FreshRSS

🔒
❌ About FreshRSS
There are new available articles, click to refresh the page.
Today — October 18th 2019Bridge> Papilles & Pupilles

Pappardelle au lapin, olives et pistaches

Pappardelle au lapin, olives et pistaches

Pappardelle au lapin, olives et pistaches

Il y a quelques semaines j’ai assisté au déjeuner de lancement du livre La Pasta Allegra de Sonia Ezgulian et Alessandra Pierini. Je voulais partager avec vous un peu de ce déjeuner plein de gaieté en vous proposant la recette dégustée, les papardelle au ragoût de lapin, olives et pistaches, ou, en italien in the text, les papardelle al ragù di coniglio, olive e pistacchio. Elle est extraite du livre et c’est un régal ! A consommer sans modération. Pour le lapin, vous trouvez en grande surface plusieurs marques avec le logo Bleu Blanc Coeur. C’est vraiment intéressant côté santé/nutrition car il y a des omega3.

Pour 4 personnes – Préparation : 20 minutes – Cuisson : 55 minutes

  • 400 g de pappardelle Garofalo (pâtes longues et larges)
  • ½ lapin coupé en morceaux
  • 1 verre de vin blanc sec
  • 2 gousses d’ail
  • 20 g de pignons
  • 20 g de pistaches concassées
  • 20 olives taggiasche dénoyautées à l’huile d’olive
  • 4 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 tige de romarin
  • 2 feuilles de sauge
  • 1 brin de marjolaine
  • 1 brin de thym
  • 1 feuille de laurier
  • 1 pincée de sel fin
  • 1 pincée de poivre du moulin

Hachez finement les herbes aromatiques sauf le laurier à incorporer en feuille entière. Déposez toutes les herbes dans une cocotte avec l’huile d’olive, les gousses d’ail écrasées et les morceaux de lapin. Laissez revenir à feu moyen et remuez. Déglacez avec le vin blanc. Ajoutez les olives, les pignons, un peu de sel et poivre. Couvrez et laissez cuire à feu doux 30 à 40 minutes et retournez les morceaux de lapin de temps en temps pour avoir une cuisson uniforme. N’hésitez pas à incorporer un peu d’eau si nécessaire, il faut que le résultat soit assez liquide et velouté pour bien enrober les pâtes ensuite.

Sonia & Alessandra

Sonia & Alessandra

Faites cuire les Pappardelle Garofalo selon les indications sur le paquet. Quand la cuisson de la viande est terminée, retirez les morceaux de lapin et désossez-les puis incorporez la viande effilochée dans la cocotte. Égouttez les pâtes, plongez-les dans le ragoût bien chaud avec les pistaches, arrosez d’un filet d’huile d’olive, mélangez et servez.

Succulent ! Bon appétit !

Le livre : La pasta allegra: L’art de vivre à l’italienne – Sonia Ezgulian et Alessandra Pierini – Editions de l’Epure – 19 €


Bon appétit !

Before yesterdayBridge> Papilles & Pupilles

L’Avant Comptoir du Palais Bordeaux

Avant Comptoir du Palais

Avant Comptoir du Palais

Les travaux ont duré longtemps, très longtemps mais cela y est, Julien Camdeborde a ouvert le 14 octobre l’Avant Comptoir du Palais, le petit frère de l’Avant Comptoir Saint Germain que les parisiens connaissent bien et qui appartient à son oncle, Yves Camdeborde.

On retrouve à Bordeaux les mêmes recettes qui ont fonctionné à Paris : Une carte de 60 tapas terre, mer, et marché. Pour choisir, il suffit juste de lever la tête et hop 🙂 .

60 Tapas

60 Tapas

On peut également choisir les suggestions du chef et des planches à partager. On retrouve bien sûr l’esprit Sud Ouest, la générosité, la convivialité et l’authenticité. Les fournisseurs de l’établissement sont listés sur un grand tableau noir et vous pourrez goûter par exemple l’excellent pain au maïs de Christophe Assemat (l’Amis des pains à Lons ) ou encore les charcuteries d’Eric Ospital.

Tableau des fournisseurs
Tableau des fournisseurs
Pain au maïs et au piment d'Espelette - Constanti
Pain au maïs et au piment d’Espelette – Constanti
Sel de Salies de Béarn
Sel de Salies de Béarn
Charcuterie Ospital et Camdeborde
Charcuterie Ospital et Camdeborde

Avec mon mari nous avons partagé une poêlée de cèpes jambon Ibaïama et une excellente côte de boeuf servie avec une poêlée de légumes maison mélangeant des légumes cuits, crus et petits pickles. C’était absolument délicieux.

Poêlée de cèpes jambon Ibaïama
Poêlée de cèpes jambon Ibaïama
Côte de boeuf et petits légumes
Côte de boeuf et petits légumes

C’était vraiment excellent. En plus l’ambiance est très sympa et la déco vraiment chouette. C’est un endroit où l’on a envie de venir avec des copains et de refaire le monde 😉 Vous voyez le genre ? L’endroit est ouvert 7 jours sur 7 de 12 h à 23 h.

Avant Comptoir du Palais Bordeaux
Avant Comptoir du Palais Bordeaux
Avec Julien Camdeborde
Avec Julien Camdeborde
Tchin et bonne chance
Tchin et bonne chance

L’Avant Comptoir du Palais, 2 place du Palais, 33 000 Bordeaux
Téléphone : 05 57 14 94 85

Des astuces pour ne plus gaspiller de nourriture au quotidien

Poubelles ©christels CC0 Pixabay

Poubelles ©christels CC0 Pixabay

Stop the Waste

Stop the Waste

Aujourd’hui a lieu la journée mondiale de l’alimentation  et dans ce cadre je voulais vous faire connaître Stop the Waste un mouvement lancé par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) des Nations Unies. Il vise à mettre en lumière le problème mondial du gaspillage alimentaire et à rappeler certaines solutions simples que nous pouvons tous adopter pour prévenir les déchets alimentaires. Je pense que nous avons toutes et tous notre rôle à jouer. Nous devons cesser de gaspiller. Ce n’est pas qu’une question de nourriture. C’est aussi une question d’argent, de travail, de ressources telles que l’énergie, la terre, les semences et l’eau qui font partie de la production alimentaire.

Bref.

J’ai souhaité moi aussi rejoindre ce mouvement parce que je me sens clairement concernée. Je vous ai donc demandé il y a quelques jours sur Facebook de bien vouloir partager vos bonnes pratiques anti gaspillage et voici donc vos conseils. J’ai adoré vous lire et il y a plein de choses que je ne pratiquais pas (comme la semaine sans achat) et que je vais maintenant faire. N’hésitez pas vous aussi à ajouter vos astuces par le biais des commentaires.

Je finis juste en vous disant qu’en cliquant ici, vous retrouverez toutes mes recettes spéciales restes.

Bonne lecture.

Astuces anti gaspillage quand vous faites vos courses

Faire ses cours ©Pexels CCO Pixabay

Faire ses cours ©Pexels CCO Pixabay

 

Jenna M : Ne jamais remplir à fond son frigo !

Céline Ciloubidouille : Je fais des semaines zéro achat. On vide les placards et on mange ce qu’il y a. Ce ne sont pas les semaines les plus diététiques mais on y voit plus clair et on perd moins

Florence D : Plus de gros chariots de course, que l’essentiel. Que des produits de saison.

Sylvie M : J ’achète les fruits et légumes de saison. Je fais ma liste de recettes à faire pour la semaine et fais une liste de ce dont j’ai besoin.

Laetitia B : je prépare les menus à l’avance avec les quantités notées dans les recettes.

Emmanuelle L : Pour m’empêcher de jeter, la technique qui me convient c’est d’acheter quasi chaque jour ce que je prépare. Je me lance régulièrement le défi du repas sympa alors que le frigo est quasi vide. Attention cette technique ne plaît pas du tout aux enfants 😉 .

Christelle V : Je n’achète que ce que j’ai prévu dans les menus.. je ne jette rien.

Marjorie M : Acheter ce dont on a besoin uniquement.

Luna P : Ne pas blinder son frigo, toujours être capable de savoir ce qu’il y a dedans quand on regarde en ouvrant la porte (rien de caché au fond).

Astuces anti gaspillage quand vous cuisinez

Poubelle ©Pixabay

Poubelle ©Pixabay

Valérie G : Pour les légumes je congèle toutes les épluchures et je fais des bouillons idem pour les bouts de viandes…je ne jette jamais rien..et les graines de cucurbitacées au
compost…quelques belles fleurs en l’été !

Charlotte DM : Je garde mes épluchure de légumes (au congélateur) pour faire du bouillon. Idem pour les carcasses de poulet, os, etc…

Lara M  : plus de tabou sur les DLC. On ouvre et on goûte même si date dépassée de plusieurs mois. Et on s’aperçoit que l’on peut vraiment manger des yaourts longtemps après la date. Idem le saint Moret que j’ai toujours dans mon frigo pour au cas où (cheesecake, soupe, tapas apéro).

Luna P : Ne pas trop se prendre la tête avec les dates de péremption à 2 jours près (en cas de doute se fier à l’aspect et à l’odeur) et ne pas en tenir compte pour l’épicerie sèche (et si ça a vraiment trop trainé, ne plus en racheter).

Sabsab M : Epluchures de pommes bio dans la friteuse type « presque sans huile » pour faire des chips de pomme. Et chez nous, jamais de pain sec. À la fin de la journée nous coupons le reste du pain du jour en morceaux prêts à manger et nous les congelons. Nous les sortons au fur et à mesure pour le petit déjeuner. Décongélation directement au grille-pain.

Sabsab M : En été nous faisons souvent de la soupe aux fanes de radis.

Sabsab M : Pour utiliser des blancs d’oeufs, nous faisons parfois des omelettes blanches aux herbes pour l’apéro. Ou les traditionnelles meringues bien sûr.

Agnès G : Je ne jette rien. Si je n’ai besoin que de jaunes d’oeufs pour une recette, je congèle les blancs dans un pot de confiture et les utilise ultérieurement. Quand j’achète des betteraves fraîches, j’utilise les fanes que je fais revenir avec une échalote et une pointe de crème pour accompagner une viande grillée, c’est délicieux !

Caro F. : En achetant des légumes bio, je cuisine presque toutes les épluchures …

Margot A. : Je garde les déchets des poissons ou fruits de mer (têtes, coquillages) pour faire un fumet (qui sert à merveille dans un risotto).

Julie D : Les têtes de crevettes, j’en fais de la bisque.

Vivi SP : Perso, un reste de légumes cuits va compléter une soupe fraiche. Un reste de pâtes va donner un d&but de salade de nouilles. Les branches de fenouil, le « cul » de la salade chinoise etc partent dans un sachet au congélateur pour compléter les soupes.

Epluchures de pommes de terre ©sonja_paetow

Epluchures de pommes de terre ©sonja_paetow CC0 Pixabay

Florence D : Des soupes et confitures avec les fruits et les légumes trop matures, coulis de tomates. Des puddings avec le pain sec.

Verlaine R : Je congèle le jus filtré des moules marinières pour en faire ultérieurement des sauces pour les poissons ou les gratins de fruits de mer.

Sylvie M : Je ne jette jamais les fruits et légumes ou pain, je fais des soupes, compotes, …

Frédérique G : Avec les restes aux quels j’ajoute des oeufs, de la crème ou du lait et du fromage et cuisson au four ,je fais mon fameux Fourzytout ! Jamais pareil, toujours délicieux !

Drane S : Je fais de la chapelure avec du pain rassis, ou du pain perdu pour le p’tit déj ; La soupe avec les tiges du cresson ou autres légumes et  je congèle les restes de sauces bolognaises et avec plusieurs restants je fais des lasagnes…

Anne Sophie E : Avec des légumes bios je garde les chutes (vert de poireaux, bouts de carottes, etc) dans un sac au congélateur et quand il est plein je m’en sers pour faire un bouillon.

Laurence L : ici aussi menu « restes » ! On présente sous forme de tapas, chacun picore ce qu’il souhaite. Les enfants adorent et on ne jette quasi rien. Sinon épluchures de pomme de terre lavées séchées et mises à sécher au four pour faire des chips rustiques. Idem graines de courges pour picorer à l’apéro. Les salades flétries vont dans la soupe.

Géraldine L : Les champignons : queues et peaux, en velouté.

Claude, la cigogne : Des soupes avec des légumes fatigués, des salades avec des légumes cuits ( reste de légumes de pot au feu), des quiches ( à la choucroute par exemple), du pain perdu sucré ou salé, et des mélis- mélos quand il me reste un petit peu de légumes cuits, des compotes avec les fruits.

Cathy T : J’ai acheté des ramequins et j’y mets les « restes », j’ai toujours une pâte brisée ou feuilletée au congélateur pour faire quiche, tourte… avec ces restes. Sinon je fais des petits matefaims en rajoutant œuf et farine. Je ne jette rien.

Luna P : mettre les restes au frigo et les cuisiner très rapidement (je ne mets pas au congélateur parce que j’oublie).

Valérie B : Moi je ne jette rien. J ai investi sur une machine de mise sous vide, le Be Save de chez Demarle. (on met dans du verre et pas du plastique).

Aude R : Je congèle les fonds de plats en sauce dans des minis moules à gâteaux. Et comme ça j’ai une sauce pour les jours de flemme, sur des pâtes, du riz…

Cécile CG : J’ai toujours un repas par semaine où l’on met tous les restes sur la table !

Astuce anti gaspillage au moment du repas :

Luna P : Ne pas servir les enfants mais les laisser se servir en leur demandant de manger tout ce qu’ils prennent et en précisant qu’ils pourront se resservir, ça évite vraiment le gaspillage et les enfants apprennent la satiété naturellement.

Cantine scolaire ©wavebreakmedia shutterstock

Cantine scolaire ©wavebreakmedia shutterstock

Rien ne se perd, tout se transforme – On ne mange pas mais ..

Vivi SP : Les coquilles d’oeufs partent au compostage ou broyées pour enrichir la terre des plantes.

Florence D : Les petits restes de viande donnés aux nombreux chats errants du secteur.

Florence S : Écorce de citron dont vous avez extrait le jus à mettre dans le panier du lave vaisselle, cela remplace le liquide de rinçage. La vaisselle est étincelante et ça laisse une bonne odeur dans la machine. Je mets les écorces d’orange dans le réfrigérateur pour désodoriser.

Cécile C :  Le marc de café dans les plantes ou dans l’évier de la cuisine. Sinon, comme massage des cuisses pour déstocker les graisse (efficacité ? hum… ) par contre agit comme un gommage et fait la peau douce. Attention, pour le corps, pas le visage car trop granuleux pour cette peau fragile.

Caro F : Le café et les coquilles d’œufs sont excellent engrais, les huiles végétales vont sur le compost … tout , tout peut-être recyclé.

Catherine LD : Et sinon je composte donc j’ai quand même moins de scrupules si j’oublie un truc au fond du frigo : ça retourne à fabriquer des belles choses au jardin !

Céline S : 3 bons toutous, des oiseaux et un gros compost externe

Marie M :  Des poules qui mangent tout (ou presque 😉) et en retour, offrent de bons œufs !

Poules ©pasja1000 CC0 Pixabay

Poules ©pasja1000 CC0 Pixabay

Merci à tous et faites en bon usage 🙂

Jardinière de légumes maison

Jardinière de légumes

Jardinière de légumes

La jardinière de légumes, vous allez me dire que c’est un plat de mamie, un peu vintage pour ne pas dire démodé. Ce n’est pas faux mais pourtant c’est dommage de lui tourner le dos, d’une part parce que c’est bon, et d’autre part parce que c’est le tout terrain des accompagnements. Cela fonctionne avec une viande blanche ou rouge, ou avec un poisson. et puis, comme il y a des pommes de terre, les enfants ne plissent pas trop le nez et grignotent même quelque carottes et petit pois :- ) Pas si mal non ?

Pour plus de praticité et parce que la saison est passée :p j’ai utilisé des petits pois congelés.  Non, les surgelés ce n’est pas le mal :p

Pour 6 personnes

  • 1 kg de petits pois écossés surgelés
  • 4 carottes
  • 3 pommes de terre moyennes
  • 6 feuilles de salade
  • 20 g de beurre

Epluchez les carottes et les pommes de terre, lavez-les. Nettoyez les feuilles de salade. Mettez le tout dans une cocotte, mouillez d’eau à hauteur et cuisez-les pendant 15 à 20 minutes selon la taille des morceaux. Les légumes doivent être presque cuits.  Ajoutez les petits pois surgelés et cuisez 8/10 minutes supplémentaires.

Au moment de servir, enlevez un peu de surplus de liquide (2 louches environ) et ajoutez le beurre.

Servez, accompagnez de persil et, si vous le voulez, de lardons préalablement grillés à la poêle pour une version non végétarienne et plus gourmande 😉

 

 

Pourquoi les spaghetti bolognese n’existent pas : Arthur Le Caisne

Pourquoi - Arthur le Caisne

Pourquoi – Arthur le Caisne

Quand j’ai commencé à feuilleter le dernier livre d’Arthur Le Caisne, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à sa mère 🙂 . En fait je me suis revue il y a quelques années répondre aux incessants pourquoi de mes enfants : Pourquoi la lune se couche-t-elle rue Pomme d’or, pourquoi le dentifrice est-il rayé, pourquoi les carottes sont-elles oranges, pourquoi… pourquoi .. cela avait failli me rendre folle 🙂

Mais cela ne devait être rien comparé au petit Arthur :p Parce qu’adulte il se lâche : Dans ce livre il répond à plus de 700 pourquoi : Pourquoi le papier aluminium est-il brillant d’un côté et mat de l’autre, pourquoi cuire les pommes de terre à la poêle prend plus de temps qu’à l’eau, pourquoi faut-il commencer une mayonnaise en versant l’huile petit à petit, pourquoi couvrir (ou ne pas couvrir) quand on cuit, pourquoi ne doit-on jamais poivrer un poulet avant de le rôtir etc.

Arthur Le Caisne nous avait habitué à une approche pragmatique et scientifique et il continue dans ce nouvel ouvrage, à la fois documenté, drôle, et pédagogique. Tout y passe : ustensiles, ingrédients, viandes, poissons et fruits de mer, légumes, préparations et cuissons.

Si vous êtes d’un naturel curieux et que vous aimez connaître le pourquoi du comment, alors ce livre est fait pour vous.

Pourquoi les spaghetti bolognese n’existent pas – Arthur Le Caisne – Marabout – 19,90 €

Enjoy !

Carte postale de Séville

La cathédrale de Séville

La cathédrale de Séville

C’est la seconde fois que je vais en Andalousie pour mon travail. La première fois, je me rendais dans la dehesa pour découvrir les exceptionnels jambons iberico pure race, bellota bellota. Je n’avais pas eu le temps à l’époque de visiter Séville. Cette fois ci, c’est pour découvrir la culture des olives de table que je suis venue. Celles que l’ont consomme à l’apéro. Je vous ai tout raconté dans ces billets : A la découverte des olives d’Espagne en Andalousie et les différentes variétés d’olives d’Espagne. Mais les organisateurs ont été un peu large dans le timing, ceci afin de nous permettre de visiter la ville quelques heures.

TROP BIEN !

Cela fait très longtemps que cette ville m’attire. La seule chose qui m’a retenu jusque là c’est la peur de la chaleur pendant nos vacances d’été. Tous les ans nous nous disons que l’on irait bien et tous les ans en regardant la météo, nous hésitons puis nous partons ailleurs. Mais un jour, nous irons, encore plus maintenant que j’ai eu un avant-goût.

Bref, cette longue introduction pour vous dire que j’étais au taquet pour découvrir le maximum en un minimum de temps. J’avais envie de partager ces quelques photos avec vous.

En quittant notre hôtel nous longeons l’ancienne Fabrique Royale de Tabac, là où se situe l’action de Carmen. L’immeuble qui abrite aujourd’hui l’université est très beau et on peut y rentrer pour jeter un oeil.

Ancienne Fabrique royale de tabac Séville
Ancienne Fabrique royale de tabac Séville
Université de Séville
Université de Séville

Et nous poursuivons pour aller voir un des musts de Séville, la place d’Espagne. Effet WOW garanti.

Place d'Espagne - Séville

Place d’Espagne – Séville

Place d'Espagne - Séville
Place d'Espagne - Séville
Place d'Espagne - Séville
Place d'Espagne, Séville

Construite pour l’exposition ibéro-américaine de 1929 elle est juste GIGANTESQUE. Je n’ai pas réussi à la photographie en entier. Je ne m’attendais pas du tout à trouver cela à Séville. Quand je pensais à la cité Andalouse, je pensais plus à l’Alcazar, à des bâtiments beaucoup plus anciens et là, paf !  Surprenant et très beau.

Nous sommes allés prendre ensuite un peu de fraîcheur dans le Parc Maria Louisa. Notre guide nous a emmené voir la très jolie sculpture créée en hommage à l’écrivain Gustavo Adolfo Bécquer. Il représente les 3 états de l’amour : amour excité, amour possédé et amour perdu. Juste à côté dans une boite aux lettres en marbre, les amoureux peuvent laisser leurs missives.

Les 3 états de l'amour
Boites aux lettres d'amour

Si romantique n’est-ce pas ?

Ensuite direction la cathédrale. Nous passons devant le très joli Casino de la Exposición (centre culturel).

Casino de la Exposición Séville

Casino de la Exposición Séville

Et au détour d’une rue …

Cathédrale de Séville

Cathédrale de Séville

Une merveille ! Comme de la dentelle de pierre. Elle est gigantesque. J’ai lu que c’était l’un des plus grands édifices religieux de la Chrétienté. Sur sa droite, il y a l’un des symboles de Séville, la Giralda. Ancien minaret, il a été transformé en clocher pour la cathédrale lors de la Reconquista. Point de repère de la ville, un règle implicite d’urbanisme de la ville interdisait à tout autre bâtiment du centre de la capitale andalouse d’atteindre sa hauteur. Mais un immeuble récent, la Tour Sevilla (surnommé lipstick, le rouge à lèvre, en allusion à sa forme), inauguré en 2016, est venu gâcher l’ensemble :/ .

Cathédrale de Séville
Cathédrale Séville
Giralda Séville

Mais que c’est beau !

Giralda Séville

Giralda Séville

Nous avons quitté la place pour nous balader dans les ruelles étroites et colorées aux fenêtres en fer forgé. Ce que j’ai pu voir de la ville m’a donné clairement l’envie de revenir. Le quartier historique aux ruelles étroites, colorées, est magnifique. Et puis l’ambiance de la ville est cool, relax. Il n’y a pas le speed des villes du nord. On ressent ici une vraie douceur de vivre.

Séville
Séville
Séville
Séville
Séville
Séville

Quelques regrets, ne pas avoir pu visiter l’Alcazar ou ses jardins, il était trop tard. Avoir juste aperçu la tour de l’or, et n’avoir pas eu le temps de voir la Casa de Pilatos. Mais je me dis que ce sont les meilleures raisons pour revenir :).

Pour les adresses de restaurants, de bars à tapas ou d’endroits pour boire un verre c’est ici : Séville pour les gourmands (clic).

Voilà, j’espère que cela vous donnera envie de venir. La meilleure saison pour vous y rendre, c’est maintenant, octobre ou novembre. Les températures sont encore très douces.

Enjoy !

 

Les différentes variétés d’olives d’Espagne

Allée de palmiers

Allée de palmiers

Après être allés sur le terrain, dans les oliveraies, nous nous sommes rendus ensuite au Cortijo (la ferme) de la famille. L’allée bordée de palmiers annonce d’entrée la très jolie propriété. J’ai un un gros coup de foudre pour l’endroit. Jugez plutôt :

FInca

FInca

La lumière, la couleur, le calme, les bougainvilliers, le ciel bleu …. LE PARADIS.

Finca

Finca

Au programme un atelier culinaire. Fermin Lopez, un chef espagnol appartenant à l’ Escuela Superior de Hostelería Sevilla nous a fait un petit topo sur les olives et nous a notamment présenté les différentes variétés.

On peut retenir que c’est la période de cueillette qui conditionne la couleur de l’olive :

  • Les olives vertes sont récoltées à leur premier de gré de maturité. Leur couleur peut varier du vert au jaune paille
  • Les olives tournantes ou olives violettes sont récoltées avant la pleine maturité. Leur couleur varie du violet au marron.
  • Les olives noires sont récoltées à pleine maturité. Leur couleur peut varier du noir au violet foncé en passant par le rouge.

Si beaucoup voient dans ces couleurs sa seule différence, l’olive est en réalité bien plus subtile. Derrière ses robes colorées se cachent de nombreuses variétés. Parmi celles-ci, la plupart sont utilisées pour la production d’huile d’olive et seul un petit nombre – ainsi que je vous l’ai expliqué dans cet article : A la découverte des olives d’Espagne – est destiné à l’élaboration des olives de table.

Les Différentes variétés d'olives

Les Différentes variétés d’olives

Parmi les variétés les plus appropriées pour la table, citons :

  • Les olives Manzanilla : Originaires de la région de Séville, Bardajoz et Huelva, elles sont récoltées avant maturité. C’est la variété la plus appréciée à l’échelle internationale pour sa qualité et son dénoyautage facile. En France ce sont les olives dénoyautées qui ont la préférence des consommateurs.
  • Les olives Gordal. Elles sont excellentes. Il s’agit d’une variété Sévillane. Cette olive est charnue et assez grosse, de goût prononcé. Elle est essentiellement utilisée comme olive de table, en apéritif, dans des salades.
  • Les olives Hojiblanca : Cultivées dans les régions de Malaga, Séville et Cordoue, elles sont légèrement piquantes et offrent un petit goût de pomme. En arrière goût, vous observerez un léger goût d’amande en bouche.

Nous avons pu en goûter plusieurs, préparées avec différents assaisonnement, certains classiques avec des poivrons par exemple, d’autres plus surprenants avec du fromage bleu ou encore avec des zestes d’orange et une pointe de cannelle. C’était vraiment excellent. Il faut dire que Fermin, le chef, les adore sous toutes leurs formes 🙂 .

Fermin Lopez
Fermin Lopez
Olives
Olives
Fermin Lopez
Fermin Lopez
Olives Gordal
Olives Gordal
Fermin Lopez
Fermin Lopez

J’avoue avoir eu un coup de coeur pour les plus grosses, les Gordal. Je n’en avais jamais goûtées avant.

Si vous souhaitez en goûter, on en trouve en général au rayon produits du monde / Espagne des grandes surfaces. Pour vous aider, il y a le ce logo (clic).

Avant de reprendre le chemin du retour, nous avons déjeuné sur place : Gaspacho d’oranges de Séville à l’huile d’olive, Merlu confit à l’ail, glace au vin Pedro Ximenez et « comme un Oreo » (biscuit aux olives et fourrage au fromage Torta del Casar)

Déjeuner à la Finca

Déjeuner à la Finca

Magnifique !

Je suis revenue bien plus savante sur les olives d’Espagne et enchantée par ce séjour en Andalousie.

 

Salade de lentilles blondes de Saint Flour, lardons et échalotes

Salade de lentilles blondes de Saint Flour, petits lardons, échalote et persil

Salade de lentilles blondes de Saint Flour, petits lardons, échalote et persil

Lors de nos vacances en Auvergne, nous avons pu manger une salade de lentilles blondes de Saint Flour préparées par ma belle mère. A la maison, quand je cuisine des lentilles je choisis toujours les vertes du Puy et c’est la première fois que je consommais celles-ci. Saint Flour est une petite ville du Cantal. J’ai lu sur l’internet que cette lentille cultivée jusque dans les années 60 sous le nom de lentille blonde de la Planèze avait disparu, les agriculteurs s’en étant détourné au profit de la production laitière, plus rémunératrice. Et puis, à la fin des années 90, Pierre Jarlier décide de remettre au goût du jour ce produit du terroir oublié. Cela lui prendra plusieurs années pour recréer quelque chose qui se rapprochait de la graine initiale (il n’en existait plus). Au niveau goût elle a un petit parfum de noisettes et de châtaignes.

Aujourd’hui la lentille blonde de Saint Flour fait partie des sentinelles Slow Food (projet pour la sauvegarde et la promotion du patrimoine alimentaire et de la biodiversité agricole).

Pour 4 personnes

  • 200 g de lentilles blondes de Saint Flour
  • 200 g de lardons
  • 2 petites échalotes
  • 1 cuillère à soupe de persil plat
  • 1 bouquet garni ( 1 feuille de laurier, 1 brin de thym et 1 petit oignon piqué d’un clou de girofle)

Pour l’assaisonnement

  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de poivre
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre
  • 1 cuillère à soupe de moutarde
  • 6 cuillères à soupe d’huile de sésame (vous pouvez utiliser aussi de l’huile de noix)
Lentilles blondes de Saint Flour

Lentilles blondes de Saint Flour

Rincez les lentilles. Versez dans l’eau froide avec un bouquet garni. Portez à ébullition et laissez cuire 20 minutes si vous les aimez plus croquantes et 25 minutes si vous les aimez plus fondantes. Egouttez-les.

Pendant ce temps, faites griller à sec les lardons dans une poêle pendant une dizaine de minutes.

Préparez votre assaisonnement : dans le saladier, mettez le sel, le poivre et la moutarde. Versez le vinaigre, mélangez puis ajoutez l’huile en émulsionnant légèrement. Mettez les lentilles refroidies dans la sauce, ajoutez les lardons grillés, les dés d’échalote, le persil ciselé et mélangez.

Salade de lentilles blondes de Saint Flour

Salade de lentilles blondes de Saint Flour

Super bon !

Une balade dans Oslo

Oslo, balade sur le fjord

Oslo, balade sur le fjord

Je ne suis pas restée suffisamment longtemps à Oslo à mon goût et je n’ai pas pu voir tout ce dont j’avais envie 🙂 Je vous ai parlé de Grünerløkka, le quartier branché d’Oslo, du Marché Matthalen, des restaurants Einer, Katla ou encore Kontrast, du bar à vins Territoriet ou encore du café de Tim Wendelboe mais pas trop de la ville.  Quelques images quand même :

Bankplassen ©Tord_Baklund

Bankplassen ©Tord_Baklund

 

Rue d'Oslo
Rue d’Oslo
Bateau pour le musée ©Nancy_Bundt
Bateau pour le musée ©Nancy_Bundt
Bibliothèque nationale, Oslo ©Tord_Baklund
Bibliothèque nationale, Oslo ©Tord_Baklund
Opéra OSlo ©Didrick_Stenersen Visit Oslo
Opéra Oslo ©Didrick_Stenersen Visit Oslo

je n’ai vu ni musée, ni monuments, la seule chose que j’ai eu le temps de faire, c’est un tour de fjord mais sous une pluie battante #HAN. On ne voyait qu’à peine la côte. A un moment, cela s’est un peu dégagé, j’en ai profité pour prendre quelques photos :

Je vous emmène ?

Oslo balade en bateau
Oslo balade en bateau
Oslo balade en bateau

Oslo balade en bateau
Oslo balade en bateau
Oslo, l'opéra

Je pense que sous le soleil, c’est carrément autre chose.  Ces petites cabanes sont des cabanes de pêcheurs et aussi des cabanes de bains, endroits parfaits pour se changer avant de plonger dans le fjord.

En parlant de plonger dans le fjord, pendant la balade en bateau vous voyez les bateaux sauna.

Les bateaux sauna ?

Oui, oui. Vous en rêviez, les norvégiens l’ont fait. Voici à quoi cela ressemble :

Bateau Sauna ©Didrick_Stenersen

Bateau Sauna ©Didrick_Stenersen

Meme si ici il n’y a pas la même culture du sauna qu’en Finlande, ils ont quand même pensé à créer ce concept. A l’intérieur de cette barque, un sauna. On y tient selon les bateaux entre 10 et 16 personnes en se serrant un peu. C’est mixte, hommes et femmes mélangés et on est en maillot de bain. La température à l’intérieur va de 60 à 80 degrés (OH MY GOD) et en plein hiver il peut faire moins 10 dehors. Une fois que vous avez bien sué, vous descendez dans le fjord (température 0 degré l’hiver) pour faire 2 ou 3 brasses et vous remontez (via avec un échelle type échelle à piscine).

Vous faites cela autant de fois que vous voulez pendant 2 heures. Cela coute 20 euros et 2 compagnies proposent cela (Kok Oslo et Sørenga badstuflåte). Vous pouvez amener vos boissons à l’intérieur (des bières par exemple m’a expliqué mon guide #ToutEstNormal). Vous vous voyez avaler votre bière par 60 degrés ? Moi-même pas en rêve j’y vais 🙂

Mais peut-être une expérience qui vous tente ? 😁 😘

Voilà, je clos avec cet article ma série de billets sur Oslo et aussi sur la Norvège. J’espère que cela vous aura plu et que cela vous aura donné envie de visiter ces jolies villes du Nord de l’Europe.

Un site pour aller plus loin : www.visitnorway.fr

 

Week-end à Provins, Seine et Marne

Provins

Provins

Inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco en 2001, Provins offre un vue incroyable de l’architecture médiévale des XIIè et XIIIè siècle. La raison en est que la c’était une ville de foire et qu’elle a été construite avec des ruelles suffisamment larges pour laisser passer les charrettes. Qui dit ruelles larges dit incendies qui ne se propagent pas et qui dit ruelles larges dit aussi qu’on n’a rien eu besoin de casser pour faire des routes.

Que faire à Provins ?

Je trouve que la ville est parfaite pour un weekend entre histoire, gastronomie et nature.  Pas mal de choses sont possibles :

Visiter la Tour César et les Remparts

La ville comporte encore de nombreux vestiges militaires. Parmi ceux qui sont incontournables, je peux vous citer

  • La tour César (aussi appelée Grosse Tour), construite au XIIè siècle qui offre une vue imprenable sur la région.
  • Les remparts qui ceinturent encore la ville sur 1,2 km et qui mesurent encore 25 mètres de haut. Ils sont juste sublimes.  Sans oublier les portes fortifiées Saint Jean et Jouy.
Remparts-©-OT-Provins-JF-Benard
Remparts-©-OT-Provins-JF-Benard
Tour Cesar-©-OT-Provins-JC-Jacquin
Tour Cesar-©-OT-Provins-JC-Jacquin

S’offrir un atelier consacrée à la cuisine médiévale

Petits flans aux pois chiches

Petits flans aux pois chiches

Avec Corinne des Tabliers Gourmands, apprenez les bases de la cuisine du moyen âge et préparez par exemple ces petits flans de pois chiche au safran (clic pour la recette).

Visiter les églises locales

Ne ratez pas la Collégiale Saint-Quiriace (qui devait être au moins deux fois plus grande mais qui n’a jamais été finie), l’Eglise Sainte-Croix (située dans la ville basse) et l’Eglise Saint-Ayoul, toujours dans la ville basse et dont le parvis accueillait les premières Foires de Champagne.

Collégiale Saint-Quiriace
Collégiale Saint-Quiriace
Eglise Saint Ayoul - Provins ©Pline CC BY-SA 3.0
Eglise Saint Ayoul – Provins ©Pline CC BY-SA 3.0
Eglise Sainte Croix Provins ©Reinhardhauke CC BY-SA 3.0
Eglise Sainte Croix Provins ©Reinhardhauke CC BY-SA 3.0

Déjeuner aux Bistrophiles

J’ai bien aimé cet endroit sans prétention. Cuisine maison, produits frais, service rapide et souriant. La petite terrasse à l’extérieur est très sympathique. Parfait pour un déjeuner en famille ou entre copains.

Les Bistrophiles - Provins

Les Bistrophiles – Provins

Les Bistrophiles – 44 Rue du Val, 77 160 Provins

Se promener dans la ville haute

Visitez la Grange aux Dîmes (avec une reconstitution des commerçants de l’époque très bien faite), la maison romane (le musée) et observez toutes les maisons à colombage. J’ai adoré me perdre dans les ruelles et photographier les façades, les portes, les heurtoirs. Un vrai bonheur.

La ville haute - Provins

La ville haute – Provins

Manger des niflettes

Comment venir à Provins sans manger des Niflettes, ces petites tartelettes feuilletées à la crème pâtissière, spécialités de la ville. Et pour en refaire à la maison, je vous donne même la recette : Les niflettes de Provins (clic).

Les niflettes de Provins

Les niflettes de Provins

Se balader dans la roseraie

Je vous ai parlé de la rose de Provins ramenée des croisades par le Comte de Champagne Thibault IV. Vous pourrez la découvrir à la roseraie de Provins en même temps que bien d’autres variétés. La balade est très agréable, le jardin se visite à l’aide d’un plan et vous n’avez qu’une envie, c’est vous allonger dans une des chaises longues qui émaillent le parcours et apprécier l’instant. J’ai adoré plongé mon nez dans plein de fleurs parfumées. Attention aux abeilles hein :p L’endroit fait aussi salon de thé et vous pouvez goûter de nombreuses spécialités à la rose.

Roseraie de Provins
Roseraie de Provins
Dégustation de spécialités à la rose
Dégustation de spécialités à la rose

Assister au spectacle des aigles des remparts

C’est au moyen âge que la fauconnerie a connu son apogée. Grâce à ce spectacle se situant au coeur des remparts, vous pourrez observer de nombreux oiseaux : aigles, buses, faucons, milans, caracaras, vautours, chouettes, hiboux et serpentaires. Impressionnant.

Aigles des remparts, Provins
Aigles des remparts, Provins
Aigles des remparts, Provins
Perchoir
Aigles des remparts, Provins

Pour plus d’informations (dates, prix, etc.), je vous renvoie au site de l’Office de Tourisme de Provins ou directement sur le site des aigles des remparts

Goûter à un macaron à la rose

C’est au restaurant Aux Vieux Remparts que cela se passe et je vous ai même ici ramené la recette.

Macaron à la rose de Provins

Macaron à la rose de Provins

Aux Vieux Remparts – 3 Rue Couverte, 77160 Provins

Dormir dans la chambre d’Alice au pays des merveilles

Maison Stella Cadente Provins

Maison Stella Cadente Provins

Et se doucher dans la salle de bain du chapelier fou. Fou non ? Il y a aussi la chambre Reine des Neiges, Chat Botté, Moulin rouge ou encore la suite Peau d’Âne. Amusant et original.

Maison d’hôtes Stella Cadente – 28 Rue Maximilien Michelin, 77160 Provins

Voilà amis des internets, si vous passez par Provins vous aurez de quoi faire. La Seine et Marne est un département méconnu ou plutôt qu’on connait surtout pour DisneyLand® mais il existe beaucoup d’autres choses à voir, à faire et ….. à goûter 😉 . N’hésitez pas à prolonger votre séjour si vous venez voir Mickey :p et si comme moi, ce n’est pas trop votre truc, pensez-y aussi comme une destination de vacances ou de weekend.

Vous retrouverez tous mes billets sur la destination ici : Seine et Marne.

Contenu créé en collaboration avec Seine et Marne Attractivité.

 

Butternut rôtie aux céréales aux saveurs orientales

Boulghour et Butternut à l'orientale

Boulghour et Butternut à l’orientale

J’adore le mélange courge céréales, je trouve que cela fonctionne très bien pour peu qu’on relève bien la préparation et qu’on lui amène de la couleur (Papilles ET Pupilles :p ). C’est en effet vite fade mais là ce n’est pas le cas. Les proportions sont pour 8 personnes ou 2 repas pour 4. Parce qu’on peut bien manger dans la semaine 2 fois cette préparation.

Non mais 🙂

Vous pouvez consommer ce plat tel quel ou encore en accompagnement d’un blanc de poulet grillé par exemple.

Ingrédients :

  • 1 courge butternut (850 g de dés de butternut)
  • 1 pincée de sel
  • 1/2 cuillère à café de Piment d’Espelette
  • 1 cuillère à café rase de cumin
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 250 g de boulghour (blé concassé), ou à défaut de semoule de blé, grain moyen
  • 1 grenade
  • 1 barquette de feta aux herbes
  • 4 cuillères à soupe de graines de courge
  • 4 cuillères à soupe de persil plat ciselé

Enlevez la peau de la Butternut. Lavez-la puis fendez-la en deux. Ôtez les graines et coupez la chair en cubes d’1,5 cm de côté.  Mettez-les dans un saladier. Arrosez d’huile d’olive, salez, ajoutez le cumin et le piment et mélangez.

Versez sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé et enfournez pour 25 minutes de cuisson dans un four préchauffé à 180°C, chaleur tournante.

Butternut épicée

Butternut épicée

Pendant ce temps, prélevez les grains de la grenade (vidéo ici : comment ôter facilement les grains d’une grenade). Lavez, séchez et ciselez le persil. Cuisez le boulghour dans un grand volume d’eau salée en respectant le temps de cuisson indiqué sur l’emballage (10 minutes environ habituellement). Egouttez-le.

Boulghour

Boulghour

Il ne vous reste plus qu’à dresser. Mélangez les dés de butternut rôtis, le boulghour égoutté, les graines de courge et de grenade, le persil ciselé et la feta grossièrement émiettée. Goûtez, rectifiez l’assaisonnement si besoin et servez immédiatement avec une viande grillée, un poisson ou consommez tel quel.

C’est délicieux.

Restaurant Marhaba, Bordeaux

Restaurant Marhaba

Restaurant Marhaba

Il s’appelle Maouche Rabah et a toujours vécu dans le quartier Saint Michel, le quartier cosmopolite de Bordeaux. Il ne se destinait pas du tout à la restauration. Quincailler de formation, il se blesse très sérieusement au poignet lors de son apprentissage. Impossible donc de continuer dans cette branche professionnelle. Un ami lui demande de l’aider pour son restaurant et c’est le début d’une passion. En 1998 il ouvre son établissement rue des Faures, juste en face de la basilique Saint Michel. Il l’appelle Marhaba qui signifie bienvenue en arabe.

Il y propose depuis lors une cuisine algérienne (sa famille est originaire de Constantine).  On trouve à sa carte 5 couscous (de 13 euros pour le végétarien à 19,50€ pour le couscous 3 viandes (raïs) , 5 tajines de 13 à 17,50 €, des grillades et des salades comme la délicieuse Mechouia.

Salade mechouia

Salade mechouia

Les recettes varient au jour le jour en fonction du marché. Aujourd’hui par exemple, il y avait du chou dans le couscous alors qu’il n’y en avait pas hier 😉 Nous travaillons les produits de saison explique Maouche. Le couscous que j’ai goûté était excellent que ce soit la viande très moelleuse, les légumes tendres et goûteux ou encore la semoule légère et bien égrenée.

Couscous Tlemcen

Couscous Tlemcen

Le restaurant propose environ 60 couverts à l’intérieur et autant en terrasse. Vous pouvez également commander à emporter mais directement au restaurant (sans passer par les plateformes telles deliveroo ou ubereats).

Bref, si vous vous demandiez où manger un bon couscous à Bordeaux, voici un endroit authentique où vous vous régalerez.

A noter que le restaurant propose également une carte de vins algériens avec 4 rouges, 1 rosé et 1 blanc, sélectionnés par Jean Pierre Xiradakis avec lequel il a noué une solide amitié. Et si cela ne vous dit rien, le thé à la menthe est excellent, pas trop sucré comme parfois.

Maouche Rabah et Jean Pierre Xiradakis
Maouche Rabah et Jean Pierre Xiradakis
Thé à la menthe
Thé à la menthe

Restaurant Marhaba – 27 Rue des Faures, 33000 Bordeaux.

Ouvert du mardi au dimanche midi et soir (dimanche, journée continue)

A la découverte des olives d’Espagne en Andalousie

Oliveraie - Huerta de Barros

Oliveraie – Huerta de Barros

C’est dans la région de Séville, en Espagne que je suis allée il y a une dizaine de jours pour voir la récolte des olives de table. Ce sont celles que l’on consomme à l’apéro ou en cuisine et non celles que l’on presse pour l’huile. J’étais trop contente de me rendre en Andalousie. Tous les ans nous l’envisageons comme destination de vacances mais à chaque fois la météo estivale nous fait peur. Mais nous irons un jour, nous irons 🙂  surtout après que j’ai eu un aperçu de la ville.

Il m’a fallu environ une quarantaine de minutes depuis mon hôtel situé à côté de l’Alcazar pour rejoindre l’oliveraie, Huerta de Barros (jardin d’argile) située à Moron de la Frontera.

Terre

Terre

Elle appartient au groupe groupe Aceitunas Guadalquivir. Très vite après Séville, le paysage change et les zones industrielles sont remplacées par les plantations d’oliviers. L’Espagne en compte 2,5 millions d’hectares dont 1,8 millions situés ici. C’est d’ailleurs grâce à eux que la région n’est pas désertique comme le Sahara. Ils créent un micro climat qui préserve la biodiversité me signifie mon guide. Si 90% de cette production andalouse sert à la production d’huile, 10% sont destinés à la production d’olives de tables.

A propos de la culture des olives de tables

9 olives sur 10 sont récoltées ici par des petits producteurs qui possèdent en moyenne 7 hectares. Le savoir faire est encore très artisanal et on travaille aujourd’hui quasiment de la même façon qu’au temps des romains. Le paysage que vous avez sous les yeux, aujourd’hui à 10 heures du matin est le même que celui qu’apercevait un romain au II è siècle m’explique Francisco Escalante, le directeur de la propriété.

Francisco Escalante

Francisco Escalante

Il y a toujours eu des oliviers ici. Nous avons retrouvé des vestiges de 2 moulins à huile qui datent de cette époque. Nos oliviers sont anciens mais nous en replantons régulièrement. Ils sont bouturés me dit-il. On ne plante pas un noyau d’olive mais un rameau d’olivier.

Comme je suis nulle en jardinage, je lui ai demandé de m’expliquer :

Si vous plantez un noyau m’apprend-il, vous obtenez une nouvelle variété d’olive. C’est comme dans une famille, le frère et la soeur ont la même mère et le même père mais ne sont pas similaires. Les olives c’est pareil. Si vous voulez que votre olivier ait les mêmes caractéristiques que son géniteur (une olive manzanilla par exemple), il faut planter un rameau.

Rameau d'olivier
Rameau d’olivier
Groupe d'oliviers
Groupe d’oliviers
Groupe d'oliviers
Groupe d’oliviers

Et il faut savoir que certaines variétés sont meilleures pour l’huile et d’autres meilleures pour la table. Les romains le savaient déjà. Ils voyageaient avec plusieurs rameaux pour planter ce dont ils avaient besoin. Nous les plantons par paquets de 2 à 4, ceci pour qu’il y ait une compétition entre les arbres. Ils vont s’écarter les uns des autres suffisamment pour qu’il y ait du soleil pour tous. La nature est incroyable.

Il existe en Espagne plus de 500 variétés d’olives et toutes sont les descendantes de 2 variétés (le père et la mère pourrait-on dire), la Gordal de Sevilla et la Lechin di Granada.

La partie que nous visitons est en agriculture biologique. Les oliviers me dit-on ne nécessitent pas beaucoup de traitement, même en agriculture conventionnelle. Huerta de Barros est partenaire de Birdlife, la plus grande association internationale de protection des oiseaux. Ces derniers travaillent pour nous me dit Francesco en souriant car ils  mangent les insectes qui pourraient attaquer les olives. Et en plus ils sont gratuits ajoute-t-il avec un clin d’oeil. Nous promouvons la biodiversité aussi bien végétale qu’animale et nous comptons maintenant sur la propriété 118 espèces d’oiseaux différentes. Nous avons aussi beaucoup de chauves-souris qui sont également très utiles contre les nuisibles.  Et nous avons une autre arme naturelle, l‘argile blanche que nous employons pour 2 raisons :

  • La première : pulvérisée sur les feuilles, elle les salit et ainsi les protège d’une trop forte déshydratation.
  • La seconde : L’olive est ainsi moins brillante et l’un de ses parasites, la mouche méditerranéenne ne la voit plus.

Lorsque j’étais à l’oliveraie il y a quelques jours, c’était la pleine cueillette des olives. J’ai demandé à notre hôte quel était le cycle de vie de l’oliveraie.

La vie d’une oliveraie, mois après mois

  • En septembre et octobre : récolte manuelle des olives vertes de tables.  Elles ont un très fort taux de chlorophylle et de polyphénol et ne contiennent que 10% d’huile. C’est le fort taux de polyphénol qui est responsable de l’amertume des olives. C’est une façon pour la plante de se protéger des oiseaux. Un arbre bien développé peut produire jusqu’à 100-150 kg d’olives.
Cueillettes des olives

Cueillettes des olives

  • En novembre : Début de la récolte pour l’huile (entre septembre et Novembre, le taux d’huile se multiplie par 2. L’olive à ce moment là en contient 20%. Les olives ne sont plus cueillies à la main mais à la machine (on secoue les troncs).
  • De janvier à mars, c’est la taille.
  • En avril a lieu la floraison. Il est important qu’il n’y ait pas trop de soleil, sinon la fleur brûle et tombe.
  • De mai à septembre les olives grossissent, plus ou moins vite en fonction des conditions climatiques.

De l’olive à la table

Comme je vous le disais plus haut, l’olive verte cueillie est extrêmement amère et immangeable en l’état. Il va falloir minimum 3 mois pour qu’elle devienne comestible. Il existe différents modes de préparations qui varient selon les pays et le type d’olive :

  • A la Sévillane : Les olives sont traitées dans une solution alcaline puis mises à fermenter dans une saumure (mélange d’eau et de sel) avant d’être conditionnées.
  • Traitées en saumure : Les olives sont traitées directement en saumure avant d’être conditionnées.

Petit à petit le sucre contenu dans l’olive va se transformer en acide lactique et les micro-organismes vont briser l’oléuropéine. On ne va pas faire 2 heures de chimie mais le résultat de ceci est la disparition de cette amertume.

Pour les parfums : ajout d’herbes, d’aromates, de pâte d’anchois, de poivrons etc… c’est juste avant le conditionnement que cela se passe

Olives Manzanilla

Olives Manzanilla

Je me suis essayée sur place à la récolte des Manzanilla, la meilleure variété pour les olives de table m’a dit Francesco. Mais il a avoué ensuite qu’il était partial et que sa famille en produisait depuis 5 générations 🙂 . Elle est parfaite : Ni dure ni molle, délicieuse et avec de petits noyaux.

Anne - cueillette des olives

Anne – cueillette des olives dans le macaco, le panier traditionnel

L’olive est un produit très sain. Elle fait partie du régime méditerranéen.

En partant d’ici, nous nous sommes rendus au  cortijo (la ferme, l’hacienda andalouse) pour en savoir encore plus sur les différentes variétés d’olives d’Espagne (clic). Vous verrez que l’endroit est enchanteur 😉 .

 

Le Grand Bouddha de Leshan

Leshan - Départ en bateau

Leshan – Départ en bateau

Nous descendions juste du Mont Emei (Sichuan), l’une des 4 montagnes sacrées du Bouddhisme et j’étais restée là-bas, un peu perdue dans mes pensées. Je n’avais pas trop compris ce que nous allions voir en montant dans ce bateau naviguant sur la rivière Min. La fatigue des derniers jours s’était accumulée et j’étais plus ou moins rêveuse et un peu lost in translation.  Même si mon anglais est bon, je fatigue assez vite de parler dans une autre langue pendant des jours #VisMaVie

Bref, je rêvassais sur mon bateau et d’un seul coup, niché dans gigantesque écrin creusé dans la falaise …

Le grand Bouddha

Le grand Bouddha

Un bouddha GIGANTESQUE : 71 mètres de haut pour 28 mètres de large. Regardez comme les gens sont touts petits en bas.  Je ne m’attendais pas du tout à cela, j’étais bouche bée. Il a été construit ai-je appris plus tard entre 713 et 803 et la légende raconte que c’est un moine bouddhiste qui souhaita son édification. Il voulait grâce à ce bouddha géant protéger la ville de Leshan des inondations. Le ville se situe en effet au confluent de 3 rivière : la rivière Min, la rivière Dadu et la rivière Qingyi.

Hyper impressionnant !

Grand Bouddha de Leshan

Grand Bouddha de Leshan

Quand on pense qu’il a fallu 90 ans pour le construire. Je trouve cela incroyable.

Même si un système de drainage astucieux a été mis en place lors de sa construction, le Grand Bouddha de Leshan s’abime : L’érosion est due aux pluies mais aussi la pollution. Heureusement son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco a permis d’entreprendre des travaux de rénovation. Un endroit exceptionnel.

On m’a raconté qu’il y avait un autre bouddha à observer depuis le bateau. Si vous êtes observateur, regardez l’horizon, et vous verrez que la forme des montagnes représentent un bouddha couché. Saurez vous le voir ?

La forme du bouddha couché

La forme du bouddha couché

La photo souvenir

Anne - Leshuan

Anne – Leshuan

Retrouvez ici tous mes billets sur la Chine.

La recette des niflettes de Provins

Les niflettes de Provins

Les niflettes de Provins

La niflette c’est LA spécialité de la ville de Provins, en Seine et Marne. Ces petites pâtisseries, vendues à la douzaine, cachent sous une voluptueuse crème pâtissière subtilement aromatisée à la fleur d’orangers une délicieuse pâte feuilletée.

Francine Negrevergne, qui m’a appris à les préparer m’a expliqué que cette tradition locale remontait au Moyen Âge. A la Toussaint, elles étaient offertes aux orphelins à la sortie des cimetières. Le mot « niflette » trouve son origine dans l’injonction latine Ne flete !  signifiant Ne pleure pas  ! C’est qu’on est cultivé par ici 🙂  Aujourd’hui les pâtissiers de Provins maintiennent la tradition et proposent toujours cette petite douceur à cette même période de l’année. Si vous êtes dans le coin ou si vous comptez y aller, sachez que la Fête de la niflette aura lieu le 11 novembre et que ma copine Mercotte y sera présente.

Francine Negrevergne

Francine Negrevergne

Mais revenons à Francine qui m’a reçue chez elle. Elle tient sa recette d’un ami pâtissier, Patrice Philippe. Un après midi me raconte-t-elle, nous nous sommes réunis avec quelques amis et il nous a appris à préparer la pâte feuilletée maison. Quelques semaine plus tard, nous lui avons demandé de nous apprendre  à bien réussi la crème pâtissière qui  garnit les niflettes car c’était la période. Et voilà, l’aventure était lancée !

La recette de Francine pour une vingtaine de niflettes :

Pour le dorage :

  • 1 jaune d’oeuf
  • 1 cuillère à café d’eau

Mettez les jaunes dans un saladier. Ajoutez le sucre glace et fouettez vigoureusement jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez ensuite la farine et la poudre à flan, mélangez. La poudre à flan aide à obtenir une consistance plus épaisse, plus dense, que l’on recherche pour ce gâteau. Versez enfin le lait, l’eau de fleur d’oranger et le beurre fondu.

Versez dans une casserole et faites chauffer à feu assez vif, en tournant constamment jusqu’à ce que la préparation épaississe et qu’elle commence à se détacher de la casserole. Comptez environ 5 minutes. C’est pour vous donner une idée.

Débarrassez dans un saladier et filmez au contact.

Préparation de la crème pâtissière

Préparation de la crème pâtissière

Réservez au réfrigérateur pour au moins 3 heures, le temps que la  préparation refroidisse. Attention, il ne faut pas la faire la veille par exemple car elle serait trop froide et trop dure. Ou alors si vous l’avez fait la veille, sortez-la du réfrigérateur au moins 1 heure avant de l’utiliser (et mélangez-la).

Si vous avez préparez vous même la pâte feuilletée comme Francine, étalez-la au rouleau. Sinon déballez-la.  A l’aide d’un emporte pièce, découpez des cercles de pâte feuilleté de 7 cm de diamètre (pour ne pas gâcher les chutes de pâte, Francine utilise un autre emporte pièce de 5 cm de diamètre). Déposez les cercles de pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Piquetez chaque disque à l’aide d’une fourchette.

Découpez et piquetez la pâte

Découpez et piquetez la pâte

Dans un ramequin, mélangez un jaune d’oeuf avec une cuillère à café d’eau. Mélangez et dorez les bords de chaque disque.

Dorez à l'oeuf

Dorez à l’oeuf

Remplissez une poche à douille de crème pâtissière et garnissez chaque cercle. Si vous n’avez pas de poche à douille vous pouvez utilisez une cuillère à soupe par exemple.

Garnissez de crème pâtissière

Garnissez de crème pâtissière puis enfournez dans un four préchauffé à 180°C. Faites cuire entre 15 et 18 minutes, chaleur tournante.

A la sortie du four :

Niflettes à la sortie du four

Niflettes à la sortie du four

Difficile d’attendre qu’elles refroidissent un peu pour les consommer. Les niflettes de mangent tièdes ou froides. Très gourmand !  Petite précision, si vous n’aimez pas l’eau de fleur d’oranger, il suffit de la supprimer.

L’astuce de Francine : Si vous voulez une pâte feuilletée qui monte beaucoup et que vous ne la faites pas vous même, il suffit d’acheter 2 pâtes feuilletées et de les empiler l’une sur l’autre en tartinant entre les 2 un peu de beurre pommade. Cela fonctionne bien m’assure-t-elle (mais moi je n’ai pas essayé).

Régalez-vous !

Francine tient aussi une jolie maison d’hôtes, je vous donne son adresse : Chambres d’hôtes Le Clos de Provins – 4 rue des Jacobins, Ville-haute, 77 160 Provins.

 

Contenu créé en collaboration avec Seine et Marne Attractivité

 

Osteria et Trattoria da Bartolo, Bordeaux

La Trattoria da Bartolo

La Trattoria da Bartolo

Si vous êtes à Bordeaux, vous connaissez certainement l’Osteria da Bartolo dans le quartier Saint Pierre. Sachez qu’il y a maintenant la Trattoria. Je sais que vous êtes beaucoup à aimer la première et notamment ses pizzas préparées dans la plus pure façon napolitaine avec une pâte reposée 36h et cuites 90 secondes à 450 degrés dans un magnifique four à bois.

Je pense que vous serez nombreux à apprécier la seconde. Installé dans le quartier Saint Augustin le nouvel établissement offre une cuisine similaire à celle de la Rue des Faussets mais propose en plus à la vente plusieurs produits italiens : mozzarella, burrata, jambon blanc fumé à la truffe de Norcia, jambon cru de porc DOP Cinta Senese (à tomber par terre tellement c’est bon), ou encore des Pomodorino del Piennolo del Vesuvio, ces tomates grappes cultivées sur les pentes du Vésuve. Bref, de très beaux produits artisanaux en provenance de toute l’Italie. La salle toute décorée de carreaux rouges et blanc, ne compte que 18 couverts mais la trattoria propose bien sûr des plats à emporter.

Trattoria da Bartolo

Trattoria da Bartolo

J’y ai déjeuné la semaine dernière et m’y suis régalée avec la focaccia napoletana (plate pas comme celle de Gênes), des gnoccho fritto à la tomate, les charcuteries et les excellentes pâtes au homard et à la burrata.

Trattoria da Bartolo

Trattoria da Bartolo

Bartolo Russo, le propriétaire est originaire de Naples. Il est tombé dans la marmite enfant. « Je plongeais déjà des morceaux de pain dans la casserole de sauce tomate que préparait ma mère » me dit-il.  J’ai ensuite fait des études de cuisine, ai été professeur dans une école hôtelière et ai voyagé pendant 25 ans dans le monde entier pour mettre à l’honneur la cuisine italienne  »

S’il s’arrête à Bordeaux, c’est par amour pour son épouse. Il ouvre l’Osteria da Bartolo en 2016  et  2 ans et demi plus tard, il emploie 36 personnes et sert 550 couverts par jour. Une vraie success story à l’italienne et ce n’est pas par hasard. La cuisine de Bartolo est pleine de couleurs et de saveurs. Ce qu’on ressent à travers ses plats, c’est sa gourmandise, sa passion pour la nourriture et son amour de la bonne chère. C’est généreux et parfumé. S’il met à l’honneur toute l’Italie, on retrouve bien sur des plats d’inspiration Napolitaine.

Bartolo Russo

Bartolo Russo

Que faut-il goûter quand je viens chez vous lui ai-je demandé. 

Tellement de choses ! La friture napolitaine avec la mozzarella panée, les pâtes au homard, les arancini, les pâtes aux boulettes de boeuf….

Il va falloir que j’y aille plusieurs fois alors. En plus, Bartolo a d’autres projets dont l’ouverture d’un établissement dédié à la viande et où l’on pourrait consommer des bistecca alla fiorentina. Je pense que P’tit Papilles pourra y prendre pension, c’est l’un de ses plats préférés 🙂 En attendant, j’ajouterai qu’il faut également goûter la charcuterie pour laquelle j’ai eu un gros coup de coeur. Une très bonne adresse où tout est italien : la cuisine, les vins, les produits, le personnel et la convivialité.

Les informations pratiques : 

  • Osteria da Bartolo – 15 Rue des Faussets, 33000 Bordeaux
  • Trattoria da Bartolo – 24 Rue Jenny Lépreux, 33000 Bordeaux

Sur le web :

Enjoy !

Gnocchi à poêler au romarin, crème de Parmesan, figues et noix

Gnocchis à poêler au romarin, figues, noix et crème de Parmesan

Gnocchi à poêler au romarin, figues, noix et crème de Parmesan

Depuis la rentrée, je n’ai plus une minute à moi : beaucoup de déplacements, inscriptions au sport, achats de fournitures scolaires etc. Je ne fais que courir et je me sens un peu comme le lapin d’Alice au Pays des Merveilles. Bref. Avec tout cela pas évident de trouver le temps de cuisiner. J’ai donc testé les gnocchi à poêler romarin de chez Giovanni Rana. J’ai juste ajouté quelques figues que j’avais dans le réfrigérateur, un reste de noix concassées et une crème au Parmesan (on fait juste fondre du Parmesan dans de la crème). C’est croustillant, fondant, facile à préparer, prêt en 5 minutes et cela, en cette période de l’année, c’est précieux. Important pour moi, les gnocchi ne contiennent ni colorants, ni conservateurs, ni huile de palme.

Nous nous sommes régalés avec cette recette.

Pour 4 personnes

  • 2 paquets de gnocchi à poêler romarin Giovanni Rana
  • 125 ml de crème fleurette
  • 25 ml de lait
  • 75 g de Parmesan râpé (1 sachet)
  • 4 figues
  • 2 cuillères à soupe de noix du Périgord 
  • 1 brin de romarin pour la décoration
  • 30 g de beurre

Versez le lait et la crème dans une casserole. Faites bouillir puis, hors du feu, ajoutez le Parmesan en poudre. Il doit fondre. Si jamais vous voyez qu’il reste des petits paquets n’hésitez pas à mixer légèrement (mixeur plongeur ou Blender).

Lavez les figues, coupez-les en 4. Mettez 10 g de beurre dans une poêle et saisissez-y à feu vif les quartiers de figues pendant 3 à 4 minutes, le temps qu’ils colorent légèrement. Réservez.

Concassez grossièrement les noix entre vos doigts.

Faites fondre 20 g de beurre dans une poêle anti adhésive. Versez ensuite les gnocchi et faites-les cuire à feu doux en les remuant régulièrement.  Laissez cuire 5 bonnes minutes, le temps qu’ils dorent.

Gnocchis à poêler romarin, crème de Parmesan, figues et noix

Gnocchi à poêler romarin, crème de Parmesan, figues et noix

Quand ils sont cuits, arrosez-les d’un peu de sauce au Parmesan (laissez-en à côté pour que chacun en rajoute selon ses envies), ajoutez les morceaux de figues, de noix et servez immédiatement.

Délicieux !

Recette créée pour Giovanni Rana

Linguines aux crevettes et au citron

Linguines aux crevettes et au citron

Linguines aux crevettes et au citron

Vous vous régalerez avec cette recette, un plat complet parfait pour 4 personnes. Pour les pâtes j’ai choisi des linguines, une sorte de spaghetti plats mais vous pouvez tout aussi bien opter pour des spaghettis classiques ou des tagliatelles. Pour les crevettes, j’en avais des surgelées de bonne qualité et je les ai faites décongeler la veille dans le réfrigérateur. Vous pouvez bien sur utiliser des fraîches. Pour le citron, c’est jaune ou vert, c’est vous qui voyez. 🙂

Pour 4 personnes

  • 250 g de linguines  (ou autres pâtes de votre choix)
  • 20 crevettes crues
  • 2 gousses d’ail
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 citron bio
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de piment d’Espelette

Ôtez les carapaces des crevettes et fendez légèrement leurs dos pour enlever le petit boyau noir (intestin).  Epluchez les gousses d’ail et coupez-les en petits dés. Versez 3 cuillères à soupe d’huile d’olive dans une poêle. Faites chauffer et quand l’huile est chaude, faites revenir 5 à 7 minutes les crevettes, le temps qu’elles deviennent roses. Ajoutez ensuite les dés d’ail et poursuivez la cuisson 1 minute. Salez légèrement et saupoudrez de piment d’Espelette.  Réservez.

Crevettes cuites

Crevettes cuites

Pendant ce temps, remplissez une grande cocotte d’eau salée. Portez à ébullition et plongez-y les pâtes. Faites les cuire al dente. Egouttez-les en gardant 2 cuillères à soupe d’eau. Remettez les pâtes égouttées dans la cocotte, ajoutez les 2 cuillères à soupe d’eau, 3 cuillères à soupe de jus de citron, la totalité de son zeste et les crevettes. Mélangez et servez, saupoudré de persil.

Bon appétit !

 

Grünerløkka, le quartier branché d’Oslo

Grünerlokka ©VisitOsloDidrick Stenersen

Grünerlokka ©VisitOsloDidrick Stenersen

Grünerlokka et Vulkan, 2 quartiers situés de part et d’autre de la rivière Akerselva sont les nouveaux lieux branchés et arty, d’Oslo. Nous nous y sommes rendus à pied depuis notre hôtel. Autrefois berceau de l’industrialisation (on y trouvait les scieries, les usines textiles), l’endroit regorge aujourd’hui d’endroits où il fait bon flâner, que ce soit pour boire un verre ou se promener. J’ai bien aimé notamment le Parc Grünerhagen, véritable poumon vert de la ville.

Le long de la rivière, Oslo

Le long de la rivière, Oslo

On peut s’y balader à pied ou à vélo et admirer les graffitis souvent très colorés qui émaillent le parcours.

Quelques images :

Cygne - rivière Akersekva - Grünerløkka
Graffiti - Grünerløkka
Graffiti - Grünerløkka
Graffiti - Grünerløkka
Graffiti - Grünerløkka

Graffiti - Grünerløkka
Graffiti - Grünerløkka
Graffiti - Grünerløkka
Graffiti - Grünerløkka
Graffiti - Grünerløkka

C’est beau non ?

Tant que vous êtes dans le coin, ne ratez pas le  Marché Mathallen. Profitez-en pour découvrir quelques spécialités locales comme le brown cheese, le king crabe ou encore la viande de renne séchée). Ou alors, si vous cassez votre tirelire, le restaurant Kontrast saura régaler aussi bien vos papilles que vos pupilles. Toute ressemblance … existé … pure coïncidence 🙂

Si vous êtes un peu juste, et suivant l’heure tentez :

  • le café chez Tim Wendelboe (mention spéciale à son cappuccino Alfredo)
  • ou un verre de vin chez Territoriet (grand choix de vins au verre, demi verre et même centilitre pour les plus onéreux).

Dans les deux cas vous vous régalerez.

Mathallen Oslo
Mathallen Oslo
Pomme de terre, caviar et oeufs de caille, l'association parfaite
Kontrast
Anisetta ©Tim Wendelboe
Tim Wendelboe
Territoriet, Le bar
Territoriet

Bref, c’est un quartier où vous pouvez passer sans problème une après midi ou une journée si vous visitez Oslo.

Une petite photo souvenir :

Coucou - Grünerløkka

Coucou – Grünerløkka

Pour plus d’informations sur la Norvège, un site : Visite Norway

Enjoy !

Flora Mikula, Domaine de Raba

Flora Mikula

Flora Mikula

D’ici quelques jours, du 7 au 13 octobre 2019 se tiendra la 7 è édition de Chefs de Gare, un opération culinaire d’envergure nationale créé par la SNCF et Gares & Connexions et dont le but est de mettre à l’honneur les chefs emblématiques régionaux. Ils feront en effet découvrir leur terroir, leur cuisine lors de démonstrations, animations et dégustations aux côtés des meilleurs artisans locaux. Pour Bordeaux, c’est Flora Mikula qui a été choisie. Depuis plusieurs années, elle signe les cartes du Domaine de Raba à Talence et du restaurant le Manège à Léognan et je suis allée à sa rencontre pour mieux vous la présenter.

Flora, on la reconnait à ses cheveux blonds, à ses yeux bleus et à son sourire éclatant. Sa cuisine lui ressemble : sincère, généreuse, accessible et qui ne ment pas. Elle se reconnait plutôt dans le terme de cuisinière que dans celui de chef.

C’est très jeune que j’ai appris à cuisinier et par nécessité m’explique-t-elle.  Quand j’ai perdu ma mère, je n’avais que 9 ans. Mon père était militaire de carrière et ne savait pas faire cuire un oeuf. J’ai appris les rudiments de la cuisine avec ma grand mère lorraine et à 12 ans je faisais à manger à mon père et à mes copains. Quand s’est posée la question de l’orientation scolaire, j’ai eu envie de faire l’école hôtelière mais pour une femme c’était très compliqué d’y entrer. J’ai essuyé un premier refus mais j’ai persisté et ai finalement pu en intégrer une. Cela a vraiment été pour moi la confirmation d’une vocation, et une révélation. J’étais la première de ma classe alors qu’avant je n’étais qu’une élève moyenne.

Christian Etienne va m’ouvrir les portes de la gastronomie. Pas grand monde ne voulait d’une femme dans ses cuisines à l’époque. J’ai ensuite pu travailler à l’étranger (New York, Londres, Saint Barth) avant de revenir en France chez Jean Pierre Vigato et Alain Passard (je serai sa seconde pendant 2 ans). En  1996, j’ouvre mon premier restaurant, Les Olivades, puis de 2002 en 2010, je suis à la tête des Saveurs de Flora. En 2013, j’ouvre l’Auberge de Flora où je me mets vraiment à la bistronomie.  C’est là que je rencontre un de mes clients habitués, Philippe Monnin, qui est à la tête du groupe bordelais Millésime.  C’est grâce à lui que j’arrive à Bordeaux, au Manège et au Domaine de Raba. Depuis j’y viens très régulièrement pour créer les cartes et former les équipes..

Pour l’évènement Chef de Gare, que vas-tu proposer le 9 octobre en gare de Bordeaux ?

Je vais proposer une brochette d’onglet de boeuf, sauce bordelaise, échalote confite et pain pita.  A la carte du restaurant je propose quelque chose dans le même esprit mais que je sers avec des carottes façon tajine.

Brochettes de boeuf échalotes

Brochettes de boeuf échalotes

Absolument délicieux, tout le bordelais dans l’assiette avec cette sauce au vin brune, goûteuse, brillante.

En accompagnement, je vais la servir avec des frites de polenta, brebis basque, chorizo gascon et ketchup de piquillos.

Polenta et coulis de piquillos

Polenta et coulis de piquillos

J’ai pu les goûter en avant première et je n’ai jamais mangé avant des frites de polenta aussi moelleuses. D’habitude je trouve cela étouffe-chrétien mais là cela passe tout seul, c’est léger et fondant.

Et ensuite, un dernier plat, mon plat signature me dit-elle, mon cappuccino de brandade de morue.

La brandade de Flora
La brandade de Flora
La brandade de Flora
La brandade de Flora

La morue dessalée est cuite dans du lait avec de l’ail, du thym et du romarin. Elle est ensuite montée à l’huile. Le lait de cuisson est passé au siphon pour un effet cappuccino. Pour ajouter du croquant, Flora prépare un crumble d’olives de Kalamata, de tomates confites et de petites graines (tournesol, lin ..). Succulent et surprenant !

Si vous aussi vous avez envie de goûter à ces merveilles, rendez-vous en gare de Bordeaux le 9 octobre pour assister à sa démonstration qui se déroulera de 12 à 14h.  Vous allez vous régaler ! Et moi j’y serai pour une démo de 14h30 à 15 heures.

Les informations pratiques : Chefs de Gare : du 7 au 13 octobre dans 37 gares de France.

  • En gare de Bordeaux le 9 octobre
  • 12h – 14h : démonstration de Flora Mikula
  • 14h30 – 15h : démonstration Anne La taillade
  • 15h – 17h : finale régionale du concours de cuisine Chefs de Gare
  • Toutes les informations et le programme sont ici

Et si vous êtes absent ce jour là il vous reste le Domaine de Raba. Vous trouverez là bas, dans un ambiance créée par Marie-Christine Mecoen, la décoratrice du groupe, 2 bars  et surtout  2 restaurants :

  • Les Petits Caprices : Ambiance cosy et cuisine cosmopolite qui appelle au voyage sous toutes ses formes. Voyage vers l’enfance à travers des plats régressifs (blanquette, poulet frites) ou encore voyages sur la planète avec de la cuisine du monde. Ouvert tous les jours midis et soirs.
  • Marguerite : établissement spécialisé dans la mise en valeur de la viande française, maturée ou non. Une fois par mois, une viande du monde est invitée. Ouvert du mardi au samedi midi et soir.  Belle sélection de vins. Toutes les viandes sont cuites dans un four à braises.
Domaine de Raba

Domaine de Raba

Les Petits Caprices et Marguerite – Domaine de Raba – 35 Rue Rémi Belleau, 33400 Talence

Enjoy !

Collaboration avec SNCF – Gares & Connexions

❌