FreshRSS

🔒
❌ About FreshRSS
There are new available articles, click to refresh the page.
Today — June 6th 2020Your RSS feeds

Editing for Ys vs. Trails in the Sky Reaches 100%

By: Livi

Hello, everyone! It’s been a while since our last update. We’ve been fairly quiet these last few weeks, but that’s only because we decided to focus on the localization’s development. However, since we just hit a major milestone, we decided to peek our heads out of the trenches to deliver some exciting news!

V Sector would like to announce that we have officially hit 100% on our first editing pass for scenario and non-scenario text! All five of the main stories have been fully edited by both Livi and Sly, Davio has finished editing the non-scenario text, and LT has made significant progress on the game’s graphics! Slowly but surely, it all has been coming together.

Some of you might think that the sudden jump from 40% to 100% is a little strange, but part of the reason for that is due to Ys vs. Trails in the Sky being a much shorter game compared to Falcom’s other titles. Our editors have been working tirelessly on the script this past month, and they managed to split the remaining work amongst themselves. As a result, the project has progressed at a much faster rate than during its first few months of development when Livi was the only editor. You’d be surprised at the wonders that having a second pair of hands on deck can bring.

So, what now? We release the patch, right?

Weeeeell, no… As much as the team would like to get it out to you guys right now, there are still things that need to be addressed. You didn’t think this post was going to just be the 100% announcement, right? Right?

Anyway, we intend to follow C Sector’s example with our project. That includes, of course, a full second editing pass and extensive testing of the game before release. (Though, rest easy when we say that this process should have a shorter turnaround than Trails from Zero’s testing phase.) The second pass should take a fraction of the time it took to complete the first pass because of the relatively small script. The added time spent on polishing everything should also help streamline the testing process, since testers will not have to spend as much time catching menial errors. Simply put: The team would like to spend more time with this project before we are ready to release, but we are confident that the wait will be worth it.

That being said, we are not yet certain when the patch will be ready for release, so we are not comfortable making any commitments as of now. When the project is further along, we will be able to provide more specific release information.

And that’s all we have to say! We would like to offer our thanks to everyone for all the support. You all have definitely kept us motivated. We wouldn’t have made it this far without you!

P.S. Tomorrow, we will post a bonus blog written by our translator Shawnji, who will be detailing the project’s humble beginnings in 2018 and eventual transition to the Geofront. We hope to see you there!

The post Editing for Ys vs. Trails in the Sky Reaches 100% appeared first on The Geofront.

Menacé de toutes parts, Donald Trump va-t-il tenir?

«Fire and fury», le feu et la fureur. Ces deux mots utilisés par Donald Trump pour menacer Kim Jong Un du pire en août 2017, résument bien la situation dans laquelle se trouvent plongés les Etats Unis depuis la mort de George Floyd, cet afro-américain de 46 ans, tué lors de son interpellation par quatre agents de la police de Minneapolis, le 25 mai dans le Minnesota. Depuis, les manifestations se sont multipliées à travers le pays et continuent, malgré les émeutes, les pillages et les menaces de Trump, qui semble de plus en plus isolé.

Les États-Unis vivent-ils un moment historique? Donald Trump panique-t-il? Les Républicains vont-ils le lâcher? Ses chances de réélection sont-elles compromises?

Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, et Bérengère Viennot, traductrice et journaliste, autrice de La langue de Trump, aux éditions les Arènes.

Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux.

Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

 

Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

Photo: Brendan Smialowski / AFP

none so blind as those who will not see // 60% of proceeds from all prints purchased until June 15th will be donated to...

none so blind as those who will not see // 60% of proceeds from all prints purchased until June 15th will be donated to...

none so blind as those who will not see // 60% of proceeds from all prints purchased until June 15th will be donated to @campaignzero to help end police violence. Link in bio

// make every breath a protest in a world where your neighbours cannot breathe

// make every breath a protest in a world where your neighbours cannot breathe

// make every breath a protest in a world where your neighbours cannot breathe

// the truth of the path ༀ

// the truth of the path ༀ
// the truth of the path ༀ
// the truth of the path ༀ
// the truth of the path ༀ
// the truth of the path ༀ

// the truth of the path ༀ

Yesterday — June 5th 2020Your RSS feeds

2020 Steam Game Festival: Summer Edition postponed to June 16 to 22

Industry

2020 Steam Game Festival: Summer Edition postponed to June 16 to 22

No longer planned for June 9 to 14.

2 seconds ago0 Comment0

2020 Steam Game Festival: Summer Edition

The 2020 Steam Game Festival: Summer Edition, which offers free-to-play demos and spotlights a selection of new and upcoming games, has been postponed from its previously planned run of June 9 to 14, to June 16 to 22, Geoff Keighley announced.

Use the coupon code "GEMATSU" for 5% off.

comment policy

Comment Policy

Comments are welcome and encouraged on Gematsu. However, we ask that you follow a simple set of guidelines:

  • Read the full article before commenting.
  • Stay on topic.
  • No drive-by comments, including trolling, baiting, or shit-posting.
  • Know when not to comment. If you do not care about a topic, you do not need to comment.
  • No offensive comments. This includes abusive, threatening, pornographic, misleading, or libelous content / language, as well as general harassment and individual attacks.
  • No port-begging.
  • No console wars.
  • Use spoiler tags when posting spoiler or NSFW (non-nude-only) content. For example: <spoiler>Woe is Leomon.</spoiler> State the subject of the content outside of the spoiler tags.
  • Be respectful towards other commenters. You do not have to agree with each other, but debate politely. If you find that a commenter is not following this simple etiquette, do not carry on the conversation—simply report it.

Gematsu reserves the right to edit or delete any comments without notice. This comment policy is subject to change at any time.

Open Forum #33956 seconds agoOpen Forum #339one minute agoOpen Forum #339one minute agoOpen Forum #339one minute agoOpen Forum #3394 minutes ago

EA Play Live 2020 postponed to June 18

Industry

EA Play Live 2020 postponed to June 18

No longer planned for June 11.

2 seconds ago0 Comment0

EA Play Live 2020

Electronic Arts has postponed EA Play Live 2020 from its previously planned June 11 date to June 18 at 4:00 p.m. PT / 7:00 p.m. ET in light of the “important conversations taking place and important voices being heard around the world right now.”

Here is Electronic Arts’ full message on the delay:

With the important conversations taking place and important voices being heard around the world right now, we’re moving our time to come together in play.

We’ll see you at EA Play Live 2020 on June 18 at 4:00 p.m. PT / 7:00 p.m. ET.

Use the coupon code "GEMATSU" for 5% off.

comment policy

Comment Policy

Comments are welcome and encouraged on Gematsu. However, we ask that you follow a simple set of guidelines:

  • Read the full article before commenting.
  • Stay on topic.
  • No drive-by comments, including trolling, baiting, or shit-posting.
  • Know when not to comment. If you do not care about a topic, you do not need to comment.
  • No offensive comments. This includes abusive, threatening, pornographic, misleading, or libelous content / language, as well as general harassment and individual attacks.
  • No port-begging.
  • No console wars.
  • Use spoiler tags when posting spoiler or NSFW (non-nude-only) content. For example: <spoiler>Woe is Leomon.</spoiler> State the subject of the content outside of the spoiler tags.
  • Be respectful towards other commenters. You do not have to agree with each other, but debate politely. If you find that a commenter is not following this simple etiquette, do not carry on the conversation—simply report it.

Gematsu reserves the right to edit or delete any comments without notice. This comment policy is subject to change at any time.

Death Come True launches June 25 for Switch, iOS, and Android, later for PS4 and PC2 minutes agoOpen Forum #3393 minutes agoOpen Forum #3396 minutes agoOpen Forum #3398 minutes agoOpen Forum #33910 minutes ago

Une enquête expose le racisme d’un groupe Facebook de policiers : que risquent-ils ?

L'existence d'un groupe Facebook de policiers aux propos racistes, sexistes et homophobes, a été révélé par le média indépendant StreetPress. Le ministre de l'Intérieur a saisi le parquet. Mais déjà, une question se pose : comment poursuivre un groupe privé constitué sur Internet ?

Des montages à caractère racistes, des injures sexistes ou homophobes, des appels au meurtre… jeudi 4 juin, le magazine indépendant StreetPress révélait l’existence de « TN Rabiot Police Officiel », un groupe Facebook de plus de 8 000 membres et sur lequel de nombreux policiers échangent entre eux des horreurs. Créé en 2015, le groupe rassemble des membres de la police nationale et leurs proches, des gendarmes, et même quelques personnes « proches du milieu militaire », explique dans une vidéo Ronan Maël, le journaliste qui a enquêté sur ce groupe.

Quelques jours à peine après la manifestation du 2 juin à Paris contre les violences policières et en plein mouvements sociaux dénonçant le racisme systémique aux États-Unis, les images partagées sont équivoques et particulièrement choquantes. « Pute », « gauchiasses (sic) puants », « ramassis de chiottes »… les propos, extrêmement violents, sont en général bien accueillis, à coup d’émojis rigolant ou de pouces bleus. Certains membres essayent parfois de calmer leurs collègues, mais ils sont soit moqués, soit insultés à leur tour.

Les immigrés étaient souvent la cible du groupe // Source : StreetPress

Le parquet de Paris saisi

L’enquête de StreetPress a fait cependant fait bouger les choses, provoquant l’indignation et poussant même Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, a saisir le parquet de Paris. L’AFP rapporte également que, selon l’entourage du ministre, « s’ils sont avérés, ces propos inacceptables sont de nature à porter gravement atteinte à l’honneur de la police et de la gendarmerie nationales, dont les hommes et les femmes sont engagés au quotidien pour protéger les Français, y compris contre le racisme et les discriminations ».  Toujours selon l’AFP, « comme il s’agit d’échanges au sein d’un groupe sur un réseau social, groupe sur lequel nous n’avons aucune information, ces éléments doivent avant toute chose être vérifiés ».

La justice a été saisie en vertu de l’article 40 du Code pénal, qui avait déjà été invoqué lors de l’affaire Alexandre Benalla, en 2019. L’article stipule que « tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs ». Les injures et appels au crime tombent bien entendu dans la catégorie des délits, ce qui peut justifier d’une poursuite en pénal si les faits se sont déroulés en public. Seulement voilà : le groupe Facebook est considéré comme privé, puisqu’il n’est pas accessible à tous.

Un groupe privé, ou public ?

Peut-il vraiment être considéré comme privé alors qu’il comptait plus de 8 000 membres ? Les spécialistes du droit s’accordent à dire que la réponse n’est pas encore très claire.

Pour Sabine Marcellin, avocate spécialisée en droit du numérique contactée par Numerama, si le groupe est bien privé au sens où Facebook l’entend, il ne peut pas être considéré comme tel d’un point de vue pénal. « Un cercle privé c’est vraiment en tout petit comité : on passe dans l’injure publique dès qu’on sort d’un petit cercle d’amis ». Cela ne fait pas de doute pour elle que le groupe doit être considéré comme public, d’autant plus que « depuis que son contenu a été révélé dans la presse, les publications injurieuses sont devenues incontestablement publiques ».

Une publication à propos de la chanteuse Camelia Jordana // Source : StreetPress

La question est en tout cas épineuse : si les juges considèrent que le groupe était privé, la peine encourue pour injures est une contravention d’au maximum 1 500 euros. Si le groupe Facebook est reconnu comme un espace public, les policiers risquent jusqu’à un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

Lorsque nous écrivions ces lignes, le groupe Facebook était toujours en ligne, même s’il a, entre la parution de l’article de StreetPresse et celui que vous lisez, perdu près de 400 membres.

Cook, Serve, Delicious! 3?! launches for PS4, Xbox One, Switch, and PC this fall

PCPS4SwitchXbox One

Cook, Serve, Delicious! 3?! launches for PS4, Xbox One, Switch, and PC this fall

"Davidson County" update now available for Early Access version.

2 hours ago0 Comment0

Cook, Serve, Delicious! 3?!

Cook, Serve, Delicious! 3?! will exit Early Access and launch simultaneously across PlayStation 4, Xbox One, Switch, and PC via Steam and GOG this fall for $19.99, developer Vertigo Gaming announced.

The “Davidson County” update for the Early Access version of Cook, Serve, Delicious! 3?! also released today, adding 40 new levels, two new food truck attacks, and new features and improvements.

All three Cook, Serve, Delicious! games are on sale from today through June 7 at 10:00 a.m. PT / 1:00 p.m. ET as part of today’s Steam Daily Deal. Both Cook, Serve, Delicious! and Cook, Serve, Delicious! 2!! are 75 percent-off, and the Early Access version of Cook, Serve, Delicious! 3?! is 25 percent-off. A Trilogy Bundle is also available for $13.57.

Here is an overview of Cook, Serve, Delicious! 3?!, via Vertigo Gaming:

Hit the road in this massive sequel and travel across war-torn America to participate in the Iron Cook National Food Truck Championships with your trusty robot crew Whisk—voiced by negaoryx—and Cleaver—voiced by Havana Mahoney. Set in the radically-changed USA of 2042, play through the all new story-driven campaign where you cook hundreds of foods—including many brand new to the series—across hundreds of levels in a new gameplay structure that has been completely redesigned to deliver fast paced action, or take it easy with the all new Chill Mode that can be toggled on or off at any time!

Play through the campaign via single player or with a friend in local co-op (with the ability to change on the fly), upgrade your food truck with dozens of gameplay-affecting modules, expand your food catalog, and race to the nation’s new capital in Nashville, Tennessee, to prove once and for all that you’re still the best chef in the world.

Use the coupon code "GEMATSU" for 5% off.

comment policy

Comment Policy

Comments are welcome and encouraged on Gematsu. However, we ask that you follow a simple set of guidelines:

  • Read the full article before commenting.
  • Stay on topic.
  • No drive-by comments, including trolling, baiting, or shit-posting.
  • Know when not to comment. If you do not care about a topic, you do not need to comment.
  • No offensive comments. This includes abusive, threatening, pornographic, misleading, or libelous content / language, as well as general harassment and individual attacks.
  • No port-begging.
  • No console wars.
  • Use spoiler tags when posting spoiler or NSFW (non-nude-only) content. For example: <spoiler>Woe is Leomon.</spoiler> State the subject of the content outside of the spoiler tags.
  • Be respectful towards other commenters. You do not have to agree with each other, but debate politely. If you find that a commenter is not following this simple etiquette, do not carry on the conversation—simply report it.

Gematsu reserves the right to edit or delete any comments without notice. This comment policy is subject to change at any time.

Open Forum #3393 minutes agoOpen Forum #3394 minutes agoKingdoms of Amalur: Re-Reckoning announcement leaked9 minutes agoFamitsu Sales: 5/25/20 – 5/31/209 minutes agoOpen Forum #33911 minutes ago

450 € de remboursement par l'Assurance maladie ? Nous sommes allés au bout de cette arnaque par SMS bien huilée

Attention à cette campagne d'hameçonnage qui vise à aspirer vos données personnelles et vos informations de carte bleue.

var objectDiv = document.querySelector('#' + CSS.escape("5922c7cbb7b17a2bb1d248d066f66e80")); objectDiv.innerHTML += " \n \"ExpressVPN\"\n \n \n ";

Vous avez reçu un SMS suspicieux prétendument envoyé par l’assurance maladie, au sujet d’un remboursement de 450 ou 503,99 euros ? Si vous êtes sur cet article, vous vous en doutez, il s’agit bien d’une arnaque.  Elle ressurgit à intervalle régulière depuis plusieurs années, et existe en différentes déclinaisons par email, appel téléphonique ou SMS.

Cette manœuvre de phishing vise à dérober votre prénom, nom, adresse, numéro de téléphone ainsi que tous les détails de votre carte bancaire : les 17 chiffres, la date d’expiration et le précieux numéro de vérification (CVV) à 3 chiffres. Les cybercriminels peuvent ensuite exploiter ces données à leurs propres fins ou prendre moins de risques en les revendant à d’autres hackers sur les marchés noirs. Il peuvent même faire l’un, puis l’autre !

Les hackers vont envoyer leur SMS à un maximum de personnes, tel un filet de pêche, et espérer remonter le plus d’informations possible. // Source : Louise Audry pour Numerama
var objectDiv = document.querySelector('#' + CSS.escape("76e89c6f497847b5aad5f9c5301aa604")); objectDiv.innerHTML += " \n \"ExpressVPN\"\n \n \n ";
var objectDiv = document.querySelector('#' + CSS.escape("f6739f274e7328332c89138f49fda7d5")); objectDiv.innerHTML += "
\n \"ExpressVPN\"\n \n \n ";

Sur son site officiel, l’Assurance maladie met en garde contre ces arnaques régulières : « L’Assurance Maladie peut vous contacter par SMS. Les SMS de l’Assurance Maladie peuvent contenir des liens vers des pages d’information du site ameli.fr ou vers le compte ameli, auquel vous pouvez accéder en utilisant vos identifiants de connexion. Mais l’Assurance Maladie ne demande jamais la communication d’éléments personnels (informations médicales, numéro de sécurité sociale ou coordonnées bancaires) par SMS. ». L’organisme est une cible de choix pour les hackers, car tous les Français y ont accès, et pourraient être concernés par la tentative d’arnaque.

Un hameçon efficace

La version de l’arnaque que Cyberguerre a choisi de disséquer peut être difficile à déceler pour les personnes peu confrontées à ce genre de messages. Voici le SMS en question [sic] :

Ce SMS de phishing existe en différentes versions, et circule depuis plusieurs années. // Source : Twitter
var objectDiv = document.querySelector('#' + CSS.escape("99dbd0cb587f66ab636fed48ae0c7400")); objectDiv.innerHTML += " \n \"ExpressVPN\"\n \n \n ";
var objectDiv = document.querySelector('#' + CSS.escape("5d73e8984b0110de85301467ac45051e")); objectDiv.innerHTML += "
\n \"ExpressVPN\"\n \n \n ";

« Compte Ameli : en raison du contexte actuel et après notre dernière vérification de votre dossier d’assurance maladie, nous avons déterminé que vous recevrez un remboursement de 450€. Veuillez vous enregistrez via le lien ci-dessous : https://assuranceameli.org/XXXXXXX ».

Les phrases sont correctement construites, et même si le message contient une erreur d’orthographe, elle peut passer inaperçue ou passer pour une bête faute de frappe. Il joue sur une accroche d’actualité sous-entendue, la pandémie Covid-19, pour justifier le caractère inhabituel du message.

Le SMS renvoie vers une adresse web (URL) clairement affichée (assuranceameli.org), alors que d’habitude les arnaqueurs utilisent des services de réduction des URLs (comme bit.ly) pour dissimuler leur nom frauduleux. C’est un pari : peut-être que certaines cibles sauront que l’adresse du site officiel de l’Assurance maladie est « ameli.fr ». Mais d’autres se laisseront berner par ces deux mots familiers « assurance » et « ameli » mis bout à bout.

var objectDiv = document.querySelector('#' + CSS.escape("d3bb52d6939e0c9745be7ba19645fe0b")); objectDiv.innerHTML += "
\n \"ExpressVPN\"\n \n \n ";

Le site frauduleux n’alerte pas les outils de détection des navigateurs

En plus, le nom de domaine « .org », est historiquement plutôt utilisé par des organisations et institutions à but non lucratif, ce qui peut lui donner une connotation positive dans l’esprit des victimes. Avec son adresse crédible, ce phishing est déjà plus dangereux que la moyenne.

Pour finir, les pirates ont pris le soin de déposer un certificat (gratuit) pour leur site, afin de pouvoir afficher le fameux HTTPS. Ils passent ainsi outre les outils de détections automatiques des navigateurs web (Chrome, Safari, Edge…) . Sans ce protocole, il serait écrit que le site est « non sécurisé », ce qui repousserait certaines victimes éventuelles.

Droit au but : les pirates veulent vos données

Une fois que nous avons cliqué sur le lien, nous débarquons sur une page — un formulaire —  rudimentaire, qui demande d’emblée toutes les informations recherchées par les pirates. D’autres hackers s’embarquent dans des dédales de redirections compliqués, alors que moins la victime passera de temps sur la page, plus ce sera en leur faveur. Ils réduiront les risques qu’elle se rende compte de la supercherie, ou qu’elle se lasse et n’aille pas au bout de la procédure.

Les pirates n’ont pas reproduit la charte graphique du site officiel, mais ils affichent le logo de l’Assurance maladie. Ils prétendent également qu’il est possible de se connecter avec France Connect (le dispositif d’identification vérifiée sur les sites de l’administration)… sauf que le lien ne fait que rafraîchir la page. D’ailleurs, aucun lien de la page ne fonctionne : « Informations légales », « recommandations de sécurité » ou encore « aide ». C’est le cas de la majorité des pages d’hameçonnage, et un bon moyen de révéler la supercherie.

L’arnaque reviendra régulièrement

La page va droit au but. « La procédure de remboursement en ligne est instantané » [sic] indique-t-elle, avant d’immédiatement proposer le formulaire qui demande données personnelles et bancaires.

Nous avons rempli le formulaire. Après deux écrans de chargement, le site nous demande d’envoyer un code de vérification envoyé sur notre téléphone… sauf qu’il ne le fait pas. Ce genre de diversion peut permettre aux hackers de gagner du temps, pendant que leurs victimes essaient de résoudre le problème. Ensuite, puisqu’il arrive dans une impasse, le visiteur pourrait se dire que le paiement n’a pas abouti, et laisser tomber la procédure, laissant ses données dans les mains des hackers.

Le nom de domaine du site d’arnaque a été déposé le 28 avril 2020, il est donc possible que les pirates se servent de cette page pour leur phishing depuis quelques semaines. Quant au code de la page, il pourrait être encore plus ancien : le menu déroulant pour la date d’expiration de la carte bancaire commence en janvier 2019… Si ce site sera certainement fermé dans un futur proche à la suite des signalements, nul doute que des copies exactes ou légèrement différentes surgiront. Il faudra alors appliquer les mêmes ficelles pour détecter la supercherie.

Crédit photo de la une : Claire Braikeh pour Numerama

À propos d'ExpressVPN

ExpressVPN, annonceur exclusif de Cyberguerre, est un fournisseur de VPN premium. Il dispose de milliers de serveurs sécurisés répartis à travers le monde, permettant de délocaliser son adresse IP et de contourner les géoblocages. ExpressVPN ne conserve aucune trace de l'activité des utilisateurs. Son application de VPN, disponible sur ordinateur, mobile et routeur, est l'une des plus avancées du marché.

Plus d’informations sur la solution VPN d'ExpressVPN

Nantes : Un drapeau arc-en-ciel géant accroché sur le théâtre Graslin !

By: Nico

Et non, ce n’est pas un coup du Voyage à Nantes. Un drapeau arc-en-ciel géant est accroché au Théâtre Graslin. C’est la ville de Nantes qui est à l’origine de cette installation. Une installation qui fait écho au mois de juin qui est le mois des Fiertés. Un mois qui est normalement marqué par la Marche des Fiertés, annulée pour des raisons sanitaires. 
Plusieurs actions seront tout de même prévues durant tout le mois de juin dans les rues de la Cité des Ducs.
Big City Life vous en dit plus juste en dessous…

Nantes : Un drapeau arc-en-ciel géant accroché sur le théâtre Graslin pour faire avancer les droits des personnes LGBTQI+

pride 2019 nantes marche des fiertes new factoryPrévue ce samedi 6 juin 2020 à Nantes, la marche des Fiertés, qui attire plusieurs milliers de personnes n’aura pas lieu cette année en raison de l’épidémie de Covid-19. Mais, la ville de Nantes a souhaité marquer le coup avec un immense drapeau aux couleurs de l’arc-en-ciel sur le théâtre Graslin. 
L’action de la ville de Nantes ne s’arrête pas là puisque la municipalité incite tous les habitants à arborer les couleurs arc-en-ciel à leurs balcons. 
« En attendant la Marche des Fiertés 2021, manifestez en couleur au balcon ! », indique la mairie sur son site Internet.

L’association Nosig prévoir plusieurs actions durant tout le mois de juin… Les marches des fiertés seront repeintes !

L’association nantaise Nosig a l’origine de plusieurs initiatives sera une fois de plus moteur durant tout le mois de juin. Au programme : les marches des fiertés, cet escalier aux couleurs de l’arc-en-ciel réalisé il y a deux ans et de nombreuses fois dégradé depuis, seront de nouveau repeintes. 

marches de fiertes street art nantes 2020
Les membres de l’association Nosig précisent également que l’événement se fêtera en ligne également. « Nous avons invité toutes les Nantaises et tous les Nantais qui le souhaitent à nous envoyer de courtes vidéos de 20 secondes sur le thème de la Pride : ils peuvent danser, chanter improviser quelque chose ou encore brandir des pancartes. Ces vidéos vont nous permettre de monter un mash up qui sera diffusé sur les réseaux de Nosig et de la Global Pride, un événement international de sensibilisations aux questions LGBTQI + qui aura lieu le 27 juin en ligne. »

On compte sur vous pour célébrer le mois des fiertés comme il se doit 😉 

Photo à la une signée Nantes Métropole.

L’article Nantes : Un drapeau arc-en-ciel géant accroché sur le théâtre Graslin ! est apparu en premier sur BigCityLife.

Framasoft nous parle de ses plans pour « le monde d'après »

Accès libre
image dediée
Services

Avec la crise sanitaire et le confinement, Framasoft a fait face à un afflux massif de demandes, obligeant l’association à réagir rapidement. Après avoir « plus travaillé que jamais », elle fait le point et revoit ses plans pour 2020. Peertube v3 change de mode de financement, Mobilizon prend un peu de retard et Framacloud est repoussé à 2021.

En novembre 2019, Framasoft publiait son carnet de route de l'année à venir. Il était notamment question de « l’éducation populaire au numérique, Peertube, Mobilizon [et] un service "tout-en-un" » : Framacloud, basé sur Nextcloud. C’était il y a cinq mois seulement, mais date surtout du « monde d’avant », avant la crise sanitaire causée par le virus SARS-Cov-2.

Confinement : « le monde n’était pas prêt »

« Nous vivons actuellement une pandémie mondiale. Qui a fait que #LesGens ont été confinés chez eux. Sauf que comme le monde n’était pas prêt (et l’Éducation nationale encore moins), les services en ligne de visioconférence, de tchat de groupe, et d’écriture collaborative se sont trouvés submergés », explique l'association qui a vécu cette situation.

Comme nous avons déjà eu l’occasion de l’expliquer, de nombreux services se sont trouvés incapables de tenir la charge et l’afflux massif d’utilisateurs, qu'il s'agisse d'acteurs publics, de plus ou moins grandes plateformes, etc. Si les craintes s'exprimaient sur le risque pour les tuyaux, ce n'est pas vraiment eux qui ont lâché, étant en général bien dimensionnés.

Nombreux sont ceux qui se sont alors tournés vers les solutions clé en main de l'association d'éducation populaire, qui n'était pas vraiment taillée pour ça. « Nous avons vu l’utilisation de certains services se multiplier par huit (lorsque l’Italie s’est confinée) puis par beaucoup-tellement-qu’on-compte-plus (quand la France a finalement suivi) » explique-t-elle.

Cette crise sanitaire mondiale a non seulement obligé Framasoft à s’adapter (matériellement et humainement) à cette situation, mais aussi à revoir ses plans pour les mois à venir. 

Framasoft revoit ses priorités suite au « raz-de-marée »

L'équipe a rapidement « abandonné tous les projets en cours pour accueillir cette montée en charge, accompagner les usages et éviter que Skype, Zoom ou Google Meet ne profitent d’une pandémie pour se goinfrer des données des utilisateurs »… sans parler des nombreuses failles de sécurité sur Zoom, en majorité corrigées aujourd’hui avec la version 5.0

Début avril, le collectif CHATONS a mis en place une page « Entraide » regroupant des services libres et respectueux de la vie privée. On peut ainsi accéder à des instances Etherpad (écriture collaborative), Jitsi (visioconférence), Framadate (prise de rendez-vous), Lufi (partage de fichiers), Ethercalc (tableur)… L'aboutissement d'un projet de longue date visant à ce que Framasoft ne soit pas le point centralisateur de ses propres initiatives, mais « essaime » à travers d'autres acteurs.

chatons entraide

« On a plus travaillé que jamais »

Pouhiou nous explique que certains changements d’anciens serveurs étaient déjà prévus pour cette année : « les gens ont été généreux, on avait les sous ». Cela n’a pas empêché certains couacs en plein confinement, comme un serveur de virtualisation qui est tombé en panne au mauvais moment. Mais le plus gros du travail était du côté des développeurs/administrateurs système avec les migrations et les optimisations de code, notamment sur Framapad.

Pouhiou nous confie d’ailleurs qu’il a fallu poser des barrières pour permettre à chacun de souffler et retrouver un rythme « normal » en cette période compliquée : « pendant les deux premières semaines [du confinement] on a plus travaillé que jamais ». Il ne s’en cache pas : après le rush intense, il était temps de « travailler moins pour travailler mieux ».

Aujourd’hui, pour continuer d’avancer sereinement, l'association dit vouloir « revoir les plans du monde d’avant ». Des fermetures de services avaient déjà été annoncées en septembre dernier, avec Framanews et Framastory pour commencer mi-2020, puis d’autres en 2021 : « Nous allons poursuivre sur cette lancée, car nous avons plus que jamais besoin de tourner la page de certains services trop gourmands, trop anciens, etc. pour concentrer nos énergies sur l’essentiel ».

Pouhiou nous confirme que le calendrier dévoilé l’année dernière reste le même pour le moment. Framasoft se félicite au passage de ses choix : « nous avons eu le nez creux, car les services les plus utilisés durant le confinement font partie de la liste des services que nous maintenons, et dont nous avons grandement renforcé les installations » comme Framapad et Framatalk.

Une collecte de dons perlée pour Peertube v3

Ce mois-ci, l’association avait prévu de lancer une campagne de financement participatif pour la version 3.0 de Peertube (la 2.0 est sortie en novembre 2019), une alternative libre et surtout décentralisée à YouTube.

Finalement, dans ce contexte particulier et « alors que l’avenir est incertain pour bon nombre de personnes », elle ne sera pas lancée. Le projet n’est pas abandonné pour autant. À la place, une feuille de route sera mise en ligne, elle détaillera les nouveautés jusqu’à la sortie de la v3 prévue pour novembre prochain.

« Chaque étape, qui est en fait un cycle de développement, sera d’une durée d’un à deux mois, présentera son propre lot de fonctionnalités » comme la diffusion de vidéos en direct et en pair-à-pair. Pour le financement, une collecte de dons « perlée » sera mise en place : « Face à chacune des étapes, nous afficherons un coût, et ferons un appel aux dons, sans insister, et (comme toujours) sans culpabiliser. En effet, que les dons couvrent le coût de l’étape ou non, nous poursuivrons ce développement… quitte à ce que ce soit sur nos fonds propres (comme nous l’avons fait pour développer la v2) ». 

Au total, le développement de cette v3 de Peertube nécessiterait environ 60 000 euros nous précise Pouhiou. Ce projet sera découpé en quatre étapes : deux d’un mois et deux autres de deux mois. Les détails de la première partie seront mis en ligne d’ici deux ou trois semaines normalement. Six mois qui nous amènent en novembre, le compte est bon.

PeerTube 2.0

Du retard pour Mobilizon,

L’association revient ensuite sur Mobilizon, une alternative libre aux événements Facebook financée avec succès par une campagne participative en 2019. Des bêtas ont été publiés en octobre et décembre, mais les outils de gestion des groupes et de pages prévus pour le printemps sont en retard.

Le calendrier table désormais sur le mois de juin pour la mise en place de toutes les fonctionnalités annoncées avec la campagne de financement. Il faudra encore attendre quelques mois pour la version finale : « Nous voulons prendre trois à quatre mois pour tester Mobilizon avec des hébergeurs volontaires, améliorer sa compatibilité et sa façon de fédérer les informations pour sortir une première version stable à l’automne ». 

Ce délai important vient du fait que Mobilizon est un projet un peu particulier : il « explore des pans entiers du protocole ActivityPub », notamment sur la gestion des groupes. Mobilizon est ainsi « un des logiciels pionnier » exploitant ce protocole et Framasoft souhaite donc prendre le temps de « le construire avec les personnes intéressées ».

L'idée est ainsi de poser des bases solides et saines pour la suite.

Le « cloud Framasoft » pour 2021

Quant à la solution de « cloud Framasoft » basée sur NextCloud, ce ne sera pas pour cette année : « on ne le sent pas. Avec toute la fatigue que nous avons accumulée […], avec tout ce que nous avons en cours et tout ce qui nous attend… On préfère ne s’engager à rien sur ce projet… pour 2020 ».

Pour le moment, l’idée derrière le cloud Framasoft – alias Framacloud – est de proposer une solution « très large, très ouverte, mais suffisamment limitée » – peut-être avec une certaine quantité de stockage – pour pousser les utilisateurs à passer par une autre entité que Framasoft une fois la machine amorcée. L’association se présente ainsi « comme un marche pied » et cherche au passage des manières de faciliter les migrations entre des instances NextCloud.

Pouhiou nous explique que de nombreuses pistes de réflexion étaient déjà en cours, mais cela restait « purement sur la conception ». Cette solution permettrait de monter un projet « assez complet » nécessitant donc de s’y investir longuement et ce n’est pas la meilleure période. De plus, l’association préfère se prévoir un emploi du temps 2020 avec un peu de liberté afin de pouvoir s’adapter si besoin.  Dans tous les cas, la volonté de proposer cet outil est toujours là.

Bref, Framasoft veut pour le moment se « concentrer sur des outils dont nous croyons qu’ils pourront servir à ce qu’une société de contribution prenne toute sa place dans le "monde d’après" ».

Comment gérer vos proches qui ne respectent pas les gestes barrières

Il faut parfois savoir dire stop, pour se protéger comme pour protéger les autres.

Temps de lecture: 2 min — Repéré sur BBC

Recadrer ses ami·es n'est pas toujours facile. On ne les a pas vu·es depuis plusieurs mois à cause du confinement, alors on imagine mal fêter les retrouvailles en les remettant à leur place.

Comment réagir si vous êtes face à des personnes qui se moquent des gestes barrières, comme la distanciation sociale, alors que vous y êtes attaché·e et que leur comportement vous angoisse? La BBC livre de précieux conseils pour expliquer à votre entourage votre position.

La confrontation directe n'est pas forcément la meilleure option: la personne pourrait se braquer et la discussion se terminer en dispute. Préférez une méthode plus posée et pacifique.

«Expliquez à vos amis que votre inquiétude est bien fondée, que vous vous préoccupez de leur santé et que vous ne cherchez pas à les prendre de haut», recommande Miriam Kirmayer, psychologue clinicienne spécialiste des relations amicales.

Si la personne ne semble pas réceptive à vos mises en garde, c'est à vous d'agir. Selon la psychologue Kate Hamilton-West, «si la relation vous met vous et vos amis en danger, il est parfaitement raisonnable de dire: “En fait, je ne peux pas te voir pour le moment... Je ne veux pas être responsable de la contamination de mes amis”».

Il faut également rester sur ses gardes. Tout le monde connaît ces fêtes où l'on doit normalement être une dizaine et où l'on se retrouve trois fois plus nombreux sans s'en rendre compte. En pleine épidémie, mieux vaut éviter.

Dans ce genre de situation, n'hésitez pas à vocaliser votre inconfort. Pourquoi ne pas dire: «Je ne me sens plus à mon aise, je préfère rentrer chez moi»?

Éviter une rupture inutile

Pour autant, trouver qu'un·e ami·e a des comportements potentiellement dangereux peut-il mettre en péril votre relation? Les deux psychologues répondent par la négative.

«Nous devrions tous être capable de décider des termes non négociables dans nos relations. Cependant, une pandémie n'est pas nécessairement le moment idéal pour prendre des décisions si importantes à propos de nos amitiés», souligne Kirmayer.

Pour éviter une rupture inutile, la spécialiste conseille de s'interroger: «D'abord, est-ce que ce différend reflète un problème latent et plus large dans votre relation? Ensuite, avez-vous discuté des éventuels problèmes rencontrés avec votre ami?»

Des solutions sont toujours envisageables. Tant que la distanciation sociale est de rigueur, pourquoi ne pas rester en contact uniquement virtuel? Les apéros Zoom ont très bien fonctionné durant le confinement, et ils permettent de maintenir le lien social sans mettre qui que ce soit en danger.

Après vos fichiers, Dropbox veut maintenant gérer vos mots de passe

Dropbox développe un gestionnaire de mots de passe, sous forme d'application mobile. Malgré un segment déjà très encombré, la plateforme peut compter sur une large communauté pour la promouvoir, quand elle sortira.

Non content de vouloir stocker vos dossiers sur ses serveurs, Dropbox souhaite aussi s’occuper de vos mots de passe. C’est ce que révèle la découverte d’une application sur Android, appelée Dropbox Passwords, dont l’utilisation est pour l’instant réservée à une poignée d’utilisateurs, uniquement sur invitation. Elle peut certes être installée sur un smartphone, mais elle sera inutilisable en pratique.

L’existence de ce gestionnaire de mots de passe est une relative surprise, Dropbox n’ayant jamais manifesté publiquement son intention d’aller dans cette direction. Toutefois, il est vrai que l’entreprise américaine recommande depuis plusieurs années de se servir de ce type d’application pour avoir une bonne hygiène en sécurité informatique, au moyen de mots de passe uniques et robustes.

« Comme il peut être difficile de se souvenir de dizaines de mots de passe, nous vous suggérons d’utiliser un gestionnaire de mots de passe – qui chiffre et garde la trace de tous vos mots de passe », écrivait l’entreprise en 2014. Ce type d’utilitaire permet de renforcer la protection de votre compte, ajoutait-elle un an plus tard. Et en 2017, elle s’était même aventurée à en conseiller deux : LastPass et 1Password.

La sécurité des gestionnaires de mots de passe constitue l’un des points les plus sensibles, car de leur robustesse dépend la protection des codes qui sont stockés à l’intérieur..

Une application aux fonctionnalités classiques

Les quelques captures d’écran donnent une petite idée des fonctionnalités que proposera Dropbox Passwords, qui sont en fait très courantes dans le secteur des gestionnaires de mots de passe. Les mots de passe seront protégés dans l’application via un mot de passe maître ou éventuellement par une empreinte biométrique, et classés alphabétiquement via les services auxquels ils sont associés.

Dropbox PasswordsDropbox Passwords
Un aperçu de l’application.

Un générateur de mot de passe sera aussi de la partie, afin de créer un code à la volée, avec on l’imagine diverses options (choix de la taille, inclusion de certains caractères, refus des symboles ambigus, etc.). Un système de synchronisation est prévu, pour que l’on puisse y accéder depuis le terminal de son choix. Le remplissage automatiquement des champs sur les sites et les applications est aussi annoncé.

Très discret sur ce projet, Dropbox se lance dans un marché où plusieurs solutions sont déjà bien installées, et parfois anciennes. Outre LastPass et 1Password, l’on peut citer KeePass et Dashlane. Mais Dropbox a un atout que les autres sociétés n’ont pas : une très importante base d’utilisateurs. Celle-ci compte 600 millions d’individus, selon des données chiffrées que le groupe a communiquées en février.

Les gestionnaires de mots de passe ont beau être fortement sécurisés, ce ne sont pas non plus des coffres-forts inviolables. Ils peuvent faire l’objet de certaines informatiques, même si celles-ci ne sont pas nécessairement à la portée du premier venu. Mais c’est le lot de n’importe quel programme. C’est pourquoi l’emploi d’un tel outil doit s’articuler avec d’autres mesures, comme la double authentification.

Doit-on porter un masque quand on fait son footing?

L'injonction à porter le masque fait débat, et certaines personnes reprochent aux adeptes de la course à pied de manquer de rigueur.

Temps de lecture: 2 min — Repéré sur The New York Times

Quand on part courir, est-il vraiment nécessaire d'enfiler un masque? La question est polémique, et certains individus ont des réactions violentes à la vue de personnes pratiquant du sport en plein air sans protection. Concrètement, est-ce vraiment dangereux? Le New York Times fait le point.

Ce qui est autorisé ou non

Aux États-Unis, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont livré des recommandations sommaires: le port du masque est conseillé dans les lieux publics où les distances de sécurité sont difficiles à maintenir. Aucune mention n'est faite des activités sportives.

La loi diffère entre les États américains, mais une tendance se dégage tout de même: il est conseillé de se munir d'un masque en extérieur, mais dans un endroit peu fréquenté ou quand la distanciation sociale est maintenue, il n'est pas impératif de le porter. Pour la pratique du sport, il n'est pas non plus obligatoire. Ces règles s'appliquent dans les villes de New York et San Francisco.

À Los Angeles, la règlementation diffère un peu: le masque est obligatoire dès que l'on sort de son domicile, l'exercice physique constituant la seule exception.

Boston est plus dure avec ses habitant·es. Le masque y est imposé en tout temps et il n'existe aucune dérogation, ni pour le sport, ni pour de mauvaises conditions cardiaques.

En France, le port du masque est recommandé, et il faut respecter une distance de sécurité d'au moins un mètre avec les autres.

Se protéger et protéger les autres

Il faut bien l'admettre, pratiquer une activité sportive avec un masque est inconfortable, et cela peut même être dangereux. Il est par ailleurs impossible de forcer autrui à en porter un –crier n'est jamais une solution.

En extérieur, le risque est moins élevé, car il y a peu de vecteurs de contamination. Cela n'empêche pas de se protéger un minimum, en suivant quelques conseils.

Il est préconisé d'éviter de s'arrêter lors de son jogging pour discuter avec quelqu'un, en particulier si cette personne ne porte pas de masque. De même, il est déconseillé de courir ou de faire du vélo derrière une personne non masquée: des particules de salive pourraient être transportées dans l'air jusqu'à vous. Cracher quand on fait un effort physique peut être tentant, mais pour une fois, abstenez-vous, la salive étant vectrice du virus.

En règle générale, si vous vous entraînez dans un endroit peu fréquenté, tout devrait bien se passer.

Fell Seal: Arbiter’s Mark DLC ‘Missions and Monsters’ launches June 23

PCPS4SwitchXbox One

Fell Seal: Arbiter’s Mark DLC ‘Missions and Monsters’ launches June 23

Strategy RPG's first major content expansion.

2 hours ago0 Comment0

Fell Seal: Arbiter's Mark

Publisher 1C Entertainment and developer 6 Eyes Studio will release Fell Seal: Arbiter’s Mark downloadable content “Missions and Monsters” for all available platforms on June 23 for $12.99 / €12.99, the companies announced.

Here is an overview of the downloadable content, via 1C Entertainment:

About

Missions and Monsters is the first expansion to Fell Seal: Arbiter’s Mark and brings several new additions to enrich the gameplay. You’ll now be able to recruit powerful monsters from across the land of Teora, customize them with their own classes, and send them into battle alongside the rest of your forces. As your army grows, you’ll get to dispatch your troops on missions of their own to gather precious resources, earn special rewards, unlock new locations and classes, and, ultimately, keep the land a safer place! Face new challenges that will test your tactical mettle as you embark on larger-scale battles against the deadliest monsters the land has ever seen!

Key Features

  • Recruit and tame monsters to join your roster!
  • Customize your monster allies with the new monster subclass system, selecting up to two optional subclasses from a selection of more than 20.
  • Unlock three new human classes, the Beastmaster, Samurai, and Wrangler, adding a variety of new powerful abilities to your arsenal.
  • Uncover new equipment and crafting recipes.
  • Discover five new locations, featuring a combination of larger encounter battles and powerful named monster enemies.
  • Face deadly new encounters, including the largest-scale battles seen in-game and challenging end-game content additions.
  • Upgrade Arbiter’s Guilds across the land to reap benefits and rewards for the party.
  • New in-game system to send recruits out on missions lets you collect new rewards and open up new content.
  • New songs will accompany you as you explore the land of Teora.
  • Challenge yourself with new achievements!

Fell Seal: Arbiter’s Mark is available now for PlayStation 4, Xbox One, Switch, and PC via Steam.

Watch a trailer for the downloadable content below.

Use the coupon code "GEMATSU" for 5% off.

comment policy

Comment Policy

Comments are welcome and encouraged on Gematsu. However, we ask that you follow a simple set of guidelines:

  • Read the full article before commenting.
  • Stay on topic.
  • No drive-by comments, including trolling, baiting, or shit-posting.
  • Know when not to comment. If you do not care about a topic, you do not need to comment.
  • No offensive comments. This includes abusive, threatening, pornographic, misleading, or libelous content / language, as well as general harassment and individual attacks.
  • No port-begging.
  • No console wars.
  • Use spoiler tags when posting spoiler or NSFW (non-nude-only) content. For example: <spoiler>Woe is Leomon.</spoiler> State the subject of the content outside of the spoiler tags.
  • Be respectful towards other commenters. You do not have to agree with each other, but debate politely. If you find that a commenter is not following this simple etiquette, do not carry on the conversation—simply report it.

Gematsu reserves the right to edit or delete any comments without notice. This comment policy is subject to change at any time.

Death Come True launches June 25 for Switch, iOS, and Android, later for PS4 and PCone minute agoOpen Forum #3393 minutes agoOpen Forum #3395 minutes agoOpen Forum #3396 minutes agoOpen Forum #3398 minutes ago

Après l’échec de son « StopCovid », Singapour veut fournir des bracelets connectés à toute sa population

Faute pour l'application de traçage des contacts d'avoir été décisive face à l'épidémie, Singapour imagine une autre stratégie : des bracelets connectés distribués à toute sa population.

Téléchargée 1,5 million de fois dans un pays qui compte 6,2 millions d’habitants, l’application TraceTogether n’a pas réussi à aider Singapour à contenir l’épidémie de coronavirus. La cité-État a dû se résoudre à imposer un confinement généralisé à sa population, qui s’est mis en place début avril et a duré jusqu’au début du mois de juin, et des restrictions plus importantes.

TraceTogether a été pour de nombreux pays une source d’inspiration pour le traçage des contacts par smartphone. En France, cela a été décliné en StopCovid.

C’est dans un contexte mêlant travailleurs en forte promiscuité et application qui fonctionne mal, car ne reposant pas sur les outils Apple/Google que l’on assiste à un durcissement de la stratégie singapourienne face au coronavirus. Fin avril, l’État a lancé le système SafeEntry, qui exige de scanner un code QR à l’entrée et à la sortie des bâtiments publics, en utilisant le smartphone. Gares, entreprises, centres commerciaux et même parcs sont également dans la boucle, avec des checkpoints qui se sont multipliés ces dernières semaines.

La nouvelle étape, rapportée par Reuters, consiste à organiser la distribution d’accessoires connectés compatibles TraceTogether à toute la population, toujours dans cette optique de tracer les chaînes de transmission et permettre de se prévenir les uns les autres si l’on a croisé un individu positif au virus. Le caractère obligatoire de cet objet, qui sera sans doute une montre ou un bracelet, est incertain.

« Nous développons et allons bientôt lancer un appareil portable qui ne dépendra pas de la possession d’un smartphone », déclare Vivian Balakrishnan, un ministre, dans des propos rapportés par l’agence de presse. « Si cet appareil portable fonctionne, nous pourrons alors le distribuer à tout le monde à Singapour ». L’accès des migrants à ce dispositif, au regard des raisons citées plus haut, est une question en suspens.

Et en France ?

Il s’avère que l’idée d’employer des bracelets électroniques circule ailleurs dans le monde, et notamment en France. Fin avril, Ludovic Le Moan, le patron de l’entreprise Sigfox, qui est spécialisée dans les réseaux très bas débit pour les objets connectés, défendait l’emploi de bracelets StopCovid plutôt qu’une application sur smartphone. Mi-mars, l’intéressé faisait état de discussions avec des villes pour des badges connectés.

Il faut également mentionner Withings, qui figure d’ailleurs comme partenaire de l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) en tant que spécialiste des objets connectés. Lors d’une audition devant les parlementaires, Cédric O, le secrétaire d’État en charge du numérique, signalait d’ailleurs que Withings a réussi à faire marcher l’application StopCovid sur une montre connectée.

Il n’est pas sûr qu’un bracelet ou une montre connectée StopCovid passe mieux qu’une application sur smartphone. // Source : Louise Audry

Ces travaux exploratoires sont approuvés par le gouvernement comme un moyen de fournir une solution à bas coût à une population qui n’est pas forcément équipée en smartphone, notamment dans les milieux ruraux et dans certaines zones urbaines, tout en étant très facile d’emploi. L’objet connecté ne ferait que cela et n’aurait besoin d’aucune configuration préalable.

Dans le cas de Withings, il est question de se servir de montres coûtant quelques dizaines d’euros à fabriquer. Un éventuel passage à une phase industrielle est évoqué aux alentours de juillet ou août, selon Cédric O. Quant aux badges de Sigfox, leur prix serait aussi très peu cher. Son patron affirme pouvoir en produire des millions d’ici septembre, grâce à une base matérielle déjà en place.

Cependant, ces projets risquent très probablement de rencontrer les mêmes écueils que ceux qui ont jalonné la route de StopCovid : leur caractère facultatif — car on n’imagine pas qu’ils seraient obligatoires, vu les difficultés juridiques en matière de libertés individuelles que cela occasionnerait — limitera de faire leur efficacité opérationnelle. Et les mêmes questions sur la vie privée et la sécurité se poseront alors.

❌