FreshRSS

πŸ”’
❌ About FreshRSS
There are new available articles, click to refresh the page.
Yesterday β€” January 23rd 2020Uncategorized

Le bon gros raciste

Le racisme, c’est mal.

Vous le savez, et on vous l’a moult fois répété. Cependant, il en va des gros racistes comme des chasseurs : il y en a des bons comme des mauvais. Et si tout le monde connait le mauvais gros raciste, celui qui tient des propos douteux un pastis à la main au Bar des Amis place de la mairie, il est temps de nous pencher sur un cas trop peu souvent abordé alors que fort répandu :

Le bon gros raciste

Primate de la famille des hominidés, le bon gros raciste est un être fascinant. Cousin urbain du gros raciste simplex, il est en effet parvenu à s’adapter à l’environnement hostile des grandes villes en ajoutant habilement le terme bon devant sa dénomination pour tromper d’éventuels prédateurs. On reconnait généralement le bon gros raciste au fait qu’il est, au même titre que le gros con, parfaitement inconscient de sa propre condition. Pourtant, il existe des symptômes qui ne trompent pas. Aussi, apprenons à reconnaître un bon gros raciste ensemble.

Entre autres, pour les gifler. Mais voyons donc.

Le symptôme du voyageur

Les premiers symptômes se déclarent généralement après un retour de voyage. Alors que l’individu pouvait jusqu’alors passer pour un être humain à peu près normal et que rien ne semblait le prédestiner à une carrière de bon gros raciste, il se met soudain à tenir un discours qui doit alerter :

« Vous savez, les gens là-bas, ils ne sont pas comme ici… »

S’ensuit alors une liste de qualités dont la longueur est inversement proportionnelle à la richesse d’un pays. Plus les gens sont pauvres, plus ils sont merveilleux. Parmi les phrases typiques que l’on entend alors, il y a « Là-bas, les gens se contentent de si peu…« , « Malgré la misère, ils sourient à la vie… » ou encore l’incontournable « Ils ont le cœur sur la main… ». Puisque c’est connu, s’ils vivent dans des maisons sans portes, c’est parce qu’ils sont les fils du vent. Et pas parce que s’ils pouvaient choisir, ils échangeraient bien contre ton appartement à deux pas de République.

S’ensuit généralement une quelconque anecdote sur la relation unique que le tout nouveau bon gros raciste a tissé avec son chauffeur, son sherpa ou le type qui lui servait le café dans la plus pure tradition des meilleures pages de Tintin au Congo. Version moderne du mythe du bon sauvage, il présente ces peuplades comme intrinsèquement joyeuses. Car tel est le secret du bon gros raciste : grâce à l’ajout d’une petite touche de paternalisme néo-colonial, il peut être raciste en toute discrétion en expliquant que ce sont des compliments.  Ce n’est pas du racisme : c’est du bon racisme. Moderne et acceptable dans toutes les bonnes soirées.

On ne dit pas… « Ces gens ont le rythme dans la peau. » comme un gros raciste.
On dit… « Là-bas, la danse fait partie de la vie pour tout le monde. » comme un bon gros raciste.

Gisèle aime comparer des peuples entiers à des classes SEGPA tout en étant persuadée que si ça ressemble à un compliment, ça va.

Le symptôme de Twitter

Lorsque le bon gros raciste a dépassé les premiers stades de sa transformation, son besoin de partager ses propos racistes (mais bien racistes, donc ça va) est si grand que tel un vieil homme qui sentant son heure venir, décide de se présenter au sénat, le bon gros raciste a un besoin irrépressible d’ouvrir un compte Twitter. L’équivalent du bistrot du coin pour le gros raciste des champs : on peut y parler très fort pour dire des choses qui ne le méritent pas, et s’embrouiller pour un oui ou pour un non. Sauf qu’un réseau social, c’est moderne et cool, comme le racisme de nos héros. Du racisme jeune, du racisme connecté.

Sitôt son compte ouvert, le bon gros raciste ne peut s’empêcher de faire des analyses politiques. Et là où le gros raciste classique voit les gens de couleur comme responsables de tous les maux du pays, le bon gros raciste voit, à l’inverse, de petits êtres à peu près aussi innocents et responsables qu’un lapin nain. Les deux sont donc finalement plutôt d’accord sur leur vision du monde, avec d’un côté des méchants et de l’autre les gentils : ils ne sont simplement pas accordés sur la couleur du lapin nain.

Ce raisonnement profond est hélas, le noyau de tout l’argumentaire du bon gros raciste, qui n’est pour le reste qu’une utilisation massive du dictionnaire des synonymes pour paraphraser son propos jusqu’à épuisement de son adversaire.

Alors que vous et moi, nous savons la vérité. Le problème des gens, ce n’est pas de savoir de quelle couleur ils sont. Non, le problème, c’est que la plupart des habitants de cette planète sont cons. Sans discriminations.

On ne dit pas…  « Ces gens-là ne sont finalement que de grands enfants ! » comme un gros raciste.
On dit… « J’aime la simplicité de ces gens… avec eux, jamais de prise de tête ! » comme un bon gros raciste.

Gros raciste contre bon gros raciste, lors de la coupe du monde du racisme 2009 organisée par Twitter.

Le symptôme de l’égocentrisme

Plus les symptômes s’aggravent, plus le bon gros raciste commence à ramener l’ensemble des débats, qu’importe le sujet, à sa personne. Il ne s’agit en effet plus d’user de raison, mais tout simplement de rappeler que son point fort est qu’il est bon. Parfois, il est aussi gros, mais l’argument est plus difficile à caser. Aussi, il en reste à cela : montrer qu’il est une bonne personne. À défaut de briller par son raisonnement, autant tenter d’aveugler l’adversaire à grand renfort de karma (un truc qu’il a découvert en voyageant en Inde… « parce que là-bas, les gens ils sont pas comme nous, tu vois »).

Et pour cela, toute occasion fait l’affaire : sur Twitter ou au café, il trouvera bien un moyen de rappeler que puisqu’il fréquente des gens de couleur, il est bon. Dit comme ça, on a l’impression qu’il fait un effort et qu’il en parle comme d’un prêtre allant donner les derniers sacrements aux lépreux, mais bon, il n’est pas raciste pour rien. Et brandira toute personne de couleur de son entourage comme une sorte de brevet ou de trophée qui le met en valeur, lui. Il y a des points bonus à gagner si on peut comparer le nombre de personnes de couleur autour de soi avec son interlocuteur : ton antiracisme, combien de divisions ?

On ne dit pas…  « Je ne suis pas raciste, la preuve, j’ai un ami noir ! » comme un gros raciste.
On dit… « Je ne suis pas raciste, la preuve, j’ai pris un acteur noir dans le rôle principal ! » comme un bon gros raciste.

Le bon gros raciste aime à montrer patte blanche.

Le symptôme de l’antiracisme à géométrie variable

Le bon gros raciste est tellement persuadé qu’il n’a rien à voir avec le gros raciste qu’il finit par lui-même se définir comme profondément antiraciste pour ne pas être confondu avec son cousin des champs. Oui mais voilà : il est justement plutôt urbain, nous l’avons dit. Aussi, on retrouve souvent chez lui un goût prononcé pour la mode. Et, l’antiracisme de façade n’étant basé comme son nom l’indique que sur les apparences, il a lui aussi ses modes.

Par exemple, généralement en ce moment, personne n’en a rien à faire des Asiatiques. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir une longue histoire avec eux, des colonies, une décolonisation qui ne s’est pas faite en douceur ou bien d’avoir eu des tirailleurs venus de l’autre bout du monde durant les dernières guerres. Ne cherchez pas : on s’en cogne. De toute façon, qui sait qu’ils étaient là, hmmm ? L’antiracisme, en ce moment, c’est l’Afrique. Y a-t-il une hiérarchie du racisme et des souffrances ? Il faudra penser à poser la question aux Amérindiens. Ah ben non, c’est vrai, il n’en reste quasiment pas, donc on s’en fout. Ils ne sont pas prêts d’avoir un film, ceux-là.

On ne dit pas…  « Il y a une hiérarchie des races ! » comme un gros raciste.
On dit… rien, mais on a ses chouchous, comme un bon gros raciste.

Michel est embêté. Lui qui s’apprêtait à se vanter d’être plus progressiste que les mecs du service logistique qui ont réussi à recruter un Afghan.

Le symptôme du bon film

Bien sûr, le cinéma n’est pas épargné. Si vous avez connu le XXème siècle – on se fait vieux – vous avez probablement connu tous ces films où grâce aux gros racistes aux manettes, on pouvait déjà prédire la base : s’il y a un noir et que ce n’est pas le personnage principal, il mourra en premier. L’exception à cette règle étant s’il a une moustache, auquel cas, il est capitaine de la police.  Il était donc quelque peu triste de voir qu’en fonction de votre couleur de peau, votre rôle et votre destin étaient tout tracés.

Heureusement, l’ère des gros racistes a touché à sa fin, laissant place à l’ère des bons gros racistes. Et là attention, ça n’a plus rien à voir. Car désormais, si un personnage est de couleur, il a 95% de chances d’être gentil et d’avoir toutes les qualités de l’univers. Et si jamais il est dans les 5% restants, rassurez-vous : il aura une histoire pour justifier de pourquoi il est devenu méchant et qu’en fait, il n’est pas vraiment responsable (cf les points précédents). Grâce à cela, vous pouvez toujours prédire qui va mourir ou non, qui aura raison plus tard dans le film, qui est en fait un gentil sous couverture ou qui va réussir à libérer la moitié du monde du fascisme en deux minutes sur un coin de table. Merci, bon racisme ! Ce serait tellement triste de vivre dans un monde où l’on ne peut pas prévoir le destin des personnages en fonction de leur couleur de peau !

Rappelons qu’avant, le rôle du personnage qui avait toujours raison dans les films américains revenait aux enfants relous. Voilà qui donne une petite idée de comment ces nouveaux personnages sont considérés.

On ne dit pas…  « J’aime pas quand les personnages de couleur sont mis sur un pied d’égalité avec les blancs. » comme un gros raciste.
On dit… « J’aime concevoir des personnages spécifiquement pour des gens de couleur. » comme un bon gros raciste.

« J’adore travailler avec ces gens, ils sont toujours de bonne humeur, c’est si rafraîchissant ! » dit le bon gros raciste.

 

Le symptôme du « vrai » restaurateur

Plus la situation s’aggrave, plus le bon gros raciste voit ses symptômes s’accentuer. Pire : plus il trouve du plaisir dans sa quête permanente d’exotisme et ressent le besoin de la mettre en avant. Généralement, cela commence par l’ajout du terme « Vrai » dans des phrases où il est question de nationalité, tout en ramenant, comme vu précédemment, tout ce qu’il peut à lui. Par exemple :

« Tu appelles ça un restaurant japonais ? Moi je connais un VRAI restaurant japonais, tenu par des VRAIS Japonais, c’est autre chose ! »

Sous-entendu : seul le Japonais peut cuisiner japonais avec talent. Alors que le bon gros raciste ne se comporte pas de la même manière avec la cuisine française. Au contraire : il sera le premier à traiter de raciste celui qui commentera l’apparence peu gauloise des cuisiniers car qui dit qu’ils ne sont pas plus français que celui qui les montre du doigt, hmmm ? Mais si ça concerne des restaurants étrangers, là, ce n’est pas pareil, c’est parti pour la distribution de brevets. Chez eux, le bon gros raciste se permet des commentaires sur ce qui est « vrai » ou non, ce qu’il ne se permettrait pourtant pas dans un restaurant franchouillard. Parfois, lors des soirées parisiennes qui s’éternisent, on peut surprendre plusieurs bon gros racistes faire un concours de qui connait le restaurant le plus « vrai » de tel type de tout Paris, chacun ne démordant pas que grâce à sa science de ces pays lointains et exotiques, lui, on ne la lui fait pas.

On ne dit pas…  « Tu as vu en cuisine ? Ce ne sont pas de vrais Français… je t’emmènerai dans un vrai restaurant français goûter la vraie cuisine française la prochaine fois.  » comme un gros raciste.
On dit… « Tu as vu en cuisine ? Ce ne sont pas de vrais Japonais… je t’emmènerai dans un vrai restaurant japonais goûter la vraie cuisine japonaise la prochaine fois. »comme un bon gros raciste.

« Attendez, je connais bien le Japon, Monsieur : je vais à la Japan Expo chaque année, on ne me la fait pas ! »

Le symptôme de la banlieue

Le bon gros raciste finit un jour où l’autre par développer un amour immodéré de la banlieue. Attention, hein, quand je dis banlieue, nous parlons ici plus des Tarterêts que de Rueil-Malmaison. Ne lui d’ailleurs parlez pas de « cité », parlez lui de « quartiers populaires ».

Il connait bien : il a vu quantité de films français sur le sujet. Aussi, selon le principe des films évoqués plus haut, le bon gros raciste a développé une vision paradisiaque de ces endroits où solidarité et entraides ne sont pas de vains mots. Il n’ira pas s’y installer pour autant – il a toujours une incroyable quantité d’excuses comme « Cela m’éloignerait de mon travail » ou « Mon club de body attack est juste à côté de mon appartement du XIIe, je ne me vois pas lâcher mon coach ! », ce qui lui permet de reproduire, plus près de chez lui, ce qu’il fait en revenant de voyage : décrire une situation de pauvreté comme une espèce de vie magnifique faite de bohème et de grandes amitiés. Ce qui n’aide pas vraiment à sortir les populations sur place de leur situation, mais nous l’avons dit : le bon gros raciste est avant tout là pour se mettre en avant, pas pour aider autrui, et ce même si pour cela, il doit vanter les mérites de barres d’immeubles dont les gens essaient de partir.

C’est le côté paternaliste du bon gros raciste : la misère, c’est sale, mais donne-moi deux minutes et je vais te dire qu’elle est magnifique, tu devrais rester dedans.

On ne dit pas…  « Quand je vais en banlieue, j’ai plus l’impression d’être en France !  » comme un gros raciste.
On dit… « Quand je vais dans les quartiers populaires, j’ai l’impression d’être au carrefour de plusieurs mondes. » comme un bon gros raciste.

Alors qu’en fait, quand on est en banlieue, on est en banlieue. Avec tout ce que cela implique de bon comme de mauvais. Mais ça, c’est déjà trop complexe.

« Non et puis tu sais, je suis contre la gentrification des quartiers. »

 

Lorsque le bon gros raciste présente ce dernier symptôme, il est dès lors considéré comme perdu. Peu de cliniques proposent pour l’instant de faire piquer vos bons gros racistes ce qui est, avouons-le, quelque peu décevant. Mais aussi signe que le bon gros racisme est en forme et devrait l’être encore pendant un bon moment. Et il a encore de beaux jours devant lui, à la télévision, au cinéma et un peu partout.

Alors n’oubliez pas : être un gros raciste, c’est mal. Et ringard. Aussi, en 2020, soyez néo-racistes : soyez un bon gros raciste.

Avec une petite touche de modernité, un racisme urbain, en rajoutant du positif dans vos termes, et en disant que vous traitez les autres différemment, mais attention, pour leur bien, alors au lieu d’un raciste, vous serez un bon gros raciste. Nul doute que des populations entières vous aduleront pour votre incroyable capacité à partager avec elles vos leçons de vie et surtout, à ne jamais les considérer exactement comme vous le feriez pour quelqu’un ayant la même couleur que vous.

Et surtout, ne doutez jamais de votre antiracisme : après tout, si vous faites l’exact opposé d’un raciste, vous êtes forcément antiracistes, pas vrai ?

Ou bien, à faire exactement l’opposé d’un gros raciste, vous êtes devenu son reflet dans le miroir.

Et ça, ça s’appelle un bon gros raciste.

F.A.Q

Que faire si je découvre un bon gros raciste dans mon entourage ?

Généralement, vous n’aurez rien à faire : il s’enfuira et vous bloquera d’abord. Et se persuadera que c’est vous le méchant :  car s’il est contre le méchant, c’est lui le gentil, donc il a raison, hop, pouf pouf, c’est bon. Notez qu’il a encore tout ramené à lui : il est fort !

Je ne suis pas raciste, comment le prouver ?

Si vous pensez qu’il existe des brevets de non-racisme à agiter, vous êtes probablement déjà du mauvais côté de la barrière.

N’empêche que moi, je connais vraiment un pays où les gens, ils sont plus zen que nous.

Laissez-les prendre la ligne 13 durant un an. S’ils survivent, vous verrez vite s’ils ont une source de zen magique en eux ou si ce sont juste des gens comme vous et moi.

Moi je peux pas être raciste, je suis de telle couleur !

La plus grande égalité entre les peuples c’est que tous, sans distinctions, ont leur lot de gros cons. Si vous pensez que vous faites partie d’un peuple qui est l’exception : félicitations, vous venez de trouver votre premier gros con.

Oui, mais systémiquement…

La connerie existe à tous les niveaux. Universelle, je vous dis.

C’est pas du racisme si c’est de la bienveillance !

Et c’est pas de la violence si je fais ça par amour, Monsieur le juge.

Je crois que je commence à présenter des symptômes : que faire ?

Devenir misanthrope : haïssez tout le monde, oui, mais sans distinction.

Raciste 3bis

Un odieux connard

Mais si, vous savez, ce genre de personne qui est tout ce que les gens du pays détestent et dont ils se foutent sitôt qu'ils sont partis.

La finale avec Nadine Morano était particulièrement impressionnante.

Tant pis ; ce soir, il ira manger éthiopien et il racontera demain comment le serveur lui a fait une ristourne tellement c'est un client trop cool.

Ce n'est pas raciste si c'est paternaliste !

Quelques instants avant la prononciation des mots appropriation et culturelle.

Et puis bon, ça manque de magasins vegans bio par là-bas.

❌