FreshRSS

🔒
❌ About FreshRSS
There are new available articles, click to refresh the page.
Today — June 2nd 202004 - DIY : Miam

Je mange bio même en rando !

Je mange bio même en rando !

Classée dans Lectures gourmandes

J’avais un secret à vous dire il y a environ deux mois. J’avais écrit un nouveau livre chez un nouvel éditeur, et il devait sortir mi-avril… Mais juste avant, bam, vous-savez-quoi. Plus de sorties de livres, plus de sorties du tout d’ailleurs…

Muesli pocket banane-café

Or, mon livre parlait justement de ce que j’aime le plus au monde : aller manger dehors !! Prendre ses pieds ou son vélo, remplir gaiement un sac à dos et partir à l’aventure en pleine nature ; marcher, courir, rouler, ramer… puis déballer quelques victuailles et savourer. Là, dehors.

Tortilla et houmous colorés

Pouvait-on imaginer livre plus inapproprié à l’heure où le monde entier était confiné ? 😉 Probable que non. Mais peut-on imaginer livre plus approprié à l’heure d’un déconfinement qui rime avec besoin de nature et d’évasion de proximité ?? Probable que non plus ! L’heure est donc venue de vous présenter mon dernier-né, que j’aime déjà de tout mon cœur…

Brownie sous les étoiles

D’abord parce qu’il a été réalisé avec une amie : mon amie Linda Louis, autrice et photographe de talent, a réalisé l’intégralité des clichés de ce livre. Elle m’a suivie en montagne, je l’ai suivie dans ses cueillettes d’ortie ou d’ail des ours… Le résultat, en tant que tel, est déjà une invitation au voyage.

Far à la purée de noisette

Ensuite, parce qu’il a été rendu possible par un éditeur qui me tient très à coeur : Terre Vivante, maison d’édition indépendante basée dans les montagnes du Trièves, à deux pas de chez moi. Si cela vous intéresse d’en savoir un peu plus sur la manière dont Terre Vivante fabrique ses livres écologiques sur le fond comme sur la forme, vous pouvez lire l’article que j’ai rédigé ici.

Balles énergétiques aux flocons d’avoine

Enfin, parce que je n’aime rien tant que préparer des nourritures nomades ! Le simple fait de savoir que je vais les savourer en pleine nature, pendant un moment de liberté absolue et dans une compagnie probablement tout aussi délicieuse, me remplit de joie. Alors, le choix de chaque ingrédient, de chaque contenant, prend tout son sens. Loin d’être une prise de tête, la préparation marque déjà le début de l’évasion…

[Extrait] Marcher en pleine nature est aussi une réparation, un massage de l’être qui mobilise tous les sens. Le bruissement du vent dans les feuilles comme les pépiements des oiseaux ou le vacarme du torrent nettoient notre espace mental. Sentir les odeurs de forêt, d’humus, de garrigue, fait appel à notre mémoire ancienne et fait renaître des sensations profondes. Toucher l’écorce, les feuilles, les pierres, sentir la chaleur du soleil sur la peau, détend et nourrit. Et puis, voir : se laisser envahir par les nuances de vert, les reliefs, la fulgurance d’une cascade ou la clarté d’un ruisseau permet de prendre conscience du caractère majestueux de la nature. Cela donne envie de la protéger : passer ne serait-ce que quelques heures en pleine nature active notre conscience écologique, elle dont nous avons tant besoin à l’heure actuelle !

Gnocchis sauce tomate-olive

Dans ce livre, je vous propose 50 recettes qui sont autant de concepts que vous pourrez adapter chez vous, et qui devraient vous rendre de fiers services en randonnée, mais aussi en rando-cyclo, en bivouac sur plusieurs jours, en camping ou simplement pendant votre pause-déjeuner au boulot !

  • Certaines se préparent à la maison, d’autres sur place, certaines mélangent un peu des deux. Toutes ont été testées et approuvées « en situation » !
  • Toutes sont végétariennes, beaucoup sont véganes, la très grande majorité est préparée avec des produits locaux.
  • Du petit-dèj au repas de fête en passant par les mini snacks, les boissons chaudes et les lunch-boxes copieusement garnies, on a pensé à tout…
  • Quelques unes sont d’inspiration nippone, parce que les Japonais sont vraiment champions dans l’art de minimiser et de transporter ! Balles de miso pour les soupes, okonomiyaki sur le réchaud, onigiri-sandwichs, furoshiki pour emballer le tout…
  • Toutes sont présentées avec des suggestions d’emballages de récup’, en mode 100% zéro déchet. Emballage comestible compris, oui oui ! 😉

Je mange bio même en rando, Recettes nomades pour balades, cyclos, bivouac, de Clea, photographies de Linda Louis, ed. Terre Vivante, 12 euros.

*C’est le moment ou jamais de soutenir votre libraire !* Commandez le livre auprès de votre libraire indépendant, il n’aura aucun mal à vous le procurer. Il est également disponible sur le site de Terre Vivante pour une livraison à domicile.

3 commentaires

  1. Rho mais tu lis dans mes pensees !! on a repris la rando/bivouac depuis mi mai (team Savoie !) et j’ai retourne les internets pour trouver des recettes pratiques, veggie, saines sans rien trouve de vraiment pertinent !
    Mille mercis ! et encore plus ravie de soutenir une maison d’edition locale !

  2. Très bel article, Clea. Et ton nouveau livre a l’air magnifique. J’aime beaucoup la toute première photo (celle avec les chaussures de rando qui sont hyper propres comme jamais j’ai vu les miennes 😉 ) et celle avec le feu de bois et la silhouette : on ne voit pas très bien mais je dirais que c’est toi…
    Et la dernière recette publiée sur le site de Linda Louis est super bonne, en plus d’être zéro déchet, même pour ceux qui n’aiment pas trop la banane comme moi.
    Bravo à vous deux !

Laisser un commentaire

Falafels au four

Falafels

Falafels

Je vous ai dit à quel point j’aime cet article sur les pois chiches ? C’est une mine ! En le relisant, J’ai eu envie de me lancer dans la recette des falafels dont je raffole. Bon, d’accord, c’est un peu laborieux dans le sens où on ne se dit pas à 18 heures : – Tiens, si je faisais des falafels ? Non non non, ça ne marche pas comme ça. Mais le résultat vaut l’organisation, je vous le promets. Anticipez et lancez-vous !

Deux petites choses en introduction. La première, les falafels ne se cuisinent pas avec des pois chiches cuits. Fuyez toutes les recettes qui vous le proposent, le résultat sera décevant. La base des falafels, ce sont des pois chiches secs que vous aurez fait tremper dans de l’eau au moins une nuit. Il n’y aura que la cuisson du four à la fin. Je vous avoue tout, j’ai oublié les miens quasi 24h dans l’eau. Ca, c’est la première chose. La seconde, je vous l’ai déjà dit, je ne suis pas très à l’aise avec la friture alors je cuis mes falafels au four. #epicetou. Et non non non si vous surveillez bien votre cuisson ils ne seront pas trop secs. Servez-les avec un petite sauce, comme celle-ci ou alors LA sauce au tahiné et vous vous régalerez.

Cette recette de falafels est une adaptation de la recette du grand, du BIG, du GÉNIAL Ottolenghi (oui, je suis fan 🙂 ), parue dans son livre Jérusalem. Comme d’habitude, ma cuillère à glace est ma meilleure amie. Et psst, un secret : si vous préparez une double ration, c’est hyper facile à congeler (avant cuisson) et à ressortir à l’improviste. Si ça c’est pas de l’épate belle mère, je demande ce que c’est.  Voilà pardon pour cette longue introduction, vous pouvez maintenant passer en cuisine, c’est parti !

Et pour les puristes, je vous donne aussi bientôt une autre recette avec cette fois-ci promis, une cuisson à l’huile 😉 .

Ingrédients pour 16 falafels :

  • 350 g de pois chiches secs à tremper au moins 12 heures dans un saladier rempli d’eau froide
  • 1 oignon jaune de taille moyenne
  • 1 petite botte de persil
  • 1 petite botte de coriandre
  • 5 brins de menthe ou ciboulette ou aneth ou basilic (ce que vous avez dans le frigo)
  • 1/2 cuillère à café de cardamome verte
  • 1 cuillère à café de cumin en poudre
  • 2 gousses d’ail hachées
  • 1 cuillère à café de sel
  • 2 tours de moulin de poivre
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1,5 cuillère à soupe de farine de blé

Pour saupoudrer avant cuisson :

  • 2 cuillères à soupe de grains de sésame pour la cuisson
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive

La veille au soir : Mettez à tremper 12 heures minimum les pois chiches dans un saladier rempli d’eau. Vous allez voir, c’est rigolo, vous aurez des petits bruits dans votre cuisine, comme des popcorns qui explosent ; la première fois, j’ai mis un temps fou à comprendre d’où ça venait, j’ai cru que j’avais une souris ! 😐 #VisMaVie

Le jour J : Pelez et coupez grossièrement votre oignon. Faire de même avec les herbes fraîches. Dans un robot mixeur, mettez tous les ingrédients (égouttez les pois chiches au préalable bien sur et séchez-les) et mixez joyeusement, assez longtemps. Attention, la texture ne doit quand même pas être trop fine, elle doit rester un peu sableuse.

Avec la cuillère à glace, faites de jolies boules que vous disposerez sur une plaque de cuisson sur laquelle vous aurez, au préalable déposé une feuille de papier sulfurisé.

Parsemez de graines de sésames et d’un filet d’huile d’olive.

Enfournez pour 20 minutes de cuisson à 190° C en chaleur tournante et grill. Surveillez bien la cuisson pour ne pas trop les cuire.

Servez avec la fameuse petite sauce au tahiné en apéro ou une jolie salade verte en entrée.

Enjoy !

 

Eggplant with Minced Pork (Mābō Eggplant)

By: Yumiko

Eggplant with Minced Pork (Mābō Eggplant) is a twist on my recipe, Mābōdōfu (Mapo Tofu). The fried eggplant wedges replace the tofu cubes, giving a richer flavour to the dish and a completely different texture to that of Mābōdōfu. The beautiful deep purple of the eggplant skin stimulates your appetite.

Hero shot of Eggplant with Minced Pork (Mābō Eggplant).

Although the flavour was modified slightly to suit to the Japanese palate, Mābōdōfu (Mapo Tofu) is a recipe from China. However, Mābō Eggplant is a Japanese invention and it is called ‘mābō nasu‘ (麻婆茄子) in Japanese. The word ‘tofu‘ (豆腐) in Mābōdōfu (麻婆豆腐) is replaced by ‘nasu‘ (茄子) which is eggplant.

Eggplant and pork mice (ground pork) are a good match. Miso and eggplant are also a good combination. It’s absolutely natural that simply replacing tofu with eggplant results in a tasty dish. Mābō Eggplant is an easy and flavoursome eggplant recipe.

What is in Eggplant with Minced Pork

The list of ingredients is very similar to Mābōdōfu. There are many seasonings used here but, like any other stir-fried dishes, once you get all the ingredients measured and ready, it is quite quick to make.

Other than the seasonings, the key ingredients are just pork mince and eggplants. I used a large eggplant and cut it into the bite-size wedges. You can of course use skinny/small eggplants instead.

Ingredients of Eggplant with Minced Pork (Mābō Eggplant).

Other ingredients needed to make Eggplant with Minced Pork (Mābō Eggplant) are split into two groups. The first group below is to season the pork mince while stir-frying and make chilli pork mince:

  • Finely minced garlic
  • Finely minced ginger
  • Finley chopped shallots/scallions
  • Salt
  • Chilli bean paste called ‘toban-djan’ (豆板醤)

The second group below is a thick sauce for the dish:

  • Water
  • Soy sauce
  • Sugar
  • Chicken stock powder
  • Cooking sake
  • Brown miso
  • Cornflour/corn starch

How to make Eggplant with Minced Pork

The major difference between the process of making Mābō Eggplant and Mābōdōfu is that the eggplant pieces need to be shallow-fried before mixing them with the mince/ground meat. This is necessary because it is very quick to stir-fry the mince and eggplants are not cooked so fast.

  1. Coat the eggplant wedges with cornflour/corn starch.
  2. Shallow-fry the eggplants until the eggplant pieces become soft inside. The depth of the oil is about 1cm / ⅜”.
  3. Stir-fry the mince, then add the flavouring ingredients to make chilli pork mince.
  4. Add the sauce ingredients, then the eggplants.

Photos of eggplant wedges coated in cornflour, Deep-fried eggplant wedges and eggplants in the meat sauce.

Coating eggplants with cornflour/corn starch before frying makes the fried eggplants moist and soft inside. This is because cornflour/corn starch does not let the moisture out of the ingredients.

Compared to Mābōdōfu, there are extra steps to fry eggplants. But it only takes less than 5 minutes to fry them.

You can freeze it!

Mābōdōfu is not suitable for freezing. Tofu becomes spongy when frozen and loses the original soft texture of Mābōdōfu. But you can freeze Eggplant with Minced Pork (Mābō Eggplant).

The best way is to freeze the meat sauce and fried eggplants separately. Adding the fried eggplants to the meat sauce is the last step in the recipe instructions anyway. So, you stop there before adding the eggplant pieces to the sauce and freeze the eggplants and the sauce in separate containers/freezer bags.

Then, thaw the meat sauce and eggplants in the microwave. If you want the eggplants to be crisper before mixing them into the meat sauce, fry them again.

Mābō Eggplant can keep a day or two in the fridge as well. But the colour of the eggplant skin may become less vibrant.

Zoomed-in photo of Eggplant with Minced Pork (Mābō Eggplant) served in a small bowl.

I recently learnt that there are a notable number of people who don’t enjoy tofu dishes. I was quite surprised about that because I think tofu is a healthy ingredient and one food that is delicious with minimal cooking.

Mābō Eggplant is the perfect dish for those people who are not fond of tofu but want to experience the great flavour of Mābōdōfu. But if you like tofu, you will find that both my Mābōdōfu below and today’s Mābō Eggplant are equally delicious!

Mabodofu (麻婆豆腐) is the Japanese name for “Mapo Tofu”, which is a Chinese dish from Sichuan province. Tofu and ground meat are stir fried with a flavoursome sauce. But the flavour of mabodofu is yet again modified to suit to the Japanese palette and not as spicy as the Chinese version of mapo tofu.

YumikoYM_Signature

Hero shot of Eggplant with Minced Pork (Mābō Eggplant).
Print

Eggplant with Minced Pork (Mābō Eggplant)

Eggplant with Minced Pork (Mābō Eggplant) is a twist on my recipe, Mābōdōfu. The fried eggplant wedges replace the tofu cubes, giving a richer flavour to the dish and a completely different texture from that of Mābōdōfu. The beautiful deep purple of the eggplant skin stimulates your appetite.
Don't forget to see the section 'MEAL IDEAS' below the recipe card! It gives you a list of dishes that I have already posted, and this recipe, so you can make up a complete meal. I hope it is of help to you.
Course Main
Cuisine Japanese
Keyword eggplant, mābō eggplant, Mābō Nasu, Mābōdōfu, mapo tofu, minced pork
Prep Time 15 minutes
Cook Time 10 minutes
Servings 4
Author Yumiko

Ingredients

  • 350g / 0.8lb eggplant cut into bite-size wedges (note 1)
  • tbsp cornflour/corn starch (note 2)
  • Oil to shallow-fry eggplants

Chilli Pork Mince

  • 200g / 7.1oz pork mince/ground pork
  • 1 tbsp oil
  • 2 tsp garlic finely minced
  • 2 tsp ginger finely minced
  • 3 tbsp shallots/scallions finely sliced
  • 3 tsp toban-djan (chilli bean paste)
  • A pinch of salt

Sauce

  • 180ml / 6.1oz water (note 3)
  • 2 tsp chicken stock powder (note 3)
  • 1 tbsp soy sauce
  • 1 tbsp sugar
  • 1 tsp cooking sake
  • 2 tsp brown miso
  • 1 tbsp cornflour/corn starch

Garnish (optional)

  • Finely chopped shallots/scallions

Instructions

  • Mix the Sauce ingredients well ensuring that the sugar is dissolved and there are no lumps of miso or cornflour.

Prepare Eggplants

  • Fill a frying pan with oil to 1cm / ⅜” deep. Heat the oil to around 170°C / 338°F.
  • While heating the oil, dust the eggplant pieces with cornflour/corn starch.
  • Gently drop the eggplant pieces into the oil (fry in batches if needed so that the oil is not overcrowded).
  • Fry for 1½ minutes until the bottom part of the eggplant pieces are slightly browned (see the photo in the post).
  • Turn them over and fry further 1 minute, then place the eggplant skin side down and fry for 30 seconds (note 4). The eggplant pieces should be slightly browned.
  • Transfer the eggplant pieces onto a tray lined with a couple of kitchen papers.

Chilli Pork Mince

  • Heat a wok or a deep frypan over high heat. When smoke starts rising, add 1 tablespoon oil, then add pork mince.
  • Stir-fry the mince, breaking up the lumps until the mince is cooked through (about 2 minutes).
  • Add the remaining Chilli Pork Mince ingredients and stir-fry for 15-30 seconds, ensuring that all ingredients are mixed well.

Making Mābō Eggplant

  • Add all the Sauce ingredients to the mince and mix lightly. When the sauce starts thickening, add the eggplants and gently mix.
  • When the sauce starts boiling, turn the heat off. Transfer to a serving bowl, sprinkle shallots over. Serve immediately.

Notes

1. I used a large eggplant. I cut it vertically into 6 wedges, then cut them perpendicular to the first cut, into the bite-size pieces.
You can use skinny/small eggplants if you want. In this case, you may only halve or quarter them vertically depending on the thickness of the eggplants.
2. You can omit cornflour coating of the eggplant pieces if you want. But cornflour-coated eggplants are juicier and moist.
3. You can substitute with 180ml / 6.1oz of chicken broth.
4. I did cook the eggplant pieces with the skin-side down at the end because I used a large eggplant and its skin is quite hard. If you are using skinny/small eggplant, you probably needn’t do this.
5. Eggplant with Minced Pork (Mābō Eggplant) can keep a day or two in the fridge but the colour of the eggplant skin may become less vibrant.
6. Nutrition pr serving. Assumed that eggplant's oil absorption % is about 12%.
serving: 228g calories: 324kcal fat: 25g (38%) saturated fat: 4.9g (25%) trans fat: 0.1g polyunsaturated fat: 3.5g monounsaturated fat: 15g cholesterol: 36mg (12%) sodium: 424mg (18%) potassium: 437mg (12%) carbohydrates: 15g (5%) dietary fibre: 3.6g (14%) sugar: 7.3g protein: 11g vitamin a: 1% vitamin c: 5.7% calcium: 2% iron: 6%

 

Meal Ideas

A typical Japanese meal consists of a main dish, a couple of side dishes, a soup and rice. I try to come up with a combination of dishes with a variety of flavours, colours, textures and make-ahead dishes.

Mābō Eggplant does not contain a lot of meat for a main dish. So, I picked a Chicken Stir Fry as a side dish. This dish was posted as a main dish but you can serve it in a small bowl as a side.

Sweet and sour Pickled Chrysanthemum Radish cleanses the palate after eating the Mābō Eggplant.

Dinner idea with Eggplant with Minced Pork (Mābō Eggplant).

The post Eggplant with Minced Pork (Mābō Eggplant) appeared first on RecipeTin Japan.

Yesterday — June 1st 202004 - DIY : Miam

Pancakes moelleux aux myrtilles

Pancakes moelleux aux myrtilles

1

Lorsque je vois toutes les recettes de pancakes qu’il y a sur le blog, je crois qu’on peut dire que j’aime ça ! Et j’espère vous aussi du coup. 😋 D’ailleurs, il faut absolument que je teste les fluffy pancakes, mais ça sera pour plus tard. Je les partagerai ici si c’est réussi.

En attendant, j’ai eu envie d’ajouter des myrtilles et des flocons d’avoines à ma pâte pour des pancakes d’été, parfaits pour le petit-déjeuner !

Pour 4 personnes :

  • 2 œufs
  • 200 g de fromage blanc
  • 90 g de farine
  • 30 g de sucre en poudre
  • ½ sachet de levure chimique
  • 2 barquettes de myrtilles
  • 20 g de flocons d’avoine

1- Mélangez le fromage blanc avec le sucre, les flocons d’avoine et les jaunes d’œufs.

2- Ajoutez la farine, la levure. Mélangez afin d’obtenir une préparation homogène.

3- Montez les blancs en neige bien ferme au batteur électrique et ajoutez-les à la préparation précédente à la spatule.

4- Faites chauffer une poêle avec un peu d’huile et réalisez un pancake en déposant deux cuillerées à soupe de préparation. Ajoutez quelques myrtilles dans la pâte.

5- Faites cuire sur feu doux quelques minutes et retournez le pancake. Laissez cuire 1 minute.

6- Recommencez jusqu’à épuisement de la pâte.

Partager

Vinaigrette à la framboise

Fruitée, crémeuse et savoureuse, elle est parfaite pour sortir vos salades vertes de l'ennui !

  • 1 c. à soupe (45 g) de framboises
  • 2 à 4 c. à soupe d'huile neutre (colza ou tournesol)
  • 1 à 2 c. à soupe de vinaigre de framboise (sinon du jus de citron)
  • 1 c. à soupe de sirop d'agave ou d'érable (ou 1 c. à café de sucre en poudre)
  • 1 c. à café de moutarde fine
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de poivre
Recette de cuisine-libre.fr
  1. Dans un bol, verser la moutarde, le sirop d'agave, le vinaigre, le sel et mélanger.
  2. Ajouter ensuite l'huile, en fouettant pour émulsionner.
  3. Poivrer à votre goût.
  4. Écraser les framboises à la fourchette pour les réduire en purée — plus ou moins fine, selon votre préférence. Pour une texture encore plus fine, filtrer au chinois pour retirer les pépins. Incorporer ensuite à la vinaigrette.
  5. Réserver au frais jusqu'au moment de servir.

Pour aller plus vite, verser tous les ingrédients dans le bol d'un mixeur. Si vous n'avez pas de framboises fraîches, utilisez de la confiture de framboises, mais sans ajouter de sirop d'agave.

Crémeuse et savoureuse, cette vinaigrette est parfaite pour rendre toutes les salades vertes plus marrantes ! Fruitée, elle accompagne bien les plats aux notes sucrées-salées.

© Recette diffusée sous CC by-sa.
Before yesterday04 - DIY : Miam

Salade de Murcie – Ensalada Murciana

By: SPHIL

  Les températures sont en hausse et les salades composées sont de retour sur notre table à l’instar de notre recette du jour, la salade de Murcie (ensalada Murciana), une recette typique de la région de Murcie dans le sud-est de l’Espagne. La [...]

Chili langue de feu

Avec l'ajout de piments fumés, ces haricots au lard sont plus qu'un peu ardents : de quoi mettre la langue en feu !

  • 18 tranches de lard, coupées en lardons
  • 5 gousses d'ail, émincées
  • 1 oignon rouge, émincé
  • 4 c. à soupe de moutarde
  • 1⅔ tasse de sucre brun, non raffiné (muscovado ou vergeoise)
  • 3 c. à soupe de sauce Worcestershire
  • ¼ tasse de ketchup
  • 6 piments Chipotle séchés entiers [1]
  • 6 tasses de haricots langue de feu [2], cuits et égouttés
  • ½ c. à café de sel marin
  • ¼ c. à café de poivre noir finement moulu
Recette de cuisine-libre.fr
  1. Cuire le lard dans une cocotte allant au four, sans ajout de matière grasse, jusqu'à ce qu'il commence à colorer.
  2. Ajouter l'ail et l'oignon émincés et faire revenir jusqu'à ce que l'oignon soit translucide.
  3. Ajouter la moutarde, la cassonade, la sauce Worcestershire et mélanger. Ajouter le ketchup, les piments et les haricots cuits et porter à ébullition.
  4. Couvrir la casserole et mettre au four. Cuire jusqu'à ce que les saveurs soient diffusées, environ 45 minutes. Assaisonner au goût avec du sel et du poivre.

Ces beaux haricots striés de flammes conjugués à l'effet du piment vous mettront la langue en feu pour célébrer, à la Pentecôte, le don de l'Esprit Saint aux Apôtres sous la forme de langues de feu au dessus de leurs têtes.

© Recette diffusée sous licence libre. Certains droits réservés.

Comment faire un gâteau au chocolat

Brownie au chocolat

Brownie au chocolat

Le gâteau au chocolat est souvent le gâteau préféré des français, des grands comme des petits. Alors oui, il y a plein de variantes, il suffit de trouver celle qui vous convient le mieux.

Chocolat ©simone-van-der-koelen CC0 unsplash

Il peut être fondant, moelleux, d’anniversaire, magique, marbré, zébré, sans gluten et sans latose, sans farine, avec des noix façon brownies, sans glutenhyper moelleux, aux amandes, aux deux chocolats, au piment d’Espelette, aux noix de Pécan, sans oeufs. il y a aussi notre préféré, la reine de saba.

Il suffit de cliquer sur les liens en rose pour voir les recettes sachant que vous ne trouverez pas ici de gâteaux avec glaçages, je n’aime pas du tout ou encore fourrés ou façon layer cake. Il s’agit là de gâteaux simples mais excellents, faciles à réaliser. Je vous conseille de les préparer avec un bon chocolat, pas trop sucré et ne contenant que du beurre de cacao en matière grasse et rien d’autres. On en trouve facilement même en grande surface et ne choisissez pas un chocolat contenant des matières grasses végétales non identifiées type huile de palme.

Pour le pourcentage de cacao, faites comme vous aimez. Je trouve qu’à partir de 60% ou 65% c’est bien car sinon c’est un peu trop sucré. Pour varier n’hésitez pas si vous aimez à utiliser un chocolat noir parfumé aux épices par exemple. Cela change et amènera une pointe d’originalité à votre dessert.

Pour le beurre, beurre doux ou salé, les deux fonctionnent. J’avoue bien aimer le côté pointe de sel.

Pour les oeufs, privilégiez les oeufs bio qui sont plus intéressants d’un point de vue nutritionnel et qui respectent bien plus le bien être des poules. Pour un gâteau plus léger, vous pouvez les monter en neige (les oeufs, pas les poules 😀 ).

Pour la farine, vous pouvez parfois en remplacer une partie par de la poudre d’amandes, par de la poudre de noisettes, utiliser de la Maïzena, de la fécule de pommes de terre, choisir des farines qui ont du goût (remplacer 20% de la quantité de farine de blé par de la farine de châtaignes), etc.

Et enfin pour le sucre, comme pour la farine, vous pouvez varier : Sucre blanc, sucre roux, vergeoise, sucre muscovado, n’hésitez pas à tester et à découvrir ce que vous aimez.

Je vous propose ci-dessous mes recettes de gâteaux au chocolat préférées et plébiscitées par les internautes. Il suffit de cliquer sur les photos pour lire les recettes.

Gâteau magique au chocoolat
Gâteau magique au chocoolat
Gâteau au chocolat fondant de Nathalie
Gâteau au chocolat fondant de Nathalie
Brownie aux noix tout moelleux
Brownie aux noix tout moelleux
Fondant au chocolat sans lait sans gluten (c) gorka arcocha CC BY-NC-ND 2.0
Fondant au chocolat sans lait sans gluten
Cake aux deux chocolats
Cake aux deux chocolats
Coulant au chocolat
Coulant au chocolat

Bon appétit !

Chili langue de feu

Avec l'ajout de piments fumés, ces haricots au lard sont plus qu'un peu ardents : de quoi mettre la langue en feu !

  • 18 tranches de lard, coupées en lardons
  • 5 gousses d'ail, émincées
  • 1 oignon rouge, émincé
  • 4 c. à soupe de moutarde
  • 1⅔ tasse de sucre brun, non raffiné (muscovado ou vergeoise)
  • 3 c. à soupe de sauce Worcestershire
  • ¼ tasse de ketchup
  • 6 piments Chipotle séchés entiers [1]
  • 6 tasses de haricots langue de feu [2], cuits et égouttés
  • ½ c. à café de sel marin
  • ¼ c. à café de poivre noir finement moulu
Recette de cuisine-libre.fr
  1. Cuire le lard dans une cocotte allant au four, sans ajout de matière grasse, jusqu'à ce qu'il commence à colorer.
  2. Ajouter l'ail et l'oignon émincés et faire revenir jusqu'à ce que l'oignon soit translucide.
  3. Ajouter la moutarde, la cassonade, la sauce Worcestershire et mélanger. Ajouter le ketchup, les piments et les haricots cuits et porter à ébullition.
  4. Couvrir la casserole et mettre au four. Cuire jusqu'à ce que les saveurs soient diffusées, environ 45 minutes. Assaisonner au goût avec du sel et du poivre.

Ces beaux haricots striés de flammes conjugués à l'effet du piment vous mettront la langue en feu pour célébrer, à la Pentecôte, le don de l'Esprit Saint aux Apôtres sous la forme de langues de feu au dessus de leurs têtes.

© Recette diffusée sous licence libre. Certains droits réservés.

Ramereaux aux olives

Jeunes pigeons sauvages aux olives.

  • 4 pigeons ramiers
    ou poules de Cornouailles
  • 3 tranches de bacon fumé, hachées
  • 3 échalotes
  • 1 oignon
  • 1 bouquet garni
  • 1,8 litre de bouillon de volaille
  • 250 g d'olives vertes dénoyautées
  • ¼ cuillère d'armagnac ou cognac
  • 1 tasse de mélasse
  • Farce
  • 225 g de bœuf haché (légèrement sauté)
  • 225 g de saucisse à l'ail française ou une saucisse douce de porc ou de veau (légèrement sautée, si elle n'est pas précuite)
  • 15 g de truffes (facultatif — à défaut utilisez du beurre ou de l'huile de truffe)
  • 2 tasses de beurre de truffe ou de beurre ordinaire
  • 1 tasse de marjolaine fraîche et de thym (facultatif)
  • muscade râpée
  • poivre, sel
Recette de cuisine-libre.fr

Prenez quatre pigeons et mettez à l'intérieur de la petite cavité une farce de saucisses, de viandes et de truffes, assaisonnée d'herbes, de noix de muscade râpée, de poivre et sel. Glissez le beurre de truffe sous la peau, avec soin, car elle est très fragile. Salez et poivrez les volailles.

Attachez-les et faites dorer dans une cocotte en fonte peu profonde. Retirez-les et faites revenir le bacon, les échalotes et l'oignon.

Ajoutez le bouquet garni, salez, poivrez. Remettez les pigeons dans la cocotte et laissez-les mijoter doucement pendant une demi-heure sans couvrir. Ajoutez des olives vertes dénoyautées qui ont été bien dessalées, ajoutez l'armagnac et laissez cuire encore 10 minutes.

Chauffez le gril.

Laissez les oiseaux cuire bien dans la sauce, puis retirez-les pour faire réduire la sauce. Délayez la mélasse avec quelques cuillères à soupe de sauce pour en badigeonner les pigeons. Mettez sous le gril quelques instants pour qu'ils brunissent.

Servez les pigeons sur un plat entouré d'olives et de la sauce filtrée qui doit être riche et épaisse. Accompagnez de riz sauvage au beurre de truffe.

La meilleure façon de déguster ces pigeons farcis est de séparer la poitrine de la carcasse pour manger poliment (et ronger les petits os après). Ils ne doivent pas être trop cuits : la poitrine doit rester rose et tendre. Vous pouvez saumurer les pigeons dans l'eau salée pendant une nuit pour les attendrir.

Ce plat succulent était le chef-d'œuvre du peintre Henri de Toulouse-Lautrec, qui lui faisait s'exclamer devant les béotiens de la peinture : « Ils n'auront jamais droit aux ramereaux aux olives, ils n'en sont pas dignes ! ».

© Recette diffusée sous Domaine public.

Filet mignon à la moutarde et à l’estragon

Filet mignon de porc, moutarde et estragon

Filet mignon de porc, moutarde et estragon

La saveur anisée de l’estragon fonctionne très bien avec les viandes comme le porc ou le poulet. J’avais dans mon frigo ce très beau filet mignon de porc noir gascon. Je me suis dit qu’avec l’estragon, de l’ail, la moutarde et un peu de vin blanc, ce serait top. Une recette facile et vite préparée, parfaite pour un déjeuner familial. A servir avec des pâtes, des carottes braisées ou une délicieuse purée maison.

Pour 4 personnes :

  • 1 filet mignon de porc  (650 g)
  • 15 g de beurre
  • 1 cuillère à soupe d’huile
  • 3 gousses d’ail
  • 3 cuillères à soupe de moutarde
  • 150 ml de vin blanc
  • 150 ml de bouillon de volaille
  • 3 brins d’estragon
  • 1 cuillère à café de Maizena diluée dans une cuillère à soupe d’eau

Épluchez et ciselez les gousses d’ail. Lavez l’estragon.

Mettez le beurre et l’huile à chauffer dans une cocotte, puis, quand il commence à crépiter, faites-y colorer le filet mignon environ 3 minutes de chaque côté (à feu vif). Enlevez le filet mignon du plat et déglacez la cocotte avec le vin blanc et le bouillon de volaille. Grattez bien pour décoller les sucs. Ajoutez les dés d’ail, la moutarde, 2 brins d’estragon et mélangez.  Mélangez à nouveau puis remettez la viande dans la cocotte. Couvrez et laissez cuire 30 minutes.

Au bout de ces 30 minutes, ôtez le rôti, ajoutez à sauce une cuillère à café de Maïzena diluée dans une cuillère à soupe d’eau, portez à ébullition, mélangez, remettez le rôti, et laissez cuire à feu doux encore 5 minutes. La sauce doit napper la cuillère.

Saupoudrez de feuilles fraîches du dernier brin d’estragon que vous ciselez (ou d’un peu de persil).

Bon appétit !

 

Ramereaux aux olives

Jeunes pigeons sauvages aux olives.

  • 4 pigeons ramiers
    ou poules de Cornouailles
  • 3 tranches de bacon fumé, hachées
  • 3 échalotes
  • 1 oignon
  • 1 bouquet garni
  • 1,8 litre de bouillon de volaille
  • 250 g d'olives vertes dénoyautées
  • ¼ cuillère d'armagnac ou cognac
  • 1 tasse de mélasse
  • Farce
  • 225 g de bœuf haché (légèrement sauté)
  • 225 g de saucisse à l'ail française ou une saucisse douce de porc ou de veau (légèrement sautée, si elle n'est pas précuite)
  • 15 g de truffes (facultatif — à défaut utilisez du beurre ou de l'huile de truffe)
  • 2 tasses de beurre de truffe ou de beurre ordinaire
  • 1 tasse de marjolaine fraîche et de thym (facultatif)
  • muscade râpée
  • poivre, sel
Recette de cuisine-libre.fr

Prenez quatre pigeons et mettez à l'intérieur de la petite cavité une farce de saucisses, de viandes et de truffes, assaisonnée d'herbes, de noix de muscade râpée, de poivre et sel. Glissez le beurre de truffe sous la peau, avec soin, car elle est très fragile. Salez et poivrez les volailles.

Attachez-les et faites dorer dans une cocotte en fonte peu profonde. Retirez-les et faites revenir le bacon, les échalotes et l'oignon.

Ajoutez le bouquet garni, salez, poivrez. Remettez les pigeons dans la cocotte et laissez-les mijoter doucement pendant une demi-heure sans couvrir. Ajoutez des olives vertes dénoyautées qui ont été bien dessalées, ajoutez l'armagnac et laissez cuire encore 10 minutes.

Chauffez le gril.

Laissez les oiseaux cuire bien dans la sauce, puis retirez-les pour faire réduire la sauce. Délayez la mélasse avec quelques cuillères à soupe de sauce pour en badigeonner les pigeons. Mettez sous le gril quelques instants pour qu'ils brunissent.

Servez les pigeons sur un plat entouré d'olives et de la sauce filtrée qui doit être riche et épaisse. Accompagnez de riz sauvage au beurre de truffe.

La meilleure façon de déguster ces pigeons farcis est de séparer la poitrine de la carcasse pour manger poliment (et ronger les petits os après). Ils ne doivent pas être trop cuits : la poitrine doit rester rose et tendre. Vous pouvez saumurer les pigeons dans l'eau salée pendant une nuit pour les attendrir.

Ce plat succulent était le chef-d'œuvre du peintre Henri de Toulouse-Lautrec, qui lui faisait s'exclamer devant les béotiens de la peinture : « Ils n'auront jamais droit aux ramereaux aux olives, ils n'en sont pas dignes ! ».

© Recette diffusée sous Domaine public.

Epinards, pois chiches et piquillos

Epinards, pois chiches et tomates

Epinards, pois chiches et tomates

En ce moment, je suis dans une série « pois chiches » 🙂 . Il faut dire que quand je vous ai demandé que faire avec des pois chiches pendant le confinement, vous avez été super réactifs et vous m’avez fait envie avec toutes vos propositions. L’un(e) d’entre vous m’a proposé une recette avec des épinards et pois chiches et cela m’a rappelé cette préparation que je voulais tester depuis un moment.

Il me semble que c’est une recette andalouse. Dans la version originale il y a du pimenton de la Vera, de la poudre de poivrons doux séchés et fumés, c’est même l’un des marqueurs de ce plat. Mais (attention les puristes), j’ai pensé que vous n’en aviez peut être pas chez vous. Alors j’ai décidé de modifier la recette, à ma sauce, et je vous propose une version avec des épinard, pois chiches et piquillos, en direct de votre placard. Les piquillos, je les trouve dans n’importe quel supermarché (au cas où).

Pratique par les temps qui courent non ?

Ouvrez donc vos placards et sortez une boite de pois chiches cuits, bio de préférence (ou, encore mieux, faites-les cuire vous-mêmes après trempage), des piquillos, une bonne sauce tomate et des épinards. Pour les épinards, j’avais 800 g d’épinards frais dans mon frigo, mais si vous avez une version congelée ou en boite, cela pourra aussi faire l’affaire. Juste, SVP, ne l’ébruitez pas 😀 .

Ce repas végétarien est complet et savoureux. Si vous avez des gros mangeurs à la maison, (au hasard des adolescents #VisMaVie), vous pouvez préparer un riz blanc pour compléter à côté. Sinon, vous pouvez aussi le cuisiner avec des merguez ou des chipos. A vous de voir.

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 800 g d’épinards frais (ou 400 g en boîte ou congelés)
  • 1 petite boîte de piquillos (200 g)
  • 320 g de pois chiches cuits en boite et égouttés (une grosse boite, et avec le reste je fais ça)
  • 1 boîte de tomates concassées (400g)
  • 1 pincée de cumin en poudre
  • 2 gousses d’ail
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de poivre
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive

Epluchez les gousses d’ail et coupez-les en dés. Lavez les épinards. Dans une grande poêle, faites-les sauter avec 1 cuillère à soupe d’huile d’olive et les gousses d’ail hachées. Salez et poivrez. Réservez.

Egouttez les piquillos et coupez-les en cubes.

Versez une cuillère à soupe d’huile d’olive dans votre poêle, faites-revenir 3 minutes les pois chiches égouttés. Quand ils sont dorés, ajoutez les tomates concassées, les piquillos, la pincée de cumin et les épinards. Assaisonnez et faites revenir 10 minutes à feu moyen.

Servez aussitôt, c’est délicieux !

bon appétit !

Résultat du défi "Moyen Âge et Cuisine Médiévale"

By: SPHIL

Voici les 3 recettes gagnantes du défi du mois de février sur le site Recette.de pour lequel nous étions membres du jury et dont le thème était "Moyen Âge et Cuisine Médiévale" - Qu'y a-t-il de bon à manger sur la table ronde ? Un thème [...]

Le houmous de Jerusalem

Houmous

Houmous ©Orly Peli-Bronshtein

Amis des internets, le 13 mai avait lieu la journée internationale du …….  houmous 😀 .

Oui oui, vous l’ignoriez peut être mais ils l’ont fait. A cette occasion, l’Office de Tourisme d’Israël avait organisé un atelier à distance en ligne avec Ariel Rosenthal et Orly Peli-Bronshtein qui nous ont livré leurs secrets pour réaliser LE houmous.

Ariel Rosenthal est un chef basé à Tel Aviv. Son restaurant Hakocem (le magicien) est l’un des temples de la Street Food locale. Il expliquait lors de cet atelier que depuis 19 ans il préparait du houmous tous les jours. Il en est devenu (forcément) l’un des spécialistes mondiaux et a même écrit un livre sur le sujet avec Orly Peli-Bronshtein, une journaliste culinaire.  On the Hummus route (sur la route du houmous) n’est malheureusement pas encore traduit en français mais voici ci-après l’une des recettes phare du livre, le houmous de Jerusalem (la version d’Orly).

Elle est exprimée en tasses. Beaucoup d’entre vous l’ignorent certainement mais dans toute une partie du monde on n’utilise pas les grammes mais des tasses mesure. Si vous n’y comprenez rien, je vous renvoie à cet article : A propos des tasses mesure et des cuillères mesure. Vous verrez, ce n’est finalement pas si compliqué.

Voici la recette pour 4 personnes :

  • 1 tasse et demi de pois chiches secs. Il est préférable de prendre des pois chiches secs de petite taille. Réservez ceux de plus grande taille pour la préparation des falafels par exemple.
  • 120 ml de liquide de cuisson des pois chiche (1/2 tasse)
  • 1 cuillère à café de bicarbonate de soude
  • 1 tasse de tahinéAriel recommande à l’instar de Yotam Ottolenghi, la marque Al Arz.
  • 120 ml de jus de citron
  • 1,5 cuillère à café de fleur de sel
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive

Rincez les pois chiches, mettez-les dans un grand récipient. Couvrez d’eau (qu’il y en ait au moins 5 cm au dessus des pois chiches) et laissez tremper pendant 12 à 24 heures. Changez l’eau toutes les 6 heures.

Au bout de ce laps de temps, rincez-les et mettez les dans une casserole (toujours 5 cm d’eau au dessus des pois chiche). Ajoutez le bicarbonate et portez à ébullition. Ôtez l’écume qui se forme à la surface. Laissez cuire environ 1 heure à petite ébullition et sortez l’équivalent d’une cuillère à soupe de pois chiches qui seront utilisés pour le service. Continuez la cuisson du reste pendant 20 à 30 minutes, le temps que les pois chiches soient très mous et se désagrègent vraiment dans le liquide de cuisson. Laissez refroidir et transférez dans une boite hermétique avec le liquide de cuisson (c’est l’un des secrets. Vous verrez, le liquide devient gélatineux). Laissez refroidir au réfrigérateur pendant 5 heures. A ce moment de la recette, vous pouvez même conserver les pois chiches dans la boite pendant 2 ou 3 jours, toujours au réfrigérateur bien sûr.

Quand les pois chiches ont refroidi, mixez-les avec 120 ml de liquide de cuisson pendant 3 minutes jusqu’à obtenir une purée lisse et crémeuse.

On mixe les pois chiches

On mixe les pois chiches ©Orly Peli-Bronshtein

Ajoutez la moitié du tahiné, la moitié du jus de citron et la pincée de sel et continuez de mixer 2 minutes. Ajoutez l’autre moitié du tahiné et goûtez pour ajouter plus ou moins du citron restant en fonction de vos goûts. Laissez reposer au réfrigérateur quelques heures, le houmous va se stabiliser.

Servez le houmous dans un plat un peu profond avec les pois chiches réservés lors de la cuisson (faites-les tiédir, c’est encore meilleur), et arrosez d’huile d’olive. Accompagnez de l’indispensable pain pita.

Succulent !

 

Tarte rustique aux cerises

By: SPHIL

  Il est revenu le temps des cerises... mais il est bien court le temps des cerises... alors profitons-en ! Notre première tarte rustique de l'année sera aux cerises acrobatiquement cueillies par nos amis Anne-Marie et Manu. Une tarte simple [...]

Bricks aux sardines, citron confit et piquillos

Bricks sardine piquillos

Bricks sardine piquillos

Je ne prépare pas souvent des bricks. Et pourtant chaque fois que j’en fais, je trouve cela délicieux. C’est grâce au post que faire avec une boite de sardine que j’ai eu l’idée d’en cuisiner pour cette collaboration avec La Conserve. Des conserves nous en avons tous, et d’ailleurs, si vous cherchez des idées qui changent pour les égayer, je vous conseille ce podcast créé par La Conserve et Eric Roux, la famille cuisine (clic). Que vous ayez une boite de boudin, de houmous, de petits pois etc. vous y découvrez des astuces qui apportent le petit truc qui change tout. Je ne sais pas si vous avez succombé à la folie podcasts ?

La recette que je vous propose aujourd’hui est vraiment excellente et cela change. Vous pourrez vous régaler de ces bricks à l’apéro, en pique-nique, en entrée, ou même en plat complet avec une petite salade verte. C’est très sympa. Je les cuis au four parce que la friture et moi ne sommes pas très copains (je flippe toujours un peu) et je trouve que la cuisson au four donne un résultat plus léger et très satisfaisant.

Pour 8 bricks :

  • 4 feuilles de brick
  • 1 boite de sardines à l’huile (135 g / 100 g net égoutté)
  • 1 boite de piquillos
  • 1/2 tranche de citron confit (salé)
  • 1 cuillère à soupe de jus de citron
  • 2 cuillères à soupe de persil plat ciselé
  • 1 pincée de sel
  • 1 pointe de couteau d’harissa
  • 10 g de beurre
  • 2 cuillères à soupe de graines de sésame.

Égouttez les sardines, fendez-les en deux et ôtez l’arête centrale. Écrasez les grossièrement à la fourchette. Prélevez 4 piquillos dans la boite et coupez-les en petits cubes. Prenez une demi tranche de citron confit que vous coupez en petits dés.  Lavez, séchez et ciselez-le persil.

Mettez le tout dans un saladier, ajoutez 1 pincée de sel, 1 pointe de couteau d’harissa et 1 cuillère à soupe de jus de citron. Mélangez.

Ingrédients

Ingrédients

Coupez les feuilles de brick en 2.  Badigeonnez-en une moitié avec le beurre fondu. Ajoutez une petite cuillère à soupe de farce et pliez en forme de triangle. Re badigeonnez d’un peu de beurre fondu. Faites ainsi pour les 7 autres bricks.

Déposez-les sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Saupoudrez de grains de sésame.

Bricks avant cuisson

Bricks avant cuisson

Enfournez dans un four préchauffé à 200°C pour 10 minutes de cuisson.

Brick Sardines piquillos citron

Brick Sardines piquillos citron

A servir à l’apéro ou bien en entrée (ou plat complet) avec une petite salade.

Japanese Beef and Rice (Beef Takikomi Gohan)

By: Yumiko

This Japanese Beef and Rice (Beef Takikomi Gohan) recipe is a great addition to your Takikomi Gohan collection. It is very easy to make and the rice is full of beef flavour. It is so delicious that you don’t need anything to go with it.

Hero shot of Japanese Beef and Rice in a bowl.

I had this Beef Takikomi Gohan at my sister’s place in Tokyo. The aroma of the beef cooked in the soy-based sauce was so good that I had to go to the kitchen and find out what was going on in there. Before eating the cooked rice with beef, which was delicious, I had already made up my mind to post this dish.

When you hear ‘beef and rice’, you might imagine Gyū-don – Japanese Beef Bowl.  While Gyū-don is a bowl of rice topped with simmered beef and onion, Japanese Beef and Rice is rice cooked with flavoured beef.

Three dish names for Japanese Beef and Rice

Today’s dish is known by three different names in Japan. I used one of them in the post title, i.e. Beef Takikomi Gohan. It makes sense because the definition of takikomi gohan is rice cooked with ingredients.

The dish is also called ‘gyūmeshi’ (牛飯) in Japanese, which means beef rice. The word ‘gyū’ (牛) means beef or cow, and ‘meshi’ (飯) is cooked rice in this context.

As I often use in my mixed rice recipes such as Gomoku Gohan, Takenoko Gohan, cooked rice is also called ‘gohan’ (ご飯). Using this terminology, it is also called ‘nikugohan’ (肉ご飯) and this is the third name. It means cooked rice with meat and this is what my sister calls it.

Zoomed-in photo of the rice with a piece of beef picked up with chopsticks.

The name ‘nikugohan’ does not represent the dish accurately. The word ‘niku’ (肉) means meat so you can use pork or even chicken to cook the rice with.

The kanji character for cooked rice is 飯 and it can be read as either ‘meshi’ (the accent is on ‘shi’) or ’han’ (Japanese kanji characters can often be read in two ways). The word ‘gohan’ is made of ‘han’ with the prefix ‘go’ (ご) which denotes politeness.

Incidentally, ‘meshi’ and ‘gohan’ can also mean meal. In this case ‘meshi’ is the word used only by some men, while females and the rest of the men call the meal ‘gohan’.  It sounds rough-mannered when you call the meal ‘meshi’.

Ingredients of Japanese Beef and Rice (Beef Takikomi Gohan)

Other than the seasonings to add to the flavouring, all you need is rice, sliced beef and minced ginger.

Ingredients of Japanese Beef and Rice (Beef Takikomi Gohan).

  • Rice – I used short grain rice. If you are fond of mochigome (sticky rice), you can mix some into the short grain rice to give the cooked rice a sweeter flavour. Long grain rice can work, but the cooked long grain rice will not have a sticky texture like the short grain rice and it can be difficult to pick up the rice with chopsticks.
  • Beef – you need thinly sliced beef with a bit of fat, cut into large bite size pieces. I used thinly sliced wagyu beef suitable for Sukiyaki. A bit of marbled fat melts into the rice when cooked and gives a great flavour to the Takikomi Gohan. If you are not using Wagyu beef, try to get premium-quality meat with a bit of fat on it.
  • Ginger – I minced the ginger but if you enjoy the distinct flavour of ginger, you can julienne it finely.
  • Flavouring – the flavouring sauce consists of 2 parts soy sauce, 2 parts mirin and 1 part cooking sake. No dashi stock or beef stock is required.

If you are mixing mochigome and short grain rice, you need to adjust the amount of water to cook the rice as sticky rice does not require as much water as other rice grains. Please visit my post Gomoku Gohan (Japanese Mixed Rice), which explains how to work out the quantity of water required.

Cooking Japanese Beef and Rice is Easy

Cooking is as simple as the ingredients.

Step-by-step photo of cooking Beef Takikomi Gohan.

  1. Sauté the ginger and the beef with a bit of oil.
  2. Add the flavouring to the beef and cook until the beef just changes the colour.
  3. Drain the sauce and reserve it.
  4. Put rice, water and the sauce in a pot or a rice cooker.
  5. Spread the beef over the rice and cook rice just like cooking plain rice.

Please use my recipe, How To Cook Rice The Japanese Way to cook the rice and work out the quantity of liquid required. The only difference is that the amount of water is made up of the sauce and water, and beef pieces are on the rice.

Japanese Beef and Rice (Beef Takikomi Gohan) is so tasty that I always eat too much rice. It is a great rice dish and is perfect for a bento box too.

Too-down photo of Japanese Beef and Rice in a bowl.

YumikoYM_Signature

Japanese Beef and Rice in a bowl.
Print

Japanese Beef and Rice (Beef Takikomi Gohan)

This Japanese Beef and Rice recipe will be a great addition to your Takikomi Gohan collection. It is very easy to make and the rice is full of beef flavour. It is so delicious that you don’t need anything to go with it.
Prep Time does not include time to soak rice.
Don't forget to see the section 'MEAL IDEAS' below the recipe card! It gives you a list of dishes that I have already posted and this recipe that can make up a complete meal. I hope it is of help to you.
Course Rice
Cuisine Japanese
Keyword beef and rice, sliced beef, takikomi gohan
Prep Time 10 minutes
Cook Time 30 minutes
Total Time 40 minutes
Servings 6
Author Yumiko

Ingredients

  • 360ml / 12.1oz short grain rice (note 1)
  • 120-150g / 4.2-5.2oz wagyu beef very thinly sliced (note 2)
  • 10g / 0.4oz ginger minced
  • 1 tsp oil

Flavouring

  • 2 tbsp soy sauce
  • 2 tbsp mirin
  • 1 tbsp cooking sake

Instructions

  • Wash rice and prepare for it as per How to Cook rice The Japanese Way up to the steps just before cooking. Reduce the amount of water in the pan by 50ml. (note 3)
  • If the beef slices are large, cut them into about 4cm x 7cm / 1½“ x 3" strips.
  • Heat oil in a frying pan over medium high heat.
  • Add ginger to the pan and cook for 30 seconds or so, then add the beef.
  • Sauté the beef, separating each slice, until most of the beef slices turns brown.
  • Add the Flavouring ingredients to the pan and bring it to a boil. Remove the pan from the heat.
  • Drain the sauce from the pan into a measuring cup, leaving the beef in the pan. You should have about 50ml of the sauce (note 4).
  • Add the sauce to the pan with the rice and mix, ensuring that the colour of the liquid is even.
  • Place the beef on the rice spreading gently to cover the surface of the rice.
  • Cook the rice as per the instructions in How To Cook Rice The Japanese Way.
  • When mixing the rice, ensure that the beef pieces are evenly scattered. Serve while hot.

Notes

1. If you wish, you can mix mochigome (sticky rice) with short grain rice. Since sticky rice does not require as much water to cook as other types of rice, you need to adjust the total amount of liquid to cook the mixed rice. Please see my post Gomoku Gohan (Japanese Mixed Rice) to work out the amount of water required.
2. Wagyu beef releases better flavour into the rice because marbling fat melts into the rice. If you are not using Wagyu beef, try to get premium-quality meat with a bit of fat such as top sirloin, strip loin or rib eye steak.
I used sliced Wagyu beef for Sukiyaki. It is important to use beef meat that is very thinly sliced so that the meat is tender when cooked.
3. If you are using a rice cooker, fill the water with the washed rice to the level for short grain rice, then remove 50ml / 1.7oz from it.
4. If you do not have enough sauce, add water to make it up to 50ml / 1.7oz.
If you have more than 50ml / 1.7oz, remove more water from the pan/rice cooker so that the total amount of water + sauce is the quantity of liquid required to cook rice.
E.g. if you have 60ml /2oz of sauce, remove 10ml / 0.3oz of water from the pan/rice cooker as you already reduced the water by 50ml / 1.7oz at the beginning.
5. Nutrition per serving.
serving: 154g calories: 245kcal fat: 4.2g (6%) saturated fat: 1.5g (8%) trans fat: 0.1g polyunsaturated fat: 0.4g monounsaturated fat: 2g cholesterol: 15mg (5%) sodium: 314mg (13%) potassium: 85mg (2%) carbohydrates: 40g (13%) dietary fibre: 0.7g (3%) sugar: 2.3g protein: 8.9g vitamin a: 0% vitamin c: 0.1% calcium: 1.4% iron: 15%

 

Meal Ideas

A typical Japanese meal consists of a main dish, a couple of side dishes, a soup and rice. I try to come up with a combination of dishes with a variety of flavours, colours, textures and make-ahead dishes.

Since this rice dish contains beef, I thought the main should have a smaller quantity of protein. A dish that you can easily adjust the serving size of, such as Nanbanzuke, would be good. I like the idea of having fish along with the rice with beef.

I chose Nasu Dengaku and Spinach Ohitashi Salad as they add different textures and colours to the meal.

Dinner idea with Japanese Beef and Rice (Beef Takikomi Gohan).

The post Japanese Beef and Rice (Beef Takikomi Gohan) appeared first on RecipeTin Japan.

Tarte au citron meringuée (meringue italienne)

By: Stella

Recette de Tarte au citron meringuée (meringue italienne)

Je vous avais déjà proposé une recette de tarte au citron il y a quelques années, mais jai voulu vous proposer une version un peu plus technique mais qui apporte vraiment plus de gourmandise. Il s’agit ici de réaliser une meringue italienne : comme la française, il s’agit d’un mélange de blanc d’oeufs montés avec du sucre, à ceci près que le sucre est cette fois cuit. Cela permet d’avoir une meringue plus soyeuse, qui tient mieux si vous préparez le dessert à l’avance, et qui convient aux femmes enceintes puisque cela cuit les blancs. Pas mal non ? En matériel il vous faudra impérativement : un batteur électrique, un thermomètre de cuisine et un chalumeau.
❌