of the week was Sword Art Online: Fatal Bullet Complete Edition for Nintendo Switch, which debuted at 11,770 retail sales. […]

The post Famitsu Sales: 8/5/19 – 8/11/19 appeared first on Gematsu.

Fire Emblem Heroes adds ‘Brave Echoes’ heroes Camilla, Eliwood, Micaiah, and Alm

Fire Emblem Heroes will add four new heroes alongside a new “Brave Heroes” paralogue story on August 16 at 12:00 a.m. PT / 3:00 a.m. ET / 7:00 a.m. UK, Nintendo announced. The new heroes include: Camilla (voiced by Misty Lee, illustrated by Kozaki Yusuke) from Fire Emblem Fates: Birthright / Conquest Eliwood (voiced by […]

The post Fire Emblem Heroes adds ‘Brave Echoes’ heroes Camilla, Eliwood, Micaiah, and Alm appeared first on Gematsu.

Monster Hunter World: Iceborne expansion ‘Glavenus’ and ‘Seliana through Felyne Dancing’ trailers

The latest monster introduction trailer for the Monster Hunter World: Iceborne expansion introduces Glavenus. Glavenus is a brute wyvern that wields its heavy blue tail like a blade. It grows hotter and more keen with each strike until it glows red. Previous trailers introduced Tigrex and Nargacuga. In addition to the Glavenus trailer, Capcom also […]

The post Monster Hunter World: Iceborne expansion ‘Glavenus’ and ‘Seliana through Felyne Dancing’ trailers appeared first on Gematsu.

Oninaki ‘Daemon: Gavod’ gameplay

Square Enix has released a new gameplay video for Oninaki focused on the Daemon character Gavod (voiced by Ryoutarou Okiayu). In Oninaki, players can equip their characters with special Daemon attacks to enhance their skills and abilities. Here is an overview of Gavod, via the game’s official website: An audacious Daemon who’s never caught off […]

The post Oninaki ‘Daemon: Gavod’ gameplay appeared first on Gematsu.

Économisez de l’espace en allégeant rapidement et sans perte vos fichiers vidéo et audio

By: Korben

Aujourd’hui j’enfile ma blouse de docteur pour vous poser une question : souffrez-vous de syllogomanie numérique ? Si vous faites partie de ceux qui stockent des centaines, des milliers voire des centaines de milliers de fichiers audio et vidéo vous savez quel est le problème n°1 de votre condition : l’espace disque pour tout garder.

C’est le cas ? Alors, laissez-moi vous prescrire une boite de LosslessCut.

Le logiciel, basé sur Chromium et utilisant le lecteur vidéo HTML5, va vous permettre de diminuer le poids de tous vos fichiers vidéos et audios sans perte de qualité, et cela via une interface très simple d’utilisation.

Sur le même principe que VideoCutter il ne réencode pas les fichiers (gain de temps) et garde une qualité optimale via l’utilisation de FFmpeg. Et toujours comme ce dernier il sera possible d’éditer directement vos fichiers pour par exemple couper certaines séquences d’un enregistrement ou en combiner plusieurs en un seul.

Parmi les autres fonctionnalités : la possibilité d’extraire les différents canaux d’un fichier séparément (vidéo, audio, sous-titres …), prise d’instantanés en haute résolution au format JPEG / PNG, saisie manuelle des points de coupure et support des raccourcis clavier, pivoter le sens de vidéo sans réencodage (pour les enregistrements provenant d’un téléphone) …

LosslessCut est open source, gratuit, disponible sur Windows/Linux/macOS et supporte la plupart des formats communs dont MP4, MOV, WebM, MKV, OGG, WAV, MP3, AAC, H264, Theora, VP8, VP9 … Et pour les codecs non supportés par défaut (le H265 par exemple) il suffira de les encoder dans un format supporté.

source image : videohelp.com

Le soft a toutefois un léger souci pour l’instant : les temps de coupe ne sont pas précis mais sont « arrondis » à l’image clé la plus proche. Toutefois cela devrait être résolu bientôt par son développeur Mikael Finstad.

Bon c’est pas tout ça, mais maintenant que vous avez votre ordonnance, j’ai quelques pilules à prendre moi …

Mettez-moi tous ces disques durs au régime !

Clé HDMI avec Miracast et DLNA pour streaming TV MMS-1080 TVPeCee | Pearl.fr

Transformez votre téléviseur en lecteur streaming ! Il vous suffit de brancher la clé sur un port HDMI et le tour est joué. Appariez-la à votre appareil mobile pour transférer le contenu de ce dernier vers votre appareil de lecture. L’idéal pour profiter de vos photos, vidéos et mêmes applications en grand !

Pour la rentrée, Logitech sort un combo souris / clavier Bluetooth compact et silencieux

Vous cherchiez des accessoires pour votre ordinateur qui ne sont pas noirs ou typés « gaming » ? Logitech a peut-être quelque chose pour vous.

Logitech est un constructeur qui sait tout à la fois manier l’élégance et le kitsch des produits gamer plein de néons et d’angles. C’est dans la première catégorie que se range le combo clavier souris tout juste annoncé. Blanc et gris, compact et annoncé comme silencieux par la marque, le MK470 Slim Combo a été pensé par la marque pour toutes les situations de productivité. Au bureau, à la maison ou en déplacement.

Le duo d’accessoires vendu un peu moins de 50 € est articulé autour du silence. On est à l’inverse des claviers mécaniques : ici, les switchs « ciseaux » sous les touches accompagnent une course de frappe courte et légère. Et cette exigence a visiblement été reproduite pour la souris : le clic a été fait pour être le plus silencieux possible, tout comme la molette qui permettra un scroll doux grâce à son revêtement en caoutchouc. Malgré tout, on doute du confort de la souris qui semble vraiment plate et petite : à l’usage, on se demande si le gain de place ne sacrifie pas un peu trop le confort.

Côté autonomie, Logitech promet que la souris peut tenir jusqu’à 18 mois et le clavier jusqu’à 36 mois avec des piles. Cette longévité est due à une mise en veille automatique des accessoires dès qu’ils ne sont pas utilisés. Logitech promet jusqu’à 10 mètres de portée grâce à son dongle de connexion.

Comment bien choisir son vélo à assistance électrique (VAE)

Marre des bouchons et des transports en commun bondés ? Le Vélo à Assistance Électrique (VAE) vous tend les roues. Nos conseils pour bien s'équiper.

Ça  y est, c’est décidé, vous passez à l’électrique. La voiture attendra, c’est le vélo électrique qui vous intéresse. Démarrer sans effort au feu, gravir les côtes avec l’aisance d’un cycliste professionnel, arriver frais et sec au boulot… des promesses alléchantes.

Mais avant de vous plonger dans les fiches techniques ou de vous ruer chez votre marchand de vélos, il convient de bien comprendre le principe d’un VAE. Derrière ce terme un peu barbare, une norme qui définit précisément le fonctionnement de ces vélos électrifiés, la NF EN 15194. Celle-ci stipule plusieurs points qui caractérisent les vélos électriques en France : la puissance du moteur ne doit pas dépasser 250 Watts, le moteur ne doit avoir qu’une fonction d’assistance au pédalage, et sa vitesse de propulsion ne doit pas excéder les 25 km/h. Si le vélo ne respecte pas ces critères, il entre dans la catégorie des cyclomoteurs et doit être immatriculé et assuré (c’est le cas des Speedbikes).

Les VAE sont donc des vélos auxquels on a greffé une batterie et un moteur pour procurer une assistance au pédalage, qui s’enclenche jusqu’à 25 km/h. Si vous tombez en panne de batterie, pas de souci, il est toujours possible de pédaler sans assistance pour avancer.

La batterie

Avec le moteur, c’est l’élément le plus important d’un vélo à assistance électrique. La batterie peut être placée au niveau du cadre du vélo (parfois même intégrée au cadre) ou à la place du porte bagage. Elle pèse généralement entre 2 et 4 kg et rajoute donc un poids conséquent au vélo.

Une batterie de VAE. // Numerama

Sur les fiches descriptives accompagnant les vélos, la batterie est souvent caractérisée par une puissance en watt-heure (Wh), un voltage (en Volts) et un ampérage (en ampère-heure Ah). L’ampérage exprime la capacité de stockage en électricité de la batterie, autrement dit, plus il est élevé, plus la batterie permettra une autonomie élevée. Les valeurs habituelles d’ampérage d’une batterie oscillent entre 7 Ah et 15 Ah.

Le voltage exprime la puissance que la batterie sera capable de délivrer au moteur. Plus il est élevé, plus le moteur sera performant si le vélo est lourd ou si vous êtes en côte. Les voltages oscillent généralement entre 24 et 37 Volts (certains VTT haut de gamme montent à 48 volts). Sauf si vous êtes léger et que vous optez pour un vélo léger, il est déconseillé d’acheter un vélo équipé d’une batterie de moins de 36 volts.

La puissance en Wh est tout simplement le produit des deux éléments précédents : un vélo qui embarque une batterie de 24 volts et 10 Ah affichera 240 Wh sur sa fiche technique. Si c’est le seul élément renseigné, n’hésitez pas à interroger le vendeur sur le voltage.

Les chargeurs de batterie restent assez encombrants. // Numerama

Le chargeur : pas d’inquiétude, il vous sera systématiquement fourni avec votre vélo. Si vous souhaitez en acheter un deuxième ou bien si vous avez peur de le perdre, privilégiez une batterie de marque car les chargeurs sont plus faciles à trouver.

Notez que certains vélos ne proposent pas de batterie externe — c’est le cas des excellents VanMoof. Ils compensent en élégance ce qu’ils perdent en confort d’utilisation au quotidien.

L’autonomie

Les autonomies des VAE sont très variables et peuvent titiller les 200 kilomètres. Globalement, les autonomies actuelles vous permettront toujours de partir en balade ou de faire votre trajet domicile-travail sans le stress de la panne. Les autonomies dépassant les 150 km sont à recommander pour les aficionados des longues randonnées ou si vous ne voulez simplement pas recharger votre vélo tous les jours.

Sur un VAE, il est toujours possible de pédaler si la batterie est vide

Le moteur et le type d’assistance

Autre élément-clé du VAE, le moteur est le cœur du système puisque c’est lui qui assiste le pédalage. Il est positionné au niveau du moyeu des roues (avant ou arrière) ou au niveau du pédalier. Une fois activé via un boîtier, il est actionné par l’action de pédalage.

Il peut s’enclencher selon deux modes différents : les moteurs à capteur de pression (les termes ‘capteur de couple’ sont également utilisés), et les moteurs à capteur de rotation. Si les premiers s’enclenchent immédiatement lorsque l’utilisateur appuie sur la pédale, les seconds nécessitent un mouvement de rotation (mesuré au niveau du pédalier, il est différent selon les modèles, cela peut être un tour de pédale, un demi-tour, etc.).

Un moteur pédalier. // Numerama

Moins chers, les capteurs de rotation ont l’avantage de procurer une poussée efficace mais peuvent donner l’impression de pédaler dans le vide. L’assistance offre un ressenti plus naturel sur les capteurs de pression puisque leur assistance est proportionnelle à la poussée effectuée sur le pédalier — c’est ce qu’a choisi Cowboy.

Un moteur dans le moyeu d’une roue. // Numerama

Concernant le type d’assistance, nous ne pouvons que vous recommander d’essayer les deux pour choisir celle qui vous paraît la plus adaptée à votre usage. De manière générale, les capteurs de pression sont recommandés si vous êtes souvent amené à démarrer en côte ou si vous voulez conservez les sensations du vélo. VanMoof se différencie en utilisant un bouton « boost » pour activer manuellement l’assistance à pleine puissance.

Le poids

Lors d’une première prise en main, c’est le poids des VAE qui représente la plus grosse différence avec un vélo classique. La présence d’un moteur et d’une batterie rajoute une petite dizaine de kilos et nous vous conseillons de vous poser la question des accessoires que vous souhaitez acquérir : un moteur dans la roue avant viendra alourdir la direction et ne sera pas recommandé avec un panier de guidon. Si vous souhaitez vous équiper de sacoches ou d’un siège enfant, évitez les vélos qui regroupent moteur dans la roue arrière et batterie sous le porte-bagages, etc.

Les batteries peuvent être intégrées sous le porte-bagage ou au niveau du cadre. // Numerama

Connectivité

Depuis quelques années, les fonctions connectées fleurissent sur les VAE. Dans l’ensemble on peut dire qu’elles apportent une plu-value intéressante si elles ciblent une fonctionnalité précise (antivol, localisation etc.), mais opter pour un vélo entièrement connecté, sans possibilité de le démarrer sans smartphone, reste encore hasardeux.

L’offre actuelle est en effet aujourd’hui essentiellement composée de startups à la santé financière fragile et l’écosystème qu’elles développent peut disparaître aussi vite qu’il est apparu.

La sécurité

En vélo électrique, l’assistance vous fera facilement dépasser les 20 km/h. Il est donc utile de rappeler les bases. Casque et gilet jaune (ou orange, ou vert, tant qu’il soit réfléchissant) ne sont pas obligatoires en ville mais sont fortement conseillés. Sorti des agglomérations, le gilet est en revanche obligatoire. Ne pas en porter vous expose à une amende de minimum 35 €.

Autre équipement obligatoire, l’éclairage est généralement monté en usine avec le vélo. Sa fonction est évidemment d’éclairer votre route, mais surtout de vous rendre visible par les autres usagers. On vous invite donc à privilégier les vélos équipés d’un éclairage puissant et dont l’alimentation ne nécessite pas de pile.

Dernier conseil sécurité, les VAE étant plus lourds que leurs équivalents classiques, nous vous recommandons de choisir des freins performants, comme peuvent l’être les freins à disque hydraulique. Ce conseil est d’autant plus important si vous vous déplacez chargés (sacoches) ou avec un enfant (sur un siège enfant). Les freins à tambour ne présentent pas d’avantage en terme d’efficacité, si ce n’est qu’ils sont moins impacté par l’eau que les classiques freins patins.

Quel prix ?

On trouve en boutique et sur le web des vélos électriques à des prix allant de quelques centaines d’euros à plusieurs milliers. Les vélos low-cost permettent une première incursion dans le monde du VAE et s’affichent entre 400 et 1 000 euros chez les grands distributeurs (Norauto propose l’un des modèles les moins chers de France, Decathlon propose toute une gamme, etc.).

Entre 1 000 et 1 800 euros, on trouve des vélos de milieu de gamme, souvent qualitatifs et polyvalents (chez O2feel, CyclO2, Peugeot, Gitane par exemple) .

À partir de 1 800 euros on entre dans la catégorie des vélos haut de gamme où officient les capteurs de pression. À ce prix là pas de surprise, la partie cycle est de qualité et la batterie et le moteur sont de marque. Si les VAE nécessitent un investissement financier conséquent, de nombreuses municipalités proposent des subventions à leur achat. C’est ici qu’on trouve des noms comme Moustache, VanMoof ou Mad In France.

Où acheter son VAE ?

Magasins spécialisés, grandes surfaces, marchands web, et même centres-auto, les VAE sont partout. S’il est possible de trouver des sites de déstockage ou de ventes privées proposant des offres intéressantes, il est important de réfléchir au service après-vente. Si votre VAE pourra généralement être réparé chez n’importe quel revendeur, celui-ci sera plus conciliant si vous l’avez acheté chez lui. Un aspect à ne pas négliger car les files d’attente des SAV sont souvent longues. Pour régler les soucis du quotidien, une entreprise comme Cyclofix peut se déplacer dans la journée.

Comment bien utiliser les réseaux sociaux pendant les vacances

Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat, LinkedIn ou encore Yo : tous les réseaux sociaux ne sont pas forcément compatibles avec des congés ou du repos estival. Ce guide vous donne toutes les bonnes pratiques pour profiter à fond de votre détox numérique.

Bien utiliser Twitter pendant les vacances

Éviter les prochains drames en une étape simple

Bien utiliser Facebook pendant les vacances

Il n’y aura pas d’événement important : vous n’êtes pas là

Bien utiliser LinkedIn pendant les vacances

Ce poste de digital happiness ninja pourra attendre

Bien utiliser Instagram pendant les vacances

Les influenceurs n’ont pas de meilleures vacances que vous si vous ne pouvez pas les voir

Bien utiliser Snapchat pendant les vacances

Et si vous passiez une après-midi à créer le parfait filtre chien en papier crépon ?

Bien utiliser Yo pendant les vacances

Yo

Les crèmes solaires bio sont-elles vraiment meilleures pour l’environnement ?

Les crèmes solaires bio sont de plus en plus répandues, car toujours davantage demandées par les consommateurs. Mais l'argument d'un produit « bio » est-il suffisant pour certifier une protection de l'environnement ? La réponse est mitigée. Nous avons tenté d'y voir plus clair.

Face aux critiques de plus en plus fortes contre les crèmes solaires, les versions « bio » ont rapidement conquis le marché. Elles séduisent les consommateurs, non seulement parce qu’elles sont meilleures pour la santé, mais aussi parce qu’elles éviteraient une trop forte dégradation de l’environnement.

L’être humain ne se rend pas toujours bien compte des effets qu’il peut avoir sur la nature. Par exemple, lorsque l’on nage dans la mer avec des tartines de crème solaire sur la peau, elle s’échappe en partie pour se déverser dans les océans. La vie marine, dont les récifs coralliens, est menacée par certains ingrédients. C’est notamment pour cette raison que la communication des marques est maintenant axée sur des crèmes solaires qui seraient moins nocives pour l’environnement. Mais cette communication reflète-t-elle la réalité ?

Les crèmes solaires chimiques sont mauvaises pour la santé et pour l’environnement. Mais les crèmes bio sont-elles vraiment meilleures ? // Source : Pexels

Même des ingrédients naturels peuvent être nocifs

« Ce n’est pas simplement parce qu’un ingrédient est naturel ou biologique que c’est sans danger pour l’environnement ou pour les humains », nous assure le docteur Craig Downs, du laboratoire environnemental Haereticus. Pour lui, ce sont avant tout des termes marketing, car dans les faits un ingrédient ne se résume pas à « dangereux » ou « pas dangereux ». S’il peut être sans risque pour certaines espèces et populations, il peut aussi se révéler hautement toxique pour d’autres.

En 2013, Craig Downs et son équipe ont mené une étude écotoxicologique sur soixante crèmes solaires différentes. Le but était justement d’évaluer jusqu’à quel point les compositions naturelles s’avèrent moins nocives pour la nature que les compositions chimiques. Résultat, « de nombreux produits se disent moins nuisibles, mais quand nous les testons, nous découvrons qu’ils sont très toxiques pour les embryons d’oursins ou de crevettes ».

Craig Downs a référencé plusieurs types d’ingrédients qui, s’ils sont parfois mis en avant dans les produits bio ou naturels, ne sont pas pour autant sans risque pour l’environnement :

  • Les extraits de lavande : à cause des phyto-estrogènes que la plante génère, elle peut être nocive pour les garçons, les jeunes hommes et certaines espèces sauvages. En revanche, elle peut avoir des effets bénéfiques pour les femmes. Ce cas illustre très bien la complexité à évoluer la nocivité des ingrédients naturels.
  • L’eucalyptus, la théine, la caféine : ces plantes contiennent des pesticides naturels. Résultat, «  ces extraits peuvent être incroyablement toxiques pour les invertébrés aquatiques et marins ».
  • La cire d’abeille : la toxicité provient soit des pesticides recueillis par les abeilles et déposés dans la cire, soit des apiculteurs qui utilisent des pesticides pour lutter contre les acariens de type varroa. Ces pesticides sont dangereux pour les invertébrés aquatiques et marins.

L’idée est également très répandue qu’un filtre solaire 100 % minéral serait meilleur qu’un filtre chimique. Si cette affirmation est en partie vraie, il faut rester mesuré : les compositions minérales ne sont pas pour autant la panacée pour protéger l’environnement. Par exemple, certaines sources bon marché d’oxyde de zinc et d’oxyde de titane « peuvent être contaminées par des métaux lourds, comme le  plomb, le cadmium, le cuivre, le cobalt et, dans certains cas, même le mercure ».

Une crème solaire, même avec un filtre minéral, peut être nocive pour l’environnement. // Source : Flickr/CC/Iko

Faut-il vraiment se fier à une certification « bio » ?

Aux États-Unis, aucune crème solaire ne peut obtenir de certification « organic » (bio) délivrée par le National Organic Program, pour toutes ces ambiguïtés citées par Craig Downs. En Europe, le label est davantage répandu et constitue un fort argument de vente.

C’est pour cela que la marque française NIU, qui s’est lancée au début de l’été 2019, a ainsi préféré s’annoncer comme « naturelle » sans pour autant se dire officiellement bio. Hadrien Collot, le cofondateur, confirme à Numerama que «  c’était une volonté, car en plus de coûter très cher, le label bio ne veut pas dire que ce n’est pas dangereux ni sans impact ».

La marque a décidé d’opter pour une communication assumant directement « qu’une crème solaire, même naturelle, reste impactante, car c’est un élément extérieur introduit dans un milieu naturel ». Hadrien Collot explique que le but de NIU est surtout de « réduire cet impact au minimum ». Pour l’instant, la crème n’est qu’à 99 % naturelle. Le pourcentage restant provient de deux conservateurs chimiques : le benzoate de sodium et le sorbate de potassium. « Les conservateurs ont besoin d’être toxiques pour fonctionner, commente Craig Downs. Ils ne sont pas très dangereux pour l’être humain, mais en forte concentration, ils peuvent l’être pour des formes de vie sauvage ».

Hadrien Collot veut également passer rapidement à des tubes biodégradables… ou plutôt, compostables. « On va inciter les gens à les mettre dans du compost, où il y a les bonnes conditions pour la dégradation. Car si vous jetez un tube biodégradable dans la mer, elle ne va pas se dégrader en quelques jours, mais en plusieurs mois, en restant un danger pour les animaux marins ».

L’application de crème solaire laisse des traces blanches : quand il n’y en a pas, c’est le signe que le filtre est à base de nanoparticules, ce qui est plus nocif. // Source : Flickr/CC/NicolasR

Un autre problème se présente dans la conception des crèmes solaires même biologiques : les traces blanches. Quand une crème ne laisse pas ce genre de traces, c’est parce qu’elle contient soit des filtres chimiques, soit des filtres minéraux « naturels » mais sous forme de nanoparticules. Ces dernières pénètrent dans la peau. Or, l’intrusion du zinc et du titane dans l’organisme est à éviter.

Pour Hadrien Collot, il existe alors un dilemme : même si les consommateurs veulent se diriger vers des produits plus sains, ils tiennent également aux aspects esthétiques. Pour le fondateur de la marque, il faut donc trouver un entre-deux, qu’il espère avoir atteint.

Dans une optique de comparaison avec les crèmes solaires standards, il est clair que les produits bio permettent de réduire bien davantage l’impact environnemental sur les espèces marines. Mais il semble également fondamental d’avoir conscience que l’argument du naturel a des limites, et que la réalité de ce type de produits, même bio, conservent un impact important sur la nature.

Pornichet. Un escape game grandeur nature pour découvrir les secrets du passé

By: Marin2

Un escape game grandeur nature vient d’être lancé. Intitulé « les secrets de Pornichet », il permet une immersion dans le passé historique de la Ville.

Actualités
Saint-Nazaire
Saint-Nazaire
Photos

lire la suite

Nantes. Files d’attente à la gare : la colère des usagers

By: Guillon

Joëlle Arz est « grande voyageuse » à la SNCF. Elle raconte son expérience d’amoureuse des voyages, déçue par les services de l’entreprise ferroviaire.

Actualités
Nantes
Photos

lire la suite

Saint-Nazaire. Les maraudes de particuliers se développent

Depuis plusieurs mois, un groupe de particuliers vient en aide aux personnes en grande précarité. Tous les samedis soir, huit maraudeurs font le tour de Saint-Nazaire.

Actualités
Saint-Nazaire
Saint-Nazaire
Photos

lire la suite

Nantes. Royal de Luxe imprime sa marque à Bellevue

By: Trebern

Le spectacle Miniatures se joue en plein cœur du quartier populaire de Bellevue depuis le 23 juillet dernier. Comment le spectacle s’est-il intégré au quartier ?

Culture
Loire-Atlantique
Photos

lire la suite

FC Nantes. La foule à la Jonelière pour l'entraînement ouvert au public

L'arrivée du nouvel entraîneur Christian Gourcuff et la perspective du matche contre Marseille samedi attise la curiosité des supporters du FC Nantes : près de 300 supporters sont venus assister à

Sports
FC Nantes
Nantes
Photos

lire la suite

Les punaises de lit nous envahissent et le gouvernement ne fait rien

La résurgence de ces insectes suceurs de sang humain inquiète.

Temps de lecture: 9 min

La parasitologie est une discipline médicale et vétérinaire proche de l'écologie et de la politique. L'un de ses objets d'étude, les punaises de lit, en offrent un exemple éclairant. Début juillet, des député·es de La France insoumise (LFI) lançaient une campagne originale: #StopPunaisesDeLit.

Dénonçant la prolifération de ces parasites qui se «nourrissent la nuit de sang humain», ces élu·es regrettent qu'elle ne soit «que très peu traitée comme un problème politique» alors qu'elles font vivre «un enfer à des centaines de milliers de familles».

Députée du Val-de-Marne et vice-présidente du groupe LFI, Mathilde Panot évoquait aussi les insomnies et les allergies, une «souffrance extrêmement grande» et l'absence de reconnaissance du phénomène en tant que «problème de santé publique».

Madame @agnesbuzyn, Monsieur @J_Denormandie, il est de la responsabilité de l'Etat de résorber le fléau des punaises de lit !

Retrouvez mon interpellation des ministres de la Santé et du Logement au sujet des punaises de lit #StopPunaisesDeLit pic.twitter.com/OL8HMeSFAi

— Mathilde Panot (@MathildePanot) 8 juillet 2019

LFI n'est pas seule dans ce nouveau combat. À ses côtés: Droit au Logement (DAL), l'association CLCV ou la Confédération nationale du logement (CNL) de même que le collectif marseillais La Cabucelle qui s'est notamment mobilisé à la suite de l'infestation d'une école primaire. Au croisement du social, du politique et de l'écologique, tous réclament un «plan d'urgence national d'éradication» et un plan de prévention contre la diffusion de ces parasites.

Aucune exagération: un rapport de 2015 du Centre National d'Expertise des Vecteurs montre que la répartition de ces parasites concerne tous les départements de la métropole française. Ce rapport établit aussi que 87% des services communaux d'hygiène et de santé ont déjà été sollicités pour des punaises de lit. Ici ou là des initiatives locales sont prises, comme celle de l'Agence régionale de santé des Pays de la Loire.

De toutes petites bêtes

Des punaises de lit? Toutes les espèces de cette grande famille font partie des Cimicidae. Mâles et femelles (entre 5 et 8 millimètres) piquent et sucent (de dix à vingt minutes si on les laisse faire) le sang de leur hôte dont ils se repaissent.

Ces parasites peuvent aussi résister sans rien avaler pendant plus d'une année. Après son repas sanguin, la punaise retourne dans un lieu de repos pour digérer, changer de stade ou pondre. Toute nouvelle cachette devient un nouveau lieu d'infestation (ourlet du pyjama, bagage, linge au pied du lit, cadre d'un tableau, commode…).

Couleur brun-rouge, le corps ovale et aplati, ils sont comparables à des lentilles ou à des pépins de pomme. Sans aile mais dotés de poils microscopiques; ces nymphes translucides ne se déplacent pas suffisamment rapidement pour échapper à la vue d'un observateur attentif.

Ces punaises étaient déjà sur Terre il y a environ 100 millions d'années.

Les jeunes et les adultes sont surtout actifs la nuit, ne goûtent guère les lumières (naturelles ou artificielles) et leurs lieux de repos, de ponte et de copulation sont difficiles d'accès: cordons de matelas, structures du lit, fentes de bois…

Son mode de reproduction traumatique a aussi captivé l'attention des entomologistes: le mâle n'utilise pas les voies de reproduction naturelles de la femelle lors de l'accouplement. À l'aide de son appareil reproducteur, il va perforer l'abdomen de la femelle et injecter son sperme dans l'organe paragénital. Les voies de reproduction de la femelle ne serviront ensuite que lors de la ponte des œufs.

La génétique et l'ADN l'affirment: ces punaises étaient déjà sur Terre il y a environ 100 millions d'années. Elles étaient donc contemporaines des dinosaures. On retrouve ensuite leurs traces dans le sillage des humains de l'Égypte antique.

Elles seront omniprésentes dans les tranchées franco-allemandes de 1914-1918 et persisteront dans de nombreuses habitations. Au milieu du XXe siècle, le DDT donna un espoir à la population touchée. Un insecticide d'une redoutable efficacité mais désormais très largement prohibé du fait de sa toxicité.

Depuis le début du XXIe, la punaise Cimex lectularius parvient non seulement à résister aux attaques mais semble de nouveau largement proliférer en différents endroits collectifs comme les hôtels, les hôpitaux et les maisons de retraite.

Tous les niveaux de contamination ont été décrits: cas isolés, cas groupés, contamination totale d'un bâtiment, ou flambée épidémique dans une ville comme à New York en 2009- 2010.

Nourriture et coursier

Cette expansion mondiale est due à deux types de déplacement de l'insecte, actif et passif. Localement, les punaises se déplacent à la recherche de repas sanguin. Le dégagement de gaz carbonique, la chaleur et certaines odeurs les attirent irrésistiblement.

Mais l'homme, nourriture devenue coursier, peut aussi les transporter, de façon fortuite, vers de nouveaux espaces -lors d'un voyage, d'un déménagement, de l'introduction dans son domicile de meubles, livres ou d'objets d'occasion...

«Hôtels, trains de nuit, auberges de jeunesse, foyers d'hébergement, prisons sont des lieux à fort risque de contamination par les punaises de lit, soulignent les spécialistes du CNEV. Un niveau social élevé n'est pas un gage de non-contamination. Les sociétés de désinsectisation ont tous en mémoire des sites contaminés allant du plus luxueux au plus dégradé. Par contre une parfaite hygiène quotidienne du lieu associée à une volonté du propriétaire de lutter instantanément et activement contre cet insecte, sont des facteurs essentiels pour réduire et stopper la contamination et l'expansion de la nuisance à d'autres sites.»

Plus généralement, la recrudescence est favorisée par la multiplication constante des voyages internationaux et aussi par développement de la location de logements entre particuliers ou la multiplication d'achats d'objets de seconde main –autant de nouveaux comportements, de nouvelles formes d'échanges et de promiscuités paradoxales qui offrent de nouvelles possibilités aux punaises de lit d'élargir leurs champs de colonisation.

Réaction physique

Face à elles, le corps humain réagit de diverses manières. À commencer par de possible réactions allergiques à la salive des punaises inoculée lors des piqûres indolores.

En cas d'infestation massive, on peut redouter une anémie du fait de la spoliation sanguine. La démangeaison s'exprime généralement au matin avec une légère amélioration le soir. Certaines atteintes peuvent toutefois ressembler à de l'urticaire. Il faut aussi compter avec les effets psychologiques (fatigue, irritabilité, stress) qui imposent une écoute bienveillante des victimes.

Le diagnostic clinique est rarement simple -et pour compliquer le tout il n'existe pas de test biologique commercialisé pouvant confirmer le diagnostic.

«Sur les parties découvertes de la peau, les lésions se présentent parfois en ligne de quatre à cinq piqûres assez caractéristiques de cet insecte. Les piqûres de puces peuvent également présenter cet aspect en ligne, mais les lésions sont majoritairement localisées sur les jambes. Seul un interrogatoire rigoureux du patient permet d'évoquer cet insecte, résument les spécialistes du CNEV. Le diagnostic de certitude ne pourra s'établir que par l'identification entomologique d'un spécimen apporté par le patient ou prélevé sur site par un entomologiste ou une société de désinsectisation.»

Une cellule de crise

Pour ce qui est de la lutte, un seul objectif: la suppression totale des punaises dans son environnement –aucun seuil résiduel n'est acceptable.

Lutter contre cette infestation c'est, d'abord, organiser dans une recherche minutieuse et systématique de tous les sites de repos ou de propagation: punaises adultes et jeunes mais aussi œufs, déjections et traces de sang au moyen d'une lampe de poche et d'une loupe.

«La punaise de lit a une odeur spécifique parfois détectable par un chien, rappellent les spécialistes du CNEV. L'efficacité de cette méthode est très variable et dépend de différents facteurs, dont notamment le dressage et le maître-chien.»

On peut également avoir recours à des pièges attractifs chauffants (l'animal punaise est attiré par la chaleur), de pièges à dégagement de CO2 voire de pièges attractifs à phéromones spécifiques.

Vient ensuite le stade de la lutte mécanique (sans utilisation d'insecticide). De nombreuses méthodes existent qui peuvent être utilisées conjointement: aspiration avec l'embout fin d'un aspirateur; congélation à -20°C pendant 72 heures (pour certains vêtements délicats) ou lavage à 60°C à la machine; sèche-linge et repassage du linge; chauffage du mobilier pour tout objet pouvant résister à une température égale ou supérieure à 60°C en son cœur; nettoyage vapeur à 110°C (ou mieux 180°C) qui détruit toutes les punaises au niveau des recoins ou des tissus d'ameublement; nettoyage à la brosse à sec ou avec un nettoyant de surface (y associer l'aspirateur ou un grand nettoyage du sol).

«Trop souvent, matelas ou meubles sont déposés dans la rue ou vendus dans des vide-greniers. Ce comportement qui déplace l'invasion de punaises sur d'autres sites est à proscrire. Il faut s'assurer que le matériel ira directement à la décharge sans risque d'être récupéré ou stocké avant destruction totale.»

On peut encore utiliser la terre de diatomée, produit naturel fabriqué à partir d'algues microscopiques fossilisées. Son effet insecticide n'est pas chimique mais physique/mécanique, les particules tranchantes agissant comme des rasoirs microscopiques –une substance qui doit, de ce fait, être maniée avec précaution (port d'un masque).

Une lutte chimique ultérieure impose le plus souvent d'avoir recours à des professionnels qui doivent intervenir au minimum à deux reprises à deux semaines d'intervalle en usant de produits insecticides. Or les punaises de lit se révèlent malheureusement de plus en plus résistantes à ces produits qui pourraient, demain, être prohibés comme le fut le DDT.

«Aucune lutte ne peut garantir l'élimination totale des punaises et aucune méthode d'évaluation ne peut affirmer en quelques jours (7-8 jours) que la lutte a été efficace à 100%. Ces deux points sont souvent difficiles à admettre pour les occupants, les propriétaires ou les désinsectiseurs. L'évaluation la plus simple se fait par l'absence de piqûres sur une longue durée, généralement au bout de un ou deux mois.»

Toujours selon les spécialistes du CNEV en cas d'infestations massives de plusieurs logements, la mise en place d'une cellule de crise s'avère nécessaire, composée du propriétaire principal ou du syndic, d'un professionnel de la désinsectisation, des habitants du lieu, voire d'un expert en punaises, des services d'hygiène et de santé du secteur.

«Mais dans la réalité, la mise en place d'une cellule de crise s'avère trop rare ou extrêmement laborieuse car peu de structures privées ou publiques se rendent compte de la problématique, regrettent les spécialistes. L'action de lutte doit être réfléchie, adaptée de façon spécifique au lieu et coordonnée entre les différents acteurs. Aucun professionnel de la désinsectisation ne peut raisonnablement faire face sans un soutien logistique et financier de grande échelle. Pour une forte infestation, une déclaration auprès de l'Agence Régionale de Santé (ARS) est souhaitable.»

Tous ces éléments à la fois sociaux, financiers et écologique justifient selon les députés LFI la mise en oeuvre d'un «plan national d'urgence d'éradication et de prévention».

Salubrité et pétition

Interrogée par Le Monde, la Direction Générale de la Santé (DGS) ne semble guère percevoir l'urgence de la situation. Elle reconnaît que «la problématique des punaises de lit relève bien de l'hygiène et de la salubrité de l'habitat et des milieux intérieurs».

Pour autant, le ministère des Solidarités et de la Santé estime que les «conséquences sanitaires doivent être correctement connues». Une étude conduite par la DGS et le réseau Sentinelles de l'Inserm a été lancée. Il s'agira d'«estimer le taux d'incidence annuel des cas» vus en consultation de médecine générale, de les «décrire» et d'«étudier l'existence d'une saisonnalité des cas». Les résultats ne sont pas attendus avant 2020.

Le ministère d'Agnès Buzyn est donc encore bien loin des demandes des députés LFI qui réclament dès maintenant un encadrement tarifaire des interventions des entreprises privées –ils évaluent le coût des désinsectisations entre «400 et 1.000 euros».

Selon le DAL qui se mobilise sur le sujet et qui a lancé la pétition «Pour une loi et des moyens contre les punaises de lits!», 400.000 sites sont infestés aujourd'hui en France -contre 200.000 en 2017.

«Les punaises de lit à la maison, c'est l'enfer assuré: démangeaisons liées aux piqûres, insomnies, angoisses, anémie des personnes âgées, risque d'infection…, écrit la DAL. Alors qu'il existe des traitements mécaniques et naturels qu'il faut développer, aujourd'hui, pour s'en débarrasser, c'est des traitements chimiques toxiques et des coûts exorbitants: coût de traitement trop souvent à la charge des locataires, coût de remplacement de tout le mobilier et les vêtements à jeter... Contre ce fléau, il existe des solutions! L'éradication des punaises de lit doit être une priorité de santé publique prise en charge par la collectivité publique.»

Des informations pratiques sont aussi disponibles à cette adresse «Tout savoir sur les punaises de lit – Guide complet 2019»

«Je vois bien Fantômette à la tête d'une académie consacrée aux super-héroïnes»

Le personnage créé par Georges Chaulet n'a toujours pas fait tomber le masque. Ça commence à être un peu ridicule.

Temps de lecture: 5 min

C'est une simple question de génération mais je n'imagine pas qu'on puisse acheter une aventure de Fantômette à l'état neuf. Un exemplaire de Fantômette, comme la plupart des livres des Bibliothèque Rose ou Verte, se doit d'être jauni, de sentir juste un peu le renfermé, d'être redécouvert chaque été dans les placards aux trésors de sa mamie Jeannine. Là, entre un baril de coureurs cyclistes en plastique et l'édition 1978 du jeu de société Jeux sans frontières, Alice la détective et Bennett l'écolier anglais m'attendaient également. Ainsi que tous les personnages créés par Enid Blyton.

Je ne sais pas ce qu'est devenu le Jeux sans frontières de ma grand-mère. Je crois que je préfère vivre dans le souvenir. Dans ma mémoire, c'était un jeu sensationnel, avec des rebondissements de dingue. J'imagine que si je tentais d'y rejouer aujourd'hui, la désillusion risquerait d'être grande.

C'est un peu pareil avec le personnage de Fantômette, avec qui je n'ai pas été en contact depuis près de vingt-cinq ans. Je me souviens l'avoir quittée sur un coup de tête, un peu lâchement, parce que je commençais à ne plus assumer le fait d'être fan d'une pré-ado affublée d'un masque et moulée dans un justaucorps... et, aussi, parce que l'adaptation télévisée m'avait franchement collé la honte. Diffusée dans l'émission les Minikeums à partir de 1992, elle semblait avoir été écrite sur un coin de nappe et décorée à l'aide de carton-pâte. Aujourd'hui, je continue à connaître une partie du générique par cœur, alors que j'aurais au contraire voulu effacer à jamais cette série de mon esprit. Mais on sait bien que le ridicule et le gênant sont souvent indélébiles.

Cousine des 4 As

Oublions le programme télévisé pour nous concentrer sur la série de livres. Fantômette a été créée en 1961 par Georges Chaulet, l'homme auquel on doit également la bande dessinée Les 4 As, qui fait également partie de mes grands souvenirs d'enfance.

On peut quasiment considérer Fantômette comme l'une des premières super-héroïnes françaises de l'histoire. Comme Superman ou Fantômas, elle apparaît et disparaît au gré de ses envies, sans que les personnes qui l'entourent ne parviennent jamais à deviner qui se cache derrière son masque d'enquêtrice secrète. En réalité, Fantômette n'est autre que Françoise Dupont, jeune citoyenne de la ville de Framboisy. On peut d'ailleurs considérer Fantômette comme la dernière super-héroïne de l'histoire s'appelant Françoise.

Dans la cinquantaine de romans qui lui sont consacrés, Fantômette-Françoise semble gérer sa double identité avec une maestria qui fait franchement rêver. À bien y regarder, ce sont surtout ses amies et ses ennemis qui n'ont absolument aucune jugeote. Fantômette et Françoise ne sont jamais dans la même pièce au même moment, l'évaporation de l'une entraîne très fréquemment l'apparition de l'autre. Tout le monde continue à se demander qui peut bien être cette super combattante du crime.

Petit, je me souviens m'être déjà fait cette remarque: un monde où les gens n'arrivent pas à comprendre que Françoise et Fantômette sont la même personne, ce n'est pas franchement un monde de Prix Nobel. Ça ternit un peu le prestige de l'héroïne: il est plus facile d'aligner les victoires dans un monde rempli d'imbéciles.

«Je n'en suis pas si sûre, me contredit Vanina, 36 ans. Tout le monde connaît cette phrase d'Audiard sur les cons qui osent tout. Leur caractère imprévisible les rend particulièrement pénibles à gérer. Je ne crois pas que faire régner l'ordre soit plus simple lorsqu'on est entourée d'idiots.» Vanina imagine même une Fantômette usée par ses enquêtes incessantes: «Dans les livres, elle court dans tous les sens, c'est la folie. En grandissant, je la vois bien perdre un peu la tête et continuer à évoluer dans son costume de justicière, sans se rendre compte que tout le monde a compris depuis longtemps qui elle était.»

De telles situations pourraient atteindre des sommets de pathétisme: «J'imagine que ça doit déjà exister, mais j'imagine bien une super-héroïne totalement ringarde, pas perspicace pour deux sous, passée du statut de gloire locale à celui de gros boulet en quelques décennies. L'enfant-star qui refuse de passer à autre chose, c'est un thème que j'aimerais voir dans plus de films et de bouquins. Je me souviens d'un truc de ce genre dans Moi, moche et méchant 3, mais il faudrait combiner ça à une réflexion sur la vieillesse des super-héros.»

Fantômette contre Steve Carell

Vanina imagine Fantômette dans un univers à la The Office, version Steve Carell ou François Berléand Ricky Gervais:

«Pour oublier qu'elle a un job complètement naze, Françoise sort parfois de son tiroir de bureau sa panoplie de Fantômette, qu'elle va enfiler dans les toilettes pendant que ses collègues sont en pause déjeuner. Elle tente de résoudre des problèmes de photocopieuse ou un vol de trombones sous sa fausse identité. Quand elles réintègrent l'open space, les autres personnes font semblant de ne pas savoir qui elle est, juste pour lui faire plaisir. J'imagine quelque chose de si pathétique que ça pourrait presque en devenir touchant. Quand même, il serait temps que Fantômette grandisse un peu. Que quelqu'un ait une conversation avec elle, ça devient urgent.»

Quand il était petit, Willy, 31 ans, a demandé avec insistance un costume de Fantômette pour son anniversaire. Il n'a jamais reçu ce cadeau. «Sans doute parce que j'étais un garçon. Je ne vous dis pas la déception.» Aîné d'une fratrie de trois, Willy aurait adoré avoir une sœur: «Une grande, si possible. Une fille du genre Fantômette, qui puisse m'apprendre plein de trucs, y compris à taper des méchants.»

La Fantômette adulte de Willy est bien différente de celle imaginée par Vanina: «Je la vois bien à la tête d'une académie consacrée aux super-héroïnes. Aujourd'hui, elle serait la mamie super classe qui apprend à plein de justicières en herbe comment réussir une filature, se battre, concevoir et utiliser des accessoires en tout genre.» Le tout dans sa bonne vieille ville de Framboisy: «C'est le lieu idéal pour installer une école secrète. On peut faire passer ça pour une colonie de vacances ou un centre d'entraînement pour sportives. Quand les stages sont terminés, mamie Françoise peut goûter à une semi-retraite bien méritée, loin des grandes villes et du poste de ministre de l'Intérieur proposé par le président Hamon.» On nage en pleine science-fiction.

Willy insiste: «Les petites filles et les jeunes femmes ont besoin de modèles aussi proches d'elles que possible. La montée en puissance des super-héroïnes américaines, c'est super, mais vu de chez nous, ça peut parfois donner l'impression que tout ça appartient au rêve américain et que la France doit se contenter de Joséphine, ange gardien comme inspiration super-héroïque.» Effectivement.

Des youtubeurs LGBT attaquent YouTube pour discrimination

La plateforme démonétise et restreint l'accès des vidéos proposant des contenus LGBT+, les considérant par défaut comme «inappropriées» et «sexuellement explicites».

Temps de lecture: 2 min — Repéré sur Forbes

«Discrimination, fraude, pratiques commerciales déloyales et trompeuses et restriction illégale de la liberté d’expression»: ce sont les chefs d’accusation portés par un groupe de youtubeur·euses LGBT+ contre la plateforme qui abrite –et restreint– leurs vidéos.

Ces griefs ne sont pas nouveaux, mais c’est la première fois qu’ils font l’objet d’une action en justice: en 2018, YouTube avait décidé de démonétiser les vidéos proposant des contenus sur les questions LGBT+, quels qu’ils soient. Depuis, les algorithmes de la plateforme signalent automatiquement ces vidéos comme «choquantes», «inappropriées», «offensantes» et «sexuellement explicites» –c’était déjà le cas en 2017 pour des vidéos de couples de même sexe échangeant des vœux et des tutoriels de maquillage destinés aux femmes transgenres.

Or qui dit «contenu sensible» dit restriction d’accès: dans la plupart des cas, il faut donc avoir un compte sur YouTube et plus de 18 ans pour visionner ces vidéos, ce qui exclut d’emblée une grande partie de l’audience adolescente.

Censurer les contenus LGBT+

L’action contre YouTube et sa société mère, Google, a été intentée par huit célébrités du YouTube LGBT+ anglophone, Bria Kam et Chrissy Chambers, Chase Ross, Amp Somers de Watts The Safeword, Lindsay Amer de Queer Kid Stuff, et Celso Dulay, Chris Knight et Cameron Stiehl de GlitterBombTV.

Leurs chaînes proposent des contenus en majorité humoristiques, éducatifs ou relatifs à la santé sexuelle, qui sont la plupart du temps les seules fenêtres des jeunes générations sur les questions d’identité sexuelle ou de genre, peu abordées dans les médias mainstream.

Le couple de youtubeuses lesbiennes Bria Kam et Chrissy Chambers expliquent les raisons de leur plainte contre YouTube et Google.

Selon les plaignant·es, cette invisibilisation des sujets LGBT+ sur YouTube permet par revers le développement d’une parole homophobe, qui elle, ne tombe pas sous le coup de la modération de la plateforme. Alors que les vidéastes LGBT+ ne peuvent pas acheter de publicités sur d’autres vidéos, plusieurs cas d’annonces anti-LGBT achetées par d’autres youtubeur·euses ont déjà été repérées au début de leurs propres vidéos, qui donnent lieu à des vagues de harcèlement et de commentaires homophobes.

L'homophobie reste prospère

Lindsay Amer, qui s’identifie comme non-binaire, raconte qu’après que le site néonazi The Daily Stormer ait mentionné sa chaîne dans un article, un raid homophobe et l’absence de réaction de YouTube l’a poussé·e à devoir désactiver tous les commentaires, ce qui a eu un impact financier direct sur ses revenus, dans la mesure où le taux d’engagement dans la section des commentaires est pris en compte pour mesurer la popularité d’une vidéo. Inévitablement, cela a aussi un impact sur le nombre d’abonnés.

«Le procès consiste à s’assurer que nous ne sommes pas censuré·es en tant que communauté, explique le youtubeur transgenre Chase Ross. J'ai découvert YouTube à 15 ans et cela m'a sauvé la vie. Tous les jours, des gens me disent qu’ils veulent créer une chaîne, mais ils ont peur de voir leur contenu être restreint. »

D’après Ross, une vidéo postée ce mercredi au sujet du procès avait été immédiatement démonétisée, avant d’être remonétisée quelques heures plus tard.

Code Vein ‘Halberd’ trailer

The latest “Weapon Focus” trailer for Code Vein introduces the halberd weapon type. The halberd is a weapon with wide range attacks. Many of its attacks come with a kickback, and its unique attack timing requires practice. Code Vein is due out for PlayStation 4, Xbox One, and PC on September 27. Watch the trailer […]

The post Code Vein ‘Halberd’ trailer appeared first on Gematsu.

❌