FreshRSS

🔒
❌ About FreshRSS
There are new available articles, click to refresh the page.
Today — May 30th 2020Your RSS feeds

Vita Means Life - Looking Back on the PlayStation Vita

With NIS America's release of Utawarerumono: Prelude to the Fallen, we have seen what might well be the last new PlayStation Vita RPG to release - we look back on the little handheld that could.

Yesterday — May 29th 2020Your RSS feeds

Death end re;Quest 2 launches this summer in the west

Death end re;Quest 2 will launch for PlayStation 4 and PC via Steam this summer in North America and Europe, publisher Idea Factory International announced. Additionally, the publisher has released the game’s opening movie, as well as updated shared the following details on the game’s day and night system: Day and Night Gameplay is split […]

Source

Rigid Force Redux launches June 5

3D horizontal shoot ’em up game Rigid Force Redux will launch for Xbox One via the Microsoft Store and Switch via the Nintendo eShop on June 5 for $19.99, the game’s Microsoft Store listing reveals. Here is an overview of the game, via the Microsoft Store: Classic Shoot ‘Em Up Action is Back Rigid Force […]

Source

Outbuddies DX launches June 5 for Xbox One and Switch, later in 2020 for PS4

Metroidvania game Outbuddies DX will launch for Xbox One via the Microsoft Store and Switch via the Nintendo eShop on June 5 for $17.99, the game’s store listings reveal. The PlayStation 4 version will follow later in 2020, according to publisher Headup Games and developer Julian Laufer. Outbuddies first launched for PC via Steam and […]

Source

Hong Kong, Taïwan, jusqu'où peut aller Pékin?

Rétrocédé par le Royaume-Uni en 1997, Hong Kong garde depuis un statut à part –un pays, deux systèmes. Cela agace Pékin, qui aimerait reprendre le contrôle de la province où le mouvement pro-démocratie, en sommeil pendant la crise du Covid-19, a retrouvé de la vigueur ces derniers jours.

En cause, deux lois, dont celle de sécurité nationale votée ce 28 mai à Pékin, court-circuitant les institutions locales. Que contient-elle, quelles menaces fait-elle peser sur la démocratie à Hong Kong?

Le pouvoir hongkongais semble acquis à Pékin: Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif, soutient le projet. Mais qu'en est-il de la population? Quel regard porte le peuple chinois sur Hong Kong? Que peuvent vraiment faire les États-Unis, qui ont promis une riposte?

Réponses dans Le monde devant soi, notre podcast hebdomadaire sur l'actualité politique française et internationale présenté par Christophe Carron, avec Jean-Marie Colombani, directeur de la publication de Slate.fr, Alain Frachon, éditorialiste au Monde spécialisé dans les questions internationales, et Marion Van Renterghem, journaliste et autrice de Angela Merkel, l'ovni politique aux éditions Les Arènes.

Si vous aimez Le monde devant soi, pensez à l'exprimer en nous donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous et en laissant vos commentaires sur les réseaux sociaux.

Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

Musique: «Believer (Saeptem LMDS MiniEdit)», Silent Partner

Photo: Dale DE LA REY / AFP

Comment maximiser l'autonomie de l'iPhone

Accès libre
image dediée
Crédits : faithiecannoise/iStock
Smartphones GUIDE

Voici un guide contenant toutes les informations à connaître pour gérer plus efficacement la recharge de votre appareil et maîtriser la demande en énergie des applications. Certains conseils paraitront évidents, d’autres pourront surprendre.

En matière de recharge et d’autonomie de l’iPhone – comme presque tous les téléphones – on trouve de nombreuses idées reçues. Nous avons donc décidé de réunir au même endroit l’ensemble des informations importantes à connaître, accompagnées de conseils sur la manière de préserver l’autonomie au maximum. Nous nous sommes entretenus pour cela avec plusieurs employés d'Apple, qui ont tenu à garder leur anonymat.

Ce guide est conçu pour tout le monde, puisque même les sédentaires apprendront peut-être une astuce ou deux, ne serait-ce que sur la recharge ou leur gestion des applications. Pour celles et ceux qui bougent beaucoup en journée, certains réglages pourraient permettre de se passer de cette obligation de recharger en fin de journée pour la petite heure restante de travail par exemple.

Nous avons choisi l’iPhone car son ensemble de capacités logicielles est cohérent entre les modèles. Mais comme vous le verrez sans doute, de nombreuses informations peuvent être transposées à n’importe quel smartphone Android.

L’usage, premier critère

Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, l’usage que vous faites de votre téléphone conditionne majoritairement la tenue de la batterie. Plus vous vous en servez, plus le niveau de batterie baisse rapidement.

Toutes les utilisations ne sont pas égales dans ce domaine loin de là. Une application comme Twitter consomme beaucoup moins d’énergie qu’un jeu. L’écart augmente avec le type de jeu, son utilisation intensive de la 3D, le poids des textures, son éventuel appui sur des fonctions de machine learning local, etc.

Certaines applications sont connues pour puiser largement dans la batterie, à cause de la puissance qu’elles réclament, certes, mais aussi par leur nombreux accès au réseau, les tâches effectuées en arrière-plan, l’utilisation du GPS, etc.

Dans ce domaine, les réseaux sociaux sont particulièrement énergivores, à commencer par Facebook. Il s’agit d’un cas d’école : réduire l’utilisation de l’application peut augmenter significativement l’autonomie de l’appareil. La situation est encore pire avec Snapchat, qui doit en plus télécharger de nombreuses photos et vidéos, sans parler de l’utilisation des caméras et du machine learning pour l’application des fameux filtres. Waze est également un très gros consommateur de batterie.

Plus vous avez d’applications, plus le téléphone est sollicité. Premier conseil : faire un tri et déterminer ce qui sert vraiment, pour se débarrasser du reste. En plus de récupérer de l’espace de stockage, il peut y avoir un gain d’autonomie si ces applications consommaient des ressources.

iOS fournit des informations sur cette consommation dans Réglages > Batterie. Vous y verrez, par ordre décroissant, toutes les applications les plus gourmandes. Attention, cette gourmandise n’est pas seulement due à leur programmation inhérente, mais aussi (et souvent surtout) au temps que vous y passez.

iPhone batterie autonomieiPhone batterie autonomie

En ce qui concerne les thèmes clair et sombre, la question n'a d''importance que vous si avez un iPhone doté d'un écran OLED, soit un modèle X, XS ou 11 Pro. Les fonds noirs permettent aux pixels non solicités de rester éteints. C'est également valable pour les applications qui, pour beaucoup maintenant, suivent le réglage du système.

Vous pouvez enfin influer sur la luminosité de l'écran, même si cette dernière est automatique. On peut la changer rapidement depuis le Centre de contrôle.

Maîtriser la recharge

Commençons à tordre les idées reçues. Il n’est pas utile d’attendre que l’iPhone ait atteint un niveau critique de batterie pour le mettre à recharger. En fait, ce n’est même pas recommandé. La batterie Lithium-Ion fournit de l’énergie par réaction chimique, provoquant une circulation d’électrons (des ions lithium) entre l’anode et la cathode. Idéalement, il ne faut pas que cette circulation s’arrête totalement.

Dans les Apple Store, le conseil est donc – quand c’est possible – de rester dans la zone 20-80, c’est-à-dire d’avoir un niveau de batterie entre 20 et 80 %. Il faut éviter en priorité de tomber sous les 20 % de batterie et ne surtout pas attendre d’être à 0 %. Là, les réactions chimiques s’arrêtent et la batterie se dégrade plus rapidement.

C’est pour cette raison qu’Apple a mis en place sa « recharge optimisée ». Quand un iPhone arrive à 80 %, les 20 derniers sont différés de quelques heures. Pas de changement donc quand on va se coucher et que le téléphone charge pendant la nuit, même s’il peut arriver que vous voyiez par exemple un 98 % au petit matin. Ce comportement peut être désactivé dans Réglages > Batterie > État de la batterie.

Pour les mêmes raisons, il peut arriver que vous deviez couper un appareil iOS pendant plusieurs semaines. Dans ce cas, il est recommandé de le charger jusqu’au maximum avant de l’éteindre, pour éviter que le niveau ne tombe à 0 % et que la batterie reste dans cet état pendant une période prolongée.

Sachez enfin que le mode de recharge importe peu. Qu’elle soit classique, rapide ou par induction, les batteries sont taillées pour. Si le modèle d’iPhone est compatible, il n’y a donc pas de raison de s’en priver.

La recharge rapide fait parfois « peur » – les employés d’Apple nous l’ont confirmé – car certains clients imaginent que la batterie est mise à plus rude épreuve ou se dégrade plus rapide. C’est faux. Si vous avez au moins un iPhone 8, vous pouvez donc vous servir du chargeur de votre iPad. La différence sera flagrante.

Si vous souhaitez investir, n’importe quel bloc d’alimentation proposant un port USB Type-C et gérant l’USB-PD (USB Power Delivery) sera entièrement supporté. Il faudra en revanche acheter un câble USB-C/Lightning. Il n’existe que certains modèles, tous onéreux. Celui d’Apple est vendu 25 euros pour 1 mètre, ou 39 euros pour 2 mètres.

Et si vous souhaitez maximiser l’effet de la recharge, passez le téléphone en mode avion si possible. Sans les activités liées à Internet, le processeur aura nettement moins de travail, donc besoin d’énergie. Ce peut être particulièrement utile si vous n'avez par exemple que 20 min devant vous pour raccorder votre iPhone au secteur. D'ailleurs, recharger son appareil plusieurs fois par jour durant un temps limité n'a aucun impact négatif sur la batterie.

L’état de la batterie

Il faut rappeler également que l’âge de la batterie joue un rôle crucial dans son comportement. En comptant une charge par jour, la durée de vie moyenne d’une batterie lithium-ion est de 24 à 30 mois. Ce n’est qu’une durée indicative, qui dépend fortement – là encore – de l’usage. Plus vous l’utiliserez, plus vous la rechargerez, et plus son usure augmentera.

Il peut arriver en effet que le comportement de la batterie sorte du cadre habituel. Chute du pourcentage, extinction à 20 ou 30 %, etc. Première opération, à intégrer dans votre « routine » : redémarrer le téléphone une fois par semaine. iOS purge alors d’anciennes données et relance tous les processus.

Si le comportement persiste, il faut se rendre dans Réglages > Batterie > État de la batterie. Vous y verrez alors un pourcentage indiquant l’état général de la batterie. S’il est inférieur à 80 %, c’est qu’il est temps de changer de batterie.

iPhone batterie autonomieiPhone batterie autonomie

Les employés d’Apple interrogés nous l’ont confirmé : l’information surprend très souvent. Beaucoup imaginent en effet que s’il reste 80 % de la batterie, elle peut encore servir pendant un bon moment. Mais la batterie ne fonctionne pas ainsi : l’information indique en fait qu'elle ne peut plus envoyer que moins de 80 % de son énergie.

Si l’explication fait écho, c’est parce qu’Apple avait introduit dans iOS il y a quelques années un mécanisme de protection. La puissance du CPU était jugulée pour éviter les pics de consommation d’énergie. La firme avait eu cependant l’énorme tort de ne pas communiquer sur cette fonction, rendue désactivable un peu plus tard.

Sous le pourcentage se trouve une autre ligne nommée « Capacité de performance ». Tant que la batterie remplit correctement son office, cette capacité est « optimale ». Dans le cas contraire, iOS l’indiquera, pour bien faire comprendre que les performances de l’appareil peuvent s’en ressentir.

En Apple Store, le remplacement d’une batterie est actuellement de 55 euros pour les iPhone 5c à 8 Plus, et de 75 euros pour les modèles plus récents (X, XR, XS, 11…).

Notifications et tâches en arrière-plan : faites le ménage

Fini le matériel, place aux réglages logiciels. Voici une section qui pourrait vous aider à avoir une hausse significative de votre autonomie, là encore selon votre usage.

Commençons par le plus important : les tâches en arrière-plan. iOS ne demande pas d’autorisation spécification aux applications pour ce qu’elles ont le droit de faire en arrière-plan, à l’exception de la position géographique et du Bluetooth. Pour le reste, elles ont tout loisir d’effectuer de nombreux traitements, avec l’impact que l’on imagine sur l’autonomie.

La recommandation est donc simple : désactiver le maximum de tâches en arrière-plan que possible. Vous trouverez la liste dans Réglages, en tapant « arr » dans le champ de recherche en haut. Le résultat vous mènera aux applications installées. Coupez-en autant que possible, sachant que désactiver l’arrière-plan d’une application ne bloque pas sa capacité à générer une notification. 

iPhone batterie autonomieiPhone batterie autonomieiPhone batterie autonomieiPhone batterie autonomie

Pour citer un exemple classique, on prendra le cas d’Outlook ou de presque n’importe quel client email. Si son activité en arrière-plan reste active, il tiendra à jour la liste des nouveaux courriers arrivés, des spams, etc. Si vous désactivez cette activité, il pourra toujours prévenir de nouveaux courriers, mais la liste ne se chargera qu’au lancement de l’application.

Il y a effectivement une petite perte de confort, mais généralisé à l’ensemble des applications, l’impact sur la batterie est conséquent. C’est particulièrement vrai avec Facebook et toutes celles récupérant en permanence des données pendant que téléphone est en veille. Des applications travaillant sans cesse et grevant rapidement l’autonomie.

Essayer de ne garder que le strict nécessaire. Vous pourrez de toute façon revenir n’importe quand dans la liste pour réactiver une application si son fonctionnement en arrière-plan vous manque. Sachez également que le mode économie d'énergie d'iOS a surtout pour mission de couper tous les traitements en arrière-plan. Si vous en désactivez la plupart, ce mode aura beaucoup moins d'intérêt.

Il en va de même des notifications, dans Réglages > Notifications. Le processeur du téléphone dépense de l’énergie chaque fois qu’il doit effectuer un traitement. Une notification est bien un traitement de données, la plupart se faisant sur la base d’une information reçue d’Internet. Là encore, concentrez-vous sur l’essentiel. Bonus éventuel, une plus grande tranquillité.

Ne tuez pas les applications

Voilà une habitude qu’on retrouve régulièrement : des utilisateurs activent la vue multitâche puis vident intégralement toutes les fenêtres qui s’y trouvent. Pourquoi ? « Pour ne rien laisser en mémoire ». C’est pourtant une erreur, car la manipulation dessert l’objectif.

Lorsqu’une application n’est plus au premier plan, elle passe dans un mode spécifique. En fonction de la mémoire vive disponible, elle garde plus ou moins de ressources actives, pour permettre un retour rapide. Seule la consultation d’autres applications finit par la reléguer dans les tréfonds de la liste.

On peut vite voir la différence entre deux applications. Si vous en rappelez une fraichement consultée, elle reviendra au premier plan et affichera directement son contenu. En revanche, une autre n’ayant pas été consultée depuis plusieurs jours affichera peut-être d’abord un écran blanc ou de chargement avant de livrer son contenu. Elle ne reviendra peut-être pas non plus sur le dernier contenu consulté.

Dès lors, à quoi servent donc les applications trouvées dans la vue multitâche ? à garder, au minimum, une légère empreinte en mémoire pour empêcher un rechargement complet de ses ressources si elle devait être relancée.

De fait, « tuer » les applications conduit inexorablement à une consommation d’énergie plus élevée. En effet, quand elles seront relancées, iOS chargera l’intégralité des ressources comme s’il s’agissait d’un premier lancement. Un chargement plus intense, avec davantage de traitements, donc réclamant plus d’énergie.

Les trois employés interrogés nous l’ont tous confirmé : les aficionados de ce « vidage » sont toujours surpris de découvrir le fonctionnement réel de la vue multitâche. D’autant que tuer ainsi une application ne l’empêchera pas de faire ce qu’elle a à faire en tâche de fond. Et en cas de lancement d’un jeu ou d’une application lourde, iOS déchargera les ressources des autres applications, jusqu’à ce qu’il ne reste d’elles qu’une empreinte minime en mémoire.

La vue multitâche sert essentiellement à revenir à une application consultée un peu plus tôt. Tuer une application ne sert, dans l’usage prévu, qu’à se débarrasser de celles qui pourraient planter complètement ou afficheraient un comportement anormal, comme l’impossibilité de saisir une information ou un bouton ne fonctionnant plus.

4G, Wi-Fi, Bluetooth et GPS : des situations à connaître

Dans le domaine des connexions, il y a peu de règles générales, et davantage de cas particuliers.

Lorsque vous êtes chez vous, préférez ainsi le Wi-Fi à la connexion cellulaire. La 4G réclame plus d’énergie pour échanger des données que ce bon vieux Wi-Fi. À moins que votre ligne ADSL ait des performances calamiteuses, mais même dans ce cas le Wi-Fi suffira la plupart du temps pour les tâches courantes.

L’autre conseil est de couper le Bluetooth si vous ne l’utilisez jamais. Après tout, l’objectif est de se débarrasser de tout ce qui n’est pas strictement utile.

La 4G peut réclamer une gestion particulière, surtout lorsque vous êtes en déplacement. Si vous le pouvez, passez le téléphone en mode avion. Car si vous êtes dans un train ou sur l’autoroute, l’iPhone va dépenser beaucoup d’énergie à chercher continuellement de nouvelles antennes ou quand la qualité du signal sera médiocre, ce qui survient souvent quand on se déplace vite.

iPhone batterie autonomie

Cas classique d’utilisation : regarder des épisodes d’une série sur son téléphone pendant un voyage en train. Une activité déjà consommatrice d’énergie. Si on part du principe que vous regardez tranquillement une vidéo, passer en mode avion aura un impact positif majeur sur l’autonomie.

Si vous vous trouvez dans un transport en commun fournissant du Wi-Fi, vous pouvez d’ailleurs garder celui-ci tout en coupant la 4G. Dans le Centre de contrôle iOS – le fameux panneau que l’on appelle depuis le haut de l’écran – la connexion cellulaire est juste à droite du mode avion. C’est la petite icône d’antenne éclairée en vert.

Au sujet du mode avion d'ailleurs, n'hésitez pas à y avoir recours chaque fois que vous êtes sûr(e) que l'iPhone ne servira pendant une période prolongée. Si vous vous couchez le soir avec une batterie raisonnablement pleine, couper les connexions permettra d'économiser grandement la batterie pendant votre sommeil.

Concernant le GPS, il s'agit plus d'un état général : si vous ne vous en servez pas ou de manière très épisodique, vous pouvez le désactiver dans Réglages > Confidentialité > Service de localisation. Le couper complètement empêchera l'iPhone de rafraichir sa position à intervalles réguliers.

Températures : attention aux « extrêmes »

Pour clore cet article, un mot sur les températures. En règle générale, il n’est pas recommandé d’utiliser un smartphone quand il fait très froid. Quand il gèle, le froid peut avoir un impact négatif sur la batterie, aboutissant à une information erronée sur le pourcentage restant.

Le pire cependant est de laisser un téléphone au soleil, même écran retourné vers la table. La chaleur emmagasinée peut nuire gravement à la batterie. Si la température dépasse d’ailleurs un certain seuil, l’iPhone finit par émettre une notification, un panneau d’exclamation jaune à éviter autant que possible. Il faut dans ce cas le mettre à l’ombre, si possible dans un endroit plus frais.

« Mais, s’il vous plait, pas au frigo », plaisante l’un des employés. Une petite blague qui s’appuie malheureusement sur l’expérience.

Donald Trump vs Twitter : qu’est-ce que la « section 230 » que le président veut abroger ?

Donald Trump a signé un décret qui cherche à imposer la neutralité des réseaux sociaux. Pour cela, le président américain tente de réviser la lecture d'un passage de la loi. Mais si cette disposition est controversée, la méthode suivie l'est tout autant. Elle pourrait même se retourner contre lui.

Qu’est-ce que la section 230 que Trump attaque ?

La section 230 est un passage de la législation américaine issu d’une loi votée en 1996 par le Congrès. Ce texte, intitulé Communications Decency Act, est considéré comme la première vraie tentative de réguler le contenu pornographique sur Internet. Dans ce cadre, il s’est posé la question de la responsabilité des services en ligne par rapport aux contenus que des tiers peuvent partager.

Cette section accueille deux paragraphes décisifs : L’alinéa c.1. (« aucun fournisseur ou utilisateur d’un service informatique interactif ne doit être traité comme l’éditeur ou l’auteur d’une information provenant d’un autre fournisseur de contenu informatif ») et l’alinéa c.2., qui exonère le fournisseur ou l’usager de responsabilité civile pour un certain nombre de faits.

Plus exactement, ce second alinéa sur la responsabilité civile s’applique à « toute mesure prise volontairement et de bonne foi pour restreindre l’accès ou la disponibilité de matériel que le fournisseur ou l’utilisateur considère comme obscène, obscène, lascif, dégoûtant, excessivement violent, harcelant ou autrement répréhensible, que ce matériel soit ou non protégé par la constitution ».

Donald Trump décret TwitterDonald Trump décret Twitter
Donald Trump signant le décret, sous l’oeil de William P. Barr, le ministre de la Justice. // Source : Shealah Craighead

Pourquoi Donald Trump s’y attaque

Donald Trump est un utilisateur compulsif de Twitter : chaque jour ou presque, il partage ses vues sur le réseau social, qui lui permet d’avoir une parole sans filtre, hors des médias. Mais Donald Trump est aussi accusé d’être en décalage avec la réalité, de propager des mensonges et d’être clivant. Pour ne rien arranger, l’intéressé est président des États-Unis et en campagne électorale pour se faire réélire.

Twitter, de son côté, est une entreprise américaine qui a des conditions d’utilisation et des règles de fonctionnement. Les faire appliquer sur le principal personnage de L’État, dont la parole publique demeure importante, qui plus est dans un pays qui a un rapport viscéral à la liberté d’expression s’avère ardu : le site s’en est rendu compte en voulant signaler au public que deux tweets de Donald Trump étaient trompeurs.

Twitter n’a fait qu’ajouter une mention et un lien actif vers une page de fact checking sur des propos relatifs au vote par correspondance. C’est cet ajout qui a déclenché l’ire du locataire de la Maison Blanche, qui y a vu une nouvelle preuve que les géants du net ne sont pas neutres politiquement (ils rouleraient pour les démocrates) et une menace d’ingérence dans la présidentielle à venir.

Twitter Jack DorseyTwitter Jack Dorsey
Jack Dorsey, le fondateur et patron de Twitter. // Source : Ryan Lash / TED

Quel est le plan de bataille de Donald Trump ?

Donald Trump ne s’en cache pas : il souhaite carrément abroger la section 230, si l’on en croit un message publié par l’intéressé sur Twitter le 29 mai. Cependant, le président des États-Unis a une marge de manœuvre limitée. Il faudrait que le Congrès le suive sur ce terrain, comme il l’admet dans un autre message. En attendant une action législative, il entend en resserrer la lecture, grâce à un décret.

Comme l’explique Kate Klonick, une professeure adjointe de droit à la faculté de droit de l’université de St. John, à New York, la section 230 ne protège pas les plateformes en cas d’intervention éditoriale. Or, l’apposition de labels sur des tweets au motif qu’ils seraient mensongers en constitue. Dès lors, le décret exclut les sites en cause de la protection conférée par la section 230.

En somme, le plan de Donald Trump est de contraindre les réseaux sociaux à rester totalement neutres, de sorte que n’importe qui pourrait publier ce qu’il veut, quand il veut et comment il veut. C’est une approche diamétralement opposée à celle à laquelle on assiste en Europe, note Politico, où le législateur veut l’intervention des plateformes pour modérer. La loi Avia en France en est l’illustration.

Donald Trump en a-t-il le droit et que risque-t-il ?

La manœuvre juridique de Donald Trump risque toutefois d’être contestée devant les tribunaux. C’est ce que rapporte le New York Times, après avoir sollicité des experts juridiques : une telle décision serait contestée et très probablement annulée en justice, car Donald Trump s’octroie le pouvoir de faire quelque chose alors qu’il n’en a pas le droit. Cela pourrait même se retourner contre lui.

C’est ce qu’explique l’Union américaine des libertés civiles. « Ironiquement, Donald Trump est un grand bénéficiaire de la section 230. […] Si les plateformes n’étaient pas immunisées par la loi, alors elles ne risqueraient pas la responsabilité légale qui pourrait découler de l’hébergement des mensonges, de la diffamation et des menaces de Donald Trump ». En clair, Twitter pourrait modérer encore plus Donald Trump.

C’est peut-être justement ce qui est en train de se passer : depuis que Donald Trump a signé son décret, Twitter a accentué sa modération sur le président américain après des propos polémiques. Le site communautaire a masqué par défaut un premier message de l’intéressé, puis a fait de même quelques heures plus tard sur le compte officiel de la Maison Blanche qui l’a reproduit.

département de la justicedépartement de la justice
Le département de la justice américain, en 2006. Des spécialistes juridiques suggèrent que le décret de Trump pourrait en fait se retourner contre lui. // Source : Coolcaesar

Y a-t-il un problème avec la section 230 ?

La section 230 ne fait pas consensus aux USA. Le sénateur Bernie Sanders, qui était en lice pour l’élection présidentielle chez les démocrates, s’en est pris lui aussi à ce passage. « Je pense que les géants de la tech et les plateformes ne devraient pas être exonérés de leur responsabilité lorsqu’ils autorisent sciemment sur leurs plateformes des contenus qui encouragent et facilitent la violence », a-t-il dit à Vox.

Joe Biden, qui défend les couleurs démocrates face à Donald Trump pour le scrutin à venir, veut lui aussi se débarrasser de la loi qui protège les entreprises comme Facebook de toute responsabilité pour ce que leurs utilisateurs publient, indique CNBC. William P. Barr, qui officie en tant que ministre de la Justice outre-Atlantique, se demande aussi si ce passage est encore pertinent à l’heure des méga-plateformes du net.

Même l’Electronic Frontier Foundation, une association que l’on ne peut pas soupçonner de complaisance à l’égard de la censure ou de Donald Trump, admet qu’il y a un souci. « Il existe des préoccupations légitimes concernant l’état actuel de l’expression en ligne, ce qui inclut la manière dont une poignée de puissantes plateformes ont centralisé la parole des utilisateurs », déclare-t-elle.

Mais, estime l’association, le décret de Donald Trump ne règle en aucune façon le souci. Et pour cela, il doit être combattu.

C’est officiel : les jeux PS5 seront montrés le 4 juin 2020

Sony a donné rendez-vous le 4 juin pour une présentation des jeux de la PlayStation 5.

Pour une fois, les rumeurs disaient vrai : Sony tiendra bel et bien un événement la semaine prochaine pour parler davantage de la PS5, console encore bien mystérieuse. Dans un article publié sur son blog le 29 mai, le constructeur a donné rendez-vous le jeudi 4 juin pour livrer un premier aperçu des jeux. Il faudra veiller un peu tard puisque la conférence, diffusée sur YouTube, aura lieu à 22h.

La présentera durera un peu plus d’une heure et lèvera le voile sur des «  jeux capables de montrer tout le potentiel de la console », en provenance de «  studios, qu’ils soient grands ou petits, récents ou non ». A priori, le design de la PS5 ne sera pas montré.

Manette PS5 ‘DualSense’ // Source : Sony

Les jeux PS5 montrés la semaine prochaine

Sony n’est pas le premier à se livrer à cet exercice important, puisqu’il doit donner le la pour toute une génération. Il y a quelques semaines, Microsoft s’est d’ailleurs planté avec son Xbox Inside articulé autour des premières vidéos de gameplay de la Xbox Series X (avec des jeux d’éditeurs tiers). La firme japonaise devra nécessairement faire mieux et c’est d’ailleurs une occasion à saisir pour reprendre le lead en matière de communication. Elle aurait par exemple tout à gagner à montrer un jeu exclusif inconnu — comme la suite d’Horizon : Zero Dawn, qui pourrait faire office de vitrine technologique.

Ce sera en tout cas toujours mieux que la démo technique de l’Unreal Engine 5, bluffante mais qui ne trompe plus personne en 2020. «  J’espère que vous serez fiers de nous », confie Jim Ryan, CEO de la branche PlayStation conscient que ce n’est pas une période idéale pour communiquer sur un produit qui demande d’être testé, physiquement, pour convaincre. «  Le manque d’événements « physiques » nous a donné l’opportunité unique de penser différemment pour vous faire voyager avec nous », ajoute-t-il. 

Jim Ryan promet déjà d’autres rendez-vous du genre pour accompagner la présence médiatique de la PS5 jusqu’à son lancement, attendu pour la fin d’année.

Hadopi : des députés veulent une amende transactionnelle de 500 euros

Accès libre
image dediée
Crédits : Marc Rees (licence CC-BY-SA 3.0)
Loi

Constance Le Grip et neuf autres députés LR ont déposé une proposition de loi « visant à renforcer les instruments de lutte contre le piratage des œuvres protégées par le droit d’auteur et instituant un dispositif de transaction pénale ». Ils veulent introduire une amende de 500 euros qui serait infligée par la Hadopi.

La catastrophe du Covid-19 a mis en suspension l’ensemble des textes sur la rampe législative, en particulier le projet de loi Arcom ou loi sur l’audiovisuel. Un texte qui doit transposer l’article 17 sur le filtrage issu de la directive sur le droit d’auteur, couler les compétences de la Hadopi dans celles du CSA ou encore prévoir de nouvelles armes contre le piratage des contenus sportifs. 

La fenêtre de tir est ainsi l’occasion rêvée pour les plus partisans de la réponse pénale pour imaginer des solutions contre les échanges illicites effectués en ligne. Dans une proposition de loi déposée ce jour, la députée Constance le Grip insiste pour introduire un mécanisme de transaction pénale.

500 euros pour les personnes physiques, 2 500 euros pour les personnes morales

Son texte prévoit d’abord que les membres de la Hadopi et ses agents habilités pourraient rechercher et constater les faits sanctionnés d’une peine de suspension d’accès. Le cas échéant, le titulaire de l’abonnement à Internet se verrait proposer une amende transactionnelle de 500 euros maximum s’il est une personne physique, 2 500 euros s’il s’agit d’une personne morale.

Ce montant dépendrait de la gravité des faits et des ressources et charges de la personne.

Ensuite, une alternative. Soit la transaction est acceptée par la personne mise en cause. Le cas échéant, elle devrait ensuite être homologuée par le procureur de la République. Cette procédure permettrait alors d’éteindre l’action publique, mais non l’action civile : les ayants droit pourraient donc toujours engager des poursuites pour obtenir réparation.

Soit la transaction est refusée et l’action publique pourrait poursuivre son chemin, via cette fois la citation directe. Et donc directement devant le tribunal de police, sans le filtre du procureur de la République.

« Crédibiliser » la réponse graduée

Selon les rédacteurs du texte, « ce dispositif permettrait donc sur la base d’une forme d’adhésion à la sanction de la part du contrevenant acceptant de rentrer dans la logique transactionnelle, de comporter une réponse sanctionnatrice plus systématique ».

Pour Constance le Grip, il aurait même pour avantage « de crédibiliser ainsi la phase pédagogique initiale d’avertissements et de renforcer son effet dissuasif » et enfin, « de décharger l’autorité judiciaire d’une part de ce contentieux pénal que les parquets peinent en l’état à traiter ».

Si des millions d’avertissements sont envoyés depuis le cri primal de la Hadopi, les procédures judiciaires n’arrivent pas à suivre le flot des dossiers adressés par la Commission de protection des droits.

Rien que l’an passé, l’autorité a adressé près de 620 000 premières recommandations et un peu moins de 210 000 lettres recommandées. 1 748 dossiers ont été transmis au procureur de la République, mais seules 39 décisions pour contravention de négligence caractérisée ont été rendues avec des amendes de 100 à 1 000 € (outre 6 jugements pour contrefaçon, 74 ordonnances pénales, 9 comparutions sur reconnaissance de culpabilité… et plus de 500 mesures alternatives aux poursuites).

Une riposte graduée revue et corrigée

Pour mettre en place la transaction pénale, la députée veut modifier l’article L.335-7-1 du Code de la propriété littéraire et artistique. C’est lui qui encadre les échelles de la riposte graduée, prévoyant en particulier une lettre remise contre signature restée sans effet puisque suivie d’une nouvelle atteinte sur Internet dans l’année suivante. Elle fait ainsi disparaitre la peine de suspension d’un mois, toujours présente dans la partie législative du texte.

Elle définit aussi la négligence caractérisée par référence à l’article L.336-3 du même code. Celui-ci pose que le titulaire d’accès « a l'obligation de veiller à ce que cet accès ne fasse pas l'objet d'une utilisation à des fins de reproduction, de représentation, de mise à disposition ou de communication au public d'œuvres ou d'objets protégés par un droit d'auteur ou par un droit voisin sans l'autorisation des titulaires ». 

Cette négligence caractérisée serait donc susceptible d’être constatée lorsque l’accès à Internet « a fait l’objet d’une utilisation à des fins de reproduction, de représentation, de mise à disposition ou de communication au public d’œuvres ou d’objets protégés », toujours sans autorisation. Une plume suffisamment généreuse pour permettre un jour prochain, l’extension de ce régime à d’autres formes d’échanges que le pair-à-pair, aujourd’hui seul protocole surveillé par le dispositif.

Un plébiscite…et un refus du ministère de la Culture

Ce n’est pas la première fois que l’idée d’introduire la transaction pénale est poussée en avant. La mesure avait par exemple déjà été proposée par Aurore Bergé lors des débats en commission sur le projet de loi Arcom.

Dans son amendement, elle envisageait cette fois une peine maximale de 350 euros (et 1 050 pour les personnes morales) avec toujours la possibilité pour l’autorité́ de citer directement le contrevenant devant le tribunal de police.

Une mesure qui « aurait ainsi vocation à éviter que les abonnés soient incités à ne pas transiger, comptant sur le faible nombre de sanctions prononcées une fois le dossier transmis au Parquet ».

Pascal Rogard, directeur général de la SACD, nous avait également fait part de son intérêt pour une telle solution : « ce serait la méthode la plus simple pour rendre efficace la réponse graduée, sachant que la sanction initialement prévue, la suspension, est apparue disproportionnée, à juste titre. Je suis néanmoins pour qu’il y ait une sanction derrière les avertissements ». 

La Hadopi elle-même avait privilégié cette piste dans son « avis » sur le projet de loi. En 2018, elle avait d’ailleurs fait confirmer la faisabilité de cette réforme par deux conseillers d’État.

Franck Riester Edouard Philippe
Crédits : Marc Rees (licence: CC by SA 3.0)

Pas plus tard qu’en février dernier, la SACD, la SCAM, la SACEM, l’Union des Producteurs de Cinéma, la Fédération Nationale des Cinémas Français et une ribambelle d’autres organisations plaidaient encore en sa faveur. La transaction pénale ? Voilà « une sanction simple, après deux rappels à la loi, pour réaffirmer que le piratage est un vol que le pays de l’exception culturelle ne peut tolérer plus longtemps ».

Problème pour les multiples partisans de ce chantier, Franck Riester est tout sauf convaincu de ce chantier : « On ne veut pas renforcer ces sanctions en mettant notamment un dispositif de transaction pénale (…), les sanctions, on veut les renforcer contre les sites contrefaisants », avait-il exposé sans nuance devant la commission des affaires culturelles.

PS5: The Future of Gaming presentation set for June 4

Sony Interactive Entertainment will unveil “a first look at the games you’ll be playing after PlayStation 5 launches this holiday” on June 4 at 1:00 p.m. PT / 4:00 p.m. ET, the company announced. You will be able to watch “Future of Gaming” presentation, which will run “for a bit more than an hour,” live […]

Source

Goosebumps: Dead of Night announced for PS4, Xbox One, Switch, and PC

Cosmic Forces has announced Goosebumps: Dead of Night for PlayStation 4, Xbox One, Switch, and PC (Steam). It will launch this summer. Here is an overview of the game, via its official website: Suspenseful and Terror-Packed Gameplay Slappy has escaped from the pages of Goosebumps and reunited his family of Monsters. It’s up to you […]

Source

Hideo Kojima: Death Stranding was profitable and recouped costs; profit secured for next title

Death Stranding, Sony Interactive Entertainment and Kojima Productions’ November 2019-released PlayStation 4 title, was profitable and recouped development costs, director Hideo Kojima said in a newly published interview with Livedoor News. Moreover, the developer has secured enough profit for its next title. Get the relevant interview tidbits below. —How did Death Stranding perform sales-wise? Kojima: […]

Source

Fortnite, chapitre 3, saison 2 : sortie, thème, carte, rumeurs… tout ce que l’on sait

Epic Games a repoussé d'une semaine supplémentaire le lancement de la troisième saison du chapitre 2 de Fortnite. Un gros événement est prévu dans quelques jours, avant le coup d'envoi.

Dans un monde sans coronavirus, les fans de Fortnite seraient déjà plongés dans la saison 3 du chapitre 2. Mais, en raison des mesures de confinement qui ont ralenti l’économie globale, Epic Games a dû se faire à l’évidence : la future mise à jour majeure du Battle Royale a été repoussée de plus d’un mois. Et il faudra attendre une semaine supplémentaire, comme l’a annoncé l’entreprise dans un communiqué publié le 28 mai.

Le coup d’envoi de la saison 3 du chapitre 2 de Fortnite sera donc donné le 11 juin, au lieu du 30 avril. Bien évidemment, Epic Games ne s’est pas reposé sur ses lauriers pendant ces longues semaines de retard : mini tournée avec Travis Scott, intégration d’un mode sans arme ni construction ou encore diffusion d’une bande-annonce du film Tenet, en avant-première.

Fortnite // Source : Epic Games

Tout ce que l’on sait du futur de Fortnite

« Afin de nous assurer que tout soit prêt pour le lancement du Chapitre 2 – Saison 3, nous prolongeons la saison 2 d’une semaine », indique simplement Epic Games, qui ne partage aucun indice sur le thème de cette saison 3. Il donne quand même rendez-vous le samedi 6 juin, à 20h, heure française, pour un événement in-game baptisé « Le Dispositif ». Il devrait conclure la — très longue — saison 2 comme il se doit. Epic Games conseille de se connecter à Fortnite 30 minutes avant le début des hostilités, afin d’être sûr d’avoir une place. 

Si Epic Games n’a encore rien montré sur la saison 3, certains dataminers ont déjà déniché quelques éléments. Dans un tweet publié à la fin du mois d’avril, FortTory partage des posters qui suggèrent un thème aquatique. La carte pourrait être grandement modifiée en ce sens, avec l’apparition de plusieurs zones immergées dans l’eau à l’issue d’un gros épisode pluvieux. Cette théorie est corroborée par l’apparition de petites flaques, tel que le montre GamesRadar dans une capture partagée le 28 mai. Comme toujours, Epic Games va contextualiser la grosse mise à jour pour mieux justifier les changements appliqués aux environnements — et au gameplay. Il se murmure d’ailleurs que la saison 3 de Fortnite pourrait intégrer des mouvements sous-marins. Sinon, on sait qu’un film de Christopher Nolan sera diffusé dans son intégralité, courant de l’été.

Dans tous les cas, nous devrions avoir de plus amples détails sur la saison 3 du chapitre 2 de Fortnite à compter de la semaine prochaine. Il reste encore quelques jours pour profiter du thème espionnage, actuellement en place.

Le wakepark de Plessé de nouveau ouvert !

Après ce long confinement et l’arrivée des beaux-jours, quoi de mieux que d’aller tester de nouvelles sensations de glisse ? Depuis le 16 mai, le wakepark de Plessé, le plus grand téléski nautique de Loire-Atlantique, a de nouveau ouvert ses portes ! Amateur, débutant ou simplement envie de découvrir les activités nautiques ? Situé à 50 minutes de Nantes, le plan d’eau de l’étang de Buhel n’attend plus que toi 😉

Wakepark de Plessé : Des sensations garanties !

Envie de prendre le grand air ? Avec cette réouverture, le wakepark de Plessé te propose des sessions de 2 heures avec 10 personnes maximum, pour venir tester tes sensations de glisse ou bien, pour les perfectionner. Cela se passe le mercredi, samedi et dimanche, de 14h à 16h, ainsi que de 18h à 20h ! Bien entendu, ils sont ouverts à tous 😉
Attention, les accès se font uniquement sur réservation : Cliquez ici pour réserver votre séance.

plesse wake park glisse

Si tu ne sais pas par quoi commencer, tu as l’embarras du choix sur les activités : wakeboard, ski nautique, wakeski, stand-up paddle, wakeskate, kneeboard… Si tu ne comprends pas tout, n’hésite pas à aller voir leur site internet pour plus informations ou directement sur notre article dédié au wake park de Plessé. 

Concernant le matériel, il y a toujours la possibilité de louer sur place, cependant un supplément sera facturé. 

Alors, à genoux, debout sur une planche, ou tracté par un câble, le wakepark est le QG à venir tester cet été en famille ou entre potes ! Les activités sont accessibles dès l’âge de 8 ans, pour le plaisir des petits comme des plus grands 😉
Vous allez clairement kiffer vous retrouver la tête dans l’eau…

Informations pratiques

Wake Park Plessé
Route de Savenay – Etang de, Buhel, 44630 Plessé  
Tel : 06 10 23 69 40 (pour les réservations par SMS) ou 02 28 05 47 03
contact@wakeparkplesse.com
Tarifs : 28-34 € 

Toutes les infos sur leur site internet ou leur Page Facebook !

Pour plus de bons plans insolites, rendez-vous sur notre site Big City Life 😉 

L’article Le wakepark de Plessé de nouveau ouvert ! est apparu en premier sur BigCityLife.

Jardin des Plantes : Hot-Dogs et Dj Set au Café de l’Orangerie

By: Nico

Les temps changent et ça nous fait bien plaisir d’annoncer de nouveaux bons petits plans dans les rues de la Cité des Ducs. Pour ce long week-end, on vous donne rendez-vous au Jardin des Plantes avec un menu juste au top. Si on vous dit : les Hot-Dogs de chez Paws avec en plus un DJ Set d’OR’L, le tout sur la terrasse du Café de l’Orangerie…
Vous avez compris qu’on allait se mettre bien ce dimanche 31 mai et ce lundi 1er juin 😉

Paws Hot Dog & OR’L DJ Set au Jardin des Plantes de Nantes le dimanche 31 mai et lundi 1er juin 2020

paws hot dog nantesAprès une première session le 17 mai dernier, l’équipe de Paws Hot Dog nous a renvoyé un petit message qui fait bien plaisir. « Dimanche et lundi, on s’installe au Jardin des Plantes du côté du Café de l’Orangerie entre 12h et 16h… Avec en plus un DJ Set d’OR’L. Si vous voulez passer ! » Clairement, le plan est validé. On va pouvoir se faire une promenade dominicale sous le soleil au Jardin des Plantes avec un bon Hot Dog pour finir de se mettre bien.
Pour ceux qui ne connaissent pas encore les recettes de la team Paws, c’est l’occasion de découvrir leur pain maison avec une saucisse de Francfort, leur compté d’oignons au muscadet, leurs pickles de courgette au curcuma, leur moutarde au miel et évidemment leurs oignons frits et les petites herbes fraîches…

Avec en plus un DJ set en Open Air d’OR’L de 14h à 16h le dimanche 31 mai… On est juste refait ! Comme l’impression de faire un bon dans le passé 😉 
Un bon week-end en perspective…

Pour tout savoir sur Paws Hot Dog : Cliquez ici !

L’article Jardin des Plantes : Hot-Dogs et Dj Set au Café de l’Orangerie est apparu en premier sur BigCityLife.

❌